06/02/2014

Flottille 66 - tome 3 - Double K

flotille66_3.jpgflotille66_3_PL02.jpgScénario : Romuald Pistis
Dessin : André Le Bras
Couleurs : Nicolas Caniaux

Éditeur : Zéphyr BD

48 pages

date de sortie : janvier 2014

genre : aviation, anticipation

 

 

Ce n'est pas dans ce tome que les 3 héros, Hadrien, Ming Yue et Alfio iront se dorer la pilule sur les plages du Var ! Alors que le Charles de Gaulle s’apprête à rentrer à sa base à à Toulon, les trois pilotes sont envoyés vers la BAN (Base AéroNavale) de Landivisiau en Bretagne. Cette base d'apparence normale abrite dans ses sous-sols la Ruche, le centre névralgique de la Flottille 66. C'est en ce lieu très secret et hautement technologique qu'ils se voient signifier officiellement leur intégration au sein de la F66. Au passage, on en apprend un peu plus sur cette flottille : ses missions, son fonctionnement, son emblème, l'origine de son nom...

 

Leur première mission officielle sous les couleurs de la F66, consiste en une démonstration des capacités du Synapse, cet avion invisible révélé dans le tome 2.

Après force entrainements magistralement mis en scène, rien ne se déroulera comme prévu. En effet, dans le même temps, un drone utilisé dans la lutte contre la pêche illégale perd le contrôle provocant d'irrémédiables dégâts sur le chalutier surveillé.

C'est là l’œuvre de Double K. C'est le méchant de l'histoire qui semble avoir des moyens considérables pour parvenir à ses fins. Il s'est octroyé les services du meilleur hacker au monde pour pirater et prendre le contrôle de centaines de drones de par le monde et tenter de les diriger contre des cibles stratégiques. Ses véritables motifs ne sont pas révélés ici, laissant le lecteur sur sa fin mais augurant d'une seconde partie des plus dynamique.

 

Ce tome 3 de Flottille 66 est placé sous le signe du rythme et de l'action même si, et c'est le paradoxe de cet album, l'intrigue met du temps à se mettre en place. En gros, on ne s'ennuie pas un instant à la lecture, mais il faut avoir dépassé la moitié de l'album pour savoir ou on met les pieds.

Les scènes aéronautiques sont toujours d'aussi bonne qualité, tout comme les notes techniques parsemant les pages. Je trouve ces dernières un peu envahissantes, mais elles permettent de crédibiliser ce récit d'anticipation qui se déroule dans les années 2020, et d'apporter quelques éclairages de bon aloi sur des termes techniques assez pointus.

Il est à noter aussi un progrès très net sur le dessin des personnages dont c'était la faiblesse sur les tomes précédents.

Avec ce troisième opus, Flottille 66 fait tranquillement son trou dans le registre des séries d'aviation. Les fans des deux premiers tomes ne seront pas être déçus.

 

 

Ma note : 7/10

Loubrun

 

tomes 1 & 2

28/01/2014

Moi, jardinier citadin

moi jardnier citadin,minho choi,akata,manwha,jardinage,société,jardins collaboratifs,incroyables comestibles,incredible edible,012104,810moi jardnier citadin,minho choi,akata,manwha,jardinage,société,jardins collaboratifs,incroyables comestibles,incredible edible,012104,810Scénario et dessin : Min-ho Choi

éditeur : Editions Akata

date de sortie : 23 janvier 2014

208 pages

manwha (sens de lecture occidental)

genre : autobiographie, société,écologie

 

 

Min-ho Choi est dessinateur de BD et pour l'animation. Fatigué de la vie moderne, le rythme trépidant de la capitale Coréenne ne lui convient plus et il ne prend plus de plaisir dans un métier en pleine mutation où la production de masse est reine, imposant ses cadences infernales. Il profite de son mariage pour entamer une nouvelle vie en s'installant dans une petite ville au nord de Séoul, en bordure de montagne. Il veut reprendre contact avec la nature et se rapprocher de son rythme. Pour cela, il décide de se lancer dans la culture potagère.

Complètement ignorant en la matière, il fera ses classes dans un jardin collaboratif au contact de voisins truculents, chacun ayant ses propres motivations et méthodes pour faire pousser ses légumes.

Le jardinier novice, sous ses airs candides, boira les paroles de chacun, se fera un peu railler et moquer, mais à force d'observations, de patience et de bon sens, il s'apercevra qu'il n'est pas si compliqué de cultiver un potager en respectant la nature. Et quelle meilleure récompense que celle de savourer ses propres légumes qui ont un vrai goût ?

 

moi jardnier citadin,minho choi,akata,manwha,jardinage,société,jardins collaboratifs,incroyables comestibles,incredible edible,012104,810

 

Ce livre est une vraie bouffée d'oxygène. Min-ho Choi à choisit d'appuyer sur la touche "pause" et de nous faire partager cette expérience sous la forme d'un récit un peu naïf, mais d'une fraicheur bienfaisante.

Avec lui, nous prenons le temps de regarder ce qu'il y a autour de nous et surtout, ce qu'il y a sous nos pieds : de la terre ! De la terre dans la quelle poussent des choses que l'on peut manger. Des légumes et des herbes qui grandissent tout seuls ou avec un petit coup de pouce de l'homme, mais surtout, qui s'en sortent très bien sans produits chimiques. Nous redécouvrons aussi les saisons et les activités qui y sont liées, invitant à la patience et à l'harmonie du rythme de la nature. On s'émerveille aussi des premières pousses, on est dépités des dégâts causés par une tempête, on est fâchés après ces insectes qui se repaissent de nos bons légumes bio ... Mais, tout compte fait, ne serait-ce pas ça la vraie vie ? A chaque saison ses légumes, à chaque légume son type de terre, son besoin en eau et soleil, à chaque plante son parasite et son anti parasite naturel.

 

moi jardnier citadin,minho choi,akata,manwha,jardinage,société,jardins collaboratifs,incroyables comestibles,incredible edible,012104,810

 

La culture potagère n'est pas qu'un simple hobby pour Min-ho Choi mais quasiment une thérapie. Le fait de voir émerger de terre ses tomates, courgettes ou concombres lui fait redécouvrir le sens de la vie et la notion de "terre nourricière". Dans nos sociétés de consommation où il suffit de mettre les pieds dans un supermarché pour y trouver tout ce veut (qu'on en ait besoin ou pas), il est si facile d'oublier d’où viennent les choses, comment elles ont été faites, le travail qu'il y a derrière chaque produit.

Sans tomber dans le militantisme ostentatoire, l'auteur remet simplement les pendules à l'heure avec beaucoup d'humilité et d'humour. Il nous invite à découvrir l'engouement grandissant de par le monde pour les jardins collaboratifs où règnent partage et convivialité.

 

moi jardnier citadin,minho choi,akata,manwha,jardinage,société,jardins collaboratifs,incroyables comestibles,incredible edible,012104,810

 

A ce titre, les Editions Akata s'associent au mouvement Incroyables Comestibles (Incredible Edible) dont l'objectif est de promouvoir l'autosuffisance alimentaire et surtout le "consommer local et sain". Cette expérience communautaire initiée en Angleterre en 2008, consiste à mettre à disposition gratuitement les légumes cultivés dans des petits potagers qu'ils soient privés ou publics.

Moi, jardinier citadin invite à réfléchir sur la malbouffe, sur le consumérisme déraisonné des sociétés occidentales, mais aussi indirectement à la mainmise sur l'agriculture mondiale d'une certaine multinationale américaine spécialiste en biotechnologie agricole ...

 

A l'heure où l'Union Européenne interdit la vente et l'échange des semences ne figurant pas au catalogue officiel (autrement dit toutes les graines et semences anciennes et traditionnelles qui ne sont pas commercialisées par les grosses multinationales), il est bon de voir germer un mouvement de résistance pacifique, convivial et utile au quotidien. C'est le pot de terre contre le pot de fer, mais je veux bien parier sur une victoire du bon sens au profit de la nature et de l'humanité.

 

moi jardnier citadin,minho choi,akata,manwha,jardinage,société,jardins collaboratifs,incroyables comestibles,incredible edible,012104,810

 

Pour conclure, malgré des personnages dessinés de manière un peu trop caricaturale dans leurs attitudes et expressions, Min-ho Choi nous livre un rafraîchissant petit traité de jardinage où les plantes sont magnifiquement mises en valeur par des dessins tout en aquarelle. L'ensemble est agrémenté de doubles pages explicatives sur les légumes et leurs vertus ou bien sur quelques techniques potagères.

De quoi glaner de précieux conseils pour qui voudra tenter l'expérience.

 

Ma note : 8/10

Loubrun

 

 

 

 

 

 

24/01/2014

Django Unchained

django unchained_couv.jpgdjango unchained,tarentino,guerra,latour,cowan,zezelj,urban comics,vertigo,western,cinémaScénario : Quentin Tarantino
Dessin : R.M Guéra, Jason Latour , Denys Cowan, Danijel Zezelj
Editeur : Urban comics
collection : Vertigo deluxe
date de sortie : 24 janvier 2014
272 pages
genre : western, action, aventure

 

 

1858, sud des États-Unis. Le Dr King Schultz, ancien dentiste devenu chasseur de primes, fait l’acquisition de Django, un esclave à qui il propose un marché : l’aider à capturer les frères Brittle en échange de sa liberté. Tandis que les deux hommes entament leur traque, Django ne perd pas pour autant de vue sa principale préoccupation. Dès qu’il sera libre, il partira à la recherche de sa femme, vendue comme esclave à un riche propriétaire terrien du Mississippi.

 

django unchained,tarentino,guerra,latour,cowan,zezelj,urban comics,vertigo,western,cinéma

 

 

Quand j'ai vu ce titre dans le planning de sorties d'Urban comics, j'ai d'abord redouté d'avoir à faire à une pauvre adaptation en bd d'un auteur majeur du cinéma américain. J'ai vite été rassuré en voyant le nom de Tarantino sur la couverture, non pas comme faire valoir, mais comme auteur.

Autant le dire tout de suite, Quentin Tarantino est pour moi un des plus grand, sinon le plus grand réalisateur américain.

Grand amateur de comics et de cinéma populaire, il a absorbé tout ce qu'il a lu et vu dans sa jeunesse pour le resservir à sa sauce dans ses réalisations, créant cet univers complètement barré qui lui est si particulier.

 

django unchained,tarentino,guerra,latour,cowan,zezelj,urban comics,vertigo,western,cinéma

 

Cet album donc, n'est pas une adaptation, mais plutôt l'aboutissement du script intégral écrit pour le film. Ici, pas de scènes coupées au montage, tout ce qu'a imaginé l'auteur y figure. Comme il le dit dans la préface "... si mes scripts n'étaient pas coupés, mes films dureraient 4 heures !". Django Unchained dure déjà 2h45, ce qui est largement au dessus de la moyenne.

Pour ceux qui ont vu le film, vous retrouverez donc exactement la même ambiance, les mêmes scènes et quasiment les mêmes dialogues. Seule la fin diffère un peu non pas dans l'esprit (le côté vengeance et massacre est bien là) mais plutôt dans le style.

A moins de bien connaître le film, les scènes qui ont été coupées ne sont pas toujours facilement détectables, ce qui montre à mon sens la qualité scénaristique de l’œuvre. A la lecture, aucune séquence ne parait superflue et l'on se régale de bout en bout du souffle épique de ce western violent non dénué d'humour.

 

django unchained,tarentino,guerra,latour,cowan,zezelj,urban comics,vertigo,western,cinéma

 

La différence avec le film vient évidemment du dessin. Si le cadrage et la construction des images sont identiques en BD et en film parce qu'ils découlent d'un story board dessiné, le dessin apportera une nouvelle dimension à l’œuvre.

Il est confié ici à plusieurs auteurs comme c'est souvent le cas en comics. RM Guera (scalped), Jason LaTour (scalped, Wolverine), Denys Cowan (scalped, Wolverine) et Danijel Zezelj (scalped, DMZ …) ont la lourde tâche de faire vivre sur le papier des personnages que la plupart des lecteurs auront vu bouger et entendu parler dans le film.

Difficile en effet de dissocier les personnages des acteurs qui les ont incarnés, tant ces derniers l'ont bien fait. Sans jamais tomber dans la caricature ni dans le portrait photographique, chacun réussit dans son style à évoquer clairement les acteurs qui ont interprété les rôles, ce qui évite de se perdre en comparaisons inutiles du genre 'ah oui, mais dans le film il est pas comme ça …' et de rester dans la fluidité de la lecture.

Les différences de style entre les auteurs ne m'ont pas gênées, mais il est possible que cela en perturbe certains. J'ai particulièrement apprécié les planches de Zezelj et Cowan, plus épurées que celles de Guéra et Latour. S'il n'y a pas d'unité graphique, le tout reste cependant parfaitement cohérent.

L'ensemble est vraiment réussi, a tel point que j'ai eu l'impression de revoir le film...

 

Un Comics que je recommande aussi bien aux amoureux de Tarantino qu'aux fans de western qui y trouveront tous les bons ingrédients du genre, et même plus.

 

Ma note : 8,5/10

Loubrun

 

23/01/2014

WW 2.2 - Tome 7 - Paris, mon amour

Couv_201031.jpgww22_PL.jpgScénario : David Chauvel
Dessin : Hervé Boivin
Editeur : Dargaud
date de sortie : novembre 2013
62 pages
genre : guerre, uchronie

 

 

 

Accompagné d'un soldat et de deux scientifiques, le sergent chef Meunier est parachuté en plein territoire Allemand pour détruire la nouvelle arme de destruction massive que fabriquent les allemands à Peenemünde. Mais sa mission va prendre une autre tournure quand il rencontrera un groupe de prisonniers évadés d'un camp de concentration. Il abandonne alors sa mission principale et, avec les évadés, part à l'assaut du camp pour libérer les prisonniers. Mission quasiment suicide, il sauvera la vie d'une fillette et sera le seul survivant. Sa décision aura cependant des répercussions dramatiques quant à la suite de la guerre.

 

ww 2.2,paris mon amour,chauvel,boivin,dargaud,guerre,uchronie,bombe atomique,610,112013

 

Cet ultime volume de WW 2.2 nous ramène presque dans la vraie Histoire. Découverte des camps de la mort par les troupes alliées, et utilisation de l'arme atomique dans le but de faire plier définitivement l'adversaire. Sauf que David Chauvel est passé par là, et que tout le monde aura droit à sa bombe ! Sur un scénario un poil tiré par les cheveux, Chauvel réussit malgré tout à nous tenir en haleine du début à la fin. La narration parsemée de flashback courts permet de raconter deux histoires en conservant le rythme nécessaire à ce genre d'aventures. La séquence racontant les camps de concentration est vraiment bien menée et assez touchante. Sans dialogues, sans commentaires, les images se suffisent à elles-même pour décrire l’horreur sans tomber toutefois dans l'étalage des vues morbides que tout le monde connait.

 

ww 2.2,paris mon amour,chauvel,boivin,dargaud,guerre,uchronie,bombe atomique,610,112013

 

David Chauvel et Hervé Boivin se retrouvent sur ce 7e et ultime volume de cette étonnante uchronie. Étonnante par son originalité où l'Histoire complètement réécrite reste parfaitement plausible. C'est un peu le principe des uchronies, mais ça ne fonctionne pas toujours. De ce point de vue là, WW 2.2 est plutôt réussie.

Il est dommage en revanche que la qualité des 7 albums qui la compose soit très inégale. Cette faiblesse empêchera sans doute la série de rentrer dans le Panthéon de la BD. Cela va du moyen au très bon, tant du point de vue graphique que du scénario.

J'en entend déjà certains dire que c'est là la marque de fabrique des séries concept ...

Ceci étant dit, chaque album peut se lire comme un one shot ce qui a pour avantage de ne pas vous obliger à prendre toute la série...

Pour conclure, sans être le meilleur ni le moins bon, ce dernier tome est le reflet de l'ensemble de la série : moyen, mais divertissant malgré tout.

 

Ma note : 6,5/10

Loubrun

tome 1, tome 3, tome 4, tome 5, tome 6  (et ne me demandez pas pourquoi on n'a pas chroniqué le tome 2 !)