07/01/2013

DURANGO - Tome 16: Le crépuscule du vautour.

Couv_174129.jpgPlancheA_174129.jpgDessin : Thierry Girod  - Scénario: Yves Swolfs

Editions Soleil

Sortie : 19/12/2012

52 pages

Prix conseillé : 10,95 €

ISBN : 97822302024397

Western

 

 

Résumé (de l’éditeur): Un gouverneur assassiné à quelques semaines des élections… Une bande d’Indiens shoshones qui tuent des blancs en se faisant passer pour des washos…
Et une jeune femme washo, témoin des meurtres, que Durango prend sous son aile… Une série riche en action qui ravira les amateurs de Sergio Leone, Sam Peckimpah et Clint Eastwood !

1301041850220001.JPG

Mon avis : Voilà près de 30 ans que Durango parcourt le Far West. Le 16e tome de la saga vient de sortir. D’abord seul aux commandes des 13 premiers tomes, Yves Swolfs a passé la main au niveau du dessin à Thierry Girod Le duo fonctionne très bien. Swolfs se concentre sur le scénario inspiré des Westerns spaghettis mais en y mettant une touche contemporaine. Il utilise le scénario pour faire savoir à ses lecteurs ce qui le dérange dans la finance mondiale actuelle et transpose le phénomène à l’époque de Durango. Dans un environnement politique, social et économique qui ressemble furieusement à notre univers actuel, il met en scène des capitalistes sans foi ni loi, avides d’argent et de pouvoir, sans sentiment vis-à-vis des populations indiennes autochtones. A l’époque c’était le « Far West », actuellement, c’est le « Far East ».

1301041845100001.JPG

Thierry Girod nous livre pour sa part un dessin très cinématographique et qui n’a pas peur de bousculer les cases. Le graphisme est à la hauteur des ambitions. Girod nous livre aussi une belle galerie de « gueules » bien typées et bien diversifiées sous tous les angles possibles et imaginables. Excellent ! On a même droit à une petite touche d’érotisme…

1301041847090001.JPG

Pour terminer, le lecteur aura sa dose d’action et de dépaysement. Durango est toujours aussi impitoyable avec les faux-culs en tous genres…Pour les amateurs de western…Bang ! Bang !

 

Graphisme :   8,5/10

Scénario :     7,5/10

Moyenne :     8,0/10

 

Lien vers le site internet de l’éditeur Soleil : ICI.

 

Capitol.

1301041857380001.JPG

Écrit par capitolbelgium dans Du haut du CAPITOL. | Commentaires (3) | Tags : capitol, durango, girod, swolfs, soleil, 810, western, 122012. |  Facebook | |

05/01/2013

OLIVIER DE BENOIST - Le dernier rempart face à la dictature des femmes.

Couv_178841.jpgPlancheA_178841.jpgDessin : Olivier Saive - Scénario: Olivier de Benoist & Vincent Leroy

Editions Bamboo

Sortie : 21/11/2012

48 pages

Prix conseillé : 12,90 €

ISBN : 9782818922491

Humour

 

 

Résumé (de l’éditeur): Bonsoir, bonsoir ! Retrouvez en BD les meilleurs sketchs d’Olivier de Benoist, un des humoristes français les plus en vogue du moment !

1212301806580001.JPG

 

Mon avis : Toujours le premier à tester les nouveautés, me voilà avec un nouvel album de chez Bamboo dans les mains. Une plaquette brochée de 48 pages dont le personnage principal est Olivier de Benoist (ODB pour les intimes), pensionnaire de l’émission créée par Laurent Ruquier, « On n’demande qu’à en rire ».Il y a fait près de 80 sketchs en deux ans. Il s’agit d’un humour potache, rempli de non-sense, un peu misogyne. Les sujets abordés sont hétéroclites. Ils vont des sujets de tous les jours à l’actualité en passant par une critique des émissions de la télévision. Vous pourrez ainsi lire le journal du Commandant de bord du Costa Concordia, vous documenter sur les spermatozoïdes en voie de disparition ou encore lire une chronique sur Koh-Lanta. Certains vont adorer, d’autres vont détester. C’est le genre d’humour qui ne passe pas chez tout le monde.

1212301811400001.JPG

Olivier Saive ne se débrouille pas trop mal dans ce qui est une adaptation en bande dessinée d’un DVD du spectacle d’Olivier de Benoist. Du texte et une petite image en dessous pour commenter ou apporter une réflexion décalée d’ODB. Pas facile à adapter mais le dessin de Saive est en parfaite adéquation avec le contenu à illustrer.

Il s’agit donc d’un album d’humour, un moment de détente sans grande prétention. Je ne connaissais pas Olivier de Benoist avant de lire ce livre car en général je travaille quand l’émission passe sur France 2. Les lecteurs qui ont vu ses prestations à l’écran ou sur scène auront peut-être une autre vision que moi sur cet album. Cela ne va pas révolutionner la bande dessinée franco-belge mais Bamboo sait nous sortir des produits bien ciblés. En ce qui concerne Olivier de Benoist, c’est sa femme qui va être contente !

 

Graphisme :   7,0/10

Scénario :     7,0/10

Moyenne :     7,0/10

 

Capitol.

Le lien vers le site Bamboo: ICI

1212301808270001.JPG

04/01/2013

MAGASIN SEXUEL - Tome 2.

Couv_175612.jpg175612_pla.jpgDessin & Scénario: Turf

Editions Delcourt

Sortie : 21/11/2012

64 pages

Prix conseillé : 14,95 €

ISBN : 9782756027135

Humour, comédie

 

 

Résumé (de l’éditeur): Le village des Bombinettes s'est fait à l'idée de la présence d'Amandine et de sa boutique ambulante spécialisée en sex-toys. Les habitants semblent apprécier la jeune fille qui, en bonne commerçante, a toujours un mot aimable pour tous. Les jours de marché se succèdent, la foule grandit autour du Magasin sexuel, ce qui n'est pas pour plaire au maire, surveillant ce petit manège depuis sa fenêtre.

 

 

1212301817050001.JPG

 

Mon avis : Lors de ma chronique du premier tome, j’avais écrit que cet album me laissait sur ma faim et que j’attendais le second tome pour me faire une idée plus précise de cette série en deux albums. Me voilà donc avec le tome 2 en main. Première constatation : la couverture est superbe et attire l’attention. Ouvrons l’album. Rien de changé au niveau graphique. Le dessin est toujours dans le même style, bien maîtrisé, un rien enfantin, des couleurs acidulées pour jeunes filles en fleurs. En d’autre terme, Turf veut nous faire passer par le biais de l’humour une gentille histoire sur un problème de société dans un village reculé du fin fond de la France : l’existence d’un sex-shop ambulant sur le marché hebdomadaire. Les âmes bien pensantes sont offusquées. Que fait le Maire? Mais le Maire en pince pour Amandine, la petite tenancière dudit sex-shop…Suit un marivaudage et une suite de quiproquos dont je vous laisse découvrir l’épilogue. En fin de compte, le personnage principal est plutôt le Maire qui est mal barré sur tous les plans, tant celui de sa commune que de ses affaires de cœur.

1212301818580001.JPG

Au final, une petite histoire gentille menée à un train de sénateur mais que ne me laissera pas une trace indélébile dans ma mémoire. Je n’ai que moyennement apprécié. Vite lu, vite oublié…

1212301821030001.JPG

 

Graphisme :   7,0/10

Scénario :     7,0/10

Moyenne :     7,0/10

 

Capitol.

1212301821500001.JPG

31/12/2012

MICHEL VAILLANT - Saison 2 - Tome 1: Au nom du fils.

Couv_172413.jpg1212251208590001.JPGDessin : Bourgne et Benéteau - Scénario: Graton et Lapière

Editions Graton - Distribution : Dupuis

Sortie : 16/11/2012

56 pages

Prix conseillé : 15,50 €

ISBN : 9782800154206

Aventure, sport automobile.

 

 

1212251210090001.JPG

 

Résumé (de l’éditeur): C'est le grand retour de Michel Vaillant, le pilote-vedette des plus grands circuits internationaux. Confronté aux nouveaux enjeux sportifs et technologiques, le clan Vaillant doit faire face aux évolutions de l'industrie automobile, mais aussi aux mutations de la société. Trois générations d'hommes et de femmes ont désormais en main le destin de l'entreprise, dont le tout premier challenge est de renouer avec la victoire, en débutant par le WTCC, le très disputé championnat du monde des voitures de tourisme. Et de sauver la cohésion familiale, malgré les convictions contradictoires des uns et des autres.

1212251211030001.JPG

Mon avis : Le grand retour de Michel Vaillant ! Après Alix « Sénator », voici Michel Vaillant « Saison 2 ». Relookage complet de la série, Michel Vaillant a un peu vieilli (pas trop, hein !), il est un peu moins lisse. Il a des soucis surtout et pas un peu…Il a pris un coup dans l’aile ! La firme Vaillante n’est plus au top et n’a pas bien pris le virage des changements technologiques d’autant plus que le père Vaillant ne veut pas entendre parler des nouvelles technologies et de la voiture électrique. Il veut que ses voitures fassent toujours « vroum vroum » ! Le grand Michel Vaillant se retrouve en WTCC dans une voiture de second plan. La gêne ! En plus de cela, son fils lui pose des problèmes alors qu’il bénéficie d’un enseignement de haut niveau dans une école privée pour gens friqués en Suisse. On va finir par s’apitoyer sur son sort alors qu’il est loin d’être à la rue…Heureusement que les scénaristes n’avaient pas prévu les lois fiscales du Président Hollande, car on aurait vu une vague de suicide parmi les lecteurs inconditionnels du clan Vaillant ! La situation est grave mais pas désespérée. Ne vous en faites pas ! Michel Vaillant gagne sa première course de sa « saison 2 » en page 26…Il y a des limites à l’indécence à ne pas dépasser !

1212251212170001.JPG

Au niveau du dessin, Bourgne et Benéteau  ne se débrouillent pas trop mal. Qui fait quoi ? Je ne peux répondre à la question. Les personnages ne sont pas vraiment les mêmes que ceux dessinés par Jean Graton mais c’est très proche. La différence peut être mise sur les stigmates du temps qui passe…Les voitures, la course et les décors sont très bien rendus. Je n’ai pas vu de grosses différences. Nous avons au final une ligne claire très dépouillée au niveau des arrière-plans. Pas de reprise d’une série à succès sans un niveau d’exigence élevé au niveau du dessin. Je pense que l’éditeur l’a bien compris…

1212251212530001.JPG

Pour le scénario, le fils Graton s’est adjoint Lapière qui n’est pas le premier venu dans la branche. Ils ont bien planté le décor, s’inspirent de la crise actuelle de l’automobile, les délocalisations, les changements des technologies pour mettre du piment dans la sauce et mettre à mal le clan Vaillant. C’est un choc des générations aussi qui va laisser aux auteurs beaucoup de possibilités de développement de la narration. Même si en fin d’album, nous restons sur un mystère, mon petit doigt me dit que le fils rebelle de Michel Vaillant sera peut-être le sauveur dans quelques tomes de la société Vaillante…Bref, attendons la suite…Pour moi, le scénario est la pierre angulaire du renouveau de la série et c’est pas trop mal.

1212251214330001.JPG

Reste à vendre le concept avec force de marketing. La distribution est faite par Dupuis, un bon point. L’album en lui-même est très réussi avec une couverture « matée » du plus bel effet. Un « frontispice »  est offert avec la première édition. D’après le dictionnaire « Larousse », il s’agit d’une gravure placée en regard du titre d’un livre. Il s’agit en réalité d’une planche en noir et blanc, une recherche graphique sur Michel Vaillant faite sur un papier épais et de bonne qualité. Un petit plus pour l’album et un joli mot, plus très usité, repris par l’éditeur.

Le seul détail qui fâche : le prix ! Le prix officiel est de 15,50€. Un peu cher pour une série à l’origine populaire qui devrait se vendre aux alentours de 10 à 11€. Ce n’est pas loin de 50% en plus ! Le produit Michel Vaillant a été placé très haut et je crains que cela n’en refroidisse certains. Le syndrome Tintin ? Bien évidemment, quand il faut payer deux dessinateurs, deux scénaristes, les droits d’auteur de Jean Graton, un album bien fabriqué et tout le reste, cela devient cher, très cher… Cependant, j’ai l’impression que cette série vise maintenant des cinquantenaires friqués qui avaient douze ans dans les années ‘70 (soixante-dix pour nos amis français). Comme Michel Vaillant, l’éditeur doit se refaire. La crise ? C’est une question de mentalité ! Michel Vaillant est de retour, il faut faire tourner la machine à plein rendement. Soyons optimiste…Allez Michel, t’es pas tout seul et on t’aime bien mais tu nous coûtes cher ! Celui qui aime ne compte pas, les marketeurs l’ont compris, eux !

 

Graphisme :   8,0/10

Scénario :     8,0/10

Moyenne :     8,0/10

 

Capitol.

1212251208240001.JPG