05/07/2013

L'ATELIER MASTODONTE- Tome 1.

Couv_190876.jpgPlancheA_190876.jpgDessin & Scénario: Alfred, Bianco, Neel, Pedrosa, Tebo, Trondheim, Yoann

Avec la participation de Bouzard, Buchet, Delaf, Feroumont, Frantico, Keramidas, Libon, Nob, Plessix, Sapin, Stan & Vince, Vivès.

128 pages

Editions Dupuis

Sortie le : 07/06/2013

Prix : 14,50€

ISBN : 9782800153698

Humour, Bande dessinée, Atelier, Angoulême.

 

Le résumé de l’histoire (de éditeur) : Les coulisses véritablement vraies d’un atelier de bande dessinée. Une nouvelle génération d'auteurs nous fait rentrer dans les coulisses de la bande dessinée avec "L'atelier Mastodonte". Narrant la vie au quotidien d'un atelier fictif de bande dessinée, rassemblant des auteurs triés sur le volet, cette série jubilatoire manie l'autodérision, tout en témoignant d'un vécu d'auteur contemporain, relevé par un humour mordant où chaque auteur s'amuse à taquiner l'autre. Autour de Lewis Trondheim, on retrouve les péripéties d'Alfred, Guillaume Bianco, Julien Neel, Cyril Pedrosa, Tebo, Yoann et quelques autres invités, qui distillent leurs aventures imaginaires à travers des gags en demi-planche.

1306292137220001.JPG

Mon avis : Commençons par le commencement. Dupuis ne communique qu’avec un nombre limité de média triés sur le volet. Samba BD n’en fait pas partie malgré plusieurs prises de contact avec le département marketing. Dupuis ne communique pas avec nous, c’est leur choix. Même pas une réponse, même négative…C’est décevant. Comme pour parodier les Guignol de l’info, nous pourrions dire : « Dupuis ne parle pas avec toi »…Ce point étant précisé, je peux maintenant vous expliquer ma démarche de lecteur assidu de bande dessinée…

1306292140570001.JPG

Je me ballade donc chez un des mes libraires attitrés lorsque je suis attiré par la couverture d’un petit album « à l’italienne » qui comporte une superbe couverture signée Enki Bilal. Ceci dit en passant, c’est le seul apport de Bilal à cet ouvrage. C’est comme « Le triangle secret » qui fait appel à André Julliard pour ses couvertures. Cela attire le chaland, cela fait vendre. Il s’agit en réalité d’une couverture carton qui se glisse sur l’album lui-même. C’est un petit plus avec un petit gag explicatif de Trondheim en sus.

1306292143280001.JPG

Le pitch de l’album est le suivant. Lewis Trondheim décide de fonder un atelier de bande dessinée et recrute des dessinateurs susceptibles d’y travailler. Le lecteur va suivre au fil des planches réalisées par les différents participants à l’aventure la vie dans cet atelier : le recrutement, le travail, les relations entre les auteurs, la personnalité de chef de bande alias Lewis Trondheim, le déplacement à Angoulême, les séance des dédicaces, le rapport avec l’éditeur,…

1306292144540001.JPG

Au départ, le changement de dessinateur à chaque planche donne l’idée d’un travail disparate mais bien vite apparaît une cohérence, une cohésion à l’ensemble. Il s’agit bien d’un travail en « chorale ». Cela veut dire qu’il faut que chaque intervenant travaille de façon coordonnée par rapport à d’autres, il faut malgré tout que les éléments disparates au départ, forment un ensemble cohérant à l’arrivée. Et je dois dire que le résultat est à la hauteur des attentes.

La patte de Lewis Trondheim est bien visible. Ce qui est drôle aussi, c’est que le lecteur y découvre les petites manies de chacun des auteurs. Cela flingue a tout va et c’est très amusant à lire. J’ai particulièrement aimé la partie du récit consacré à Angoulême. On voit directement qu’il y a du vécu dans ces petites histoires hilarantes. Ce n’est pas triste.

1306292146300001.JPG

En conclusion, j’ai vraiment bien aimé la lecture de cet album décapant et original. J’aurais bien aimé en connaître plus sur les tenants et les aboutissants de cette expérience graphique. Savoir qui avait été à la base du projet et savoir ce que l’éditeur en pensait. Mais Dupuis ne communique pas ou peu…Une petite frustration donc de ce côté qui ne me permet pas de comprendre la totalité de la démarche artistique. Dommage. « Allo, Monsieur Charles ? »

                  

Dessin :           

Scénario :        

Moyenne :         

 

Capitol.

1306292136400001.JPG

04/07/2013

SPYWARE - Tome 1: Otaku.

Couv_191047.jpg1307030939010001.JPGDessin : Jean-Claude Bauer- Scénario: Didier Quella-Guyot

Editions Sandawé

Sortie : 26/06/2013

46 pages

Prix conseillé : 11,95 €

ISBN : 9782930623139

Thriller, manipulation, espionnage.

 

 

Résumé (de l’éditeur): OTAKU est l’histoire d’un écrivain célèbre qui découvre, dans une librairie, son nouveau roman. Or, il ne l’a pas écrit.
Mais tout prouve le contraire.
Des mails ont été échangés avec l’éditeur et l’illustrateur.
Le texte du livre se trouve dans les fichiers de son disque dur.
Le contrat a été signé numériquement.
Et son ordinateur commence à lui envoyer des messages étranges... qui disparaissent une fois lus.
Pire : il réagit à chacun de ses actes, comme s’il était espionné en permanence.
Est-il en train de devenir fou ?
Ou son ordinateur et internet sont-ils les outils d’une manipulation perverse ?
Et si oui, qui en est l’auteur ?
Et pourquoi ?

 

1307030940030001.JPG

Mon avis : Depuis les révélations sur le système d’espionnage « Prism », mis en place par les Américains, le livre « 1984 » de George Orwell ne s’est jamais aussi bien vendu en librairie! Le spectre d’un monde totalitaire où « Big brother » vous suit à la trace n’est peut-être pas loin, existe peut-être déjà !

1307030942010001.JPG

Une fois de plus Sandawé a eu le nez fin puisque la maison d’édition nous propose une nouvelle bande dessinée sur ce thème au moment même où l’actualité sur le sujet est pour le moins brûlante. « Otaku » est un système d’espionnage que les auteurs nous décrivent dans cette histoire.

Un écrivain voit apparaître en librairie un livre qui porte son nom en tant qu’auteur et qu’il n’a pas écrit. Tout se ligue contre lui pour prouver qu’il en est bien l’auteur. Les fichiers sont dans son ordinateur, les contacts avec l’éditeur ont été fait avec sa boite mail. Il n’y comprend plus rien. Certains se demandent même s’il ne devient pas réellement fou…

1307030943260001.JPG

J’ai été captivé par ce scénario qui part au quart de tour dès la première planche. C’est bien construit et les questions restent entières à la fin de ce premier tome. Le personnage principal se sait espionné mais on ne sait pas qui se cache derrière « Otaku ».Didier Quella-Guyot réussit la gageure de lâcher les informations au compte-goutte et de laisser le lecteur dans le doute, dans l’inconnu.

Le dessin de Jean-Claude Bauer est dans le style réaliste. Le trait n’est pas propre et bien léché mais il est un peu plus brut avec pas mal de traits annexes qui donne un style qui lui est propre. Les couleurs respectent les traits, la mise au net n’est pas invasive. Ce qui pourrait déranger certains est plutôt une force pour moi.

1307030944400001.JPG

Au final, c’est un album qui se lit facilement et le scénario tient la route. Le graphisme est agréable. Cela donne un album aboutit et une réelle réussite. Il reste maintenant à attendre le tome 2 qui est toujours en phase de financement sur le site Sandawé. Mais je ne m’en fais pas trop à ce sujet. Le produit est bon et vaut la peine d’être soutenu.

 

Graphisme :      

Scénario :        

Moyenne :        

 

Liens vers le site internet de Sandawé : ICI.

 

Capitol.

1307030946080001.JPG

LES DIABLES ROUGES - Tome 1: Destination Brésil.

Couv_190971.jpgPlancheA_190971.jpgDessin Bercovici - Scénario: André Lebrun

48 pages

Editions Joker

Sortie le : 03/06/2013

Prix : 13,00€

ISBN : 9782872655274

Humour, Football, Belgique.

 

Le résumé de l’histoire (de éditeur) : Dernière ligne droite pour atteindre le "grââl " des supporters des DIABLES ROUGES : une participation à la phase finale de la coupe du monde au Brésil en 2014. Marc Wilmots a resserré les boulons, les joueurs sont motivés, les sympathisants des Diables répondent en masse. Chez Marieke, local d'inconditionnels tricolores, Swatche, Kamiel et Fernand fourbissent leurs armes, leurs légitimes espoirs et partagent leurs souvenirs. Avec humour et ... conviction ! C’est aussi l'occasion de revenir sur les points forts, riches en anecdotes et en émotions, de ce début de campagne. Tous ensemble ... tous ensemble ... ! 

1306292055260001.JPG

Mon avis : La fièvre monte déjà en Belgique à un an de la Coupe du Monde de Football au Brésil. Depuis 2002, l’équipe nationale belge n’a plus été qualifiée pour une phase finale. La longue attente fait monter de plus en plus la pression. D’autant plus que les Belges se sont découverts une génération dorée de jeunes joueurs talentueux qui en veulent et qui s’exportent maintenant vers les plus grands clubs de la planète. La Fédération Belge de Football y voit une formidable occasion de se refaire une virginité sportive, de remplir à nouveau les caisses qui s’étaient méchamment vidées, de faire rêver à nouveau le Belge moyen, de relancer l’unité nationale mise à mal par la classe politique et j’en passe, et des meilleures…

1306292056280001.JPG

Le marketing n’est pas en reste. Grâce à des actions bien ciblées, les « Diables Rouges » (nom donné à l’Equipe Nationale Belge de Football) qui jouaient devant des banquettes vides il y a un an, jouent maintenant à guichets fermés. On s’arrache les billets. Le prochain match amical contre la France aura lieu  à Bruxelles au mois d’Août 2013. Les tickets se sont vendus en 15 minutes ! La machine du merchandising est en route. Plus un seul maillot des Diables n’est disponible dans les commerces en cette fin juin. On va ressortir le « Grand Jojo » (un « Peï » de Bruxelles qui vient de signer chez Universal) pour chanter un nouvel hymne à la gloire des Belges au Brésil. Numéro 1 au hit parade assuré en Belgique… Et puis, ils ont pensé à sortir une bande dessinée ! Il ne manquait plus que celle-là. Elle est déjà en tête de gondole partout dans les librairies, les grandes surfaces,… Même à la côte belge (ou plutôt flamande), j’ai vu l’album en vitrine entre le dernier « Léonard » et les « Lapins crétins ». N’écoutant que mon esprit d’ouverture et d’aventurier, j’ai acheté l’album, peut-être pour vous éviter de faire la même connerie…

1306292058540001.JPG

Bercovici  au dessin, on connaît (les femmes en blanc, etc…) C’est un pilier des séries d’humour. Le dessin d’humour, c’est quelque chose qu’il connaît. C’est maîtrisé. Je n’ai qu’un grief, certains personnages ne sont guerre ressemblants. L’entraîneur Marc Wilmots de l’album ne ressemble que de très loin au vrai. Certains joueurs sont plus réussis que d’autres. Bref, Bercovici aurait peut-être dû travailler un peu plus ses caricatures. Mais je suspecte que les délais étaient très brefs pour boucler l’album. Il devait être sorti pour le « fan day » avec la grosse vente à l’appui, avec moult dédicaces des joueurs. Cela veut dire directement un gros tirage et des rentrées importantes pour les auteurs, l’éditeur et la Fédération.

1306292100420001.JPG

Le scénariste André Lebrun (inconnu au bataillon pour ma part, scénariste de la série « Les Rouches », sur les supporters du Standard de Liège) raconte la dernière année des Diables Rouges. Il caricaturise le discours à contre-courant de l’entraîneur Marc Wilmots, parlent des défis des diables rouges à leurs supporters,... C’est bon enfant, mais rien de bien transcendant. J’ai plutôt souri par moment que ri à gorge déployée. C’est un peu lourd avec de grosses ficelles : les petites blagues du foot. Je crains même que les non initiés (nos amis français) n’y comprendront pas grand-chose…Trop belgo-belge !

1306292102190001.JPG

Et dire que c’est le tome 1… Cela veut dire qu’il y en aura d’autres…C’est pas avec un album pareil qu’on va être champion du monde mais on s’en fout. Et viva Brasil !

 

Dessin :           

Scénario :        

Moyenne :         

Capitol.

1306292054390001.JPG

03/07/2013

PHIL PERFECT - L'intégrale.

Couv_178147.jpgPlancheA_178147.jpgDessin & scénario: Serge Clerc

296 pages

Editions Dupuis

Sortie le : 07/12/2012

Prix : 32,00 €

ISBN : 9782800155708

Polar, Thriller, Aventures, Humour, Ligne claire, Rock'N'Roll. 

 

 

Le résumé de l’histoire (de éditeur) : Pour la première fois en Intégrale, les récits, illustrations et dessins que Serge Clerc a réalisés autour de son emblématique personnage Phil Perfect sont enfin réunis. De la première aventure de Phil Perfect dans Rock & Folk à la dernière histoire publiée dans Heavy Metal, c'est tout un pan de l'histoire de la bande dessinée contemporaine qui nous est conté. En revisitant le concept de ligne claire sur fond de rock'n'roll et de clins d'oeil au polar, Serge Clerc a inventé un style résolument moderne, adulte et engagé. 

 

1306291955150001.JPG

 

 

1306292001160001.JPGMon avis : A l’image de Joost Swarte, Ever Meulen, Ted Benoît, Yves Chaland, Serge Clerc est grand dessinateur qui se revendique du mouvement de la  « Ligne claire ». Ces auteurs s’inspirent au départ de grands anciens que sont Hergé et  Jijé (l’école de Marcinelle).Leur dessin a pour but d’arriver à un graphisme stylisé, simplifié au maximum, sans hachure, sans ombre et inspiré du post-modernisme, des années ‘50,’60 et 70.

 

Serge Clerc est un des ces jeunes dessinateurs surdoués qui se voit propulsé, alors qu’il n’est pas encore majeur, dans l’aventure de « Métal Hurlant ».Les 36 premières pages de l’album rappelle au lecteur le trajectoire de Serge Clerc. A ce sujet, je vous conseille de lire « Le journal » paru aux éditions Denoël en 2008. Serge Clerc y raconte son parcours de façon humoristique, décalée et un peu romancée. C’est pour moi un des meilleurs albums paru en 2008.

 

1306291953340001.JPG

 

 1306292002540001.JPG

Mais revenons à notre intégrale. Elle reprend in extenso tous les travaux de Serge Clerc concernant son personnage Phil Perfect. On peut y relire toutes les planches, les histoires qui ont été faites, les travaux annexes tels que cartes de vœux, publicités, cartons d’invitation, etc... Vous y retrouverez l’environnement de Phil Perfect, chroniqueur rock, avec son ami, son âme damnée, Sam Bronx et les pin-ups qui jalonnent ses récits. J’ai beaucoup apprécié les chapitres concernant « La légende du rock’n’roll » et « Meurtre dans le phare ».

 

 

Capitol, Phil Perfect, Clerc, Dupuis, 8,5/10, Polar, Thriller, Aventure, Humour, Rock'N'Roll,12/2012.

 

C’est une intégrale qui vaut la peine et son investissement surtout si vous êtes fan de la « Ligne claire ». C’est mon cas. Dommage que Serge Clerc se fasse plus discret ces derniers temps. Un bel album qui nous rappelle l’étendue de son talent.

 

Dessin :           

Scénario :       

Moyenne :         (moyenne de 8,5/10)

 

Capitol.

 

1306291959440001.JPG