14/12/2016

Les chasseurs d'écume - tome 6 - 1939, les sardines sous le contrôle de la Gast

les chasseurs d'écume,debois,fino,glénat,mer,bretagne,guerre,saga familiale, fresque sociale,seconde guerre mondiale,pêche,610,102016les chasseurs d'écume,debois,fino,glénat,mer,bretagne,guerre,saga familiale, fresque sociale,seconde guerre mondiale,pêche,610,102016Scénario : François Debois

Dessin : Serge Fino

Éditeur :  Glénat

48 pages

date de sortie : octobre 2016

genre : saga familiale, fresque sociale

 

 

 

1939. Fanch Gloaguen, le fils de Jos, est engagé pour combattre les Allemands sur le croiseur Dunkerque. Revenu d’entre les morts après la tragédie de Mers el-Kébir, il retrouve un Douarnenez bien changé. Passé aux mains des Nazis, le port vit des heures sombres, tiraillé entre les marins collabos, les résistants et ceux qui souhaitent tout simplement poursuivre la pêche malgré tout. Quel sera le choix de Fanch ?

 

"T'inquiète, les Boches franchiront jamais la ligne Maginot"

 

La saga des pêcheurs de sardine suit son court et continue de se fondre avec les évènements historiques qui ont marqués le siècle dernier. La seconde guerre mondiale n'aura épargné personne et la petite communauté des sardiniers va voir son quotidien bouleversé par l'arrivée des Nazis dans le petit port de pêche de Douarnenez. A leur échelle, les habitants du port breton vivront ce que tous les français ont vécu à cette époque. Tiraillés entre leurs intérêts personnels, la protection de leur outil de travail ou de leur famille et les enjeux supérieurs et la lutte contre l'occupant, l'heure est aux choix et aux décisions pas si faciles que ça à prendre. Et donc, comme partout ailleurs deux camps se dessinent dans le village.

L'histoire de la famille Gloaguen et des pêcheurs de sardines est toujours aussi passionnante même si sur cet épisode la grande Histoire occupe un peu plus le devant de la scène. Il n'empêche, la guerre à eu un impact sur toute l'activité économique de la France, il n'y a donc pas de raison que la sardine y échappe !

Une fois de plus les auteurs allient avec habileté fiction et réalité et nous livrent un documentaire d'excellente qualité et qui plus est parfaitement divertissant. Le dessin réaliste, précis et tout en sobriété de Serge Fino est une merveille et fait mouche à tous les coups, aussi bien sur terre que sur mer.

Rendez-vous est pris pour le tome 7, pour une autre guerre annoncée !

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

12/12/2016

Les fondus - tome 16 - les fondus de la bière

les fondus de la bière.jpgles fondus de la bière_pl.jpg

Scénario : Hervé Richez et Christophe Cazenove

Dessin : Stédo

Éditeur : Bamboo

48 pages

genre : humour

 

 

 

La bière, on en boit depuis au moins 10 000 ans. Il faut dire que ce délicieux breuvage a pas mal de vertus si on le consomme avec modération. La bière nourrit, réchauffe, désaltère, fait chanter, et ce n’est pas l’amertume qu’apporte le houblon qui y changera quoi que ce soit. Surtout chez les membres de l’association des Fondus, qui sont bien décidés à en explorer toutes les
subtilités, bulle par bulle. Car ce qui fait le charme de la bière, c’est aussi son côté féminin. N’est-elle pas tantôt brune, tantôt blonde ou tantôt rousse ? Et encore pleins d’autres couleurs que vous découvrirez dans cet album qui n’en manque pas !

 

 

" Alors, mon fils, sache que la couleur de la bière résulte des types de malts utilisés, et qu'on peut la mesurer. L'unité de mesure est l' EBC !"

 

 

Les fondus ne sont pas les premiers à s'intéresser à ce divin nectar qu'est la bière. Il y a la série humoristique du côté de chez Poje de Cauvin et plus sérieux, la saga de Van Hamme, les Maîtres de l'orge. Mais les Fondus, eux, ne sont pas là que pour nous amuser ni pour seulement nous raconter des histoires. Ils sont ici investi d'une grande mission : tout nous dire sur la bière.

Attention, le sujet est traité dans la collection humour de chez Bamboo, mais il est très sérieux ! Chez Samba BD la bière est aussi importante que la BD, comme en témoignent les réunions annuelles des chroniqueurs !

les fondus,les fondus de la bière,richez,cazenove,stédo,bamboo,humou,bière,610,112016 les fondus,les fondus de la bière,richez,cazenove,stédo,bamboo,humou,bière,610,112016

Bref, nos compères donnent de leur personne pour tout nous dire sur ce mystérieux breuvage dont les premières traces remontent à 10.000 ans : ses nombreuses vertus ; les différentes façons de la brasser ; les différents modes de fermentations ; pourquoi il y a des brunes, des blondes, des rousses ; pourquoi le 1/2 fait 25 cl et non 50 ; combien de temps exactement il faut pour servir correctement une Guinness (très important ça !)... Les fondus explorent le sujet à fond et nous expliquent tout avec beaucoup de sérieux et un peu d'humour, quand même. Et puis en fin d'ouvrage, les amateurs du "home made" pourront suivre le tutoriel (c'est comme ça qu'on dit maintenant pour mode d'emploi) pour fabriquer eux-même leur bière.

Un peu d'éducation ne peut pas nuire à la santé !

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

 

 

09/12/2016

Terminus 1 - tome 2 - le fruit défendu

terminus 1, ponzio, le tendre, ankama, wul, stephan wul, science-fiction, ressources, 5/10, 10/2016terminus 1, ponzio, le tendre, ankama, wul, stephan wul, science-fiction, ressources, 5/10, 10/2016Scénario : Serge Le Tendre

Dessin : Jean-Michel Ponzio

Éditeur : Ankama

48 pages

date de sortie : octobre 2016

genre : science-fiction

 

 

Guidé par Diaz qui ignore tout de son véritable objectif, Julius entame une longue et dangereuse ascension vers le gisement de palladium à travers les montagnes les plus hostiles du système. Sa survie dépend d’une valise. Une valise contre la fournaise du désert jaune, contre les singes volants aux serres acérées, contre les Velus cannibales, gardiens du précieux métal. Mais Julius n’a d’autre choix que de revenir en vie s’il espère revoir Stella, laissée en sécurité à Fort Signal. À moins qu’elle ne soit déjà partie le retrouver… dans les grandes forêts aux charmes mortels de la station Terminus 1…

 

" Étranges ces arbres, vous avez vu ? la haut, on dirait ... des hommes ! "

 

Un second tome qui nous sort des confins de l'espace pour nous entrainer sur une chaude planète regorgeant d'un trésor caché et de curieuses créatures. Avec le héros en quête du précieux métal, l'histoire prend ici une tournure aux relents westerniens assez amusants qui finit par dériver en espèce de romance dramatique pour le moins curieuse.

L'enthousiasme que j'avais pour le tome 1 se transforme ici en déception et le message habituellement clair dans les œuvres de Stephan Wul se délite dans une intrigue sans grande saveur. Je m'attendais à quelque chose de plus grand, et un message fort sur les ressources minières et les enjeux politiques liés à leur exploitation. J'attendais du Wul, quoi ! Bon, on va dire que ça n'est sans doute pas le meilleur cru de Stephan Wul...

Restent les planches fabuleuses et les décors superbes plantés par Jean-Michel Ponzio, qui arrivent à faire oublier le traitement très photographique des personnages, qui a parfois du mal à passer.

 

a05-3e788c9.gif

 

 

Loubrun

 

 

A lire le tome 1

terminus 1, ponzio, le tendre, ankama, wul, stephan wul, science-fiction, ressources, 5/10, 10/2016

04/12/2016

Chroniques courtes (119) - Drifter T3 ,Les naufragés dYthaq T14

Drifter T3.jpgDrifter T3_pl.jpgScénario : Ivan Brandon

Dessin : Nic Klein

Éditeur : Glénat Comics

128 pages

genre : science-fiction

 

 

 

Abram Pollux est de retour à Ghost Town, bien déterminé à rendre des comptes. Mais cette fois-ci, les règles ont changé. De nouvelles alliances ont été conclues et les vieux amis deviennent les nouveaux adversaires. Chaque pas de Pollux vers la vérité le rapproche un peu plus de l’enfer...

 

 

Je suis bien embêté avec cette série SF ! Moi qui aime la SF, je reste perplexe devant Drifter qui a reçu beaucoup de bonnes critiques. Suis-je le seul à ne rien comprendre à cette histoire ? L'éditeur nous parle d'un "space opéra introspectif et d'un western initiatique" ... Pour le côté space opéra, c'est entendu ; pour le reste je parlerai de nébuleuse imperméable au scénario totalement impénétrable et de scénario plus qu'abscon... Seul le dessin est splendide et me pousse à tourner les pages.

a02-3e788b1.gif

 

 

Loubrun

--------------------------------------------------------------------------

 Les naufragés dYthaq T14 : le joyau du genie.
drifter,klein,brandon,glénat comics,210,102016drifter,klein,brandon,glénat comics,210,102016Dessin : Adrien Floch.
Scénario : Christophe Arleston.
Editeur : Soleil.
48 pages.
Sortie : 23 novembre 2016.
Genre : space opéra.

 

 

Échoués tel une baleine sur la planète Glèbe, l’astronavigatrice Granite, le mécano-poète Narvath et la cyborg Danaëlle n’ont qu’un objectif : s’emparer d’un vaisseau « purpre »… mais la route est longue et semée d’embûche.
Encore un tome où j’ai l’impression qu’on fait durer les choses pour le plaisir. Par exemple, la guerre des makis entre Roc-aigre et Bois-mouillé ressemble fort à un interlude de remplissage.
Les décors de Fred Blanchard sont réellement un plus pour cette série par contre les personnages d’Adrien Floch sont devenus vraiment trop lisses surtout au niveau des visages (on dirait des gosses). Et ce n’est pas la multi liftée dynaste Callista qui viendra me démentir.
J’arrête là mes propos séditieux car si vous êtes au tome 14, c’est que vous aimez cet univers et ses protagonistes. Ah l’amour et la collectionnite aiguë, les deux mamelles qui boostent les tirages et remplissent les bibliothèques !

a05-3e788c9.gif global.


Samba

________________________________