11/04/2016

Deepwater prison - Tome 3 - Évasion

deepwater prison, bec, raffaele, soleil production, anticipation, prison, fantastique, trhriller, 7/10, 02/2016deepwater prison, bec, raffaele, soleil production, anticipation, prison, fantastique, trhriller, 7/10, 02/2016Scénario : Christophe Bec
Dessin : Stefano Raffaele
Éditeur : Soleil
48 pages
Sortie : février 2016
Genre : thriller, anticipation

 


 

Stewart et ses compagnons d'évasion mettent à exécution leur plan pour s'échapper de cette énorme boite de conserve échouée à 900 mètres de profondeur. La clé de la porte de sortie, c'est Elaine Rosenberg, la représentante du gouvernement chargée d'enquêter sur le naufrage de la plateforme pétrolière. Alors qu'ils la prennent en otage, celle-ci n'oppose aucune résistance et semble prête à collaborer avec les fugitifs. Elle a découvert que la Prométheus Oil et le directeur de la prison faussaient les résultats de son enquête pour préserver leurs intérêts.

 

"Je vois autour de moi une dizaine d'objets qui vous paraissent anodins mais avec lesquels je pourrai vous tuer en une fraction de seconde !"

 

Dans un final oppressant et glauque à souhait, Christophe Bec conclut cette aventure abyssale de belle manière mais sans grande surprise. L'explosion de la cocotte minute pressentie dans le tome 2 n'a pas vraiment lieu, bien que l'exécution du plan d'évasion soit soumis à quelques situations des plus sordides et non dénuée d'action et de rebondissements. La narration tourne essentiellement autour de l'évasion et les manœuvres mises en place pour contrer la représentante du gouvernement ne sont pas suffisamment développées. Il y a pourtant matière à faire quelque chose d'explosif avec ce mélange de cynisme exacerbé des toutes puissantes compagnies pétrolières et la déshumanisation sordide et sans morale qui règne dans les prisons laissées en quasi auto gérance. Bref, j'aurais aimé voir un télescopage plus franc entre les deux intrigues développées depuis le début.

On s'interroge aussi dans ce tome 3 sur l'utilité d'avoir introduit un pseudo suspense autour des monstres marins présents dans le premier tome. Leur présence ne sert pas vraiment le scénario si ce n'est à mettre un obstacle supplémentaire dans le plan d'évasion, et comme faire valoir pour la cause écologiste.

Graphiquement, cet album est dans la lignée des deux précédents et le talent de Stefano Raffaele n'est plus à démontrer. Le style hyper réaliste donne des planches assez froides, ce qui colle parfaitement à ce récit, auquel le découpage et les cadrages serrés donnent tout le rythme et le mouvement qu'il faut.

Si ce troisième tome déçoit un peu, les trois albums forment un ensemble cohérent pour un bon thriller d'anticipation oppressant, violent, angoissant, comme sait si bien les faire Christophe Bec. A déconseiller toutefois aux claustrophobes !

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

 

 

08/04/2016

Rimbaud, l'explorateur maudit

Rimbaud l'explorateur maudit.jpgRimbaud l'explorateur maudit_pl.jpgScénario : Philippe Thirault
Dessin : Thomas Verguet
Éditeur : Glénat
48 pages
Sortie : mars 2016
Genre : biographie, Histoire

 

 

Présentation de l'éditeur

On connait Rimbaud le poète. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’à l’âge de 29 ans, il partit seul étudier une région dangereuse et inexplorée de l’Éthiopie. Ce travail fut publié par la Société de Géographie française. C’est sur les traces de ce Rimbaud « l’explorateur » que part Valentin Bracq, son ami d’enfance. En 1892, il arrive à Harar dans l’ancienne maison de l’auteur. Rimbaud est déjà mort de la gangrène. Valentin va alors mener une véritable enquête, et revivre le voyage de son ami en Abyssinie comme si c’était le sien.

 

rimbaud l'explorateur maudit,glénat,thirault,verguet,voyage,biographie,histoire,afrique,poête,610,032016

 

 

Mon avis

On pourrait se poser la question quant à la présence du poète tourmenté dans la belle collection Explora dont l’objectif est de nous plonger "au cœur de la véritable histoire des grands explorateurs et de leurs expéditions extraordinaires." Rimbaud est plus évocateur de poésie que de voyages. Quoique, les écrivains, et les poètes en particulier ont cette faculté de nous faire voyager à travers les mots qu'ils couchent sur le papier.

Rimbaud ne déroge pas à la règle et ses vers qui comptent parmi les plus beaux que la poésie nous ait offerts sont à eux seuls une invitation au voyage ou tout simplement à l'évasion. Et d'évasion, il en aura été question durant toute la vie du poète, comme nous l'explique Christian Clot dans les huit pages du dossier historique en fin d'album.

Brillant et impétueux écrivain introduit très jeune dans le gotha littéraire parisien, Rimbaud s'est vite ennuyé et son tempérament explosif et violent a fini par lui faire perdre de nombreuses amitiés. Ajoutant à cela sa relation tumultueuse avec Verlaine, il n'en fallait guère plus pour le pousser à prendre le large et sombrer dans une fuite en avant irréversible.

Philippe Thirault choisit de nous raconter à sa façon la période "écrivain / voyageur / commerçant / trafiquant" de Rimbaud. Durant 10 ans il arpenta la région méconnue à l'époque entre Aden et Harar dans un pays qui s’appelait alors l'Abyssinie.

L'option narrative choisie par Thirault ne permet malheureusement pas de prendre la mesure de la folie douce et du génie qui animait l’écrivain. En lançant sur ses traces un ami chargé de récupérer ses effets personnels, on a l'impression d'assister à une enquête et de n'être que spectateurs des faits évoqués, un peu comme des badauds flânant d'un œil distrait devant de belles vitrines animées. Le dossier historique en fin d'album nous en apprend plus et est finalement beaucoup plus intéressant que la BD

Le dessin est assuré par Thomas Verguet. Son trait fin expressif et épuré agrémenté de couleurs aux tonalités chaudes et douces donne des planches agréables à l’œil dans lesquelles il est bon de s'évader.

L'exercice de la biographie romancée est difficile, d'autant quand il s'agit d'une figure du patrimoine littéraire dont on veut montrer une facette peu connue. Ici, l'exercice n'est ni raté ni désagréable, mais on a un léger goût d'inachevé et ce sentiment que les pistes explorées par les auteurs ne l'ont pas été jusqu'au bout.

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 





 

 

 

07/04/2016

Velvet - Tome 2 - Avant de mourir

velvet, brubaker, epting, breitweiser, delcourt, comics, polar, thriller, espionnage, 9/10, 02/2016velvet, brubaker, epting, breitweiser, delcourt, comics, polar, thriller, espionnage, 9/10, 02/2016Scénario : Ed Brubaker
Dessin : Steve Epting
Éditeur : Delcourt
115 pages
Sortie : février 2016
Genre : comics, thriller, espionnage

 

 

Résumé des tomes 1 et 2

Dans une ruelle sombre du Paris du début des années 70, un agent d'une organisation d'espionnage ultra secrète est assassiné. Le directeur de l'agence ARC-7 provoque une réunion de crise en pleine nuit. Sa secrétaire particulière, Velvet Templeton est de la partie. Une certitude s'impose rapidement : il y a un traitre dans l'organisation, il faut le démasquer au plus vite. Alors que Velvet épluche le dossier de l'agent tué et y découvre des incohérences, un coupable semble avoir déjà été trouvé par le reste de l'équipe. Il s'agit d'un agent à la retraite, Frank Lancaster. Coupable improbable à ses yeux, elle se rend dans une de ses planques connue d'elle seule. Alors qu'elle y découvre le cadavre de Lancaster, les hommes de l'agence pénètrent de force dans l'appartement et la désignent coupable de ce nouveau meurtre. Velvet comprend qu'elle est en train de se faire piéger et qu'elle devient le centre d'une énorme machination. Mais ce qu'ignorent les agents, c'est que Velvet n'a pas toujours été secrétaire et qu'elle n'a rien perdu de ses talents d'autrefois, quand elle était agent de terrain. Une gigantesque traque se met alors en place, durant laquelle Velvet n'aura de cesse de prouver son innocence et de mettre à jour la tête pensante de ce complot. Son enquête la fera revenir à Londres et lui révèlera quatre suspects majeurs dont son directeur et un sénateur. Le gibier deviendra alors à son tour chasseur.

 

velvet,brubaker,epting,breitweiser,delcourt,comics,polar,thriller,espionnage,910,022016

 

S'éloignant des clichés du genre où les femmes occupent des seconds rôles ou des postes de potiches, Ed Brubaker (Criminal, Incognito, Fatale), qui n'a pas son pareil pour mettre en scène de façon brillante polars et thrillers noirs, nous livre ici une histoire d'espionnage sombre, réaliste et pleine de punch en offrant le premier rôle à une femme.

Velvet, c'est un mélange explosif de James Bond, Oss 117, Jason Bourne et Emma Peel. Secrétaire de direction de l'agence de renseignement ultra secrète ARC-7, elle nous révèle dans le premier volume tous ses talents cachés. Avant d'être attachée aux services du directeur de l'agence, Velvet était un des plus redoutables agents de terrain, la meilleure d'entre tous.

Ce deuxième tome donne un coup d'accélérateur à l'intrigue en révélant le passé d'espionne de Velvet et en resserrant un peu plus sur elle l'étau de la conspiration. Il donne aussi une autre dimension à l'héroïne en nous en montrant quelques failles, la rendant un peu moins glaciale que dans le tome 1.

Il n'y a pas à dire, Brubaker sait s'y prendre pour nous empêcher de reposer un de ses livres une fois qu'on les a ouverts ! Les rebondissements et les surprises ne manquent pas, l'action omniprésente est habilement coupée de flashbacks permettant de bien appréhender l'épaisseur des personnages et leur histoire.

 

velvet,brubaker,epting,breitweiser,delcourt,comics,polar,thriller,espionnage,910,022016

C'est Steve Epting qui tient les pinceaux et nous gratifie de planches sublimes au réalisme bluffant, nous plongeant dans les ambiances des années 70 dignes des meilleurs films du genre. On peut aussi saluer la qualité de la colorisation d'Elizabeth Breitweiser dont les tonalités sont toujours en adéquation parfaite avec le propos, contribuant grandement à la réussite des ambiances immersives de ce thriller noir.

Ed Brubaker frappe un grand coup avec ce nouveau thriller qui vous prend aux tripes et dont on peut parier dès à présent qu'il deviendra rapidement un incontournable du genre.

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

 

31/03/2016

Moses Rose - Tome 2 - La mémoire des ruines

Moses Rose T2.jpgmoses rose,galland,cothias,ordas,bamboo,grand angle,western,fort alamo,610,032016Scénario : Patrice Ordas et Patrick Cothias
Dessin : Christelle Galland
Éditeur : Bamboo
48 pages
sortie : mars 2016
genre : western

 

 

Présentation de l'éditeur

Seize ans après la célèbre bataille dont il fut le seul survivant, Louis « Moses » Rose est en route pour Alamo pour tenter de prouver qu’il ne fut pas un déserteur. Accompagné d’une troupe hétéroclite à la recherche d’un hypothétique trésor, il échappe de peu aux Comanches. Mais un danger bien pire guette. Les bandits siciliens dirigés par le terrible Masseria et commandités par certains sénateurs de Washington sont prêts à tout pour empêcher Moses de retrouver, dans les ruines d’El Alamo, son honneur perdu.

 

"- La dernière fois qu'un homme dans cette tenue m'a prise par la taille, il a pris aussi ma main dans la figure !

- La dernière fois qu'une demoiselle m'a dit ça, je l'ai laissé tomber comme une bouse ! "

 

Mon avis

Deuxième opus, sur trois prévus, de ce western original où se côtoient indiens, mafieux et vétérans de la bataille d'Alamo sur fond de chasse au trésor et quête de vérité. Patrice Ordas et Patrick Cothias nous livrent un bon récit d'aventure au rythme soutenu et animé d'une intrigue haletante multidirectionnelle. Comme dans le premier tome, les pistes sont nombreuses et quelque peu confuses. La quête de vérité et la chasse au magot initiés dans le tome 1 sont rapidement noyées par une succession d'évènements qu'on a toujours du mal à relier entre eux. Mais finalement on se laisse plaisamment bringuebaler sur toutes ces pistes effleurées et l'on se surprend même à apprécier les personnages principaux, sans doute parce qu'ils prennent ici plus d'épaisseur que dans le précédent tome.

Côté dessin, Christelle Galland est restée solidement campée sur le chemin du classicisme de bonne facture mais sans surprises. On la sent plus à l'aise que sur le premier tome, et les petites maladresses de cadrages et de mise en scène ont disparu, donnant des planches agréables à lire.

Voilà un western qui ne révolutionnera pas le genre mais qui a malgré tout sa petite touche d'originalité et dont on espère que le dernier acte lèvera le voile sur les nombreuses pistes ouvertes.

 

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

voir le tome 1 : ICI