25/05/2016

Sept - Tome 17 - Sept mages

sept,sept mages,lehman,roudier,delcourt,médiéval fantasy,fantastique,magie,610,052016sept,sept mages,lehman,roudier,delcourt,médiéval fantasy,fantastique,magie,610,052016Scénario : Serge Lehman
Dessin : Emmanuel Roudier
Éditeur : Delcourt
64 pages
date de sortie : avril 2016
genre : héroïc-fantasy

 

 

 

Féric siège sur le trône du royaume de Cocaigne. Son règne n'est pas des plus reposants puisqu'il doit faire face aux velléités de son frère, Jean le Nécromant, qui cherche par tous les moyens à le renverser. Il a d'ailleurs trouvé un moyen puissant en levant une armée de monstres, mélange de morts-vivants et de goules. Le bon roi n'a qu'un recours pour contrer cette magie noire, celui du dieu Herne qui conseille de recruter sept mages aux pouvoirs très spécifiques. Tous d'origines et de traditions très différentes, les sept mages devront apprendre à combiner leur magie et surmonter leurs divisions pour vaincre l'ennemi.

 

sept,sept mages,lehman,roudier,delcourt,médiéval fantasy,fantastique,magie,610,052016

 

Les séries concept en BD se déclinent parfois en saisons à plus forte raison quand elles sont composées de one-shots. Nous voici déjà rendus à la troisième saison de la série Sept et 17 albums sont déjà parus en comptant celui-ci. Tous ne sont pas du même niveau, mais quelques uns valent le détour et ce, quel que soit le genre du récit. Vous trouverez de tout dans cette série : polar, thriller, héroïc-fantasy, science-fiction, horreur ... il y en a pour tous les goûts.

Ici Serge Lehman nous emmène dans un récit médieval-fantasy mâtiné de fantastique et de mythologie. En grattant un peu, on trouve derrière cette histoire assez convenue de lutte fratricide entre le bien et le mal, un deuxième niveau de lecture qui se situe au niveau des forces recrutées par le roi Féric. En faisant se côtoyer la puissance païenne, la sagesse romaine, la philosophie grecque et la charité chrétienne très différentes les unes des autres et que tout semble opposer, Serge Lehman ne cherche-t-il pas à nous montrer que l'union fait la force et qu'à tout bien réfléchir, si l'on arrive à prendre le meilleur de chacun, les forces maléfiques n'ont qu'à bien se tenir ? Ok, c'est un peu simpliste, mais ça fonctionne et ce, malgré une narration un peu trop linéaire et prévisible.

 

Le dessin de Roudier est du même acabit : efficace et sans surprises, avec néanmoins quelques belles séquences évoquant les mythes des super héros lorsque les mages utilisent leurs pouvoirs.

Au final, on a un bon album divertissant mais qui toutefois ne rentre pas dans le top 5 de la série.

 

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

sept,sept mages,lehman,roudier,delcourt,médiéval fantasy,fantastique,magie,610,052016

18/05/2016

L'homme qui tua Lucky Luke

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016Scénario et dessin : Matthieu Bonhomme

Éditeur : Lucky comics

64 pages

date de sortie : avril 2016

genre : western, hommage

 

 

 

 

Un homme face contre terre. Il porte jean, gilet noir, chemise jaune et foulard rouge. Aucun doute possible, c'est bien la légende de l'ouest, l'homme qui tire plus vite que son ombre, le célèbre Lucky Luke. La chance ne semble pas lui avoir souri cette fois-ci !

Quelques jours plus tôt, il tombe des cordes sur Froggy town et les grenouilles s'ébrouent dans les flaques d'eau en jouant entre les sabots du cheval d'un cavalier solitaire qui entre en ville. C'est Lucky Luke qui arrive là en pleine nuit pour y trouver refuge le temps d'une halte rapide. Bien entendu, il ne trouvera ni quiétude ni repos et sera rapidement plongé dans une sale histoire locale, comme les petits villages miniers de l'ouest Américain savent si bien les inventer.

 

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016

"Vous pouvez vous occuper de mon cheval pour la nuit ?" (*)

 

On dirait pas comme ça, mais Lucky Luke va prendre 70 ans cette année ! Et le bougre n'a pas pris une ride, n'a pas de problème d'arthrose, chevauche avec toujours autant de facilité et d'élégance son facétieux cheval blanc, et est toujours aussi habile de la gâchette. Sans doute les bienfaits de l'arrêt du tabac !

Pour célébrer cet âge canonique, les festivités et évènements éditoriaux ne manqueront pas en 2016. Expositions, beau livre (l'Art de Morris), réédition de 10 albums mythiques au prix de 7 euros, réédition luxueuse en grand format à partir des planches d'origines de Phil Defer, l'édition d'une intégrale documentée, et deux albums hommages, l'un réalisé par Matthieu Bonhomme et l'autre par Guillaume Bouzard.

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016

Matthieu Bonhomme nous propose ici sa version toute personnelle de ce personnage emblématique de la BD. Il rend un magnifique hommage à son créateur en optant pour un choix narratif osé et un graphisme très personnel qui reprend pourtant certains codes propres à la série. Ainsi, son Lucky Luke avec ses traits semi-réalistes lui conférant un air plus moderne et plus sérieux, est malgré tout très proche de celui de Morris. Le choix des couleurs participe aussi de l'hommage, avec arrières-plans et personnages colorés d'aplats en bichromie. Les décors et cadrages ne sont pas en reste avec des références évidentes au cinéma de genre, donnant des planches sublimes sur les quelles il fait bon s'attarder.

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016

Bien évidemment, de belles planches ne suffisent pas à faire un bon album. La veine historique de Lucky Luke, c'est le western caricatural et humoristique sublimé par la période Goscinny, maitre du calembour. Calembours qui soit dit en passant ne plaisaient pas à Morris. Matthieu Bonhomme n'a pas cherché à piétiner les plate bande de ses maitres et s'est affranchi de cette veine historique en réalisant tout simplement un vrai western. Un western avec une mine d'or, des indiens, des traitres, des shériffs véreux, une diligence, un saloon, des parties de poker, une jolie fille, un docteur malade. Ne manque qu'une seule chose : du tabac ! Et voilà la trouvaille géniale de Matthieu Bonhomme. Ce petit fil rouge humoristique dont on retrouve un brin presque à chaque page, à la manière d'un running gag, finit par devenir quasiment le thème principal de l'album, et donne un vrai motif à Lucky Luke d'avoir arrêté de fumer. Et moi je préfère cette version à celle de la bête censure des lobbies anti-tabac !

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016

L'homme qui tua Lucky Luke est une réussite totale : une couverture splendide, des couleurs maitrisées, un dessin magistral, une histoire bien écrite.

Voilà un vrai bel hommage, œuvre personnelle faite avec avec humilité et beaucoup de respect pour ces immenses créateurs que furent Morris et Goscinny.

 

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

 

 

(*) dans quasiment tous les westerns, à un moment donné il y a un gars qui demande à un autre de s'occuper des chevaux. Vous ferez attention la prochaine fois que vous regarderez un western. :-)

 

l'homme qui tua lucky luke,bonhomme,morris,hommahe,lucky comics,dargaud,western,910,042016

 

17/05/2016

Rio - Tome 1 - Dieu pour tous

rio,corentin rouge,louise garcia,glénat,thriller,social,société,brésil,favelas,chronique urbaine,910,042016rio,corentin rouge,louise garcia,glénat,thriller,social,société,brésil,favelas,chronique urbaine,910,042016Scénario : Louise Garcia, Corentin Rouge
Dessin : Corentin Rouge
Éditeur : Glénat
64 pages
date de sortie : avril 2016
genre : thriller, drame, chronique urbaine

 

 

 

L'histoire débute par une séance vaudou durant laquelle le sang d'un poulet coule sur la photo d'une femme. Cette femme c'est Alma, la mère de Rubeus et Nina. Pour survivre dans l'une des plus grande favelas de Rio, Alma est indic pour Jonas, un chef de la police. Elle en est aussi l'amante et attend de lui qu'il la sorte de cette vie misérable. Malheureusement ce flic est pourri jusqu'à la moelle et assassinera sauvagement Alma, sous les yeux de Rubeus.

Ce dernier réussit à s'enfuir et à récupérer sa petite soeur dont il assumera désormais seul la charge. De la favelas à la rue, il ne lui reste plus que la violence pour survivre. Le jeune Bakar va l'entrainer dans sa bande et lui apprendre toutes les combines pour s'en sortir. Mais il existe une autre alternative pour les orphelins : l’adoption par une famille riche. Si cette voie semble convenir à la petite Nina, Rubeus en revanche n'est pas enchanté par cette perspective.

 

"Écoute... pour commencer, apprends que dans ce quartier, les couillons de travailleurs n'ont rien dans les poches. Ceux qui ont d'la thune vont bronzer leur fesses sur les plages : Ipanema, Copacabana .... "

 

Premier album pour Louise Garcia qui nous plonge de manière réaliste et crédible dans la misère crasse de Rio. Née au Brésil et ayant grandit à Rio, elle connait le sujet et cet album fleure bon la sincérité sans langue de bois. Toute la misère et la violence extrême qui en découle sont décrites avec un réalisme glaçant. On pense bien sûr à la violence entre les gamins livrés à eux-mêmes, quasi obligatoire pour survivre quand on fait partie d'une bande, mais il y a aussi celle des puissants envers les faibles qui veulent éradiquer la misère, en supprimant physiquement ses représentants. Ces flics véreux font froid dans le dos ! Et puis il y a le contraste saisissant de ces mégalopoles Brésiliennes où les plus démunis vivent, dans une indifférence presque générale, au milieu d'une clinquante opulence.

rio,corentin rouge,louise garcia,glénat,thriller,social,société,brésil,favelas,chronique urbaine,910,042016

On est pris aux tripes par cette immersion au sein de cette bande de jeunes devenus délinquants par obligation. On tremble pour eux quand ils se font choper par les flics après avoir dépouillé de riches touristes américaines. On court avec eux et on baisse la tête quand les escadrons de la mort leur tirent dessus à balles réelles. Puis on se met à leur espérer un avenir meilleur quand ils intègrent l'orphelinat, tout en redoutant qu'ils ne tombent dans les mailles d'un piège trop doré.

Cette histoire, on la vit à fond ! Les personnages sont attachants, les scènes sont vivantes, les dialogues percutants et justes.

 

rio,corentin rouge,louise garcia,glénat,thriller,social,société,brésil,favelas,chronique urbaine,910,042016

Ce scénario parfait est mis en image par Corentin Rouge dont on avait déjà remarqué le talent sur l’excellent Juarez de Nathalie Sergeef. Son trait énergique et réaliste contribue avec efficacité à l'immersion totale du lecteur ainsi qu'au dynamisme du récit. Ses personnages ont une vraie gueule, ses décors sentent l'authentique et ne font ni carton-pâte ni catalogue de décoration. Bref, C'est parfait !

Annoncée en 4 tomes, on attend maintenant la suite avec impatience, d'autant que la page 63 se termine sur un cliffhanger des plus surprenants !

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

A lire aussi : Cuervos , Juarez, et Favela Chaos

 

 

 

 

13/05/2016

Complot - Tome 4 - Le naufrage du Titanic

complot,naufrage du titanic,alcante,gihef,köllé,fiki,delcourt,fiction,histoire,thriller,810,042016complot,naufrage du titanic,alcante,gihef,köllé,fiki,delcourt,fiction,histoire,thriller,810,042016Scénario : Alcante et Gihef

Dessin : Bernard Köllé, I.S. Fiki

Éditeur : Delcourt

56 pages

date de sortie : avril 2016

genre : fiction, Histoire

 

 

 

14 avril 1912 : le Titanic heurte un iceberg et sombre, entraînant la mort de 1 500 passagers. La commission d'enquête stigmatise le capitaine du Californian qui croisait dans les parages. Son intervention aurait pu sauver de nombreuses vies. Le déshonneur du capitaine suscite l'intervention d'une de ses amies : l'enquête qu'elle mène pour prouver son innocence va révéler une tout autre vérité.

 

complot,naufrage du titanic,alcante,gihef,köllé,fiki,delcourt,fiction,histoire,thriller,810,042016

"Faites en sorte que plus rien ne soit filmé dans la zone 13 !"

La série Complot est de ces séries concept un peu casse-gueule qui se jouent de l'Histoire officielle tout en restituant le plus fidèlement possible les faits. Après avoir réécrit l'histoire du krach de 1929, de la fin des Templiers et de la plus controversée bataille de la guerre du Vietnam, le scénariste Alcante s'attaque à la catastrophe maritime la plus célèbre de tous les temps, le naufrage du Titanic. De tous ces évènements, à chaque fois on connait le début et la fin, mais entre les deux, que s'est-il réellement passé ? Si la version officielle n'était pas du tout celle que l'on a apprise dans les manuels d'Histoire ? Si la vérité avait été masquée pour satisfaire des intérêts supérieurs et inavouables au grand public ? Si l'Histoire n'était qu'un vaste complot ? Vaste sujet, surtout de nos jours où les théories complotistes les plus loufoques sont accessibles à tous sur Internet.

Si le but ici est clairement le divertissement, Alcante réussit néanmoins à nous faire avaler ses couleuvres avec beaucoup de talent et de subtilité.

Dans ce quatrième tome, les esprits faibles et chagrins pourront très facilement tomber dans le piège complotiste tant celui-ci est habilement mené et plausible. C'est là d'ailleurs le propre du complot que de rendre véridiques toutes les théories avancées à tel point qu'on ne sait plus qui, ni que croire.

En prenant pour point de départ la présence et la non intervention du paquebot Californian à proximité du Titanic lors du drame, et le procès à charge de son capitaine Stanley Lord, Alcante imagine une fiction sur fond d'enquête menée par une infirmière qui s'acharnera à réhabiliter le capitaine coupable. On tombe alors en plein thriller où espionnage, trahisons et rebondissements mènent la vie dure à l'histoire officielle.

complot,naufrage du titanic,alcante,gihef,köllé,fiki,delcourt,fiction,histoire,thriller,810,042016

 

Le dessin de style classique et réaliste aux traits fins et élégants est assuré par Bernard Köllé et I.S. Fiki. Les planches aux décors et cadrages soignés contribuent grandement à la réussite de cet album et nous mettent dans le bain dès les premières pages.

 

 

Tout cela tient furieusement la route et nous fait tout simplement oublier que ce n'est là que pure invention. A moins que ....



a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun