17/01/2017

Trou de mémoire - tome 2 - combien de temps un homme peut-il survivre sans respirer ?

trou de mémoire T2.jpgtrou de mémoire T2_couv.jpgScénario : Roger Seiter
Dessin : Pascal Regnauld
Éditeur : Éditions du long bec
56 pages
Date de sortie : octobre 2016
Genre : Polar

 

 

 

 

Résumé

Suite et fin de ce polar noir centré sur la quête d'identité d'un amnésique. Souvenez-vous : Gilford Milton s'est réveillé sur un ponton aux côtés du cadavre d'une fille et d'un revolver. Ne voulant pas être mêlé à cette histoire, il quitte les lieux au plus vite mais ne sait pas ou aller puisque le coup pris sur la tête l'a rendu amnésique. Il mène donc sa petite enquête pour savoir qui il est et se découvre une existence plus que sulfureuse. Il est riche, très riche, possède plusieurs adresses à New York, et il est connu et reconnu dans un immeuble luxueux sous un autre nom. Ah oui ! Il trouve des indices qui ne laissent aucun doute sur son état de tueur à gage... Il découvre aussi qu'il a un frère, une famille et une petite amie. Pour retrouver ses souvenirs, il décide de contacter son frère, ce qui va lui couter très cher.

 

 

 "T'en fais pas, je suis un peu médecin. J'ai un médicament qui va te soulager."

 

 

Mon avis

Si vous avez lu la série XIII, le pitch de ce polar ne vous semblera pas d'une très grande originalité. C'est dans le traitement graphique et narratif que tiennent l'originalité et la réussite de ce diptyque. Dans un style semi-réaliste parfois proche de la caricature pour les personnages, Pascal Regnauld offre un graphisme très stylisé teinté de bichromies ocres ou bleutées répandant avec simplicité et efficacité les ambiances d'un polar. Le mélange des aplats noirs et des traits blancs est vraiment harmonieux et offre des planches à la fois sombres et lumineuses.

Côté scénario, la recette est la même que dans le tome 1 : une narration efficace en voix off par le personnage principal et une vraie évolution du caractère du personnage au fur et à mesure qu'il se découvre. Roger Seiter nous tient en haleine avec la double enquête - celle de Milton sur lui-même et celle des flics sur Milton - mais il n'a pas su mettre en place un grand suspense qui aurait fait de ce polar un chef d’œuvre. On se doute malheureusement un peu vite de l'issue.

Grâce à un traitement graphique audacieux et esthétique ainsi qu'à une narration proche des romans de genre, Trou de mémoire reste un très bon polar qui réussit à sortir des sentiers battus malgré un pitch de départ sans grande originalité.

Je suis preneur pour un nouveau diptyque de la même veine, avec une intrigue peut-être un peu plus costaud.

 

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

trou de mémoire,regnauld,seiter,éditions du long bec,polar,102016,710

 

trou de mémoire,regnauld,seiter,éditions du long bec,polar,102016,710

 

trou de mémoire,regnauld,seiter,éditions du long bec,polar,102016,710

 

A lire, le tome 1

trou de mémoire,gila monster,seiter,regnauld,éditions du long bec,polar,polar noir,amnésique,092015,810

10/01/2017

Dead Body Road

dead body road, jordan, scalera, delcourt, comics, polar, vengeance, 11/2016, 3/10dead body road, jordan, scalera, delcourt, comics, polar, vengeance, 11/2016, 3/10Scénario : Justin Jordan
Dessin : Mattéo Scalera
Éditeur : Delcourt
144 pages
Date de sortie : novembre 2016
Genre : polar

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Du pur polar qui tache entre Banshee et les films de Tarantino ! Un nouveau récit noir et ultra violent par le scénariste de Luther Strode et le dessinateur de Black Science !
Orson Gage a une mission : assassiner tous ceux, sans exception, qui sont impliqués dans la mort de sa femme. Sa route le mène tout droit en Enfer. Mais Orson Gage s’en fout. Il n’a plus rien à perdre. Entre courses de voitures, meurtres, fusillades et action non-stop, rien ne l’arrêtera dans sa quête de vengeance ultime. 

 

 

" Tu es venu m'en empêcher, Yab ? Essayer de me convaincre ? Me dire de ne pas interférer ? "

 

Mon avis

Tout est parti d'un braquage qui a mal tourné, au cour du quel la femme d'Orson Gage a trouvé la mort alors qu'elle accomplissait son devoir de flic en faisant face à la bande de malfrats. Pour accomplir sa mission vengeresse, Orson sera mis sur la piste d'un des gangsters par la police elle-même, et verra sa tâche facilitée par la scission de la bande.


Débranchez vos neurones et mettez votre cerveau sur off. Justin Jordan ne perd pas son temps à poser l'intrigue et à décrire le caractère des personnages. Tout cela tient en deux pages et nous sommes plongés en deux temps trois mouvements dans le cœur de l'action. Et l'action, c'est le crédo de cet album ! Le récit ultra-dynamique au découpage très cinématographique ne laisse aucune place à la réflexion. Ça court, ça défouraille et ça jure à tout va. Tout s'enchaine dans un déferlement de violences et de vulgarité jusqu’à l'issue sans surprise de la quête menée par le gars Orson. Les dialogues, du niveau d'une cours de récré de collège, sont sans intérêt, et même pénibles à lire. Le dessin très anguleux de Mattéo Scalera semble beaucoup moins travaillé que sur Black Science. Certes, il répond à la dynamique de la narration avec son aspect taillé à la serpe, mais l'impression générale qui se dégage est plus proche du bâclage et du brouillon.


Pour reprendre le pitch de l'éditeur, on est quand même assez loin des films de Tarantino desquels se dégagent, au milieu de la violence, au moins un peu d'humour et une forme d'esthétique, complètement absents ici.


Pour se défouler après une dure journée de boulot, pourquoi pas. Et encore ...

 

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

dead body road,jordan,scalera,delcourt,comics,polar,vengeance,112016,310

 

dead body road,jordan,scalera,delcourt,comics,polar,vengeance,112016,310

 

dead body road,jordan,scalera,delcourt,comics,polar,vengeance,112016,310

 

05/01/2017

Universal war two - tome 3 - l'exode

universal war two, bajram,casterman, science-fiction, 11/2016universal war two, bajram,casterman, science-fiction, 11/2016Scénario et dessin : Denis Bajram

Éditeur : Casterman

48 pages

date de sortie : novembre 2016

genre : science-fiction

 

 

 

Présentation de l'éditeur

La première Guerre Universelle a été apocalyptique, manquant d'anéantir l'humanité. La paix à peine revenue, un effrayant et insondable ennemi frappe de nouveau le système solaire ainsi que l'idyllique Canaan. Les plus sages des humains ne savent plus que faire à part fuir. Seul la jeune Théa croit encore que la civilisation fondée par Kalish peut être sauvée. Quitte à devoir affronter les plus grands mystères de l'univers.

 

" Je crains de comprendre : vous traitez de "Kalish" tous les crétins caractériels ?" 

 

Mon avis

 

Bajram serait-il encore plus fort que Dark Vador dans Star Wars ? Après avoir pulvérisé la planète Terre, le voilà qui raye du système le Soleil, Mars, Titan, puis toutes les planètes sur lesquelles l'espèce humaine s'est installée. Canaan va-t-elle en réchapper ?

Le brave Kalish qui a voyagé dans le passé pour refonder une civilisation pacifique sur Canaan afin d'éviter les guerres, est ramené contre son gré dans le présent pour trouver une solution. Mais de solution, il n'en a pas, et n'a pas l'intention d'en trouver, consterné qu'il est de constater qu'il a été érigé en idole et est quasiment vénéré comme un dieu. Il se prend en pleine face l'échec de son projet et assiste impuissant à la disparition de toute forme de civilisation. S'il ne peut contrer ces phénomènes de destruction, il finit néanmoins par en comprendre les raisons.

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016

Œuvre majeure de la SF, Universal War 2 continue de nous faire voyager dans le continuum espace-temps, après l'époustouflant premier cycle devenu culte. Pas toujours facile à suivre, on en demeure pas moins littéralement subjugué par la grandeur, la majesté et la richesse scénaristique de l’œuvre créée par Denis Bajram.

Il accentue dans ce troisième opus les dimensions philosophiques et métaphysiques sous-jacentes dans tout le récit depuis le tome 1 du premier cycle. Comme le noir profond des Wormhole qui aspirent les planètes et des mystérieux triangles qui les englobent, le ton de ce tome 3 est d'un pessimisme noir qui nous glace d'effroi. L'humanité n'est-elle vraiment capable que de destruction, la conduisant à une sanction ultime et fatale conduite par des forces extraterrestres aussi puissantes que mystérieuses ?

Dans des décors toujours aussi somptueux et inventifs, Denis Bajram fait évoluer des personnages accessibles, crédibles et terriblement humains dans tout ce qu'ils ont de meilleur et de plus détestable. Les dialogues sont d'ailleurs souvent très crus et directs. Du coup, l'histoire n'est ni rébarbative ni hermétique malgré un scénario assez complexe. Je recommande quand même de se replonger dans les deux premiers tomes avant d'attaquer celui-ci.

Ce troisième tome est une merveille graphique au scénario qui laisse la part belle au mystère et aux questions dont les fans vont attendre les réponses avec fébrilité dans les trois tomes à venir.

 

Loubrun

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016,910

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016,910

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016,910

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016

 

 

 

 

 

 

 

les tomes 1 et 2

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016 universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016

 

 

 

 

 

 

 

A lire aussi La Guerre Éternelle (intégrale reprenant les 3 tomes) et Libre à jamais (3 tomes)

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016

04/01/2017

Prométhée - cycle 2 - tome 14 - les âmes perdues

Prométhée T14.jpgProméthée T14_pl.jpgScénario : Christophe Bec
Dessin : Stefano Raffaele

Éditeur : Soleil Production
54 pages
date de sortie : novembre 2016
genre : science-fiction

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Seule une petite partie de l’Humanité a survécu… Cette Humanité qui n’a pas voulu tenir compte des avertissements qui survenaient tous les jours à 13 heures 13, durant 13 jours. Cela aurait-il pu être évité ? Ou plutôt… Cela pourra-t-il être évité ?
En 1959, à Camp Hero, les scientifiques du projet secret Montauk voient arriver avec stupéfaction Turan, Dimbort, Lacan et Denton du XXIe siècle. Les “hommes du futur” vont devoir persuader les scientifiques du passé de la catastrophe à venir !
En 2019, de leur côté, les rares survivants de l’invasion alien tentent de survivre tant bien que mal… Pour eux, le temps est venu de brûler et d’enterrer les victimes du génocide planétaire orchestré par les extraterrestres.

 

 

Mon avis

 

Le premier cycle de Prométhée a tenu le lecteur en haleine sur 13 albums. Cette série SF brillamment écrite par Christophe Bec et dessinée par Stéfano Raffaele, est un "must have" du genre et sans doute l'une des meilleures série de ces 10 dernières années, même si le scénariste à un peu tiré sur la corde pour faire durer le plaisir.

Flirtant sur le succès de cette première saison, les auteurs ont donc décidé de poursuivre l'aventure. Pari risqué, tant les lecteurs sont exigeants et avides de nouveauté !

Fan de la première heure de cette série, ma curiosité à été piquée à l'annonce de ce 14ème tome. Mais mon enthousiasme est retombé comme un soufflé, devant un scénario compliqué, trop bavard et se perdant dans des considérations scientifico-techniques à faire pâlir de jalousie un professeur Mortimer au mieux de sa forme. Bien sûr, on est ici en face d'un album de mise en place et de démarrage d'un second cycle avec une nouvelle intrigue nécessitant quelques rappels et explications pour faire le lien avec le premier cycle. Les histoires de voyage dans le temps ne sont jamais simples à aborder, et là j'avoue avoir été vite largué.

Bref, malgré une idée de départ assez intéressante, voilà une entame de second cycle plutôt décevante qui me pousse à poser la question qui tue : était-ce bien nécessaire de poursuivre l'aventure ?

Allez, je vais rester positif en espérant une suite plus dynamique et en pariant que Christophe Bec saura exploiter comme il se doit les deux ou trois bonnes idées qu'il a amorcé dans cette nouvelle intrigue.

 

a05-3e788c9.gif



 Loubrun