10/06/2015

Un village Français - tome 1 - 1914

un village français,gaudin,aleksic,soleil,histoire,guerre,saga familiale,série télé,810,042015un village français,gaudin,aleksic,soleil,histoire,guerre,saga familiale,série télé,810,042015Scénario : Jean-Charles Gaudin

Dessin : Vladimir Aleksic

Éditeur : Soleil

48 pages

date de sortie : avril 2015

genre : Histoire, saga familiale

 

 

 

28 juin 1914, Villeneuve, sous préfecture fictive du Jura. C'est par une belle journée d'été que nous mettons les pieds dans cette ville qui, comme une multitude de villes et villages français, s'apprête à vivre les évènements dramatiques qui vont suivre lors des 4 années suivantes. Pour l'instant, tout est calme, et nous partageons les tranches de vie quotidienne des familles Larcher, Schwartz et Breyllau. Mais l'actualité brûlante inquiète le maire de Villeneuve. Il est un des rares a sentir la guerre toute proche. Son inquiétude se concrétise en août lors de la mobilisation générale. Le village s'organise, les hommes partent, et l'histoire des trois familles entame un nouveau chapitre qui les mènera jusqu’à la seconde guerre mondiale.

 

"ça a pas l'air d'aller Monsieur le Maire... 'y a quelque chose qui vous tracasse ?"

 

Si le nom de ces familles ne vous dit rien et si le titre même de cette série ne vous parle pas, c'est que vous avez loupé une des meilleures séries Télé française de ces dernières années. Un village Français est une série télévisée qui compte 6 saisons (une septième est en préparation) et qui raconte la vie d'une petite sous-préfecture fictive sous l'occupation Allemande de 1940 à 1944. On y suit le quotidien des habitants avec comme personnages principaux Daniel Larcher, maire du village; Marcel Larcher, frère du maire, employé à la scierie et militant communiste; Raymond Schwartz, patron de la scierie; Marie Germain, résistante de la première heure, et tout un tas de personnages reflétant l'ensemble de la population française tentant de vivre malgré tout, chacun avec ses peurs, ses doutes, ses convictions, ses actes héroïques, ses lâchetés, ses raisons et déraisons.

C'est une série que j'ai beaucoup aimé et quand j'ai vu ce titre dans les nouveautés de chez Soleil production, j'ai été saisi de sentiments contradictoires : attirance et rejet. Croyant qu'il s'agissait d'une adaptation de la série télé, j'étais curieux de voir ce que cela donnerait en BD, tout en ne voyant pas trop ce que ce support apporterait de plus. Ce n'est qu'en prenant l'album en main que j'ai compris qu'il était question d'un prologue à la série télé. Et c'est là une judicieuse idée. Les personnages, qui sont fictifs, sont tellement bien campés qu'ils respirent l'authenticité. Révéler leur jeunesse permet alors de mieux appréhender leurs agissements pendant la période trouble de 40 à 44 que l'on suit dans la série télé.

 

 

un village français,gaudin,aleksic,soleil,histoire,guerre,saga familiale,série télé,810,042015

 

Cet album se lit comme le début d'une longue saga : on pose le décor, les personnages, on met en place les liens entre quelques protagonistes, on fait rattraper la petite histoire par la grande, et on a là un très bon support pour une histoire passionnante et à multiples rebondissements. Jean-Charles Gaudin (Marlysa, Garous, Phoenix, le feul ...) que l'on voit plus souvent dans les registres du fantastique et de l'Héroïc Fantasy, fait cela à merveille et restitue très bien l'authenticité et les caractéristiques des personnages qui ont fait le succès du village français sur le petit écran.

 

un village français,gaudin,aleksic,soleil,histoire,guerre,saga familiale,série télé,810,042015

 

Le dessin réaliste de Vladimir Aleksic est assez conventionnel, mais passe très bien pour ce genre d'album qui s'adresse à un public large. La précision du trait et la clarté du découpage offrent une lecture fluide permettant de suivre avec intérêt les intrigues des trois familles qui nous sont présentées.

Avec ce premier tome qui démarre en douceur, cette transposition en BD d'Un Village Français semble très prometteuse.

Si les fans de la série télé se réjouiront de cette préquelle, ceux qui ne l'ont pas vu rentrerons tout aussi facilement dans l'histoire, en l'abordant tout simplement comme une grande saga familiale dans laquelle ont y retrouve tous les codes du genre.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

09/06/2015

Drifter

drifter,brandon,klein,glénat comics,science fiction,space opéra,510; 042015drifter,brandon,klein,glénat comics,science fiction,space opéra,510; 042015Scénario : Ivan Brandon

Dessin : Nic Klein

Éditeur : Glénat Comics

128 pages

date de sortie : avril 2015

genre : science fiction

 

 

 

résumé (éditeur)

Le futur. Dans sa grande tradition de colonisation, l’Humanité s’est attaquée à d’autres planètes, minant et épuisant les ressources naturelles qu’elle rencontre sur son passage et, accessoirement, en laissant derrière elle des kyrielles de mondes inertes, sans vie... Abram Pollux va connaître un destin peu ordinaire sur la planète Ouro où son vaisseau spatial KF424 s’écrase violemment après une tentative d’atterrissage des plus périlleuses. Lorsqu’il s’éveille péniblement, la mémoire embrouillée, il se retrouve immédiatement confronté à un extraterrestre d’apparence belliqueuse. S’en suivra une confrontation dont notre héros sortira indemne, mais qui lui fera comprendre que sa peau ne vaut pas bien cher en cette lointaine contrée.

C’est quand il débarque dans une ville fantôme qu’Abram comprend véritablement le sens de sa nouvelle mission... Son épopée survivaliste se transformera alors en véritable quête d’humanité.

 

 

"La loi, ici, c'est un concept relatif"

 

 

Sorti en avril dernier en même temps que Lazarus et Sex criminal, Drifter fait partie du trio inaugural du nouveau label comics de chez Glénat. Ivan Brandon et Nic Klein ont déjà travaillés ensemble abordant le registre médiéval sur la série Viking encore inédite dans nos contrées. Ici ils se sont lancés dans une aventure de pure science-fiction, mélangeant – d'après le dossier de presse - western et space-opera. Ce premier tome regroupe les cinq premiers chapitres parus aux États-Unis de novembre 2014 à mars 2015.

L'histoire commence par le crash d'un vaisseau sur une étrange planète. La mise en scène est assez spectaculaire et grandiose, et le pilote Abram Pollux est miraculeusement le seul à survivre à ce crash. Dès qu'il émerge il se retrouve confronté à des créatures extra terrestres, puis à d'autres humains. S'ensuit une errance quasi solitaire du héros sur cette planète qui semble hostile et dont le mystère qui l'habite ne nous sera pas révélé dans ce tome.

L'auteur tente de nous appâter en ouvrant une multitude de pistes qui se finissent toute en eau de boudin et nous montre un personnage qui semble lui-même se demander ou on veut l'emmener. Les personnages qu'il croise sont tous plus énigmatiques les uns que les autres et n'aident pas vraiment à lever le voile sur cette mystérieuse planète. Les pistes sont bien plus que brouillées, elles s'évaporent ! Je me suis d'ailleurs demandé à mi chemin si l'auteur savait ou il allait. Comme le personnage, le lecteur est bringuebalé de ci de là, et finit par ne plus savoir ou il est ni d’où il vient. Bref, je me suis vite noyé dans la lecture de cette histoire très ennuyeuse, ou l'intrigue semble absente, le héros sans intérêt et ou les codes des genres évoqués dans le pitch se télescopent plus qu'ils ne fusionnent.

 

drifter,brandon,klein,glénat comics,science fiction,space opéra,510; 042015

Vraiment dommage, parce que le dessin, lui, est de très grande qualité. Nic Klein a réalisé des planches d'une beauté époustouflante et d'une grande puissance évocatrice. Dans un style réaliste il s'empare de l'imagerie du space-opéra et du western et, contrairement au scénario, réussit parfaitement à marier les deux. S'occupant également de la mise en couleur et ne reniant pas l’influence qu'a vraisemblablement eu Moebius/Giraud sur son travail, Nic Klein pose des décors et des ambiances soignées motivant le lecteur à poursuivre sa lecture.

 

Malgré un dessin digne des plus belles œuvres de SF, ce space-opéra est bien trop brouillon et manque cruellement de liant pour le faire entrer dans le Panthéon de la science-fiction.

 

 a04-3e788e4.gif

 

Loubrun

 

28/05/2015

Ciel de guerre - tome 2 - Cocardes en flammes

ciel de guerre,dauger,pinard,paquet,cockpit,cocardes en flammes,histoire,guerre,39-45,débâcle,mers el kébir,aviation,curtiss,710,042015ciel de guerre,dauger,pinard,paquet,cockpit,cocardes en flammes,histoire,guerre,39-45,débâcle,mers el kébir,aviation,curtiss,710,042015Scénario : Philippe Pinard

Dessin : Olivier Dauger

Éditeur : Paquet

48 pages

date de sortie : avril 2015

genre : guerre, aviation, Histoire

 

 

 

 

Résumé

Juin 40, l’été du désastre pour la France. L’escadrille des « Diables Rouges » subit la débâcle générale et se replie en Afrique du nord. Mais l’armistice du 22 juin 1940 redistribue les cartes et dénoue les serments d’allégeance et d’amitié. Désormais chacun devra choisir ses couleurs : Vichy ou la France Libre !

 

ciel de guerre,dauger,pinard,paquet,cockpit,cocardes en flammes,histoire,guerre,39-45,débâcle,mers el kébir,aviation,curtiss,710,042015

 

L'originalité de cette série d'aviation tient dans l'angle d'attaque que les auteurs ont choisit de prendre pour nous raconter les batailles aéronautiques de ce début de seconde guerre mondiale. Cette période, catastrophique pour la France, est vécue en immersion au sein de l'aviation française. L'imagerie populaire est plus fournie en faits héroïques des aviations britanniques, américaines, allemandes et japonaises. Pourtant, la France ne fut pas en reste avec son escadrille des diables rouges, qui combattit avec fougue et panache un ennemi qui les surclassait en tous points.

Dans ce second volume, nous vivons donc en direct la débâcle de l'armée française vue du ciel. L'armée de l'air prend sa part de défaites et se voit contrainte d'effectuer dans la précipitation, retraites et replis jusqu'aux abords de la Loire dans un premier temps, puis dans un second temps jusqu'en Afrique du Nord.

On assistera ensuite à un second drame, gravé à jamais dans la mémoire militaire, celui de Mers el Kebir, où la flotte française fut bombardée par les Anglais afin d'éviter qu'elle ne tombe entre les mains des nazis. Les pilotes français doivent alors engager leurs Curtiss P-40 et H-75 contre leurs anciens alliés. Ce drame en fera naitre un autre. Alors que le régime de Vichy s'installe, les deux pilotes Tournemire et Marceau doivent faire des choix. Ceux-ci semblent divergeant, annonçant un duel fratricide entre les deux compagnons d'armes.

ciel de guerre,dauger,pinard,paquet,cockpit,cocardes en flammes,histoire,guerre,39-45,débâcle,mers el kébir,aviation,curtiss,710,042015

Dans Cocardes en flammes, Philippe Pinard et Olivier Dauger mêlent de façon subtile la petite et la grande Histoire. Bien que l'équilibre entre les deux soit parfait et  donne lieu à une intrigue divertissante et instructive, la tension dramatique de la situation de la France en juin 1940 se ressent assez peu. La série est prévue en 4 tomes, et au vu du final de celui-ci, on peut penser que la partie consacré à la petite histoire prendra, dans les prochains volumes, le dessus sur la grande.

 

Comme dans le premier tome, l'histoire est assez bavarde (un peu trop à mon gout) et offre son lot de détails techniques sur l'aviation de l'époque. Les amateurs apprécieront sûrement. Tout comme ils apprécieront les superbes scènes aériennes d'Olivier Dauger, redoutable d'efficacité avec sa ligne claire d'une limpidité absolue. A noter qu'il effectue lui même les couleurs, ce qui explique sans doute l'accord parfait avec son trait.

 

Au milieu des nombreuses séries de genre, Ciel de guerre se fait sa place doucement mais sûrement, et ce deuxième tome réussit à accrocher le lecteur.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

 

ciel de guerre,dauger,pinard,paquet,cockpit,cocardes en flammes,histoire,guerre,39-45,débâcle,mers el kébir,aviation,curtiss,710,042015

Curtiss H-75
 

ciel de guerre,dauger,pinard,paquet,cockpit,cocardes en flammes,histoire,guerre,39-45,débâcle,mers el kébir,aviation,curtiss,710,042015

Curtiss P-40
 Photos © Th. des ABBAYES, avec son aimable autorisation
 

 

Pour les amateurs d'avions et de belles photos, je vous recommande de faire un petit tour par ICI

 

 

26/05/2015

Un homme de joie

un homme de joie,hautière,françois,casterman,new york,états unis,immigartion,années 30,rockfeller center,mafia,710,042015un homme de joie,hautière,françois,casterman,new york,états unis,immigartion,années 30,rockfeller center,mafia,710,042015Scénario : Régis Hautière

Dessin : David François

Éditeur :  Casterman

54 pages

date de sortie : mars 2015

genre : aventure, chronique sociale

 

 

le résumé

New York, début du XXe siècle, à l’heure de la construction des premiers gratte-ciel. Le nouveau monde. L’espoir pour de nombreux immigrants qui débarquent à Ellis Island, dernier rempart avant le rêve américain. Sacha, jeune émigré d’Europe de l’Est rejoint son cousin Pavlo avec l’espoir de réussir dans ce monde effervescent, mais c’est sans compter sur la femme de son cousin qui le trouvera vite encombrant… Il trouve refuge dans l’appartement qu’une vieille excentrique a légué à sa mort…à ses chiens. À la recherche d’un travail qui rime alors avec syndicat et mafia… la tâche s’avère complexe, voire sans espoir. C’est sans compter sur l’arrivée inopinée de Tonio…

 

" - Tu as de l'argent ?

- un peu.

- Alors tout va bien ! En Amérique, l'argent résout tous les problèmes "

 

 

Voici la troisième collaboration de ce duo d'auteurs. Après avoir réalisé ensemble deux polars (l'étrange affaire des corps sans vie en 2006 et de briques et de sang en 2010), Régis Hautière et David François partent à la conquête de l'ouest sur les terres de l'Oncle Sam. Dans les années 30, Ellis Island, la porte d'entrée des États-Unis, voit passer des millions de candidats à l'eldorado américain. Alors que nombre d'Italiens et d'Irlandais sont déjà installés, en cette année 1932, beaucoup d'Ukrainiens fuient les grandes famines orchestrées par Staline et tentent de se construire une nouvelle vie en Amérique.

 

 

un homme de joie,hautière,françois,casterman,new york,états unis,immigartion,années 30,rockfeller center,mafia,710,042015

 

Si les stigmates de la crise de 1929 sont encore présents, les États-Unis, et notamment New York, sont en perpétuelle mutation et ont besoin de main d’œuvre. Cette nouvelle décennie voit naitre un énorme chantier lancé par Rockfeller, le magnat du pétrole. Le Rockfeller Center est en construction et donne l'espoir à des milliers d’ouvriers d'avoir du travail.

Ainsi, une fois passés les barrages d'Ellis Island et les questionnaires d'immigration qui paraissent inimaginables aujourd'hui (êtes-vous anarchiste ? Race ? Êtes-vous polygame ? Qui a payé votre voyage ? Avez-vous fait de la prison ? ...), les nouveaux arrivants, dont fait partie Sacha, le personnage principal de cette histoire, ont bon espoir de vite trouver du boulot. Mais livrés à eux-même ou en quête d'un parent qui pourra leur donner un coup de pouce pour s'installer, leur situation est toujours précaire et ils ont tôt fait de devenir des proies faciles pour toute sorte de malfrats.

 C'est ce qui arrivera à Sacha, qui se verra offrir un poste sur le gros chantier du moment grâce au coup de pouce de Tonio, un des hommes de main d'un caïd de la mafia.

 

Le premier tome de cette histoire prévue en deux volumes pose les personnages et l'intrigue. Si le personnage semble davantage subir les évènements plutôt que les vivre, on sent bien que chacun d'entre eux a son importance pour la suite de l'aventure. Entre naïveté et nonchalance, on suit donc avec intérêt l'évolution de Sacha, sans vraiment savoir vers quelle direction le mènera sa destinée.

 

un homme de joie,hautière,françois,casterman,new york,états unis,immigartion,années 30,rockfeller center,mafia,710,042015

 

Cet album est très cinématographique et les ambiances mises en place ne sont pas sans rappeler le chef d’œuvre de Sergio Leone, Il était une fois en Amérique, notamment avec cette image ultra connue d'un pilier du Manhattan Bridge s'imposant au bout de la perspective d'une rue.

Le dessin particulier de David François est à ce titre très efficace pour restituer d'un côté la grandeur majestueuse mais étouffante, et d'un autre côté les recoins crasseux de cette ville des années 30.

 

Un album réussit, qui prend le temps de mettre en place une galerie de personnages énigmatiques sur un fond de chronique sociale et qui nous promène dans une ville à la fois effrayante et fascinante. Gageons toutefois que le deuxième tome soit un peu plus dynamique et que le personnage principal prenne un peu plus d'ampleur.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

 

un homme de joie,hautière,françois,casterman,new york,états unis,immigartion,années 30,rockfeller center,mafia,710,042015