08/03/2016

Prométhée - Tome 13 - Contacts

prometheeT13.jpgprometheeT13-1.jpgScénario : Christophe Bec
Dessin : collectif *
Éditeur : Soleil
48 pages
sortie : janvier 2016
genre : science-fiction, fantastique

 

 

Présentation de l'éditeur

Au cours de l’Histoire, de nombreux indices ont été disséminés sur toute la surface du globe par l’entité alien mais… personne n’a su les déchiffrer à temps ! L’humanité a par conséquent été méthodiquement exterminée après l’invasion extraterrestre ! Découvrez les signes annonciateurs du désastre dans cet album collectif exceptionnel.

 

prométhée,bec,raffaele,roudier,servain,gnoni,démarez,alberti,bonetti,toulhoat,soleil productions,fantastique,science-fiction,410,012016

 

Mon avis

Cet album, présenté comme une préquelle à la série de 12 albums déjà parus, est constitué de 8 récits se déroulant à différentes époques allant de plusieurs dizaines de milliers d'années avant Jésus Christ à nos jours. Chaque histoire est illustrée par un dessinateur différent. De styles différents et de qualité assez inégale, ces histoires se suivent de manière chronologique, nous montrant que la présence extraterrestre ne date pas de la dernière pluie, et qu'à chaque fois cette présence a été vue et jamais comprise.

Christophe Bec a su créer une série de science-fiction originale, inquiétante et pleine de mystères, et a réussi a fasciner le lecteur pendant 12 albums. Avec ce treizième opus, on a un peu le sentiment de se faire arnaquer. Ces historiettes n'apportent rien à l'ensemble de la série, mis à part le très mince fil rouge de l'album se passant de nos jours et dans un futur proche, que l'on peut lire dans le prologue et l'épilogue.

On a le sentiment que Christophe Bec tente ici d'ajouter des éléments qu'il n'a pu glisser dans les 12 albums du premier cycle. Mais, s'il ne les a pas mis avant, c'est qu'il ne les jugeait pas indispensables. Alors pourquoi ce treizième album ? Le chiffre 13 ayant de l'importance dans le scénario, on aurait pu s'attendre à un tome plus consistant du point de vue du scénario comme de celui du dessin.

Fan de la première heure de cette série, j'avoue ne pas comprendre l'existence de ce treizième tome tel qu'il est, si ce n'est de faire patienter le lecteur avant le lancement du deuxième cycle. On aurait pu patienter sans.

Pour finir sur une note positive, notons tout de même la magnifique couverture réalisée par Denis Bajram.

 

a04-3e788e4.gif

 

 

Loubrun

 

* les dessinateurs ayant participé à cet album : Stefano Raffaele, Emmanuel Roudier, Stéphane Servain, Laurent Gnoni, Thierry Démarez, Mario Alberti, Elia Bonetti, Ronan Toulhoat.

01/03/2016

Outcast - Tome 2 - Souffrance

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,comics,horreur,épouvante,exorcisme,possession,810outcast,kirkman,azaceta,delcourt,comics,horreur,épouvante,exorcisme,possession,810Scénario : Robert Kirkman
Dessin : Paul Azaceta
Éditeur : Delcourt
154 pages
Sortie : janvier 2016
Genre : horreur, épouvante, fantastique

 

 

Présentation de l'éditeur

Kyle Barnes est tourmenté par des possessions démoniaques depuis son plus jeune âge. À la lumière de récentes découvertes et en dépit de terribles cauchemars, il semble commencer à comprendre la nature du mal qui le touche, et à entrevoir les réponses qu'il a cherchées toute sa vie. En revanche, la vie du Révérend Anderson, celui qui le soutient depuis toujours, semble sur le point de s'écrouler.

 

 

Mon avis

A peine 10 mois après la sortie du premier volume regroupant les 7 premiers épisodes parus aux États-Unis, nous voilà avec le deuxième tome de Outcast entre les mains. Le tome 1 m'avait laissé une très bonne impression et laissait présager d'une série au succès garanti. Le succès semble être au rendez-vous puisque la série est en cours d'adaptation pour le petit écran et pour une diffusion en 2016.

Ce deuxième opus aura tôt fait de ferrer le lecteur ! Kirkman sait s'y prendre pour distiller juste ce qu'il faut d'informations pour faire avancer le récit et captiver l'attention. Nous en savons un peu plus sur la relation de Kyles avec son ex-femme et l'on découvre un personnage qui semble décidé à prendre un peu plus les choses en mains pour affronter ses démons et ceux des autres, parce qu'il prend conscience qu'il possède un pouvoir particulier. Parallèlement, le personnage du révérend prend plus de place dans l'histoire et commence à révéler une facette de sa personnalité pas très reluisante. Ses motivations ne sont pas tout à fait les mêmes que celles de Kyles et l'on sent des divergences de point de vue poindre entre les deux protagonistes.

Robert Kirkman amène avec habileté les rebondissements et arrive à surprendre le lecteur à chaque nouveau chapitre. La frayeur s'installe peu à peu, lentement mais sûrement, sans surenchère d'effets de possession telles qu'on peut les connaitre dans la filmographie du genre. Ici, les possédés nous effraient parce qu'ils ne sont pas forcément et systématiquement transformés en bêtes immondes proférant des insanités. Ils sont lucides et tant que le démon qui les habite se tient tranquille, ils ne laissent transparaitre qu'un mal être inquiétant.

Visuellement, le travail de Paul Azaceta sur le dessin et d'Elisabeth Breitweiser sur les couleurs est remarquable. Les ambiances créées sont parfois bien flippantes ! La mise en scène et le découpage sont très efficaces avec notamment l'insertion régulière de petites vignettes carrées faisant le focus sur un détail d'une scène. Ce procédé permet l'usage du gros plan pour apporter une nuance ou bien une information complémentaire quant à la scène, sans nuire à la lisibilité de la page. On a d'ailleurs l'impression que ce scénario a été écrit et pensé dès le début pour le cinéma ...

 

Robert Kirkman nous offre là une série accrocheuse qui va nous mettre les nerfs en pelote et avec laquelle il va falloir désormais compter.

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

http://fox.outcasttvseries.com/

 

Outcast - Tome 1 - Possession

outcast T1.jpgoutcast T1_pl.jpgScénario : Robert Kirkman
Dessin : Paul Azaceta
Éditeur : Delcourt
154 pages
Sortie : avril 2015
Genre : horreur, épouvante, fantastique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Kyles Barnes vit reclus dans sa maison, terrassé par un passé douloureux. Il lutte depuis son enfance contre l'emprise de démons sur sa vie et son entourage. Lorsque le révérend de sa ville natale le sollicite pour l'aider à pratiquer un exorcisme, Kyle commence à faire le lien avec la possession de sa mère. Il est sur le point de dévoiler la véritable nature de ses dons, qui vont s'avérer terrifiants.

 

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,comics,horreur,épouvante,exorcisme,possession,7.510

 

Mon avis

Robert Kirkman, le génial créateur de Walking Dead, la série à l'origine du renouveau de la mode Zombie, revient sur le devant de la scène avec une nouvelle série d'horreur. Avec Outcast, Kirkman nous emmène sur le terrain des histoires de possession démoniaque et d'exorcisme. Comme dans Walking dead, il réussit à fusionner les ingrédients classiques de cette thématique et son propre style de narration permettant de sortir ce genre d'histoire de la niche dans laquelle on serait tenté de la laisser.

Tout en nous plongeant d'entrée de jeu dans une ambiance lugubre et sombre, ce premier volume démarre très tranquillement, l'auteur prenant le temps de poser l'intrigue et surtout les caractéristiques des personnages. C'est vraiment la patte de Kirkman que de centrer ses histoires sur les personnages plus que sur les évènements. Ainsi, la révélation progressive des traumas du personnage principal nous fait découvrir petit à petit un personnage torturé, assez complexe mais aussi attachant tant on le sent sans cesse sur le fil du rasoir et meurtri de s'être laissé piégé par des forces qui le dépasse. Autre personnage qui parait aussi ambigu, celui du révérend, exorciste de son état, sur lequel on apprend pas grand chose, mais ou l'on devine de lourdes révélations à son encontre.

Le graphisme de Paul Azaceta contribue grandement à la mise en place des ambiances inquiétantes. Le dessin et les couleurs sont sombres, le trait est gras et les aplats noirs sont judicieusement employés contrastant habilement avec des effets de lumières. Le tout donne une tonalité à la fois réaliste et suggestive au récit.

Voilà donc une nouvelle série très bien lancée avec un premier tome qui ne vous glacera pas d'effroi, mais éveillera sans doute quelques frissons laissant augurer d'une suite très prometteuse.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

 

29/02/2016

Pire Ouvrier de France

pire ouvrier de france.jpgpire ouvrier de france_pl.jpgScénario : Besseron

Dessin : Frédéric Felder

Éditeur : Audie - Fluide Glacial

56 pages

date de sortie : janvier 2016

genre : humour

 

 

présentation de l'éditeur
Avec Pire Ouvrier de France, on s'attaque au saint des saints : La tradition Française. Chaque corps de métier est méticuleusement passé à la moulinette. Le souffleur de verre confectionne des pipes à crack, l'horloger prépare des bombes avec des coucous suisses, quant au Boucher sa viande provient uniquement du pare-chocs de sa 4L ! Il en ressort un beau mélange bien homogène de catastrophes, de quiproquos et de gags à n'en plus finir.

 


"c'est marrant parce que des fois, être fleuriste, c'est pas loin de sociologue. Si on prend le temps, si on observe attentivement, si on fait bien attention, bin on peut arriver à mieux comprendre notre société."

 

Mon avis
A l'heure où le made in France devient tendance dans l'hexagone, il est absolument indispensable de mettre en avant les artisans qui œuvrent durement pour mettre en avant ce qu'on appelle la tradition artisanale française. L'amour du travail bien fait, du bon produit et du savoir faire, érigés face à l'industrie et aux grandes surfaces. Le consommateur, de plus en plus exigeant, est en quête de références, de garanties, de labels qualité, de normes. En résultent de nombreux prix, médailles et certificats récompensant les meilleurs produits et/ou les meilleurs artisans. C'est fou, d'ailleurs ce qu'on peut voir comme labels "meilleur produit dans sa catégorie". C'est bien, c'est rassurant et les gens sont contents.

Sauf que...

pire ouvrier de france,besseron,felder,fluide glacial,humour,made in france,trash


Olivier Besseron et Frédéric Felder ne sont pas du genre à se fondre dans un conformisme rébarbatif et se foutent pas mal de rassurer les gens en racontant de gentilles histoires sur le bel artisanat français. A l'opposé de la bienséance, ils s'échinent dans une succession de gags en deux pages à présenter une palette de métiers artisanaux de la manière la plus trash possible. Ainsi, du boucher au souffleur de verre, en passant par le maçon, le sculpteur, le prothésiste dentaire ou le fleuriste, et j'en passe, les auteurs nous font l'éloge de ses métiers à leur façon dans une apothéose de giclées liquides de toutes les couleurs.
Attention ! c'est vraiment trash, gore, scabreux, graveleux, scato. Les gags ne feront sûrement pas rire tout le monde, et ne sont pas à mettre entre n'importe quelles mains. Mais ceux qui ne craignent pas ce registre démesurément irrévérencieux et qui n'ont pas la nausée facile se payeront quelques bonnes tranches de rigolade.
Par ailleurs, ce qui donne un peu de consistance à cet humour spécial et du coup l'affine un tant soit peu, c'est le décalage entre les textes narratifs très consensuels et le visuel trash représenté dans un style clair et aéré. On est à l'opposé du style "dessin dégueu" de Vuillemin. Là, on est dans du "crade propre" avec un trait simple et des couleurs tout en aplats (sauf pour les giclées) qui rendent presque supportable l’insupportable.
Pire Ouvrier de France, c'est un gros pied de nez totalement déjanté et bien graveleux fait au made in France. Mais que les âmes sensibles se rassurent, tout cela n'est que pure fiction. La preuve : les personnages n'ont que 4 doigts ...

Allez ! vous en reprendrez bien une petite tranche !

pire ouvrier de france,besseron,felder,fluide glacial,humour,made in france,trash

 

 

a06-3e788fc.gif

 


Loubrun