01/11/2012

UN PRINTEMPS A TCHERNOBYL

Couv_172153.jpgPlancheA_172153.jpgDessin et scénario: Emmanuel Lepage

Editions Futuropolis

Sortie : 04/10/2012

168 pages

Prix conseillé : 24,50 €

ISBN : 9782754807746

Histoire, voyage, récit.

 

 

Résumé (de l’éditeur) : 26 avril 1986. À Tchernobyl, le coeur du réacteur de la centrale nucléaire commence à fondre. Un nuage chargé de radionucléides parcourt des milliers de kilomètres. Sans que personne ne le sache… et ne s’en protège. C’est la plus grande catastrophe nucléaire du XXe siècle. Qui fera des dizaines de milliers de victimes. À cette époque, Emmanuel Lepage a 19 ans. Il regarde et écoute, incrédule, les informations à la télévision. 22 ans plus tard, en avril 2008, il se rend à Tchernobyl pour rendre compte, par le texte et le dessin, de la vie des survivants et de leurs enfants sur des terres hautement contaminées. Quand il décide de partir là-bas, à la demande de l’association les Dessin’acteurs, Emmanuel a le sentiment de défier la mort. Quand il se retrouve dans le train qui le mène en Ukraine, où est située l’ancienne centrale, une question taraude son esprit : que suis-je venir faire ici ?

 

1210271127310001.JPG

Mon avis : Emmanuel Lepage nous avait permis de découvrir une BD de voyage intitulée « Voyages aux îles de la désolation » parue également chez Futuropolis (voir sur SambaBD: http://www.sambabd.be/tag/voyage+aux+%C3%AEles+de+la+d%C3%A9solation ).Une vraie claque, un des meilleurs albums de l’année 2011 !

Emmanuel Lepage remet le couvert pour un autre monde de désolation mais bien plus proche de chez nous : Tchernobyl ! Ce mot évoque pas mal de choses. Une centrale nucléaire qui s’emballe et explose, des nuages toxiques qui s’arrêtent comme par enchantement à la frontière française, une lourde chape sur l’information, beaucoup de question et pas toujours des réponses…

L’auteur nous fait d’abord l’historique de l’accident survenu le 26 avril 1986 alors qu’il n’a que 19 ans. Ensuite, il nous explique pourquoi en avril 2008 il va se rendre sur place, sur cet espace hautement contaminé qui fait peur.

1210271127590001.JPG

Sur le plan du dessin, l’auteur continue sur base de la recette qui lui a valu le succès de l’album précédent. Une bande dessinée classique en majorité en noir et blanc (surtout en noir), mixée avec des croquis bruts mais ô  combien symptomatique de l’état d’esprit de l’auteur, dessinés avec des tripes. Il nous parle aussi de problèmes physiques qu’il éprouve avant son départ. Pour la première fois de sa vie, dessiner le fait souffrir. Il a la crampe de l’écrivain. Il doit arrêter de travailler momentanément…Mais n’est-ce pas purement psychologique ? N’est-ce pas justement la peur de s’engager dans ce projet dangereux et risqué ? Que va-t-on y faire ? Que va-t-on manger sur place ? De la nourriture contaminée ? Beaucoup de questions, d’incertitudes…Et pourtant il va finir par y aller mais en emportant toujours avec lui ses doutes et ses craintes. Au fil de l’album et de son séjour sur place, le lecteur découvre que la main de l’auteur va petit à petit reprendre vigueur et le mal va partir au fur et à mesure qu’Emmanuel Lepage va prendre conscience de son environnement sur place. En fin d’album, alors que le moral est revenu et qu’il se sens de mieux en mieux, reviennent les couleurs mais quelles couleurs : belles, vives et irradiantes !

1210271129410001.JPG

Reste le scénario en lui-même, nourri par le vécu, l’expérience. Facile diront certains ! Il suffit de raconter! Il faut cependant reconnaître à Emmanuel Lepage la capacité de remettre chaque époque dans son contexte et de bien discerner le principal de l’accessoire, l’emblématique de l’anodin, l’action de la réflexion. Le lecteur est bien vite emporté par le récit et va cheminer par divers sentiments comme l’a fait l’auteur. Parti pour dénoncer une situation déplorable dans une démarche écologiste, il va se rendre compte dans un premier temps du chaos engendré par la catastrophe. Par la suite, il va voir poindre malgré tout une sortie de survie, une faune et une flore qui s’adaptent et se développent et enfin un hymne à la vie, bien loin des buts premiers du voyage, presque une trahison par rapport aux objectifs recherchés au départ. Et pourtant, l’auteur a pris parti de témoigner sans faux-fuyant, de dire honnêtement sa vérité.

1210271133330001.JPG

Tchernobyl, c’est près de 500.000 personnes qui ont mis leur vie en danger pour « nettoyer » et mettre sous cocon le site nucléaire. C’est d’innombrables morts et malades même si les chiffres ont été largement minimisés. C’est une zone immense mise en friche et des centaines de milliers de gens déracinés de leurs villages, de leurs maisons. Ce sont des centaines de milliers de vie détruites totalement ou partiellement. Et pourtant des gens y sont revenus pour y vivre, faisant fi de toutes les mises en garde…

1210271126320001.JPG

C’est tout cela qu’Emmanuel Lepage nous raconte dans album dense et magnifique de 168 pages. Une BD « choc » qui fait réfléchir et qui fait peur par moment, qui ne vous laisse pas sans vous déranger. Mais il y a aussi « la petite lumière » qui rend l’album véridique et pas irrémédiablement noir, passionnant et pas rébarbatif. Probablement le récit « vérité » de l’année. Super coup de cœur !

 

Graphisme :  9,0/10

Scénario :   10,0/10

Moyenne :    9,5/10

 

Capitol.

1210271135110001.JPG

31/10/2012

LE TRAIN DES ORPHELINS - Cycle 1 - épisode 1/2: Jim.

Couv_172310.jpgPlancheA_172310.jpgDessin : Xavier Fourquemin - Scénario: Philippe Charlot

Editions Grand Angle

Sortie : 03/10/2012

48 pages

Prix conseillé : 13,90 €

ISBN : 9782818921579

Histoire, société, Etat-Unis.

 

 

Résumé (de l’éditeur) : 1990, dans sa résidence huppée de New York, Harvey n’est pas surpris par la visite de Jim. 70 ans plus tôt, les deux hommes, alors de jeunes garçons, faisaient connaissance à bord d’un train des orphelins ; un système d’adoption mis en place pour endiguer le nombre massif, sur la côte Est américaine, d’enfants sans famille issus de l’émigration européenne.
Embarqués dans un étrange voyage, Jim et son petit frère expérimenteront la fraternité, l’amitié, la confiance, l’entraide, mais feront aussi les frais de la trahison de ceux qui feraient tout, faute d’être bien nés, pour être bien adoptés...

1210211803340001.JPG

Mon avis :   Philippe Charlot est scénariste, écrivain, chanteur et guitariste. Il a déjà publié chez Bamboo « Bourbon street ». Via un musicien américain, Phil Lancaster, il découvre un pan occulté de l’histoire des Etats-Unis, celui du  « train des orphelins ».

Entre 1854 et 1929, des dizaines de milliers d’enfants ont été emportés dans ces convois qui les conduisaient vers l’Ouest et une nouvelle vie, pour une adoption. Mais, ils étaient séparés définitivement de leur famille et de leur identité. Au départ, le but premier, très louable, était de sortir de la misère des enfants des rues de New York,  abandonnés par leur famille. Hélas, rapidement, il y eu des dérives. Depuis lors, une fondation essaye de renouer les liens coupés, de retrouver les liens familiaux. Près de 2 millions de personnes aux USA, descendants des enfants, qui recherchent leurs racines, sont concernées par cet épisode de l’Histoire des Etats-Unis et veulent rompre le silence. Un thème intéressant mais pas du tout exploité par les historiens, par Hollywood. Les autorités américaines ont jeté un voile pudique sur ce qui pourrait réveiller un sentiment de culpabilité jusqu’alors enfoui au plus profond de l’inconscient collectif…

1210211805210001.JPG

Xavier Fourquemin (La légende du Changeling) a accroché directement au projet. Grâce à son graphisme rond et très ciblé « jeunes », il adoucit remarquablement cette histoire tragique et rend le lecture agréable sans faire dans la sensiblerie, rendant le récit accessible à tous les publics.

Le scénario de Philippe Charlot met en parallèle deux époques : celle de 1920, où le lecteur suit l’épopée d’un train parti vers le sud, et celle de 1990, où des enfants devenus vieillards se retrouvent …

1210211806290001.JPG

Pour ma part, j’ai été de suite intéressé par le sujet de la série. Ceci étant dit, il faudra attendre le tome 2 pour que je comprenne tous les tenants et aboutissants de cette histoire hors du commun. A la lecture de ce premier tome, plusieurs sentiments m’ont traversé l’esprit : en 1920, la destinée sombre de ces enfants à qui on n’a rien demandé et une certaine insouciance des enfants pendant le voyage malgré les drames qui se préparent, un certain désabusement des personnages en 1990.

A noter que le tome 1 comporte en fin d’album un dossier très intéressant sur la véritable histoire de l’ « orphean train riders ».

1210211802100001.JPG

En conclusion, c’est un bon début pour cette série dont le tome 2 est prévu pour janvier 2013. Il ne faudra donc pas attendre trop longtemps pour connaître la suite !

 

Graphisme : 7,5/10

Scénario :   7,5/10

Moyenne :   7,5/10

 

Capitol.

1210211801230001.JPG

22/10/2012

LES HOCKEYEURS - Tome 1: la ligue des joueurs extraordinaires.

Capitol, les hockeyeurs, Achdé, Mel, Bamboo, 7/10, sport, hockey, humour, jeunesse,10/2012.Capitol, les hockeyeurs, Achdé, Mel, Bamboo, 7/10, sport, hockey, humour, jeunesse,10/2012.Dessin : Achdé & Mel - Scénario: Achdé

Editions Bamboo

Sortie : 03/10/2012

44 pages

Prix conseillé : 10,60 € -

ISBN : 9782818921609

Sport, hockey, humour, jeunesse

 

 

Résumé (de l’éditeur: Prenez un petit village du nom de Monroyal perdu au fin fond d’un pays de froid, un maire adepte de la chemise hawaïenne qui veut sauver son village de l’isolement, un pharmacien amateur de cigares en mal de médiatisation, un curé missionnaire très très volontaire et une petite communauté d’habitants qui n’ont plus rien à perdre pour sortir de leur léthargie hivernale… Vous obtenez la création d’une équipe de hockey sur glace bien décidée à faire parler d’elle au sein de la très respectable « National Underground League » (N.U.L®).

Capitol, les hockeyeurs, Achdé, Mel, Bamboo, 7/10, sport, hockey, humour, jeunesse,10/2012.

Mon avis : C’est une première dans la bande dessinée européenne : une série ayant pour sujet le hockey sur glace nous arrive tout droit du Canada et plus particulièrement du Québec. Cette série y a été initialement publiée sous le titre « Les canayens de Monroyal » et comprend à ce jour 3 tomes, sortis entre 2009 et 2011. Le tome 2 de la sortie « européenne » est programmé pour février 2013 chez Bamboo.

Faut-il pour autant être un spécialiste du hockey sur glace pour lire la série ? Pas du tout, c’est un album tout public autant pour les amoureux de ce sport que pour les néophytes, surtout pour les amateurs d’humour qui vont découvrir comment on peut s’amuser à patiner avec un bout de bois et une rondelle en caoutchouc. Quand on sait que l’équipe des Canayens de Monroyal est loin d’être des cadors de la discipline, qu’en face, il y a onze autres joueurs qui ne leur veulent pas que du bien, le lecteur aura compris que jouer au hockey n’est pas de tout repos.

Capitol, les hockeyeurs, Achdé, Mel, Bamboo, 7/10, sport, hockey, humour, jeunesse,10/2012.

Achdé est connu chez Bamboo pour la série « Les damnés de la route ». Il a également dessiné la série « CRS=détresse » et a repris la série Lucky Luke avec Laurent Gerra. Il a survécu à 20 ans de pratique du Hockey sur glace. Mel, lui, ne l’a jamais pratiqué (pas fou !). Le dessin est dans le style humoristique, pas sophistiqué mais qui rend bien les mouvements et la technique spécifique du hockey sur glace. Les personnages sont bien croqués et ont des gueules pas possible…

Au niveau du scénario, on a droit en début d’album de la galerie des principaux acteurs de l’épopée, une galerie bien utile au lecteur. Viens ensuite en trois planches la genèse de la création de l’équipe pour rentrer de plein pied dans la série. Le ressort est bien évidemment bien huilé. D’un côté, nous avons une équipe de bras cassés, pas des grands athlètes mais courageux, un peu inconscients, pas toujours très adroits mais tenaces et généreux. En face, des équipes de professionnels, des équipes de brutes épaisses, qui veulent faire, de l’équipe adverse, du petit bois …Tout se termine toujours dans la rigolade…

Capitol, les hockeyeurs, Achdé, Mel, Bamboo, 7/10, sport, hockey, humour, jeunesse,10/2012.

En conclusion, à la lecture, j’ai eu en main un album sympathique et globalement réussi. Quelques planches tombent à plat mais, dans la majorité, ont emporté mon adhésion. C’est le genre de lecture décontractée de fin de journée. Les ados vont adorer…

 

Graphisme : 7,0/10

Scénario :   7,0/10

Moyenne :   7,0/10

 

Capitol.

Capitol, les hockeyeurs, Achdé, Mel, Bamboo, 7/10, sport, hockey, humour, jeunesse,10/2012.

21/10/2012

LOVE - Tome 1: Le tigre.

Capitol, Love, Bertolucci, Brrémaud, Ankama, 8/10, animaux, tigre, roman graphique, documentaire, 05/2011Capitol, Love, Bertolucci, Brrémaud, Ankama, 8/10, animaux, tigre, roman graphique, documentaire, 05/2011Dessin : Federico Bertolucci - Scénario: Frédéric Brrémaud

Editions Ankama

Sortie : 19/05/2011

80 pages

Prix conseillé : 14,90 € -

ISBN : 9782359101720

Animaux, roman, documentaire.

 

 

Résumé (de l’éditeur: Un pas élastique foule, sans bruit, l’ombre paisible de la jungle étourdie par le soleil. Pas un son, pas un mot : cette chasse se fera sans commentaires...
Le silence habite chacun des pas du plus grand prédateur de la contrée, un tueur majestueux aux lignes pures et racées : un splendide tigre. L’oeil aux aguets, il erre en quête d’une proie... Mais voilà : la première de la journée lui file effrontément entre les griffes. Et ce n’est que le début des déconvenues… car il semblerait que pour une fois les valeurs de la forêt soient toutes chamboulées : aujourd’hui, c’est la revanche des opprimés, et ce n’est pas dans leur compassion qu’il faudra chercher l’amour du titre ! Parce qu’aujourd’hui, c’est juste une journée de chien pour le roi de la jungle.

 

Capitol, Love, Bertolucci, Brrémaud, Ankama, 8/10, animaux, tigre, roman graphique, documentaire, 05/2011

Mon avis : Je me suis procuré cet album en occasion pour quelques euros…Un album bradé et atypique. Et pourtant, cet album recèle beaucoup de qualités. Il ne comporte aucune bulle, aucun commentaire. Il est complètement muet. Juste un petit préambule et une maxime en guise de conclusion…Et pourtant, il y a une histoire, un scénario solide. Federico Bertolucci nous propose un dessin superbe. Il a travaillé chez Disney Italie et cela se voit un peu. On lui doit aussi Rocambole chez  Delcourt et Richard cœur de lion chez Soleil. Il travaille également comme illustrateur et coloriste. Le scénariste, Frédéric Brrémaud, est un auteur prolifique (Soleil, Paquet, Bamboo, Delcourt,…)

Capitol, Love, Bertolucci, Brrémaud, Ankama, 8/10, animaux, tigre, roman graphique, documentaire, 05/2011

 

Il a fallu beaucoup se documenter pour monter cette histoire. C’est réellement un documentaire animalier transcrit en BD. C’est vite lu mais c’est très bien imaginé et exécuté. Et, il y a une histoire qui se tient, un fil narratif à suivre. La fin de l’histoire est originale et très plausible.

Capitol, Love, Bertolucci, Brrémaud, Ankama, 8/10, animaux, tigre, roman graphique, documentaire, 05/2011

A noter que cet album a reçu le prix spécial du jury au festival italien  de Bd Lucca 2011, ce qui n’est pas rien. Un tome 2 de Love sur le renard vient de sortir au mois d’Août 2012.

 

Graphisme : 8,5/10

Scénario :   7,5/10

Moyenne :   8,0/10

 

Capitol.

Capitol, Love, Bertolucci, Brrémaud, Ankama, 8/10, animaux, tigre, roman graphique, documentaire, 05/2011