11/11/2015

Je veux une Harley - tome 4 - Harleyluia !

je veux une harley,margerin,cuadrado,dargaud,moto,harley davidson,humour,710,112015je veux une harley,margerin,cuadrado,dargaud,moto,harley davidson,humour,710,112015Scénario : Marc Cuadrado

Dessin : Frank Margerin

Éditeur :  Dargaud

48 pages

date de sortie : 6 novembre 2015

genre : humour

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Marc, Tanie, Alain et Mylène décident de partir en Provence, chez Jean-Mi, frère aîné de Marc et maître praticien en thérapies alternatives. Mais pendant le voyage, les contrariétés s'enchaînent, Alain décide même de troquer sa Harley pour un side-car ! Et la cohabitation s'annonce difficile...


 

"libérer ses émotions permet de retrouver la paix intérieure"

 

Leur virée aux States à laissé des traces sur la bande de Bikers. Ils ont atteint le nirvana en roulant sur la route 66 et rien ne semble pouvoir égaler cette expérience. Ils roulent moins souvent ensemble, alors chacun tente de nouvelles expériences. Tandis qu' Alain s'offre une nouvelle bécane qui en surprendra plus d'un - le side-car Ural de confection Russe - Marc cherche un club de vrais bikers sympa avec qui rouler. Les deux seront surpris par leur nouvelle expérience, mais pas autant que le road trip mystique provençal chez Jean-Mi le frère de Marc proposé par Tanie. La petite réunion familiale se fera sous les auspices de la spiritualité car Jean-Mi est un adepte de la "libération émotionnelle" et de "l'hypnose ericksonnienne" ... Le médecin des âmes autoproclamé tentera de recharger les batteries de chacun, mais certains préfèreront des méthodes plus conventionnelles pour ressentir les énergies : virées en bécane et levé de coude !

 

"Si ça se desserre c'est que ça vibre ....

et si ça vibre, c'est que ça roule !"

je veux une harley,margerin,cuadrado,dargaud,moto,harley davidson,humour,710,112015

Quatrième album réussit de cette série de motards qui n'est pas réservée qu'aux motards. Les situations des couples sont tout aussi drôles que les gags ciblés motards. Chacun en prend pour son grade dans un esprit bon enfant. Le dessin rond et chaleureux de Margerin est toujours aussi plaisant et n'a pas pris une ride. On passe un vrai bon moment de détente, à lire cette BD !

 

je veux une harley,margerin,cuadrado,dargaud,moto,harley davidson,humour,710,112015

A lire sans modération avec quelques bonnes mousses en accompagnement pour vous aider à bien pencher dans les virages. Parce qu'attention ! Le side-car, il a beau avoir trois roues, il est quand même bien casse gueule et faut savoir pencher du bon côté et au bon moment !

 

je veux une harley,margerin,cuadrado,dargaud,moto,harley davidson,humour,710,112015

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

 

PS : s'il y a des amateurs qui peuvent m'expliquer cette énigme qu'est le Side-car, je suis preneur ! Pour ma part, je vois dans cette machine bizarre tous les inconvénients de la moto et de la voiture réunis !! Comme en deux roues on prend la flotte en pleine poire, et comme en voiture on se traine dans les bouchons avec tous les caisseux ! Un mystère, vous dis-je !

03/11/2015

NiourK - tome 3 - Alpha

niourk,vatine,wul,science fiction,écologie,clonage,910,092015niourk,vatine,wul,science fiction,écologie,clonage,910,092015Auteur : Olivier Vatine

Éditeur : Ankama

56 pages

date de sortie : septembre 2015

genre : science-fiction

 

 

 

présentation de l'éditeur

Seul survivant de sa tribu décimée par les radiations, l’enfant noir a enfin atteint Niourk, la ville des dieux. Mais le territoire promis s’avère truffé de pièges et peuplé de créatures de métal que le jeune chasseur combat ou fuit sans savoir qu’elles représentent son unique chance de survie : irradié jusqu’à la moindre de ses cellules, l’enfant ignore qu’il ne lui reste qu’un ou deux jours à vivre.
À moins… À moins que les trois naufragés de Mars dont la navette s’est échouée au milieu des ruines ne parviennent à le capturer… À moins qu’éveillée par les crises de lucidité qui s’intensifient n’émerge une nouvelle conscience, brillante, redoutable… surhumaine.

 

 

niourk,vatine,wul,science fiction,écologie,clonage,910,092015

 

Rappelons brièvement les faits. Au XXVième siècle, la Terre est quasiment inhabitée. Seules subsistent tant bien que mal quelques tribus primitives au milieu de paysages secs et arides et aux abords de villes en ruines, qui leur semblent être un domaine inaccessible, celui des dieux. D'autres êtres vivants sont présents sur la planète. Des créatures monstrueuses sorties des océans et porteuses d'une radioactivité mortelle. C'est dans ce contexte qu'évolue l'enfant noir, paria d'une tribu primitive, au destin messianique.

 

Ce troisième tome clôture de façon magistrale l'adaptation BD par Olivier Vatine du deuxième roman de Stéfan Wul. Ce dernier tome prend une tout autre dimension et magnifie le récit de Wul. D'un récit post-apocalyptique on passe à une histoire de science fiction intelligente prenant appui sur un fond philosophique. C'est le propre des bons récits de SF, et en particulier ceux de Stéfan Wul. Bien au-delà de la simple fable écologique, Niourk pose les questions – toujours d'actualité – sur les options que veut bien prendre l'humanité pour son avenir. En 1957, dans ce petit roman de science-fiction, Stéfan Wul se posait des questions qui ont leur place dans les débats de société d'aujourd'hui. Il y parle de déchets radioactifs, de technologie robotique hyper intrusive, de recherche génétique, de clonage, de religion, de sociétés autocratiques .... autant de thèmes qui n'ont pas pris une ride.

 

Enfin, pour revenir à la BD, on découvre dans Alpha, l'aboutissement du voyage de l'enfant noir et les révélations sur la fin du monde terrien, sur l'origine des poulpes géants, sur l'origine des survivants humains, sur l'histoire de la tribu .... En 56 pages, ce volume est très riche en révélations et rebondissements, jusqu'au final en forme de morale que l'auteur nous fournit de manière assez onirique.

 

Côté dessin, j'avais déjà tout dit sur ma chronique du tome 1. Vatine est au sommet de son art et ses planches sont d'une beauté absolue. Sobriété et efficacité ! Il réussit à faire passer une certaine émotion dans son dessin et sa mise en scène suscite une force tranquille évidente qui se dégage de chacune de ses planches. Tout est beau, même les villes en ruine.

 

Vraiment, NiourK est un incontournable de la SF !

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

28/10/2015

Bayou Bastardise - tome 1 - juke joint

bayou bastardise,neyef,brard,ankama,polar,louisiane,drogue,610,102015bayou bastardise,neyef,brard,ankama,polar,louisiane,drogue,610,102015Scénario : Armand Brard

Dessin : Neyef

Éditeur : Ankama

86 pages

date de sortie : 28 août 2015

genre : polar

 

 

 

Présentation de l'éditeur

C'est dans la moiteur des marécages de Louisiane que Neyef et Armand Brard vous embarquent. Danse vaudou, catch dans l'arrière-cour, stress post-trauma et labo clando de méthamphétamine : c'est du 8 Mile dans les marais, du Breaking Bad dans le Sud sauvage. Heureusement il y a la musique. Et forcément, il y a les flingues... « Son of a gun, we'll have big fun ooon the bayou. »

 

" Son of a gun, we'll have big fun on the Bayou ..."

 

Bayou Bastardise nous entraine dans les bas fonds de la Louisiane. On est loin des cartes postales alléchantes d'agences de voyage faisant l'article pour une excursion exotique. A Peaux-Brumes, ça sent plutôt la moiteur, la crasse et la misère sociale transpire à chaque coin du bayou.

 

bayou bastardise,neyef,brard,ankama,polar,louisiane,drogue,610,102015

 

Dans ce coin qui semble oublié du monde, on va y suivre le quotidien de trafiquants de drogue à la petite semaine jouant à la chimie amusante en famille, d'un pasteur évangéliste aux méthodes peu orthodoxes pour rameuter les brebis égarées, d'un notable local véreux, raciste et criminel jusqu'à la moelle, d'une bande de jeunes s'occupant à se fracasser la gueule dans des combats de catch bizarres et d'un tas de personnages hauts en couleur, tous aussi barrés les uns que les autres. Il y a même la présence d'un revenant, qui a son importance dans la compréhension du récit, rappelant au passage que la Louisiane est aussi une terre vaudou.

 

bayou bastardise,neyef,brard,ankama,polar,louisiane,drogue,610,102015

 

Armand Brard dont c'est ici la première publication, nous livre de manière un peu pêle-mêle une galerie de personnages assez exceptionnelle, digne d'une bonne série TV. Tous aussi dingues les uns que les autres, il les fait évoluer comme des poissons dans l'eau dans un univers où la violence semble être, sinon une règle de vie, une règle de survie. Construit un peu à la manière des séries US, où il y a plusieurs histoires dans l'histoire, Armand Brard peine cependant à donner une cohérence claire au récit. Les scènes s'enchainent parfois trop rapidement donnant une impression confuse quant à l'intrigue. Les briques s'encastrent pourtant bien, mais c'est pas toujours évident à suivre.

Un bon point en revanche pour les dialogues percutants, directs et sans langue de bois dont certains sont empreints de l'accent Cajun et Créole et d'autres d'une poésie très fleurie ...

 

" - Le gator, il la préfère faisandée. Ça pue, la mort, hein ?

- ça sent la chatte à ta mère, gros pédé !

- Oh, mais t'es déjà tout pourri de la langue, p'tit con ! La charogne, elle est dans ta bouche !"

 

 

Avec son dessin nerveux, Neyef (Doggybags) nous fait vite oublier le petit défaut de la narration brouillonne. Frisant parfois la caricature, ses personnages sont plein d'expression et de vie et la crasse de ce fond de bayou est très évocatrice.

Enfin, qui dit Louisiane, dit musique. Jazz, blues, country, cajun, celle-ci est présente en arrière-plan dans tout l'album et émerge de temps à autre dans la bouche de Sagamore ''Mo Jux" Breaux et '' Radio Earl '' Butte-Rose qui utilisent dans leurs conversations moult extraits de paroles de chansons. Personnages qui paraissent secondaires, ils jouent en fait un rôle essentiel qui se révèlera sans doute dans le tome 2.

 

Bien que souffrant d'une narration un peu brouillonne, Bayou Bastardise vaut largement le détour pour sa galerie de personnages haute en couleur et son ambiance de polar crasseux qui se met bien en place.

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

Bonus

La tracklist de l'album :

 

bayou bastardise,neyef,brard,ankama,polar,louisiane,drogue,610,102015

 

 

 

23/10/2015

Black Market

black market.jpgblack market_pl.jpgScénario : Frank J Barbiere

Dessin : Victor Santos

Éditeur : Glénat Comics

112 pages

date de sortie : 30 septembre 2015

genre : comics, aventure, humour

 

 

 

Comment Ray Lewis, ancien médecin légiste s'est-il retrouvé simple thanatopracteur dans une entreprise de pompes funèbres ? Il était pourtant brillant et promis à un bel avenir dans la police scientifique. Mais comme on dit, on choisi ses amis, on ne choisit pas sa famille ! C'est Denny, le frère de Ray qui un jour a tout fait basculer en l'entrainant dans un coup foireux. Criminel notoire, le voilà de retour pour embarquer à nouveau son frère dans une sombre affaire lui promettant fortune et gloire : il connait la recette capable d'éliminer toutes les maladies sur terre. Mais pour la mettre en œuvre, il a besoin des talents de Ray car la clé du remède se trouve dans l'ADN des Super-Héros. Il va donc falloir aller les chercher et récupérer une once de leur ADN...

 black market,santos,barbiere,glénat comics,comics,super héros,humour,062015,510

 

Au commencement étaient les héros. Des types affublés de déguisements improbables voire grotesques mettant au service de la veuve et de l'orphelin leur talent que dame nature avait bien voulu leur octroyer. Puis un jour vinrent les Super. Dotés de pouvoirs bien plus puissants et quasiment indestructibles ils combattent le mal sous toutes ses formes. Depuis que les Supers sont là, les Héros ne servent plus à grand chose et la plupart ont du se reconvertir pour survivre.

Le mythe du super héros revu, corrigé et déformé par Frank J Barbière. Utilisant l'humour noir et l'auto dérision il met à mal tous les codes du genre pour servir son propos. Porteurs de ce qui pourrait éradiquer tous les maux de l'humanité, les Supers auraient pu bénéficier d'un peu plus de considération de la part de l'humanité. Mais ils sont ici des proies et les hommes ont décidé de les presser jusqu'à la dernière goutte.

Dommage que la narration soit si peu fluide et aussi chaotique. Dommage que le dessin soit si rugueux et le trait aussi lourd. Dommage, parce que l'intrigue est quand même bien foutue et le final assez inattendu.

Black Market aurait pu faire un excellent thriller sombre et drôle à la fois, mais n'est finalement qu'une bonne petite comédie noire et satirique.

 

a05-3e788c9.gif

 

 

Loubrun