23/04/2015

Le sculpteur

le sculpteur,scott mccloud,rue de sèvres,art,chronique sociale,fantastique,910,042015le sculpteur,scott mccloud,rue de sèvres,art,chronique sociale,fantastique,910,042015Auteur : Scott Mc Cloud

Éditeur : Rue de Sèvres

485 pages

date de sortie : mars 2015

genre : fantastique

 

 

 

"Nos jours à tous sont comptés"

 

David Smith est un jeune artiste en mal d'inspiration. Il a pourtant tutoyé la gloire suite à une rencontre avec un très riche mécène. Malheureusement, il n'a pas eu les épaules assez larges pour supporter cette notoriété trop rapide et n'a donc pas obtenu la reconnaissance escomptée. La collaboration avec le riche et malhonnête mécène a alors capoté, et il se retrouve sans un sou en poche.

Résigné, il boit ses derniers dollars dans un bar lorsque vient à sa rencontre son grand oncle Harry a qui il se confie. Il lui avoue être prêt à donner sa vie pour être enfin reconnu en tant qu'artiste. Son "oncle" lui propose alors un pacte : il pourra sculpter à mains nues tout ce qu'il souhaite, mais ce sera au prix de sa vie, dans 200 jours. Il accepte sans sourciller ce pacte diabolique, et prendra conscience de l'étendue de son pouvoir dès le lendemain, alors que le compte à rebours est lancé. Le grain de sable surviendra au bout de 11 jours en la personne de Meg, dont il tombe éperdument amoureux.

Comment va-t-il gérer ces deux passions exaltantes et dévorantes ? Alors que le temps lui est compté pour maitriser son nouveau don, il joue avec la matière et crée des œuvres aussi époustouflantes qu'invraisemblables. Mais son travail fait peur et le manque de cohérence entres les différentes pièces l’empêche de rentrer dans les indispensables galeries d'art. Il est néanmoins déterminé, et son amour grandissant pour Meg ne va pas faciliter les choses.

 

le sculpteur,scott mccloud,rue de sèvres,art,chronique sociale,fantastique,910,042015

Après avoir publié l'art invisible – un essai en bande dessinée sur la bande dessinée - Scott McCloud est considéré comme un des grands théoriciens de la bande dessinée. Le titre parait un brin pompeux, mais McCloud est aussi un vrai artiste et auteur de BD, même si sa production "papier" est assez limitée. Adepte de la bande dessinée expérimentale, il crée dès 1998 des webcomics, visibles sur son site internet, dans des formats aussi divers que variés.

 

Le sculpteur est à ce titre une BD des plus classiques ... de 485 pages. Si une telle pagination vous fait peur, je vais vous rassurer tout de suite : Scott McCloud a un sens inné de la narration et quelques pages seulement suffisent à kidnapper le lecteur. Jamais l'on ne s'ennuie dans cette lecture car même les deux ou trois passages un peu long sont au service de la narration. Alors même que le dénouement est censé être connu dès le départ, McCloud réussit à créer un suspense, et à le maintenir sur les 485 pages. Le lecteur doute sans cesse sur cette issue fatale vers laquelle se précipite David et l'on se surprend à croire, espérer, imaginer une autre fin.

C'est volumineux mais la lecture reste très fluide et le nombre de pages sert vraiment l'histoire. L'auteur prend le temps de mettre en scène les effets qu'il souhaite sans avoir recours à une surabondance d'ellipses comme c'est souvent le cas dans des formats plus conventionnels.

 

le sculpteur,scott mccloud,rue de sèvres,art,chronique sociale,fantastique,910,042015

 

McCloud ancre cette réécriture du mythe Faustien dans la vraie vie, jouée par des personnages réalistes et accessibles. A cette histoire invraisemblable, se greffent mille petites et grandes questions existentielles liées à la création artistique, mais pas seulement. Quelle est la place de l'art dans la société, quelle est sa valeur, quel sens donner aux créations artistiques, et faut-il leur donner un sens, quel sens donner à sa vie, comment vivre sans ses proches, comment affronter la mort, l'amitié et l'amour sont-ils éternels, peut-on maitriser le temps qui passe ...

 

La narration parfaite est soutenue par un dessin réaliste clair aux traits simples, donnant un rendu aéré. Sans avoir un coup de crayon éblouissant, Scott McCloud donne du mouvement à son dessin en utilisant les effets visuels de manière judicieuse et toujours à propos. Lignes de vitesse, différences d'encrages, perspectives, arrières plans, constructions des planches, quel que soit l'effet utilisé, il ne phagocyte jamais l'histoire mais renforce toujours le propos. Idem pour la couleur. Le choix de la bichromie dans les tons gris/bleus crée un jeu d'ombres et de lumière de bon aloi, et pose les ambiances. C'est là tout l'art de la BD, où images et textes racontent une histoire à valeur égale.

 

Époustouflante description d'une fuite en avant et d'une mort annoncée, le destin tragique de ce sculpteur sorti de l'esprit de Scott McCloud n'est pas sans rappeler les miroirs aux alouettes qui ont éblouis toutes ces stars du rock, emportées dans la fleur de l'âge.

 

Émanation du groupe de l'école des loisirs, l'éditeur Rue de Sèvres jette là un beau pavé dans la marre et rentre définitivement dans la cour des grands.

 

 

le sculpteur,scott mccloud,rue de sèvres,art,chronique sociale,fantastique,910,042015

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

 

 

21/04/2015

PSG Heroes - tome 2 - péril galactique

psg heroes T2.jpgpsg heroes T2 pl1.jpgScénario : Benj

Dessin : Briones

Éditeur : Soleil (sous licence PSG)

48 pages

date de sortie : mars 2015

genre : aventure, sport, science-fiction

 

 

 

J'aime la BD, j'aime le foot, et j'aime le PSG. Voilà sans doute pourquoi mes camarades chroniqueurs de Samba BD m'ont gentiment laissé ce service presse. Je les remercie chaleureusement de cette bienveillance à mon encontre, car je me suis payé une bonne tranche de rigolade en lisant cette "BD". Non pas que ce soit là un chef d’œuvre d'humour, loin s'en faut, mais j'ai ri d'imaginer les auteurs en train d'écrire cette histoire ! Ils doivent s'abreuver d'une potion drôlement magique pour pondre un truc pareil ! J'en veux moi aussi de la potion !

 

psg heroes,benj,briones,huet,soleil,paris saint germain,foot,zlatan,ibrahimovic,science fiction,410,032015

Accrochez-vous ! Mais tout d'abord je vous fais un petit résumé du tome 1, car je m'en voudrais de vous perdre dans les abîmes inter-galactiques de cette aventure. Donc, dans le tome 1, des extra-terrestres ont décidé de pulvériser la terre (calmez-vous les gars, il ne s'agit pas de l'OM !) sauf si le PSG, qui domine le foot européen (on peut ici au choix, saluer l'esprit visionnaire qui anime cette bd ou bien y voir la principale caractéristique SF de cette histoire), vient a bout de leur équipe venue d'une autre galaxie. En gros, Zlatan doit sauver le monde. C'est curieux, parce que moi, je l'ai entendu dire ça le gars Zlatan : «Je ne suis pas là pour sauver le monde. Si je pouvais le faire, croyez-moi ce serait déjà fait.»* ... Passons sur cette grossière invraisemblance. Zlatan a déjà du mal à sauver le PSG, alors vous imaginez, la terre !

 

Bref, passons au tome 2. La terre et l'humanité sont sauvées. Cool. Zlatan et ses coéquipiers sont devenus de vrais héros et disputent le tournoi galactique organisé par l'ignoble Rock Fükrug. La règle est simple : l'équipe qui perd, voit sa planète anéantie. Le PSG gagnant tout, Zlatan ne supporte plus d'être la cause de tant de destructions (il a quand même un bon fond le bougre). Donc il se rebelle, mais comme c'est pour la bonne cause, il ne prend pas de carton. Parviendra-t-il a sauver une fois de plus la terre ? Le suspense, haletant, est digne d'un PSG – Réal des années 90 ** ou, pour les plus jeunes, d'un Chelsea – PSG.

 

Bon, que dire de plus. Un mot du dessin ? Dans un style imitation comics super héros à la sauce Franco Belge, on peut dire que c'est propre et bien fait pour faire une histoire rythmée et pêchue. Les joueurs sont même à peu près reconnaissables, l'important étant que Zlatan, lui, soit parfaitement reconnaissable.

 

Le meilleur est pour la fin, dans un cliffhanger balbutié par Thiago Silva : "Nos supporters ... ils ont ..."

 

... et merde, il va y avoir un tome 3 ....

 

Bon, j'ai beau aimer la BD, j'ai beau aimer le foot, et j'ai beau aimer le PSG, je ne suis pas sûr qu'il soit bien nécessaire de donner une grande place en librairie à cette BD licence marketing.

 

Enfin, ça fait toujours une bd d'action rigolote que les petits footeux en herbe apprécierons. Ou pas. Par contre, je serais curieux de connaitre les chiffres de vente à Marseille ...

 

 

 

a04-3e788e4.gif

 

 

 

Loubrun

 

 

 

* je vous jure que c'est vrai !

 

** Une petite page d'histoire ne fera de mal a personne

 

 

 

 

14/04/2015

Rosa - tome 1/2 - le pari

rosa tome 1.jpgrosa tome 1 pl.jpgScénario et dessin :  François Dermaut

d'après un texte de Bernard Ollivier

Éditeur : Glénat

56 pages

date de sortie : mars 2015

genre : chronique sociale

 

 

Résumé (éditeur)

Dans un hameau Normand au début du XXe siècle, Rosa, mariée par ses parents à Mathieu, veuf et alcoolique de 25 ans son aîné, bientôt atteint de la tuberculose, tient dans la ferme conjugale un bistrot fréquenté par les rustauds du village. Alors que seule la lecture lui permet de s’évader, elle est mêlée à un pari absurde aux enjeux énormes initié par des « hommes » vantards, braillards, émouvants dont certains influents dans la commune. En en édictant les règles, la femme insignifiante qu’elle était hier à leurs yeux éprouvera le plaisir indicible que procure le pouvoir. Rosa découvrira les « hommes », leurs ambitions, leurs faiblesses, leur ignorance, leurs peurs, leurs tares cachées, leur cupidité, leur soif de domination… Elle s’émancipera de sa condition de femme de la fin du XIXe siècle, et s’affranchira du joug de la religion, omniprésente à cette époque.

 

" Et ... vous comptez l'organiser comment, votre concours, si c'est une histoire entre homme ?"

 

"Le chef d’œuvre de François Dermaut". Ni plus ni moins, voilà ce que nous annonce l'accroche du dossier de presse de cet album. François Dermaut quant à lui, nous affirme que "Rosa, c'est le scénario [qu'il] cherche depuis 30 ans".

François Dermaut est de ces grands auteurs – avec Juillard et Bourgeon – qui ont su renouveler la bande dessinée historique au sein des fameuses collections Circus et Vécu, lancées dans les années 80 par les éditions Glénat. Les 12 tomes des Chemins de Malefosse que Dermaut a dessiné font maintenant partie des classiques de la bd historique. Après avoir abandonné la série principale pour ce consacrer aux deux tomes de Malefosse en 2007 et 2009, François Dermaut se faisait plus discret sur la scène BD.

Et pour cause. Il planchait avec acharnement et détermination sur ce diptyque dont ce premier tome est le fruit d'un accouchement dans la douleur. Une faillite d'éditeur en cours de projet et une maladie grave forçant l'auteur à l'arrêt pendant un long moment, ont failli avoir eu raison de Rosa.

Cet album revient de loin, et cette histoire vient de très loin. Alors que son ami écrivain Bernard Ollivier faisait une marche de 12 000 km séparant Istanbul de Pékin, il imaginait, pour supporter la solitude, une histoire avec un personnage central. Rosa était née.

rosa, dermaut, ollivier, glénat, chronique sociale, campagne, XIXe,

En s'emparant de ce scénario, François Dermaut rompt définitivement avec les grandes épopées historiques pour faire une magnifique chronique sociale intimiste.

Il met de la lumière et de la tendresse dans une histoire ou l'on pourrait s'attendre à n'y voir que vice, orgueil et vanité. La lumière, c'est Rosa. Femme fidèle, dévote et surtout courageuse qui est prête à s'offrir à une bande de rustres pour sauver son mari de la maladie. Difficile à comprendre de la part d'une femme qui était bien peu considérée par son homme. Mais la force du pardon et la puissance de l'amour mèneront Rosa vers l'émancipation la poussant au réveil et à la réaction. D'un être transparent prête au sacrifice, elle se révèlera femme de tempérament et déterminée à prendre en main son destin.

rosa, dermaut, ollivier, glénat, chronique sociale, campagne, XIXe,

Elle mènera par le bout du nez tous ces hommes violents, vaniteux, cupides, cruels, orgueilleux, ambitieux et nous offre à nous lecteur, un panorama de la situation de la femme dans la société rurale de la fin du XIXe siècle.

La galerie de personnages est à la fois truculente et effrayante. Ils ont tous la gueule de l'emploi et Rosa doit aimer vraiment très très fort son mari pour jouer les arbitres de ce pari idiot !

rosa, dermaut, ollivier, glénat, chronique sociale, campagne, XIXe,

Le dessin réaliste, parfois à la limite de la caricature, est à ce titre très expressif. Les gros plans et cadrages serrés sont nombreux, renforçant le caractère intimiste et l'ambiance huis-clos de l'histoire. Priorité est donnée aux acteurs, à leur caractère et à leurs échanges plutôt qu'aux décors ou même à l'action. C'est d'ailleurs ce qui permet au récit de ne pas sombrer dans le scabreux et de sonner juste, avec humanité et parfois tendresse.

 

J'attends avec impatience le dénouement de ce pari dans le tome 2, non pas pour savoir qui est l'homme le plus vigoureux du village, mais plutôt pour savoir jusqu’où ira Rosa pour sauver son mari et ce qui l'a réellement motivée à animer ce jeu sordide.

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

rosa, dermaut, ollivier, glénat, chronique sociale, campagne, XIXe,

10/04/2015

Moses Rose - Tome 1 - La balade de l'Alamo

moses rose,ordas,cothias,galland,bamboo,grand angle,western,fort alamo,louisiane,états-unis,510,042015moses rose,ordas,cothias,galland,bamboo,grand angle,western,fort alamo,louisiane,états-unis,510,042015Scénario : Patrice Ordas et Patrick Cothias
Dessin : Christelle Galland
Éditeur : Bamboo (grand angle)
48 pages
date de sortie : février 2015
genre : western

 

 

 

 

Louis Rose, ancien soldat de la grande armée de Napoléon est aussi un vétéran de la bataille de fort Alamo. Le souci c'est qu'à Alamo, tous ses camarades sont morts et il se retrouve le seul survivant. Voilà un statut un peu lourd à porter d'autant plus lorsque l'on est accusé de désertion. Eh oui, c'est pas normal d'avoir réchappé au massacre d' Alamo !

Louis "Moses" Rose va devoir donc prouver son innocence et sa présence sur les lieux de la bataille. Pour ce faire, il accompagnera le shériff Millsaps sur les lieux du drame où son frère Isaac, avant d'y trouver la mort, avait gagné au jeu des titres de propriété de mines d'or.

Les voilà partis pour une quête de 900 km au travers de contrées hostiles où Indiens et mafieux ne manqueront pas de leur mettre des bâtons dans les roues.

 

 "Vous nous avez mis dans la merde, Monsieur Rose ..."

 

Le duo Cothias / Ordas s'est fait une spécialité aux éditions Bamboo de nous concocter des aventures romanesques sur fond historique (ambulance 13, Hindenburg, SOS Lusitania ...) Ils investissent ici un espace qu'ils n'avaient pas encore abordé, celui du western. Comme toujours ils se servent d'un évènement historique au nom évocateur pour y greffer leur fiction. La bataille de fort Alamo, si l'on en connait pas l'histoire avec précision, demeure dans l'inconscient collectif comme étant l'une des batailles les plus meurtrières du far west.

D’où la bonne idée scénaristique de créer un personnage qui en a réchappé. Seul et unique survivant du massacre, les possibilités qu'ont les auteurs d'animer ce personnage sont multiples. Mais elles sont tellement multiples, qu'on a l'impression que pour l'instant ils ne savent pas trop où ils mettent les pieds et que le fond historique est un peu léger pour porter une intrigue haletante. Trop de faits sont évoqués sans que l'on en voie les liens qui les relient. Le scénario semble alors décousu et ne rend pas la lecture des plus palpitantes malgré de bonnes idées comme, par exemple, l'introduction de la mafia, inédite dans un western.

 

Christelle Galland (le fils de l'officier) fournit un dessin agréable d'un classicisme prometteur. Péchant par quelques maladresses de cadrages et de perspectives, elle nous offre par ailleurs de très belles mises en scènes dans les bayous et les forets indiennes. Son style est loin d'être désagréable et sied plutôt bien au style western de cette histoire.

 

Prévue en trois tomes, cette série démarre en demi-teinte, et n'est pour l'instant pas du niveau des autres productions de ce duo d'auteurs pourtant talentueux. Espérons qu'ils trouvent la bonne piste dans le tome 2 ...

 

a05-3e788c9.gif

 

 

Loubrun