17/08/2016

Les ailes du singe - tome 1 - wakanda

les ailes du singe T1.jpgles ailes du singe T1_pl.jpgScénario et dessin : Etienne Willem

Éditeur : Paquet

48 pages

date de sortie : juin 2016

genre : aventure, animalier

 

 

 

1933, les USA sont en pleine crise économique. Ancien pilote de guerre dans l'escadrille Lafayette, Harry Faulkner est devenu cascadeur aérien et a même possédé son propre cirque volant. Mais pour d'obscures raisons... il est aujourd'hui au chômage, sans le sou, et très déprimé.
Ce n'est pas le cas du maire de New York qui va inaugurer en grande pompe le mât d'amarrage du Zeppelin qui va relier l'Europe au nouveau continent. Une fête somptueuse en plein ciel où le champagne va couler à flot pour les nombreux invités prestigieux... malgré la prohibition. Un événement marquant et très politique.
Mais c'est sans compter sur une bande de terroristes qui s'empare du dirigeable et réclame une rançon sous peine d'écraser tout ce petit monde sur Manhattan.
Qui de l'armée ou de notre ancien pilote virtuose arrivera à sauver la grosse pomme et surtout Betty Laverne, intrépide journaliste qui a eut la mauvaise idée de se glisser dans la réception ?

 

les ailes du singe,willem,paquet,aviation,animalier,aventure,610,062016

Étienne Willem quitte l'univers médiéval qu'il avait animé dans la série en 4 tome L'Épée d'Ardenois, pour nous embarquer dans une folle aventure dans les États-Unis des années 30. Comme dans l'Épée d'Ardenois, nous avons affaire ici à des personnages anthropomorphiques tous parfaitement réussis. A l'instar d'un certain Juanjo Guarnido, on ressent bien le passage d'Étienne Willem par un studio d'animation tant ses personnages sont plein de vie et de fougue. Le sens du mouvement et de l'action sont assurément les points forts de cet album et ses personnages tiennent sans rougir la comparaison avec ceux de Blacksad.

Pour le reste, on a là du divertissement pur jus avec des protagonistes au caractère bien campé et bien trempé, qui ravira à coup sûr le jeune lectorat. Mais, si la thématique du terrorisme renvoie à l'actualité, il n'y a pas à chercher grand chose de plus que du divertissement dans ce one-shot sympathique dont les contours demeurent assez vagues.

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

les ailes du singe,willem,paquet,aviation,animalier,aventure,610,062016

 

16/08/2016

Etunwan : celui qui regarde

etunwan,murat,futuropolis,western,indiens,photographie,910,062016etunwan,murat,futuropolis,western,indiens,photographie,910,062016Scénario et dessin : Thierry Murat

Éditeur : Futuropolis

date de sortie : juin 2016

156 pages

genre : western intimiste

 

 

 

Pittsburg, États-Unis, 1867. Joseph Wallace est photographe portraitiste et vit paisiblement et confortablement de sa passion mais sans pouvoir y apporter de fantaisie artistique. Il éprouve le besoin d'apporter de la grandeur à son art et s'engage alors à suivre une expédition dans les rocheuses, financée par le gouvernement et dirigée par le docteur Walter. Le but est d'explorer et de cartographier de nouvelles zones afin de découvrir si de nouveaux gisements d'or ou de charbon sont exploitables. Sa rencontre avec les Indiens Oglalas va modifier profondément le sens de son expédition et va bouleverser sa vie. Le voyage prendra une tournure initiatique et intimiste. Il appréhendera l'existence d'une manière plus humaniste et n'aura de cesse de mettre son art au service de l'être humain non pas pour simplement le montrer, mais pour le sublimer. Il devient alors Etunwan, "celui qui regarde".

 

etunwan,murat,futuropolis,western,indiens,photographie,910,062016

Thierry Murat est de ces auteurs qui sortent du lot. D'abord par ce que l'on voit en premier : son graphisme. Unique et identifiable entre tous, il est d'une puissance évocatrice quasi envoutante où l'épure et le contraste se font la part belle dans de grandes cases qui vous invitent à prendre votre temps. Le trait de Murat force à la contemplation et oblige le lecteur à ralentir son rythme de lecture. Il peut alors prendre à son compte le voyage initiatique du personnage et s'extraire du monde pendant la lecture des 160 pages de ce beau western intimiste. Et c'est là la deuxième marque de fabrique de Thierry Murat. Une narration fluide au service de récits intenses, des personnages profonds et authentiques qui souvent forcent l'admiration et vous font voyager hors du temps.

Etunwan, celui-qui-regarde, vous emmènera loin, au cœur des tribus indiennes avant que celles-ci elles ne soient exterminées par cette société américaine avide de richesse et de puissance de la fin du XIXe siècle.

Etunwan, celui-qui-regarde, c'est un grand et beau voyage initiatique à côté du quel il serait dommage de passer.

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

etunwan,murat,futuropolis,western,indiens,photographie,910,062016

 

10/08/2016

Deux bandits

deux bandits,danilo beyruth,ep éditions,western,brésil,caatinga,sertao,vengeance,violence,810,062016deux bandits,danilo beyruth,ep éditions,western,brésil,caatinga,sertao,vengeance,violence,810,062016Scénario et dessin : Danilo Beyruth

Éditeur : EP éditions

96 pages

date de sortie : juin 2016

genre : western

 

 

 

 

Dans le Sertão sec et aride du Brésil, La Teigne et Crâne-de-boeuf sont les deux seuls rescapés d'une bande de bandits tombée dans un piège tendu par le lieutenant Honorio. La blessure de La Teigne le fait délirer et il voit son ancien chef lui demander de le libérer. Quand il retrouve Crâne et que celui-ci lui apprend que ses anciens comparses ont été décapités par Honorio et que ce dernier a pour objectif de rapporter les têtes à la capitale, il comprend le sens de la vision qu'il a eue. Les deux bandits se font alors un devoir de récupérer les têtes de leurs camarades et de mettre fin aux agissements du cruel lieutenant. Animés chacun par leurs propres motivations, ils mettront sur pied un plan pour venger leurs anciens complices.

 

deux bandits,danilo beyruth,ep éditions,western,brésil,caatinga,sertao,vengeance,violence,810,062016

 

Sous un soleil de plomb, Danilo Beyruth nous propose un western brésilien aux accents Italiens. Il s'inspire fortement d'une construction cinématographique typée, voire stéréotypée, en incluant tous les codes qui ont fait le succès des film de Léone entre autres. Des plans larges et panoramiques, parfois sur des doubles pages pour introduire les chapitres, des ambiances baignées de soleil, de chaleur et de sueur, des trognes de bandits taillées au burin et des dialogues à l'économie. Ajoutez à ça une petite touche Tarantinesque avec quelques scènes bien gores et bien sanguinolentes, et on a un western à la fois atypique et classique. L'histoire est tout ce qu'il y a de plus simple : une vengeance, un règlement de compte, une petite soif d'or, racontée de manière linéaire, sans fioritures et sans surprises. Mais c'est rudement efficace et les 96 pages de ce one-shot se laissent avaler d'une traite jusqu'au final au décor original de ce village peuplé de faibles paysans accrochés à la soutane du curé et tentant vainement de lutter contre l'invasion des dunes de sable. L'auteur nous gratifie d'un final dantesque où l'on peut y déceler une petite métaphore amusante : tu es poussière et tu redeviendras poussière et Dame Nature aura raison de tous...

Voilà un western violent au graphisme flamboyant que je recommande aux amateurs du genre.

 

deux bandits,danilo beyruth,ep éditions,western,brésil,caatinga,sertao,vengeance,violence,810,062016

 

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

09/08/2016

Les Dalton - tome 1 - le premier mort

les dalton,visonneau,alonso,ep éditions,western,histoire,frères dalton,les vrais dalton,610,062016les dalton,visonneau,alonso,ep éditions,western,histoire,frères dalton,les vrais dalton,610,062016Scénario : Olivier Visonneau

Dessin : Jesús Alonso

Éditeur : EP éditions

56 pages

date de sortie : juin  2016

genre : western

 

 

 

Fin du XIXe siècle, les banques et ls compagnies de chemin de fer étendent leur mainmise sur les Etats-Unis au détriment des petits propriètaires terriens. C'est dans ce contexte que Franck Dalton, l'ainé de la fratrie, marshall adjoint, est assassiné par des trafiquants d'alcool.

Ses frères,Bob, Emmet et Grattan prennent la rélève et, l'étoile sur la poitrine, tentent à leur tour de faire régner l'ordre en territoire indien. Un travail difficile et peu reconnu, sur fond de corruption, qui les poussera à créer le gang des Dalton.

 

"- Je pars faire fortune en Californie.

- Faire fortune dans quoi ? Un travail honnête ?

- Les gens honnêtes sont jamais riches !"

 

Point de rayures jaunes et noires, de boulet au pied ou de chien abruti dans cette BD. Ce patronyme qui fait le titre de cette série est difficilement dissociable des 4 bandits abrutis imaginés par Morris. Je dis bien imaginés, car vous n'êtes bien évidemment pas sans savoir que les Dalton de Lucky Luke ne sont en fait que les cousins des vrais. Pour les vrais, Olivier Visonneau s'en charge dans ce diptyque qui commence par la fin de l'histoire en 1892 lors du braquage de la banque de Coffeyville. S'ensuit un long flashback durant lequel l'auteur nous dévoile tout doucement la dérive des frères Dalton vers le grand banditisme.

La narration fluide associée à des dialogues qui sonnent juste donne une bonne dynamique à ce western dans lequel on retrouve les codes du genre avec ce socle historique en plus. Néanmoins, l'histoire s'appréciera mieux dans son ensemble lors de la parution du second volume qui devrait nous en apprendre beaucoup plus sur le côté sombre de la fratrie.

Jesús Alonso nous livre un dessin très épais et anguleux, mais il arrive à donner de vraies expressions à ses personnages appuyant ainsi leurs traits de caractère.

 

 

les dalton,visonneau,alonso,ep éditions,western,histoire,frères dalton,les vrais dalton,610,062016

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun