25/06/2015

Zombies néchronologies - tome 2 - Mort parce que bête

zombies néchrologies,peru,boudoiron,soleil,anticipation,zombies,mort vivants,810,062015zombies néchrologies,peru,boudoiron,soleil,anticipation,zombies,mort vivants,810,062015Scénario : Olivier Péru

Dessin : Arnaud Boudoiron

Éditeur : Soleil production

48 pages

date de sortie : juin 2015

genre : anticipation, fantastique

 

 

 

Résumé (éditeur)

Stockholm, quelques mois après l’apparition du virus. L’hiver et les zombies ont transformé la ville en un désert glacé. Seule une poignée de survivants a trouvé refuge dans un bunker et résiste à la mort. Avant de se couper du monde, tous travaillaient sur un jeu vidéo de zombies et pensent pouvoir tenir bon.
Mais confrontés à une réalité plus forte que la fiction, dans la faim, la peur et l’isolement, ils découvrent qui ils sont vraiment et se rendent à l’évidence : trop nombreux, divisés, et prêts à se battre pour une boîte de conserve...
Ils ne verront pas tous la fin de l’hiver.

 

"Il y a un axe qui n'a pas encore été exploré. C'est l'hyperréalisme."

 

Les amateurs de séries zombies n'ont pas le temps de se remettre de leurs émotions. Un walking dead en début d'année, et tout récemment Alice Matheson et Gold of the dead... , Si les titres se succèdent à une vitesse impressionnante, chacun réussit à trouver son style et, a défaut de renouveler le genre, a apporter sa pierre à l'édifice.

Le succès de la série Zombies de Olivier Peru, lui permet d'étendre son univers en décomposition dans une série annexe constituée de one shots. Alors que le tome 1 se déroulait à Paris et mettait le Président François Hollande dans une bien mauvaise posture, ce deuxième opus nous emmène à Stockholm au cœur d'une équipe de production de jeux vidéos. Reprenant à son compte l'idée de Romero dans son film "Chronique des morts vivants", ou il est question d'une équipe de cinéma tournant un film de zombies en pleine forêt, rattrapée par une invasion de mort vivants, Olivier Péru crée une situation de mise en abyme en confrontant les créateurs du jeu vidéo à la réalité du virus qui a envahit la ville. Le chef de projet qui voulait un jeu hyper réaliste en aura pour son argent et mouillera la chemise, au sens propre.

 

zombies néchrologies,peru,boudoiron,soleil,anticipation,zombies,mort vivants,810,062015

 

Olivier Péru nous sert un scénario aux petits oignons, qui nous tient en haleine du début à la fin. Face à l'adversité, les personnages révèlent leur vraie nature et les vrais méchants ne sont bien évidemment pas les zombies. On est vraiment pas loin des walking dead où la tension est essentiellement psychologique.

Graphiquement, Arnaud Boudoiron opte pour un registre quasi hyper réaliste conférant des attitudes un peu figées aux personnages. Mais son trait précis rend le dessin assez expressif et ses mises en scènes remarquables d'efficacité, font du coup oublier l'aspect figé.

Ce deuxième volume de Zombies Néchrologies est d'excellente facture et ne démérite pas sa place aux côtés de la série mère Zombies, et de la série reine Walking Dead.

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 



Abonnez-vous à la newsletter

 

22/06/2015

Wake up America - tome 2 - 1960-1963

wake up america,lewis,aydin,powell,rue de sèvres,histoire,droits civiques,racisme,ségrégation,martin luther king,810,052015wake up america,lewis,aydin,powell,rue de sèvres,histoire,droits civiques,racisme,ségrégation,martin luther king,810,052015Scénario : Andrew Aydin, John Lewis

Dessin : Nate Powell

Éditeur :  Rue de Sèvres

189 pages

date de sortie : mai 2015

genre : biographie, Histoire, politique, roman graphique

 

 

 

Wake up America raconte le combat non violent qu'une poignée d'hommes et de femmes déterminés ont initiés à la fin des années 50, pour lutter contre l'infamie ségrégationniste qui avait cours dans les états du sud des États-Unis. C'est John Lewis qui nous raconte l'histoire, alors qu'il s’apprête à participer à la cérémonie d'investiture de Barack Obama en 2009. John Lewis n'est pas n'importe qui ! Né en 1940 dans l'état de l'Alabama, il s'engage très tôt pour le mouvement afro américain des droits civiques et devient rapidement responsable d'un groupe d'étudiants activistes non-violents (le SNCC). Il participe aux sit-in dans les bars des grands magasins pour réclamer l'égalité de traitement avec les blancs, et finira sur la tribune de la Marche sur Washington en 1963, aux côtés de Martin Luther King. Il est aujourd'hui le dernier survivant du "big six", nom donné aux 6 leader des groupes qui ont organisé cette marche historique.

 

"Je soutiens que quiconque enfreint la loi parce que sa conscience la tient pour injuste, puis accepte volontairement une peine de prison afin de soulever la conscience sociale contre cette injustice, affiche en réalité un respect supérieur pour le droit ... "

 

Ce deuxième tome suit la chronologie des évènements de 1960 à 1963. Les sit-in non violents que l'on voit dans le tome 1 ont eu pour effet de révéler à l’Amérique entière la violence des lois ségrégationnistes et de faire évoluer un peu les choses, rendant notamment illégale la ségrégation dans les transports. Cette évolution aussi mince soit-elle est alors testée par les groupes défenseurs des droits civiques qui envoient leurs membres prendre les bus inter-états afin de vérifier l'application de l’arrêt de la cour suprême. Arrivés dans les états du sud, il seront au mieux arrêtés, au pire tabassés par des hordes racistes déchainées refusant l'abolition des lois ségrégationnistes. Orchestrés par le ku klux klan avec bien souvent l'appui de la police, les coups furent extrêmes et animés d'une volonté meurtrière. Mais jamais John Lewis ne renoncera à ses principes de non violence. Ce courage et cette force ont portés tous ces groupes militants vers Washington dans la marche pour les droits civiques de l'été 1963 ayant pour effet un an plus tard l'interdiction de la discrimination et l'abolition de la ségrégation raciale dans les états du sud.

 

Cet album est un véritable livre d'Histoire et nous révèle le pire visage de l’Amérique : celui de la bêtise et de la haine. Avec l'aide de Andrew Aydin qui n'est autre que son attaché parlementaire, John Lewis raconte sans retenue tous ses souvenirs, sans oublier les dissensions et divergences d'opinions qui sont apparues entre les différents groupes.  Il nous fait vivre côté coulisses cet évènement historique ou Martin Luther King prononça son célèbre discours. Il nous fait vivre de l'intérieur les violences que les Noirs ont enduré, ne pouvant nous faire qu'admirer encore un peu plus leur courage à ne pas répondre par la violence. Nate Powell met ce récit en image de manière très dynamique et sa mise en scène très immersive plonge vraiment le lecteur au cœur des évènements. C'est un récit dense et profond qui secouera assurément le lecteur.

 

Malheureusement, 50 ans après, la violence et la haine raciale ne sont pas abolies et la tuerie raciste de Charleston entre tristement en résonance avec cet album.

Aussi, plus qu'un témoignage à caractère historique, ce livre doit faire œuvre de mémoire et le récit de John Lewis est là pour montrer que même devant la résurgence de la crétinerie la plus abjecte, il convient de ne jamais céder à la peur et de ne jamais perdre espoir.

 

a08-3e78906.gif

 

 

 

Loubrun

 

wake up america,lewis,aydin,powell,rue de sèvres,histoire,droits civiques,racisme,ségrégation,martin luther king,810,052015

 

 

Abonnez-vous à la newsletter

17/06/2015

Bibule

bibule,legendre,kramiek,humour,potache,gags,strip,510,062015bibule,legendre,kramiek,humour,potache,gags,strip,510,062015Auteur  : Marc Legendre

Éditeur : Kramiek

48 pages

date de sortie : mai 2015

genre : humour

 

 

 

 

Apparu dans les années 90 sous le trait et la plume de Marc Legendre (que nous avons vu récemment avec le reload de Bob et Bobette) dans la version néerlandophone de Spirou, Bibule (ne pas confondre avec Bidule, le neveu de Cubitus !) est un petit garçon hyperactif au crâne d'oeuf affirmé. Entouré de Reggie qui à l'air un peu idiot et de Doro sa meilleure amie, il traverse tout un tas de péripéties dans une succession de gags en trois cases. L'alchimie de ces trois personnages aux tempérament différents – l'hyperactivité de Bibule, le franc parlé de Doro qui rembarre franchement les garçons et la naïveté empreinte de bon sens de Reggie - contribue à créer des situations plus ou moins drôles.

 

bibule,legendre,kramiek,humour,potache,gags,strip,510,062015

Humour potache s'il en est, je le qualifierais pour ma part d'humour absurde de bon sens. Un peu comme le Chat de Geluck, mais en moins drôle. Ainsi Bibule d'annoncer à Reggie avec force joie l'acquisition d'un tandem, et qu'ils pourront par conséquent s'asseoir et pédaler à deux. Et Reggie de répondre : "je préférais ton ancien vélo... On pouvait aussi s'asseoir à deux, mais tu étais le seul à pédaler ..."

 

bibule,legendre,kramiek,humour,potache,gags,strip,510,062015

J'avoue avoir plus souvent souri que ri malgré quelques bonnes réparties. Mais le problème n'est pas tant dans l'humour plus ou moins bon de chaque strip, ni dans ce style d'humour que d'aucuns qualifierons de simpliste. La mécanique du strip en trois case est bien maitrisée (si ça n'était pas le cas, Marc Legendre n'en aurait pas fait plus de 2000 ! ), mais cette technique narrative ne me semble pas adaptée au format album. 46 pages, 4 strips par page, il y a un effet de saturation et de rengaine qui s'installe, et au bout du compte le ressort comique fonctionne moins bien. Le strip est parfait pour un périodique dans lequel on sait exactement ou le trouver, et qui peut servir de porte d'entrée d'un magazine ou d'un quotidien et faire office d'entame à la lecture du journal. En album, ça passe plus difficilement.

 

bibule,legendre,kramiek,humour,potache,gags,strip,510,062015

Alors la meilleure façon d'aborder cet album et d'en apprécier les gags, c'est de ne point trop en abuser en le laissant trainer sur le coin d'une table et d'y jeter un œil de temps à autres.

 

 

a05-3e788c9.gif

 

 

Loubrun

 

 

bibule,legendre,kramiek,humour,potache,gags,strip,510,062015

 

15/06/2015

Un certain Cervantès

un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015Auteur : Lax

Éditeur : Futuropolis

208 pages

date de sortie : avril 2015

genre : comédie dramatique, chronique sociale

 

 

 

Résumé

Pour fuir la police après avoir fait quelques bêtises, Mike Cervantès s'engage dans l'armée et part combattre en Afghanistan. Prisonnier des Talibans, il réussit à s'échapper mais est vite repris par ses bourreaux. Il est alors torturé et perdra la main gauche.

De retour au pays, Mike est déboussolé et sombre dans la dépression et la violence. Révolté contre la société ultralibérale qui broie les plus pauvres, il décide de lutter contre les injustices, ce qui le mènera en prison. Il y découvrira le roman d'un homonyme, un certain Miguel Cervantès dont la vie présente de curieuses similitudes avec la sienne, et dont le Don Quichotte sera pour lui une véritable révélation. Se sentant investit d'une mission, il s'identifiera pleinement au héros et partira en lutte contre toutes les formes d'injustices et dérives de la société contemporaine, qu'elles soient politiques, sociales, religieuses, économiques ou intellectuelles... Idéaliste jusqu'au paroxysme, c'est à bord de sa Ford Mustang qu'il accomplira sa mission et partira en guerre contre la société.

 

"- Oh ! c'est vous Miguel, quel bon vent ?

- Le vent de la révolte, Amigo. Celui qui vous porte. Le même qui m'a poussé à écrire Don Quichotte de la Mancha. L'Histoire bégaye"

 

On ne présente plus Christian Lacroix, plus connu sous le pseudo de Lax, tantôt dessinateur, tantôt scénariste, parfois les deux et dans tous les cas toujours pour le meilleur. Sa production n'est pas pléthorique mais tous ces albums sont d'une grande qualité. Aussi à l'aise dans le polar avec le Choucas que dans des romans graphiques sur fond historique comme les oubliés d'Annam et Azrayen scénarisés par Giroud, Lax a le don de sortir des albums toujours captivants. Sa dernière production, l'écureuil du vel d'hiv, date de 2012 et clôturait une trilogie consacrée à l'univers du cyclisme.

 

un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015

 

Avec ce nouvel album, il change complètement de registre et s'attaque à un monument de la littérature. Pas besoin d'être une pointure en ce domaine pour que le nom de Cervantès nous évoque quelque chose. Qui n'a jamais entendu parler de ce Don Quichotte se battant contre les moulins à vent ? L'expression est devenue populaire et ce héros, un symbole des justiciers autoproclamés et autres doux idéalistes, combattants acharnés des injustices de ce bas monde.

Lax nous propose une vue originale de cette œuvre maintes et maintes fois adaptée au cinéma, théâtre, et même en BD. Mais plutôt que de mettre simplement le texte original en image, il le transpose à notre époque et fait un parallèle entre la propre histoire de Miguel Cervantès et le personnage de Mike dont la vie est très similaire à celle de l'auteur Espagnol : vétéran d'une guerre, pris en otage et libéré contre rançon, perte de la main gauche, désillusion et révolte contre la société.

 

un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015

 

Le parallèle et la mise en abyme de l’œuvre est très habilement mené. Comme une vision hallucinatoire et servant de guide au héros, Lax fait intervenir dans sa narration le vrai Miguel du 16è siècle. Petites pauses amenant quelques pistes de réflexions sur la censure, l'injustice sociale et le contrôle de plus en plus oppressant de la société par les instances politiques et financières, cette trouvaille scénaristique donne une dimension de satire sociale et d'analyse politique à ce road movie animé. Elle permet en plus, pour qui comme moi n'aurait jamais lu le roman, d'y mettre un orteil et de bien saisir tous les parallèles entre l'histoire imaginée par Lax et le roman chevaleresque satirique de Miguel Cervantès. Les rapprochements avec le roman sont subtiles et parfois drôles ou pathétiques, comme la monture attribuée à Mike : une Ford Mustang dont l'emblème est un cheval galopant.

 

un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015

 

Graphiquement, Lax nous livre un album flamboyant et des planches majestueuses reflétant une Amérique profonde, crasse et poussiéreuse. Son trait délicat, rehaussé de lavis dans les tons gris/ocres/noirs crée des ambiances très suggestives dans toutes les situations.

Dans des décors de road movie américain, le Don Quichotte de Lax évoque des sujets graves et contemporains en les abordant sous un angle tragi-comique où douceur, violence, bêtise et bon sens se côtoient à chaque page.

 

 un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

 

un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015