20/10/2016

Jules Verne et l'astrolabe d' Uranie - tome 1/2

Jules Verne et l'astrolabe d'Uranie, Gil, Puerta, Ankama, littérature, Jules Verne, hommage, aventure, 8/10, 09/2016Jules Verne et l'astrolabe d'Uranie, Gil, Puerta, Ankama, littérature, Jules Verne, hommage, aventure, 8/10, 09/2016Scénario : Esther Gil

Dessin : Carlos Puerta

Éditeur : Ankama

48 pages

date de sortie : 23 septembre 2016

genre : aventure

 

 

 

Été 1839. Alors qu’il n’est encore qu’un enfant rêveur, Jules Verne fugue. Son escapade le mène dans le port de Nantes où il assiste à une étrange scène : un homme acquiert un astrolabe qui serait doté d’un fabuleux pouvoir. 28 ans plus tard, l’écrivain embarque pour les Amériques afin d’y trouver l’inspiration. À bord, il croit reconnaître celle qu’il a tant aimée et qu’il pensait morte… Mais qui est ce mystérieux savant nommé Orpheus qui semble la retenir prisonnière ? Que manigance cet homme et quel lien peut-il avoir avec ce qu’il a vu dans son enfance ? Pour le découvrir, Jules se lance à la poursuite d’Orpheus. De New York aux chutes du Niagara, il devra braver mille dangers dans ce monde que l’on qualifie de « nouveau » et qui lui inspirera tant de voyages extraordinaires.

 

Jules Verne et l'astrolabe d'Uranie, Gil, Puerta, Ankama, littérature, Jules Verne, hommage, aventure, 8/10, 09/2016

 

Un des plus grands romancier d'aventure de la fin du XIXème siècle qui a fait rêvé et voyager grâce à sa plume des générations de jeunes lecteurs se voit devenir ici le héros d'une aventure qu'il n'aurait pas lui-même renié.

Esther Gil, après avoir tutoyé un épisode de la vie de Victor Hugo (Victor Hugo, aux frontière de l'exil) se livre de nouveau à une incursion en littérature en partant sur les traces de Jules Verne. Pour être tout à fait exact, elle ne suit qu'a peu près ses traces puisqu'elle imagine une histoire fictive dans laquelle se mélangent mystères, sciences et voyage en se calant sur des situations bien réelles de la vie de l'écrivain. Situations qui permettent de le découvrir sous un angle inédit. Le gros travail de documentation effectué par les auteurs se ressent dans toutes les pages donnant du crédit à toutes les scènes. Ainsi, le Paris en chantier de l'époque Haussmannienne est vraiment réussi et laisse imaginer aisément le bouleversement que la capitale française était en train de vivre. Idem pour les séquences mettant en scène le Great Eastern sur lequel embarque Jules Verne pour rejoindre le nouveau monde.

Jules Verne et l'astrolabe d'Uranie, Gil, Puerta, Ankama, littérature, Jules Verne, hommage, aventure, 8/10, 09/2016

On dit qu'en BD ce que l'on voit en premier c'est la couleur, puis ensuite le dessin. Mais parfois la couleur mange le dessin et lui fait perdre de sa puissance évocatrice et narratrice. Rares sont les dessinateurs comme Carlos Puerta dont on apprécie les planches dans leur globalité, comme une toile dans un musée. Ses planches – notamment dans les scènes d'action et particulièrement les scènes en mer – sont d'une force incroyable et d'une beauté absolue même si l'aspect peinture donne de temps à autre aux personnages un air un peu figé. Il n'empêche, les visages très expressifs, les détails poussés de tous le décors et accessoires associés à une narration et une écriture soignées, donnent au final un récit très vivant.

Jules Verne et l'astrolabe d'Uranie, Gil, Puerta, Ankama, littérature, Jules Verne, hommage, aventure, 8/10, 09/2016

Il serait bon que le talent de ce grand peintre/dessinateur soit connu et reconnu d'un public un peu plus large. Et si ça pouvait au passage insuffler l'idée à un éditeur de reprendre la série Adamson honteusement abandonnée au bout de trois albums ... j'en connais plus d'un que cela réjouirait.

On attend cependant ardemment le second volet de cette aventure épique pour lever le voile sur tous les mystères et questions posées dans ce premier tome.

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

Le blog des auteurs

Carlos Puerta : http://carlospuerta-art.blogspot.fr/ 

Esther Gil : http://esthergil.blogspot.fr/

 



Abonnez-vous à la newsletter


 

 

 

19/10/2016

Shangri-la

shangri-la,bablet,ankama,science-fiction,pouvoir,consumérisme,génétique,910,102016shangri-la,bablet,ankama,science-fiction,pouvoir,consumérisme,génétique,910,102016Scénario et dessin : Mathieu Bablet

Éditeur : Ankama

220 pages

date de sortie : septembre 2016

genre : science-fiction

 

 

 

Dans un futur lointain, la Terre est devenue inhabitable pour cause de pollution irréversible et ce qui reste de l'humanité s'est réfugié dans une station spatiale loin de la planète bleue. La vie à bord de ce vaisseau gigantesque est entièrement régie par la société Tianzhu. Tout lui appartient, à commencer par le vaisseau. Tout le monde travaille pour Tianzhu et tous les biens de consommation sont produit par Tianzhu. Dans un monde où les religions n'existent plus, cette multinationale se pose comme le dieu du matérialisme et du confort, à qui presque tous vouent un culte quasi aveugle. C'est le cas de Scott, bon ouvrier de Tianzhu qui se laisse guider comme tout le monde par les propagandes publicitaires omniprésentes "Acheter, Aimer, Jeter, Acheter" ; "Travailler, Dormir, Travailler" ; "Faire un crédit, Acheter, Rembourser" ... et vit dans une forme d'aliénation consentie.

Dans ce contexte de "société parfaite", les hommes veulent repousser leurs propres limites en mettant en place un programme visant à créer la vie à partir de rien sur Shangri-La, une des régions les plus hospitalières de Titan.

Un groupe rebelle mené par le frère de Scott refuse ce totalitarisme ultra-consumériste et voit clair dans le jeu des dirigeants de Tianzhu. Les rebelles, que Scott a rejoint, finiront par faire une découverte incroyable qui ne fera que renforcer leurs convictions et mènera fatalement au chaos...

shangri-la,bablet,ankama,science-fiction,pouvoir,consumérisme,génétique,910,102016

Premier titre de science-fiction du label 619 des éditions Ankama, Shangri-la est une fresque de plus de 200 pages réalisée par Mathieu Bablet (La belle mort ; Adrastée). Une fois n'est pas coutume, je vous annonce d'entrée le prix de l'ouvrage : 19,90 €. Vous avez bien lu et il n'y a pas d'erreur de frappe. Une BD à moins de 20 euros, avec une belle couverture, un dos toilé du plus bel effet et une impression sur un papier de qualité, ça ne court pas les librairies et ça vaut le coup d'être signalé. Et vous n'allez pas me contredire, mais un bel écrin qui tape dans l’œil, ça titille la curiosité. Alors comme mon libraire fait bien son boulot et me connait bien, je suis sorti de la librairie avec ce petit pavé sous le bras.

shangri-la,bablet,ankama,science-fiction,pouvoir,consumérisme,génétique,910,102016

Pour le contenu, ça commence très fort avec une introduction aux décors majestueux qui nous donnent le ton de ce qui va suivre graphiquement. On en prend plein les yeux et si l'on prend le temps de s'attarder sur les planches, on ne peut qu'admirer le trait incroyablement minutieux de Mathieu Bablet et la multitude de détails qui animent les cases. Les intérieurs du vaisseau spatial sont d'une crédibilité bluffante à tel point qu'on a l'impression d'évoluer dans des univers connus comme des couloirs de métro ou des centres commerciaux ultra modernes. Le réalisme est poussé à l'extrême avec un foisonnement de petits détails qui rendent les scènes vivantes et animées conférant à l'histoire cohérence et réalisme. Le choix des couleurs est très bien vu aussi. Ocre, bleu, jaune, kaki, gris, Mathieu Bablet réussi à faire entrer un peu de couleurs dans ce vaisseau ou le soleil n'entre jamais, en jouant avec des palettes aux tons monochromes répondant chacune à une ambiance précise.

shangri-la,bablet,ankama,science-fiction,pouvoir,consumérisme,génétique,910,102016

Seul bémol au niveau graphique : les personnages. A part deux ou trois personnages centraux, ils se ressemblent tous, ont le visage plat et peu expressif et ont parfois un sérieux problème de proportions. L'auteur est conscient de cette faiblesse : "Si j’adore dessiner les décors, les personnages me donnent plus de mal. Leur visage est ma bête noire, je peine à leur donner des traits différents. ".

 

shangri-la,bablet,ankama,science-fiction,pouvoir,consumérisme,génétique,910,102016

Côté histoire, l'auteur ne révolutionne pas le genre mais dresse de manière très cohérente une fable assez effrayante mettant en relief les dérives d'une société cédant aux sirènes de l'ultra consumérisme. Les thématiques sont multiples : complot, dictature consumériste, manipulations génétiques, esclavage, minorités, addiction aux technologies, pouvoir, politique, racisme, dérives scientifiques, autant de thèmes qui s'imbriquent subtilement les uns avec les autres et qui façonnent un récit d'une grande intelligence, même si l'attaque à peine dissimulée contre la marque à la pomme peut paraitre un peu lourde et redondante.

shangri-la,bablet,ankama,science-fiction,pouvoir,consumérisme,génétique,910,102016

Les œuvres de science-fiction et d'anticipation ont cette faculté de nous renvoyer notre propre image, et plus généralement de nous mettre face aux errements et aux dérives de la société.

Ce space-opéra ne déroge pas à la règle en posant des questions et des problématiques pertinentes et surtout très actuelles. Les parallèles entre les évènements de cette fiction et notre société sont saisissants. Ainsi, le rapport de l'homme à la technologie et à la science, ce qu'il peut et veut en faire, ce qu'il en fait finalement ; le pouvoir et la propagande, la manipulation des masses ; le rapport à la différence et comment un pouvoir en place peut utiliser une minorité (ici représentée par les Animoïdes, métissage animaux/humains) pour arriver à ses fins ; et finalement - et c'est peut-être là la thématique principale -, le pouvoir de dire non et de refuser l'asservissement à toute forme de dictature quelles qu'en soient les conséquences.

Les auteurs de science-fiction et d'anticipation ont souvent un pouvoir de prédiction étonnant. Les hommes politiques seraient bien inspirés d'en lire davantage, ce qui pourrait éviter pas mal de conneries ...

 

En attendant, je vois un bel avenir ainsi qu'une bonne place dans les incontournables de la SF pour cette histoire maitrisée de bout en bout et offrant différents niveaux de lecture.

Amateurs de Science-fiction : Achetez, Lisez, Relisez ...

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

 

shangri-la,bablet,ankama,science-fiction,pouvoir,consumérisme,génétique,910,102016

14/10/2016

Sept - tome 18 - 7 héros

sept,7 héros,brionnes,salvia,delcourt,aventure,super héros,610,082016sept,7 héros,brionnes,salvia,delcourt,aventure,super héros,610,082016Scénario : Matthieu Salvia

Dessin : Philippe Brionnes

Éditeur : Delcourt

62 pages

date de sortie : août 2016

genre : aventure, super héros

 

 

 

Hector, un vieil homme désabusé qui semble vivre une retraite paisible est interpellé un beau matin par les services d'une agence gouvernementale. Sous ses apparences de monsieur tout le monde, Hector porte en fait un lourd passé qu'il a réussi jusqu'à ce jour a cacher des autorités et du monde. Il possède un super pouvoir qu'il n'utilise plus depuis des lustres. En mettant la main sur Hector, le gouvernement compte bien découvrir l'origine de son pouvoir et le cas échéant l'exploiter en le confrontant à cinq autres de ses semblables déjà présents dans un complexe de recherche ultra sécurisé. Alors que les super-héros à la retraite semblent dociles dans leur prison dorée, Hector découvrira qu'ils sont en fait fermement décidés à s'évader et que les intentions du gouvernement ne sont pas si louables que ça.

 

sept,7 héros,brionnes,salvia,delcourt,aventure,super héros,610,082016

Les super-héros ont le vent en poupe, surtout au cinéma avec la pléthore de superproductions qui envahissent les écrans chaque année. Mathieu Salvia exploite le filon et entre par la grande porte dans le monde de la BD avec ce premier scénario qui rejoint la série concept Sept des éditions Delcourt. Série fleuve déclinée en saisons comptant chacune 7 épisodes réalisés par des auteurs différents, cet album est le quatrième opus de la saison 3.

Si l'idée de présenter des super-héros à la retraite est plutôt originale elle n'en est pas pour autant d'une grande innovation. D'autres artistes ont imaginé la chose comme Eddie Liu, Donald Soffriti ou Gilles Barbier que j'ai trouvé après une très rapide recherche sur le net. Le concept a sûrement été traité dans les comics ; mes camarades spécialistes de la BD US pourront nous apporter sans doute des précisions sur le sujet.

Ceci étant, le récit démarre ici sur de bonnes bases et le côté frenchy des super-héros est assez sympathique, sans verser dans le ringard. L'auteur réussit même à nous surprendre en faisant twister l'histoire d'une opposition super-héros vs gouvernement vers un autre combat inattendu légitimant le label "super-héros" de l'album.

sept,7 héros,brionnes,salvia,delcourt,aventure,super héros,610,082016

Les connaisseurs y trouveront donc les clins d’œils à l'univers des comics. Pouvoirs extraordinaires (voler, invisibilité, passer à travers les murs, avoir le corps qui résiste à toutes les agressions ...), super vilain, gouvernement qui tente de s'approprier le filon ... rien de vraiment nouveau sous le soleil, mais globalement assez bien fait.

Par contre, ces mêmes connaisseurs habitués des comics aux paginations conséquentes seront peut-être aussi frustrés du manque de profondeur des personnages. Le format franco-belge de 63 pages ne permet pas de développer a fond la veine "super-héros usés" qui est finalement peu exploitée.

Côté graphisme, Philippe Briones en connait un rayon en matière de super-héros puisqu'il est présent sur plusieurs productions de comics comme X Men, New Suicide Squad ou encore Spider Man. Il se cantonne néanmoins au format franco belge en pariant sur un découpage aéré et sobre. Le trait est d'une précision quasi chirurgicale avec une mention spéciale pour les traits des personnages particulièrement expressifs.

Ces super-retraités nous offrent un moment de lecture agréable, mais franchement, je ne sais pas s'il réussiront à convaincre les amateurs de comics.

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

 

 

13/10/2016

The Long and Winding Road

The Long and Winding Road, Christopher, Pellejero, Kennes Editions, rock, rock'n roll, hippies, beat génération, combi volkswagen, seventies, 70', île de wight, wight, concert, road movie, road trip, chronique sociale, roman graphique, 10/2016,9/10The Long and Winding Road, Christopher, Pellejero, Kennes Editions, rock, rock'n roll, hippies, beat génération, combi volkswagen, seventies, 70', île de wight, wight, concert, road movie, road trip, chronique sociale, roman graphique, 10/2016,9/10Scénario : Christopher

Dessin : Ruben Pellejero

Éditeur :  Kennes Editions

184 pages

date de sortie : 6 octobre 2016

genre : roman graphique, chronique sociale, Rock'n Roll

 

 

"Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage " disait le poète. C'est pourtant sans joie que notre Ulysse entreprend le voyage posthume que lui propose son père, Lucien. En guise de dernière volonté, celui-ci l'invite à répandre ses cendres sur l'île de Wight, en Angleterre, en suivant le même périple que lui lorsqu'il s'était rendu au mythique concert de 1970. Une odyssée rock qui avait changé le cours de sa vie. Et qui pourrait bien changer la sienne... Sur une bande-son d'époque, au volant d'un combi Volkswagen hors d'âge et flanqué des trois compagnons de jeunesse de son père, tous plus barges les uns que les autres, Ulysse empruntera donc la route longue et sinueuse qu'ils avaient suivie quelques années plus tôt. Au-delà de la ligne blanche, Ulysse découvrira que son père n'était pas ce petit bourgeois étriqué pour qui il n'avait jamais eu grande estime. Et à travers lui, il comprendra mieux d'où il vient et qui il est vraiment. Un voyage intérieur d'une rare intensité !

 

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

 

 

Quel drôle de titre improbable, à rallonge et aussi difficile à retenir qu'à prononcer pour nous pauvres français nuls dans la langue de Shakespeare ! Si le grand William ne vous inspire pas, qu'a cela ne tienne, tournez-vous plutôt vers d'autres sources d'inspiration, musicales et so British par exemple, ou bien vers un autre William, américain lui, S. Burrough de son nom et chantre de la Beat Generation. Quant à ce titre qui claque comme une douce mélopée Rock, ça tombe bien, il sort tout droit du dernier album qu'ont produit les Beatles, Let it Be, en mai 1970.

1970, année du deuxième plus grand concert Rock de tous les temps, le Woodstock Européen, qui eut lieu au mois d'août sur l'île de Wight en Angleterre et qui rassembla entre 600.000 et 700.000 spectateurs.

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

Christopher (Love Song, Les Filles, Les colocataires) nous fait vivre ce concert par procuration en nous plongeant au cœur d'un road trip intimiste, bercé par une anthologie de la musique rock de l'âge d'or des années hippies. En accomplissant les dernières volontés de son père, Ulysse vit une odyssée qui le mène face à sa propre histoire et se transforme en voyage initiatique et introspectif. Durant ce long périple, il ira à sa propre rencontre et découvrira un père radicalement différent de celui qu'il a connu, levant le voile sur la face cachée de sa personnalité.

Flanqué de Alain, Jacques et William, les trois anciens compagnons de route de Lucien toujours animés par la rock attitude, le voyage devient une véritable aventure teintée de nostalgie pour les uns, de découvertes et d'expérimentations pour les autres. C'est un vrai régal que de suivre ce voyage aux accents psychédéliques et on a qu'une envie c'est de prendre place à bord du Commodore, le combi Volkswagen personnage à part entière de l'histoire, aux côtés de ces trois papys du rock, roublards et irrévérencieux, mais vachement sympathiques et ayant le cœur sur la main.

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

D'ailleurs, Christopher nous fait quasiment monter à bord grâce à une narration découpée en chapitres courts arborant chacun un titre emblématique des années 70. 180 pages divisées en 45 chapitres, et autant de titres composant la playlist. Et quelle Play list ! Les K7 audio défilent les unes après les autres dans le vieil autoradio du Combi. Que des grands noms de l'époque, The Rolling Stones, Procol Harum, Jethro Tull, Ten years after, Grateful Dead, Neil Young, Bowie, et j'en passe ... Une playlist composée avec minutie et précision (excepté Hotel California toutes les musiques sont antérieures au concert de Wight de 1970) où chaque titre fait écho à l'action et au nouveau regard sur le monde que porte Ulysse. On commence avec You Can't Always Get What You Want des Stones quand Ulysse part à l’enterrement de son père en maugréant contre lui et ses dernières volontés ; puis The Dead Man's Dream de Procol Harum pendant les obsèques ; ou encore Lay Lady Lay de Bob Dylan, quand on fait la connaissance de l'amour de jeunesse de Lucien ... chaque morceau est en symbiose parfaite avec l'histoire.

 

"- Putain, c'est les Deads ! Vous ne connaissez pas les Deads, petits merdeux ?

- les Deads ?

- Les Grateful Deads !

- Alain, monte le son et fait passer les buvards ! "

 

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

Mais revenons sur les trois personnages truculents qui donnent cette dimension très Rock'n roll au récit. Évidemment, le lecteur averti aura vite fait la comparaison avec les trois vieux anar de la série Les Vieux Fourneaux de Wilfried Lupano. N'y voyez pas là de plagiat ou d'influence pour surfer sur le succès – mérité – de cette série. Comme me l'a révélé Christopher, The Long and Winding Road est l'aboutissement de 4 ans de travail et les planches étaient en cours de réalisation quand les Vieux Fourneaux sont sortis.

Ces trois papys du rock, piliers du récit et guides spirituel d'Ulysse, font référence aux trois piliers de la Beat Generation que furent Allen Ginsgerg, Jack Kerouac et William S. Burrough. Petit clin d’œil invisible parmi d'autres que l'auteur a glissé dans son histoire.

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

La mise en image de cette folle équipée, on la doit au renommé Ruben Pellejero. Connu du grand public depuis sa reprise de Corto Maltese en 2015, Ruben noircit des planches de Bd depuis le début de années 80. Dessinateur accompli au style reconnaissable avec un trait souple et expressif, marqué par un encrage prononcé, il n'a collaboré qu'avec peu de scénaristes dont le principal est l'argentin Jorge Zentner. C'est donc un immense privilège pour Christopher que d'avoir pu bénéficier du talent de Ruben Pellejero pour animer cette histoire. Car Christopher dessine aussi, et il aurait très bien pu mettre lui-même son histoire en image, ce qui était d'ailleurs son intention première. Mais, comme il le dit lui-même : " on ne peut pas refuser les services de Ruben s'il est disponible et s'il dit oui au projet". Évidemment ...

Pellejero nous livre une mise en scène classique et ne cède pas à la tentation d'une surenchère d'imagerie psychédélique qui aurait pu rendre les planches indigestes, ou trop caricaturales. Là, c'est simple, expressif, aéré ou détaillé quand il le faut et redoutablement efficace. Comme le Rock'n Roll !

Sans tomber dans la démesure, dans l'outrance ou la caricature, on retrouve l'ambiance sex, drugs and Rock'n roll propre à cette époque musicale et un vent de liberté et d'insouciance qui font un bien fou en ce début de 21ème siècle tourmenté.

Avec The Long and Winding Road, jamais le terme d'album, désignant aussi bien une BD qu'un disque, n'aura été aussi bien porté.

Voilà donc un album à lire et a écouter, à relire et ré-écouter, sans limites et sans modération, et c'est un sacré coup de cœur !

 

 

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

 

 

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

La BO de la BD sur Spotify ou sur Deezer