28/01/2013

Pinkerton Tome 1 - Dossier Jesse James 1875

pinkerton,jesse james,guérin,damour,glénat,grafica,westernpinkerton,jesse james,guérin,damour,glénat,grafica,westernScénario : Rémi Guérin

dessin : Damour

couleurs : Paolo Francescutto

Editeur : Glénat

Collection : Grafica

48 pages

genre : western

 

Résumé (éditeur)

Le flic le plus dangereux du Far West…
The Wild Bunch, les Dalton, les Molly Maguires ou encore Butch Cassidy, tous ces noms sont réputés pour être ceux des plus grands hors-la-loi de l’Ouest américain. Mais le monde connaît moins le nom de celui qui les a pourchassés pendant des années... Un homme qui n’a jamais lésiné sur les moyens pour arriver à ses fins, n’hésitant pas à verser le sang et semer les cadavres pour servir la justice. Allan Pinkerton, père de la police moderne, est encore aujourd’hui un paradoxe à lui tout seul, aussi dangereux que les criminels qu’il poursuivait et sans plus de pitié qu’eux. Ce premier volume évoque la traque de Jesse James, où l’on verra que la réalité fut moins enjouée que la chanson qui porte son nom...

 

pinkerton,jesse james,guérin,damour,glénat,grafica,western

La famille James dîne tranquillement dans sa ferme lorsqu’un groupe d’hommes de l’agence Pinkerton donne l’assaut pour arrêter le célèbre Jesse. L’assaut tourne au  massacre et les méthodes employées n’ont rien à envier à celles des criminels que l’agence poursuit. Tout ça pour rien : Jesse James est aux abonnés absents et les victimes sont innocentes. Les autorités et la population locales sont furax :  les frères James jouissent d’une certaine popularité car ils jouent les Robin des bois en distribuant une partie de leur butin aux habitants.

 

Pinkerton et Jesse James. Voilà deux noms emblématiques du Western. Ici, nous avons affaire à un western biographique qui raconte la fin de Jesse James. Malgré quelques libertés prises par l’auteur - notamment sur la manipulation de l’agence Pinkerton menant à la mort de Jesse James, les quelques évènements relatés sont véridiques et bien documentés mais souvent un peu trop vite survolés. Des personnalités aussi fortes auraient mérité un traitement plus approfondi. On apprend finalement peu de choses de Jesse James et de Pinkerton et c’est avec un sentiment de frustration que j’ai refermé cet album, d’autant que la fin se déroule à la vitesse de l’éclair. Une vingtaine de pages en plus ou même un second tome n’auraient pas été du luxe.

 

Le dessin incisif de Damour, bien qu'un poil trop encré à mon goût donne malgré tout un souffle épique à cette histoire. Les codes du genre sont respectés, et l’action est au rendez-vous.

 

Ma note : 6.5/10

pinkerton,jesse james,guérin,damour,glénat,grafica,western

Loubrun

21/01/2013

WW 2.2 Tome 3 - Secret Service

ww 2.2,gabella,cara,dargaud,uchronie,guerre,espionnageww 2.2,gabella,cara,dargaud,uchronie,guerre,espionnageScénario : Mathieu Gabella

Dessin et couleurs : Vincent Cara

Editeur : Dargaud

56 pages

Date de sortie : 18 janvier 2013

Genre : Aventure, Histoire, Uchronie, Espionnage

 

 

Résumé (éditeur)

Churchill s'inquiète de la tournure que prend la guerre. La victoire semble possible à une condition : l'engagement des Américains dans le conflit. Mais ces derniers constitueraient alors une menace pour l'empire britannique, Roosevelt étant un anticolonialiste convaincu. Une solution s'impose : faire assassiner Roosevelt par des agents communistes. Mais comment s'y prendre ? Churchill confie cette mission à un vieil ami...

ww 2.2,gabella,cara,dargaud,uchronie,guerre,espionnage

Comme dans toute bonne histoire d’espionnage, il y a toujours un moment ou on est complètement perdu tellement les ficelles et revirement de situations sont nombreuses . Et puis tout d’un coup les pièces du puzzle se mettent en place et tout s’éclaire.

C’est exactement ce qui se passe avec ce troisième volet de WW 2.2. L’exposition des plans prévus par Churchill est rapide claire et limpide. Mais quand on en voit l’amorce de la réalisation, on est complètement dérouté car rien ne se passe comme prévu. Entre agents doubles, taupes, manipulations, infiltrations, l’auteur se plait à nous perdre dans les méandres des combines tordues des services d’espionnage. Mais on arrive toujours malgré tout à s’accrocher à  au moins un fil de l’histoire qui nous tienne en haleine. Le suspense tient la route jusqu’aux dernières pages. C’est certes le principe de base de toute bonne histoire d’espionnage, mais ici c’est rudement bien mené.

Cette série concept qui réécrit l’Histoire de la seconde guerre mondiale en se basant sur quelques faits réels avait plutôt bien démarrée et a perdu un peu de souffle dans le second tome. Ce troisième opus quant à lui, relève le niveau et est pour l’instant le meilleur des trois tomes sortis aussi bien côté scénario que dessin.

Espérons que la suite soit au moins du même niveau, sans quoi la série pourrait vite tomber aux oubliettes.

 

Ma note : 7/10ww 2.2,gabella,cara,dargaud,uchronie,guerre,espionnage

Loubrun

14/01/2013

Tout Seul

tout seul, chabouté, vents d'ouest, roman graphiquetout seul, chabouté, vents d'ouest, roman graphiqueAuteur : Chabouté

Editeur : Vent d'ouest

collection : Intégra

Date de sortie : août 2008

368 pages

genre : Roman Graphique

 

 

Résumé (éditeur)


50 ans qu'il vit ici, sur ce caillou, dans son vaisseau de granit. Bateau immobile qui ne l'emmène nulle part et qui ne rejoindra jamais aucun port... Et pourquoi quitter ce lieu alors que le monde au-delà de cette satanée ligne d'horizon fait si peur ? Où s'évader lorsqu'on n’a nulle part où aller ? Comment combattre la solitude et empêcher que ce silence perpétuel ne devienne assourdissant ?... Des années passées sur son rocher, avec l'imagination comme seule compagne...

 

tout seul,chabouté,vents d'ouest,roman graphique


Tout Seul. C'est comme ça qu'on appelle l'habitant du phare. Personne ne l'a jamais vu, et personne ne semble se soucier de son cas. Même le marin pêcheur qui le ravitaille toute les semaines ne se pose pas de questions. Il ravitaille. C'est tout. Il aura fallu qu'il embauche un nouveau matelot pour que les choses changent.


Comment un homme isolé du monde pendant 50 ans ne sombre-t-il pas dans la folie ? Tout simplement grâce à son imagination guidée par la puissance évocatrice des mots. Ces mots prennent vie dans son esprit et lui entre-ouvre une fenêtre sur le monde. Si certains mots invitent au rêve et à l'évasion, d'autres font mal.


Au delà de la solitude et de l’imagination, ce récit évoque aussi la peur. Peur de l’inconnu, peur des autres et de leur regard, peur de rompre des habitudes, peur de la nouveauté, peur d’oser. C’est en allant au-delà de ses peurs et de ses angoisses que l’homme acquiert sa liberté.

 

Au même titre que Pratt, Tardi ou Comès, Chabouté est un Maître absolu du Noir et Blanc. Le noir intense et profond de l’encrage renforce la dureté du propos. La solitude et ses silences sont magnifiquement exprimés. Le moindre regard et la moindre attitude sont très expressifs. Dans ce monde marin de taiseux, les silences sont assourdissants et en disent bien plus que de longs dialogues. L'auteur a par ailleurs un sens du découpage et du cadrage quasi cinématographique. On lit les pages comme on suivrait les travellings d'une camera devant un grand écran, avec cet avantage de la BD sur le cinéma, que l'on peut faire une pause quand on veut.


Si les pages se tournent vite au début, on a vite fait de ralentir la cadence et de prendre un peu plus de temps à chaque page, à chaque image. Comme assis sur un rocher, on contemple les paysages maritimes et les vagabondages imaginaires de Tout Seul. Certaines évocations donnent lieu à des planches d’une intensité extraordinaire.

 

Ce récit est simplement émouvant et beau.

 

Ma note : 9/10

Loubrun

01/01/2013

Thermae Romae - Tome 4

 

Thermae Romae tome 4.jpgthermae romae,yamazaki,casterman,sakka,romain,thermesThermae Romae – Volume 4

 Scénario et dessin : Mari Yamazaki

 Editeur : Casterman

 Collection : Sakka

 184 pages

Date de parution : Octobre 2012

Manga (sens de lecture original)


Tandis que Lucius se sent responsable de la mort d’Aelius, Hadrien est fou de rage et de tristesse. Au cours d’un bain, ce dernier s’entretient avec Lucius à propos des projets de rénovation de la station balnéaire de Baïes qu’il compte léguer à son nouveau successeur. Lors de l’entretient, Lucius disparaît et se retrouve dans une station thermale dans le Japon du XXième siècle, nez à nez avec Satsuki, une sublime jeune femme. Il se trouve que cette jeune femme est une experte et une passionnée de la Rome Antique, qu’elle parle le Latin et qu’elle est à même de comprendre Lucius.

 

thermae romae,yamazaki,casterman,sakka,romain,thermes


C’est la première fois depuis le début de l’histoire qu’un personnage du monde moderne est capable de communiquer avec l’architecte Romain et qu’il s’interroge vraiment sur l’identité de cet inconnu débarquant de nulle part. Lucius ne parvenant pas à retourner dans son époque finit par être embauché dans l’auberge qui l’a accueillit et se retrouve confronté à la modernité. Lui qui n’a pas la notion du voyage dans le temps (il ne sait jamais qu’il est dans le futur) se retrouve face à des objets dont il ne peut comprendre le fonctionnement ( télévision, téléphone, ordinateur) , dans un lieu destiné au divertissement du plus grand nombre.


Mari Yamazaki donne un nouveau souffle à la série en nous offrant dans ce volume une histoire complète en lieu et place des histoires courtes qui composaient les précédents volumes. Elle rompt ainsi la routine narrative qu’elle avait mise en place et ose même une narration moins linéaire en usant de quelques flash-back pour expliquer l’histoire de Satsuki. Le fait de prolonger le séjour de Lucius dans le monde moderne lui donne par ailleurs plus d’ampleur. Tiraillé entre le désir de rentrer auprès d’Hadrien et la soif de découvrir de nouvelles choses dans ce monde étrange, il est traversé par tout un tas de sentiments donnant lieu à des situations assez amusantes.


Les chapitres sont toujours entrecoupés de doubles pages didactiques sans prétentions et très plaisantes à lire.


En se focalisant moins sur l’univers des thermes, et en donnant plus d’envergure aux protagonistes, Mari Yamazaki entame là un virage salutaire pour la série. De plus, son style graphique tout en respectant les codes du manga, reste simple et réaliste et ne devrait pas trop effrayer les reffractaires aux mangas. Avec un découpage assez classique, le sens de lecture japonais devrait être rapidement assimilé par les non initiés.


Cette série reste vraiment atypique et prouve, s'il en est besoin, à quel point la création manga est riche et diversifiée.
Si ça n'est pas déjà fait, n'hésitez pas une seconde, jetez-vous à l'eau !

 

 

Ma note : 8/10

Loubrun

 


Voir la chronique de Capitol pour les tomes 1 et 2