14/03/2016

Le Postello

le postello,richez,winoc,bamboo,grand angle,art,edgar degas,peinture,tableaux,enquête,810,012016le postello,richez,winoc,bamboo,grand angle,art,edgar degas,peinture,tableaux,enquête,810,012016Scénario : Hervé Richez
Dessin : Winoc
Éditeur : Bamboo
127 pages
sortie : janvier 2016
genre : roman graphique, art

 

 

présentation de l'éditeur

Passionné d’art pictural, Stéphane K. acquiert un tableau qui ressemble trait pour trait à une célèbre toile de Degas. Il croit d’abord détenir un « modello », oeuvre préparatoire en vue de la réalisation du tableau final. Mais sa toile semble postérieure au chef d’oeuvre du grand maître… Stéphane n’aura alors de cesse que de prouver l’authenticité de son « postello ». C’est le début d’une enquête passionnante dans le monde impitoyable de l’Art et de l’expertise…

 

"- Petit. Note 300.000 francs dans le livre de police pour le buste.

- Putain, 30 barres ! Le mec m'a laissé partir avec un buste à 30 plaques sous le bras rien qu'en entendant ton nom. T'es qui Robert ? Le Pape ?"

 

 

mon avis

Le Postello est né d'une de ces rencontres fortuites que les hasards de la vie nous réservent parfois. Dans une préface alléchante, Hervé Richez nous raconte cette rencontre qu'il a eue avec le personnage principal de cette histoire, Stéphane K. nous invitant à vite découvrir cette curieuse aventure.

C'est au début des années 80 que le destin de ce jeune homme désinvolte et un brin arrogant changera, alors qu'il se trouve devant une sérigraphie d'Andy Wahrol. Ce tableau sera pour lui comme une révélation et le fera entrer dans le milieu de l'art, et plus particulièrement celui des experts, ceux qui déterminent de l'authenticité dune œuvre. Il commence courtier pour un antiquaire et collectionneur d'art, passe par l'école du Louvre, se met à son compte et devient expert en art. Sa vie basculera une deuxième fois, lorsque aux puces, il tombera sur un tableau ressemblant fortement à un Degas. Ce tableau sera au centre de sa vie et durant 20 ans il tentera d'en percer les mystères.

Avec une narration très fluide et très rythmée grâce notamment à des dialogues qui sonnent juste, Hervé Richez nous embarque dans une histoire passionnante, mélange d'enquête et de chasse au trésor. Il nous fait pénétrer dans les coulisses du milieu fermé et donc méconnu du grand public qu'est celui de l'expertise d'art. Et comme un gosse qui cherche un trésor sur une plage, on se prête au jeu de l'enquête et on partage avec le protagoniste tous ses doutes, espoirs et désillusions. Impossible de quitter cette quête de vérité ! Les auteurs arrivent avec légèreté et réalisme à nous faire ressentir l'intensité et la force que dégage le tableau sur son propriétaire et à nous faire comprendre l'obsession qui l'anime.

Le dessin réaliste de Winoc n'est pas des plus léchés, mais il retranscrit malgré tout parfaitement tous les sentiments et émotions que vit Stéphane K. et permet au lecteur de se projeter complètement dans l'histoire.

Enfin, on retrouve en fin d'ouvrage un dossier clair et concis expliquant le fonctionnement de l'expertise des œuvres d'art, nous montrant au passage que cette activité n'est pas une science exacte, malgré l'usage des techniques de pointe qui de plus en plus confortent l’œil des experts.

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

le site de Winoc

 

 

10/03/2016

Ajin - Tome 4

Ajin T4.jpgScénario : Tsuina Miura
Dessin : Gamon Sakurai
Éditeur : Glénat Manga
194 pages
sortie : février 2016
genre : fantastique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

L'appel de Sato a été entendu. Le premier rassemblement d'Ajin de l'Histoire va pouvoir avoir lieu. Sept d'entre eux, vivant cachés parmi les mortels, ont fait le déplacement. Accepteront-ils de prendre part au projet sanguinaire de ce leader auto-proclamé ?
Ignorant tout de ces tractations, Kei croit quant à lui avoir enfin trouvé un havre de paix de l'autre côté de la baie de Tokyo...

 

Mon avis

Ce quatrième tome marque un tournant dans la série. Le troisième se terminait en apothéose avec une évasion spectaculaire de Kei du centre de recherches laissant augurer d'une suite des plus palpitantes et l'espoir de quelques grandes révélations sur le héros. Mais Gamon Sakurai a décidé de surprendre le lecteur en apportant encore de nouveaux éléments à son histoire. Dans la première moitié du volume, il laisse de côté Kei et introduit un nouveau personnage, Nakano, qui lui servira à approfondir le personnage de kei. On lui découvre alors un nouveau visage, pas si sympathique que ça. Il semble prêt à tout pour préserver son refuge et cherche à se protéger de tout risque de menace extérieure. Peu lui importe ce qui peut se passer autour de lui et les projets fous de Sato.

Avec des scènes d'action très immersives et un dosage parfait entre révélations et nouvelles pistes, le récit est toujours aussi redoutable d'efficacité pour donner envie au lecteur de poursuivre l'aventure, même si on a parfois l'impression que l'intrigue peine à avancer.


Bien malin celui qui serait capable de prévoir la suite tant la propension à surprendre de Gamon Sakurai semble illimitée. Surtout après la fin de ce tome, inattendue, époustouflante et effrayante !

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

08/03/2016

Prométhée - Tome 13 - Contacts

prometheeT13.jpgprometheeT13-1.jpgScénario : Christophe Bec
Dessin : collectif *
Éditeur : Soleil
48 pages
sortie : janvier 2016
genre : science-fiction, fantastique

 

 

Présentation de l'éditeur

Au cours de l’Histoire, de nombreux indices ont été disséminés sur toute la surface du globe par l’entité alien mais… personne n’a su les déchiffrer à temps ! L’humanité a par conséquent été méthodiquement exterminée après l’invasion extraterrestre ! Découvrez les signes annonciateurs du désastre dans cet album collectif exceptionnel.

 

prométhée,bec,raffaele,roudier,servain,gnoni,démarez,alberti,bonetti,toulhoat,soleil productions,fantastique,science-fiction,410,012016

 

Mon avis

Cet album, présenté comme une préquelle à la série de 12 albums déjà parus, est constitué de 8 récits se déroulant à différentes époques allant de plusieurs dizaines de milliers d'années avant Jésus Christ à nos jours. Chaque histoire est illustrée par un dessinateur différent. De styles différents et de qualité assez inégale, ces histoires se suivent de manière chronologique, nous montrant que la présence extraterrestre ne date pas de la dernière pluie, et qu'à chaque fois cette présence a été vue et jamais comprise.

Christophe Bec a su créer une série de science-fiction originale, inquiétante et pleine de mystères, et a réussi a fasciner le lecteur pendant 12 albums. Avec ce treizième opus, on a un peu le sentiment de se faire arnaquer. Ces historiettes n'apportent rien à l'ensemble de la série, mis à part le très mince fil rouge de l'album se passant de nos jours et dans un futur proche, que l'on peut lire dans le prologue et l'épilogue.

On a le sentiment que Christophe Bec tente ici d'ajouter des éléments qu'il n'a pu glisser dans les 12 albums du premier cycle. Mais, s'il ne les a pas mis avant, c'est qu'il ne les jugeait pas indispensables. Alors pourquoi ce treizième album ? Le chiffre 13 ayant de l'importance dans le scénario, on aurait pu s'attendre à un tome plus consistant du point de vue du scénario comme de celui du dessin.

Fan de la première heure de cette série, j'avoue ne pas comprendre l'existence de ce treizième tome tel qu'il est, si ce n'est de faire patienter le lecteur avant le lancement du deuxième cycle. On aurait pu patienter sans.

Pour finir sur une note positive, notons tout de même la magnifique couverture réalisée par Denis Bajram.

 

a04-3e788e4.gif

 

 

Loubrun

 

* les dessinateurs ayant participé à cet album : Stefano Raffaele, Emmanuel Roudier, Stéphane Servain, Laurent Gnoni, Thierry Démarez, Mario Alberti, Elia Bonetti, Ronan Toulhoat.

01/03/2016

Outcast - Tome 2 - Souffrance

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,comics,horreur,épouvante,exorcisme,possession,810outcast,kirkman,azaceta,delcourt,comics,horreur,épouvante,exorcisme,possession,810Scénario : Robert Kirkman
Dessin : Paul Azaceta
Éditeur : Delcourt
154 pages
Sortie : janvier 2016
Genre : horreur, épouvante, fantastique

 

 

Présentation de l'éditeur

Kyle Barnes est tourmenté par des possessions démoniaques depuis son plus jeune âge. À la lumière de récentes découvertes et en dépit de terribles cauchemars, il semble commencer à comprendre la nature du mal qui le touche, et à entrevoir les réponses qu'il a cherchées toute sa vie. En revanche, la vie du Révérend Anderson, celui qui le soutient depuis toujours, semble sur le point de s'écrouler.

 

 

Mon avis

A peine 10 mois après la sortie du premier volume regroupant les 7 premiers épisodes parus aux États-Unis, nous voilà avec le deuxième tome de Outcast entre les mains. Le tome 1 m'avait laissé une très bonne impression et laissait présager d'une série au succès garanti. Le succès semble être au rendez-vous puisque la série est en cours d'adaptation pour le petit écran et pour une diffusion en 2016.

Ce deuxième opus aura tôt fait de ferrer le lecteur ! Kirkman sait s'y prendre pour distiller juste ce qu'il faut d'informations pour faire avancer le récit et captiver l'attention. Nous en savons un peu plus sur la relation de Kyles avec son ex-femme et l'on découvre un personnage qui semble décidé à prendre un peu plus les choses en mains pour affronter ses démons et ceux des autres, parce qu'il prend conscience qu'il possède un pouvoir particulier. Parallèlement, le personnage du révérend prend plus de place dans l'histoire et commence à révéler une facette de sa personnalité pas très reluisante. Ses motivations ne sont pas tout à fait les mêmes que celles de Kyles et l'on sent des divergences de point de vue poindre entre les deux protagonistes.

Robert Kirkman amène avec habileté les rebondissements et arrive à surprendre le lecteur à chaque nouveau chapitre. La frayeur s'installe peu à peu, lentement mais sûrement, sans surenchère d'effets de possession telles qu'on peut les connaitre dans la filmographie du genre. Ici, les possédés nous effraient parce qu'ils ne sont pas forcément et systématiquement transformés en bêtes immondes proférant des insanités. Ils sont lucides et tant que le démon qui les habite se tient tranquille, ils ne laissent transparaitre qu'un mal être inquiétant.

Visuellement, le travail de Paul Azaceta sur le dessin et d'Elisabeth Breitweiser sur les couleurs est remarquable. Les ambiances créées sont parfois bien flippantes ! La mise en scène et le découpage sont très efficaces avec notamment l'insertion régulière de petites vignettes carrées faisant le focus sur un détail d'une scène. Ce procédé permet l'usage du gros plan pour apporter une nuance ou bien une information complémentaire quant à la scène, sans nuire à la lisibilité de la page. On a d'ailleurs l'impression que ce scénario a été écrit et pensé dès le début pour le cinéma ...

 

Robert Kirkman nous offre là une série accrocheuse qui va nous mettre les nerfs en pelote et avec laquelle il va falloir désormais compter.

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

http://fox.outcasttvseries.com/