11/09/2014

Oracle tome 3 - le Petit Roi

oracle,-tome-3---le-petit-roi-487536.jpgOracle tome 3 – Le Petit Roi

Scénario : Nicolas Jarry  

Dessin : Gwendal Lemercier

Editions Soleil

Parution:Août 2014

 

En Grèce antique, Léandre  est le roi du petit royaume de Sérifos, petite île des Cyclades sous le contrôle de la puissante Athènes.

Fils cadet et sculpteur de talent, un destin tragique a fait de lui un roi. Sa sensibilité va peu à peu lui faire prendre la guerre et ses pertes humaines en horreur, au point de se brouiller avec l’omnipotente Athènes et priver son île de sa protection.

Désappointé, Léandre s’en remet à Zeus. Celui-ci lui promet de protéger Sérifos s’il arrive à l’émouvoir en créant une statue.

Et le petit roi se met à courir le monde pour essayer de retrouver son talent longtemps enfoui au plus profond de lui- même…

 

 

La quête

Oracle est une série- concept en cinq tomes. Différents auteurs ont relevé le défi de construire un récit dans le cadre de la Grèce antique, mettant en scène un mortel qui défie un ou plusieurs dieux de l’Olympe et partageant un narrateur commun, l’oracle, liant entre tous les albums.

Jarry et Lemercier ont choisi de nous raconter l’histoire d’un artiste dont le quotidien de feu et de sang a éteint sa lumière intérieure. Sa rencontre avec le chef des dieux de l’Olympe va l’amener à retrouver sa passion.

 

http://www.images-booknode.com/book_cover/488/full/oracle,-tome-3---le-petit-roi-487533.jpghttp://

Zeus est particulièrement étonnant dans ce récit, car décrit comme terriblement proche des humains par les fêlures qu’il tente de cacher et que Léandre finira par ressentir.

Un scénario intéressant, loin des sentiers battus des récits avec ancrage mythologique, un dessin précis, des décors somptueux font de ce troisième tome un ouvrage étonnant, intelligent et qui donne à réfléchir…

Mon avis:

Isasmira

 

Écrit par Isa dans ISAVIS | Commentaires (0) | Tags : oracle, le petit roi, jarry, lemercier, soleil |  Facebook | |

05/08/2014

Jeux sans frontière - Ptiluc

jeux sans frontière,ptiluc,editions paquet,adulteAuteur : Ptiluc

Editions : Paquet

Date de sortie : juin 2014

 

Jeux sans frontière nous relate les aventures de 3 jeunes idéalistes membres de TSF – France, ONG d’aide humanitaire lorgnant du côté de MSF et médecins du monde, parcourant l’Afrique centrale afin de se rendre utiles mais confrontés aux difficultés diverses de ces régions soumises notamment aux guerres civiles.

Lors de leur long parcours, ils rencontreront dans l’ordre des enfants soldats, des missionnaires évangélistes profiteurs, des asiatiques exploitants les mines de diamants, des soldats jouant des Kalachnikov , un chef rebelle, des paparazzi de guerre (si, si), des autochtones profiteurs, des membres d’autres ONG  et même Angelina Jolie, Sting et Bono !

 

Carnets de voyage

Ptiluc a parcouru le continent Africain pendant de nombreuses années, y a croisé nombre d’ ONG et a cotoyé la réalité quotidienne des habitants et de l’action humanitaire en Centrafrique. De cette expérience, l’auteur des Rat’s en a créé une BD One-shot. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a dépassé le politiquement correct, les ONG font la course à la représentation et à l’enrichissement personnel, les enfants- soldats n’ont rien d’attendrissant, les soldats sont des psychopathes de premier ordre, les missionnaires, de gros pervers et j’en passe…

Le dessin nerveux et la découpe rythmée des planches cadrent bien avec l’urgence du récit.

Ce regard corrosif sur l’aide occidentale et son inadaptation évidente à la réalité de terrain permet la réflexion et la remise en question, notamment, du Charity Business ou de la recherche d’une certaine bonne conscience .

Néanmoins, trop de bavardages inutiles rendent la lecture longue et pesante ; les galères et rebondissements incessants vécus par le trio font perdre le fil d’un scénario- prétexte à tirer sur tout ce qui bouge en Centrafrique.

Faut- il vraiment tirer sur l’ambulance ? Si cela permet de réfléchir autrement l’aide humanitaire, le pari est réussi mais s’il s’agit juste de poser un constat impertinent sur la réalité de terrain, alors il y a malaise. Quelles sont véritablement les motivations de l’auteur ? Ce n’est pas clair…

 

Ma note :

 

 

Isasmira

 

Écrit par Isa dans ISAVIS | Commentaires (3) | Tags : jeux sans frontière, ptiluc, paquet, adulte |  Facebook | |

31/07/2014

les blondes - les animals

Couv_220085.jpg

Attention, revoici les blondes dans une compilation de leurs meilleures aventures animalières ! les pauvres animaux n’ont qu’à bien se tenir, la Blonde Académy envoie ses recrues les plus peroxydées à leur rencontre. Quelle que soit l’époque, quel que soit l’endroit, il y a toujours bien une blonde quelque part…

 

Connaissez- vous l’histoire de la blonde qui… ?

 

Que ceux qui n’ont jamais entendu ce genre de blagues d’un goût exquis arrêtent de lire cette chronique pour se plonger sans attendre dans ce bel ouvrage !

 

Mettre en images des blagues douteuses relève de la gageure (ou du suicide c’est selon…), saluons pour cela les auteurs qui n’en sont pas à leur coup d’essai (20 albums disponibles…).

 

Le niveau du scénario rend le cerveau proche de l’électroencéphalogramme plat, le dessin, pas trop mauvais dans l’ensemble, relèverai bien le niveau s’il n’y avait le (les) personnage(s) de blondes. Pourquoi se ressemblent- elles toutes ? On les a cloné ??? Toujours le même sourire sur-développé et pepsodent, toujours le rouge à lèvre couleur sang, la même blondeur fade et lisse et les mêmes implants mammaires…Franchement, c’est pas sympa, il existe quand même des blondes moins caricaturales (si,si…).

Bref, à lire après quelques bières, éventuellement vers 3h du mat'

Mon avis :

 

Isasmira

Scénario :  Gaby

Dessin :  Ozack

Editions :  Soleil

Date de sortie :  juillet 2014

 

 

28/07/2014

Cet été-là

cet été-là,tamaki,rue de sevresScénario : Mariko TAMAKI
Dessin : Jillian TAMAKI

Editions :Rue de Sèvres
Date de sortie : mai 2014

Chaque été, Rose (11 ans environ) et ses parents vont en vacances à Awago Beach. Ils y louent une maison voisine de celle de Windy et de sa maman. Windy, plus jeune d’un an et demi environ, est l’amie de vacances de Rose. Elles passent la majorité de leur temps ensemble, à jouer, se balader en vélo, aller à la plage et ce depuis qu’elles sont toute petites. Windy semble pressée de grandir et de voir son corps changer tout en gardant encore un comportement très enfantin ce qui l’oppose de plus en plus souvent à Rose qui, même si elle est plus discrète, vit les mêmes questionnements.

Cet été-là , Rose va rencontrer Dunc, grand ado travaillant à la dvdthèque du coin. Elle va aussi découvrir un univers attirant et méconnu, celui des ados qui flirtent, boivent, se charrient, roulent en voiture. Et Rose va observer leurs jeux et pénétrer leur intimité. En étant attirée par Dunc, qui la regarde comme une petite fille, elle va découvrir les rapports qu’il entretient avec sa petite amie (qu’elle déteste bien sûr), jeune fille pleine d’assurance  et  un brin vulgaire qu’il va abandonner lorsqu’elle lui apprend qu’elle est enceinte.

Pendant ce temps, la mère de Rose semble se distancier de tout, les époux accumulent querelles et malentendus sous les yeux (et les oreilles) de leur fille. Le père finit par quitter la maison, laissant la mère prostrée pendant des jours. Rose en veut terriblement à sa mère et se dispute férocement avec elle sans trop bien comprendre ce qui se passe.

Et Rose, qui connaît ses premiers émois amoureux, va être confrontée à la cruauté de la vie : le mal d’enfant, l’incompréhension malgré l’amour, l’abandon, l’envie de mourir,…

Un roman initiatique

« Cet été-là » raconte un moment charnière, le moment où la candeur de l’enfance s’estompe, où l’enfant ouvre les yeux sur le monde des adultes pour la première fois et prend la mesure des difficultés dans lesquelles s’ébat son entourage.

Le dessin en noir et blanc, la découpe des planches et le trait de Jillian Tamaki rappellent plus un manga qu’une BD de facture plus classique.

Les émotions et les sentiments des protagonistes sont joliment mis en valeur par un dessin précis et détaillé et une mise en page souvent surprenante.

Cet album s’adresse aux adultes qui veulent retrouver pour quelques temps un peu de leur innocence d’enfant et donne envie de permettre le plus longtemps possible aux enfants de conserver leur rafraîchissante naïveté.

 

Ma cote :

 

This-One-Summer-18.jpg

Isasmira

Écrit par Isa dans ISAVIS | Commentaires (1) | Tags : cet été-là, tamaki, rue de sevres |  Facebook | |