10/12/2014

Retour au Kosovo

retour au kosovo couv.jpg1570_P9.jpgScénario : Gani Jakupi

Dessin : Jorge Gonzalez

Éditeur : Dupuis (Aire Libre)

115 pages

genre : chronique historique, carnet intime

 

 

 

 

"Partager cette histoire avec les autres me semble la meilleure manière de m'accorder l'oubli dont j'ai besoin"

 

 

 

Résumé (éditeur)

Il y a quinze ans, l'Europe était encore en guerre. À la fois proche et lointaine, la guerre civile du Kosovo a ravivé des doutes et des blessures qu'on croyait oubliés. Comment dire l'après, le déracinement, l'identité ?
Gani Jakupi, auteur, journaliste, compositeur, raconte les séparations et les douloureuses questions qui se posent quand les armes se taisent et que la vie doit reprendre ses droits. Jorge González, la révélation de "Chère Patagonie", met en images ce récit qui mêle l'Histoire et l'intime.

 

retour au kosovo,jakupi,gonzalez,dupuis,aire libre,kosovo,guerre,yougoslavie,serbes,albanais,histoire,témoignage

 

La guerre au Kosovo. Qui, dans nos contrées douillettes et confortables, se souvient 15 ans après de ce conflit qui a eu lieu à la périphérie de l'Europe ? J'en ai un souvenir curieux puisque les négociations entre les indépendantistes Kosovars et les Serbes se sont déroulées à Rambouillet à 50 km de Paris, ville ou j'habitais à l'époque. Je me souviens donc de la ville sous haute sécurité, des Albanais qui manifestaient dans la rue, des rencontres de Serbes et d'Albanais dans les bistrots, des journalistes du monde entier errant dans la ville. Et je me souviens que ces "négociations" ont échouées et qu'elles ont menées aux bombardements de l'OTAN. On sait aujourd'hui avec 15 ans de recul, que cette conférence de Rambouillet ne fut qu'une mascarade dont le texte comportait des conditions qui ne pouvaient qu'être inacceptables par les Serbes, donnant ainsi un bon prétexte à l'OTAN pour les mettre pieds de manière durable dans les Balkans. Mais ça, c'est une autre histoire.

 

Jakupi se souvient, lui aussi. A l'époque du conflit il vivait entre la France et l'Espagne tandis que toute sa famille était au Kosovo. Cette guerre civile a été courte et violente. Les bombardements de l'OTAN ont mis en déroute l'armée Serbe de Milosevic et un terme à leurs exactions. Gani Jakupi revient donc sur sa terre natale afin d'y réaliser un reportage pour un magazine, sans savoir si ses parents sont encore en vie. Finalement il les retrouvera, mais il découvrira une terre brûlée et apprendra l'assassinat d'une dizaine de membres de sa famille.

Se situant plus dans le registre du carnet de voyage ou du carnet intime que du documentaire et du reportage factuel, Jakupi nous livre avec retenue et pudeur ses émotions d'après conflit. Sans juger, il décrit simplement ce qu'il voit, les rencontres qu'il fait et les souvenirs qui refont surface. Quand on voit l'ampleur des dégâts matériels et psychologiques qu'a pu faire ce court conflit, on ne peut être qu'admiratif devant cette retenue.

 

retour au kosovo,jakupi,gonzalez,dupuis,aire libre,kosovo,guerre,yougoslavie,serbes,albanais,histoire,témoignage

 

La mise en image de ce récit est faite par Jorge Gonzalez (chère Patagonie). Difficile de nier le talent de cet auteur Argentin, mais les différentes techniques très artistiques qu'il utilise ici sont assez perturbantes et cohabitent mal avec la bande dessinée. Si les émotions et les ressentis sont très bien exprimés par des grandes cases aux couleurs sombres ou vives, où traits et textures se fondent, se mélangent créant des ambiances très pesantes, le reste du récit est illustré dans un style simpliste, voire naïf, donnant une impression d'inachevé. Ce parti pris graphique est assumé mais il est osé pour une bande dessinée, au risque de ne ravir que les aficionados de ce style, et de l'auteur.

J'avoue avoir eu beaucoup de mal avec ce dessin qui passe sans doute mieux en illustrations ou en peinture qu'en bande dessinée.

 

retour au kosovo,jakupi,gonzalez,dupuis,aire libre,kosovo,guerre,yougoslavie,serbes,albanais,histoire,témoignage

 

 

D'un abord assez difficile d'un point de vue graphique et narratif, ce témoignage à le mérite de nous montrer toute l'absurdité de ces conflits ethniques dont l'origine remonte souvent à la nuit des temps. Origines que les victimes, pour la plupart, ignorent totalement. Il a le mérite aussi de nous montrer à quel point certaines  revendications nationalistes peuvent avoir des conséquences désastreuses.

 

 a05-3e788c9.gif

 

Loubrun

 

le blog de Jorge Gonzalez

 

retour au kosovo,jakupi,gonzalez,dupuis,aire libre,kosovo,guerre,yougoslavie,serbes,albanais,histoire,témoignage

02/12/2014

La prophétie du tatou

la prophétie du tatou,zerocalcare,paquet,humour,autobiographie,tranche de vie,société,710,102014la prophétie du tatou,zerocalcare,paquet,humour,autobiographie,tranche de vie,société,710,102014Scénario et dessin : Zerocalcare

Éditeur : Paquet

138 pages

genre : autobiographie, humour

 

 

 

 

 

 

Résumé

Calcare est un jeune dessinateur geek qui passe une grande partie de son temps devant son écran d'ordinateur. En léger décalage avec le reste du monde, la vie de Calcare se résume à un appartement mal rangé, une alimentation rudimentaire et déséquilibrée, un ordinateur chronophage et une solitude pesante qu'il tente de combler en créant un compagnon imaginaire - sorte de guide de conscience -  personnifié par un tatou. Un soir, il reçoit un mail lui annonçant la mort de Camille, son amour de jeunesse. Les souvenirs surgissent d'un coup, l'émotion le submerge. On découvre alors un personnage introverti et très sensible, qui a toujours eu de mal à exprimer ses émotions.

 

la prophétie du tatou,zerocalcare,paquet,humour,autobiographie,tranche de vie,société,710,102014

Voilà un drôle de titre et un drôle de nom d'auteur. Zerocalcare est un jeune auteur Italien totalement inconnu en France. Il a commencé à publier ses travaux dans plusieurs fanzines et a réalisé des affiches pour des concerts punk hardcore. Publié en 2011, la prophétie du tatou est son premier album. Cette BD devenue culte en Italie s'est vendue à plus de 100000 exemplaires et est en cours d'adaptation au cinéma. C'est aussi son premier album publié en France.

 

La prophétie du tatou, c'est donc le quotidien banal d'un geek un peu déconnecté de la réalité, raconté en une succession d'histoires très courtes de 2 à 4 planches. Un fil conducteur relie ces épisodes : la mort de Camille, amour de jeunesse du narrateur. Comment annoncer cette nouvelle à ses proches, notamment à ce petit groupe d'amis dont faisait partie Camille. Le temps à passé, les directions prises par les uns et les autres sont différentes.

Dans cette autobiographie, l'auteur aborde tous les thèmes de la vie - amitié, peurs, travail, amour, mort - avec un humour oscillant entre naïveté et désinvolture cachant une grande sensibilité. Le choix d'un animal doté d'une forte carapace pour symboliser sa conscience n'est certainement pas un hasard.

 

la prophétie du tatou,zerocalcare,paquet,humour,autobiographie,tranche de vie,société,710,102014

La lecture est d'abord un peu déroutante car on ne comprend pas tout de suite à quoi on a affaire. En voyant les histoires très courtes, on s'attend à une succession de gags sur la vie d'un geek. On est vite déçu (par rapport à cette attente) car les histoires ne sont pas du tout construites pour produire un effet de gag. On finit donc par saisir le sens de cette BD et par en appréhender la profondeur. Derrière cette espèce de nonchalance, d'humour décalé et d'innocence se cachent une foule de réflexions sur la vie en général et la vie de l'auteur en particulier. Chacun pourra d'ailleurs se retrouver dans l'une des nombreuses scènes de la vie quotidienne décrite avec humour. Sur un ton moqueur d'autodérision, l'humour est omniprésent, c'est la carapace de l'auteur.

 

Le lecteur se prend d'affection pour ce personnage et sa vie ordinaire qui nous est présentée ici découpée en tranches. Du coup, la construction du livre devient parfaitement cohérente, et toutes ces saynètes sont liées par le fil rouge qu'est la mort de Camille.

 

Côté dessin, nous avons affaire à un mélange du style blog BD et dessin de presse. Des cases sans cadres ou des cadres tordus, un trait pas toujours précis notamment dans les décors, mais néanmoins, un trait expressif et un style propre à l'auteur.

Mais le propos de cet album n'est pas de nous livrer une grande histoire avec un dessin de maitre, mais plutôt de nous ouvrir un journal intime rempli de bonnes trouvailles drôles et émouvantes à la fois. De ce point de vue, c'est une réussite.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Ma note : 7/10

Loubrun

 

Voir le blog de l'auteur (en Italien)

28/11/2014

Hommes à la mer

hommes à la mer,riff reb's,soleil,noctambule,mer,maritime,écrivains,adaptation,littérature,aventure,910,112014hommes à la mer,riff reb's,soleil,noctambule,mer,maritime,écrivains,adaptation,littérature,aventure,910,112014Scénario et dessin : Riff Reb's

Éditeur : Soleil (Noctambule)

118 pages

date de sortie : octobre 2014

genre : récits maritimes, adaptation littéraire

 

 

Quand la mer nous prend ....

 

En 2009, Riff Reb's inaugurait la collection Noctambule des éditions Soleil avec une superbe adaption d'un roman de Mac Orlan, A bord de l'étoile Matutine. Il renfila bottes et ciré en 2012 pour adapter Le loup des mers, d'après Jack London.

Grâce notamment à un dessin éblouissant, ces deux ouvrages furent Unanimement salués par la critique. Riff Reb's s'est visiblement laissé séduire par le chant des sirènes et n'a donc pas raccroché les amarres en sortant un troisième opus consacré aux écrivains de mer. Avec Hommes à la mer, il conclut brillamment un triptyque où la mer et les hommes ne font qu'un.

N'ayant trouvé de texte long qui l'inspire autant que les deux précédents volumes, il a choisit de mettre en image huit nouvelles d'auteurs réputés pour leurs récits maritimes ou fantastiques. Ainsi se côtoient William Hope Hodgson, Edgar Allan Poe, Pierre Mac Orlan, Joseph Conrad, Marcel Schwob, Robert Louis Stevenson, adaptés ici de manière flamboyante , onirique et poétique.

hommes à la mer,riff reb's,soleil,noctambule,mer,maritime,écrivains,adaptation,littérature,aventure,910,112014

Continuant sur la lancée des deux premiers albums, Riff Reb's conserve le style graphique qui a fait leur succès. Le trait précis semi réaliste d'un noir profond, se joue des contrastes avec les couleurs utilisées dans chaque histoire. Comme dans A bord de l'étoile Matutine où chaque chapitre était en bichromie, ici chaque histoire à sa couleur. Et là, on en prend plein les mirettes ! C'est un travail d'orfèvre où la palette de nuances dans les teintes utilisées semble infinie. La maitrise des ombres et des lumières est totale, et contribue à donner les ambiances angoissantes, poétiques, épiques, noires, des récits choisit.

Les embruns et la fureur des éléments traversent les pages. C'est spectaculaire et flamboyant.

 

hommes à la mer,riff reb's,soleil,noctambule,mer,maritime,écrivains,adaptation,littérature,aventure,910,112014

Comme s'il fallait que le lecteur reprenne son souffle entre chaque récit, ces derniers sont ponctués d'une illustration en pleine page illustrant un texte d'un grand auteur ayant écrit sur la mer. On y trouve entre autres Homère, Eugène Sue, Victor Hugo, Jules Verne, ou encore Jack London. A mi chemin entre l'illustration et la gravure, les planches en noir et blanc sont sublimes et ne sont pas sans rappeler de grands illustrateurs tel que Honoré Daumier ou Gustave Doré. Là encore, les jeux d'ombres et de lumière font de ces planches de véritables pépites.

 

Ce livre est magnifique et graphiquement encore un ton au dessus des deux précédents.

 

hommes à la mer,riff reb's,soleil,noctambule,mer,maritime,écrivains,adaptation,littérature,aventure,910,112014

 

05-3e731b2.gif

 

 

Ma note 10/10

Loubrun

 

 

hommes à la mer,riff reb's,soleil,noctambule,mer,maritime,écrivains,adaptation,littérature,aventure,910,112014

hommes à la mer,riff reb's,soleil,noctambule,mer,maritime,écrivains,adaptation,littérature,aventure,910,112014

26/11/2014

BLACK LORD - tome 2 - Toxic warrior

black lord,toxic warrior,dorison,ponzio,glénat,piraterie,trafic,écologie,afrique,somalie,pollutionblack lord,toxic warrior,dorison,ponzio,glénat,piraterie,trafic,écologie,afrique,somalie,pollutionScénario : Guillaume Dorison et Xavier Dorison

Dessin : Jean-Michel Ponzio

Éditeur : Glénat

48 pages

date de sortie : octobre 2014

 

genre : aventure, chronique sociale.

 

 

La piraterie, une œuvre sociale ?

 

résumé (éditeur)

Maxime Stern prépare un plan d'abordage pour monter sur le bateau d’Hassan. C’est ici qu’est détenu Djad, le pêcheur somalien envers qui Max a une dette. Pour libérer son ami, le français a besoin du soutien de Churchill, ancien lieutenant d'Hassan. Pour le convaincre, il lui propose un marché : s’il l’aide, Max le débarrasse définitivement du pirate somalien qui, derrière ses atours de défenseur du peuple de Baravawee, cache des motivations beaucoup moins nobles...

black lord,toxic warrior,dorison,ponzio,glénat,piraterie,trafic,écologie,afrique,somalie,pollution



 

Deuxième tome de cette fiction réaliste âpre et violente. Les frères Dorison nous plongent dans les eaux troubles de la piraterie moderne où rien n'est simple. Ce second volume fait la part belle à l'action et aux révélations. Les masques tombent et la vraie nature des personnages se révèle. Ainsi, si Max est capable d'échafauder un plan d'attaque un peu tordu pour récupérer ses passagers, c'est qu'il n'a pas toujours été qu'un simple marin. Il accomplira son devoir de capitaine en récupérant coute que coute ses passagers, puis mettra ses talents au service de la cause des pêcheurs Somaliens. Quant à Churchill et Hassan, leur rupture est irréversible, tant leurs motivations sont divergentes.



Ajoutant une histoire de trafic de déchets toxiques à l'intrigue principale, les auteurs donnent une nouvelle dimension et un nouveau point de vue de ce système économique qu'est la piraterie sur les côtes Somaliennes. Si certains pêcheurs se sont transformés contraints et forcés en pirates pour pouvoir survivre, (voir le tome 1), une poignée de mercenaires met à profit cette situation pour s'enrichir encore davantage en traficotant avec des Européens peu scrupuleux et prêts à tout pour se débarrasser d'un tas de merdes toxiques dans les eaux africaines.

Des deux côtés, l'appât du gain rend définitivement con, et l'on peut comprendre alors certains agissement des pirates, qui y voient là une œuvre sociale. C'est le cas de Max, qui a radicalement changé depuis le début du tome 1, et se pose à présent en véritable héros. C'est le Black Lord.

 

black lord,toxic warrior,dorison,ponzio,glénat,piraterie,trafic,écologie,afrique,somalie,pollution

Ce tome ne manque pas de rythme, d'action, et ne lésine pas sur l'hémoglobine. La violence est presque omniprésente.

Le dessin hyper réaliste de Ponzio apporte du crédit à ce récit du quel il est difficile de faire la part entre réalité et fiction. Néanmoins, le regard sur la piraterie moderne est ici porté par une intrigue intéressante et bien menée, quoique parfois un peu confuse.

Au delà de l'aventure et de l'action, la lecture de ce diptyque invite aussi à réfléchir sur la façon qu'ont les pays du nord à considérer les pays du sud.

 

Ma Note a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun