10/10/2013

Jack Palmer - T15 - Palmer en Bretagne

jack palmer,pétillon,cochet,dargaud,humour,art,bretagne,médiasjack palmer,pétillon,cochet,dargaud,humour,art,bretagne,médiasScénario et dessins : René Pétillon

Couleurs : Isabelle Cochet

Editeur : Dargaud

date de sortie : septembre 2013

52 pages

genre : humour

 

 

résumé (éditeur)

Jack Palmer est engagé comme garde du corps auprès d'un milliardaire collectionneur d'art contemporain. Il accompagne son employeur en Bretagne, invités sur l’île privée d’une riche veuve. Tout pourrait être idyllique dans cette région magnifique. Hélas ! les algues vertes, la cupidité, un crime mystérieux et la légendaire maladresse du détective vont transformer ce séjour breton en un réjouissant désordre.

 

jack palmer,pétillon,cochet,dargaud,humour,art,bretagne,médias



Palmer, c’est le détective le plus crétin de la planète BD. En général il résout les enquêtes sans le faire exprès. Là, il franchit un cap. Il est carrément en dehors du coup, et reste totalement impuissant, coincé qu’il est sur son rocher. On ne le dira jamais assez : en Bretagne, il y a de fortes marées et mieux vaut s’enquérir des horaires avant de s’aventurer sur les cailloux….  Mais Palmer est crétin, semble vivre sur une autre planète, et c’est donc sur un bout de rocher, entouré d’eau, qu’il passera les trois quarts de cette aventure.

 

Dans ce 15 ème tome de Jack Palmer, Pétillon nous emmène donc faire un tour en Bretagne. Nous voilà débarquant sur une île privée, chez une riche veuve en compagnie d’une bande de bobos parisiens journalistes, jet setteurs et autres collectionneurs d’art. Leur point commun ? Ils sont tous riches et, il faut bien l’avouer, assez cons …


Pétillon est au meilleur de sa forme et sa plume acerbe n’épargne pas cette curieuse faune des médias et du milieu de l’art. C’est sans doute caricaturé (encore que … !) mais la critique de la société consumériste et superficielle est bien menée. Tous les personnages ont un côté pathétique qui nous, pauvres mortels, nous font bien marrer. Que ce soit de riches geeks insipides qui se croient supérieurs en ayant réponse à tout, les yeux  rivés sur leur smartphone greffé dans leur main, ou de riches collectionneurs qui avec leurs millions ne font que jouer à celui qui pissera le plus loin, ou encore ces sémillantes chargées de com qui se croient plus malines que tout le monde, tous sont affligeant de bêtise, et ce pour notre plus grand bonheur.

 

jack palmer,pétillon,cochet,dargaud,humour,art,bretagne,médias

Et puis au milieu de cette fanfaronnade, Pétillon n’oublie pas de nous montrer sa Bretagne natale avec son folklore (il aurait presque pu nous glisser la recette du Kig a farz) et ses problèmes. Ainsi, le problème écologique des algues vertes et des élevages de porc est gentiment évoqué avec humour par cette chargée de com qui tente d’étouffer une affaire en voulant filmer un élevage « écolo-qui-pollue-pas ». Elle découvrira ce que sont les porcs en vrai, ce qu’est le quotidien des éleveurs, et la réalité économique.

 

Finalement, celui qui à le plus les pieds sur terre, c’est encore ce bon crétin de Palmer ! Du haut de son rocher, lui, il a vu tout ce qui se passait !  Oui, parce que il y a quand même une petite histoire policière derrière toute ça …

 

A savourer sans modération, Kouign Amann compris !

 

Ma note : 7/10

Loubrun

 

jack palmer,pétillon,cochet,dargaud,humour,art,bretagne,médias


 

09/10/2013

Flight of Angels

Couv_194320.jpgPlancheA_194320.jpgScénario : Todd Mitchell, Louise Hawes, Holly Black, Bill Willingham, Alicia Kwitney

Dessin et couleurs :  Rebecca Guay

Editeur : Urban Comics

Collection :  Vertigo Deluxe

Date de sortie : Août 2013

128 pages

 

 

Au fond d’une sombre forêt est retrouvé le corps d’un ange mourant, se vidant de son sang et dans un état inconscient. C’est un faune, un de ces êtres fantastiques peuplant la forêt, qui trouve l’ange le premier. Certains veulent éliminer l’ange, d’autres veulent lui porter secours. C’est au petit faune que revient le droit de décider du sort de l’ange. Pour l’aider dans sa décision, ils mettent en place un tribunal où chacun racontera sa version des faits. Tour à tour ils raconteront une histoire mettant en scène un ange qui arrive sur la terre.

 

flight of angels,mitchell,hawes,black,willingham,kwitney,guay,urban comics,vertigo deluxe,anges,fables,contes,fantasy

Rebecca Guay est une artiste fascinée depuis de longue date par les anges. Célèbre par son travail sur le jeu de cartes Magic, l’univers de la fantasy est son domaine. Toutefois, si elle a imaginé la trame de ce recueil, elle a pris soin de s’adjoindre les services d’auteurs éminents en la matière tels que notamment Bill Willingham, auteur de la série Fables.

C’est là tout le charme de ce livre où se côtoient magie, féerie, romantisme, fantasmagorie, le tout cadré par le fil rouge du petit peuple des bois qui nous entraîne dans ce conte fantastique. Bien qu’écrit par plusieurs auteurs, l’ensemble reste homogène et la narration fluide et assez captivante. A mon grand étonnement, je me suis laisser embarqué par ces contes comme pourrait le faire un enfant écoutant son grand père lui raconter une histoire merveilleuse. Derrière l’aspect féerique et parfois un peu mièvre de l’univers fantasy, plusieurs thèmes sont ici abordés comme l’immortalité, la différence, le pouvoir, le temps,  …

 

flight of angels,mitchell,hawes,black,willingham,kwitney,guay,urban comics,vertigo deluxe,anges,fables,contes,fantasy

Pourtant réalisé par la même personne dans tout l’ouvrage, le dessin est en revanche de qualité très inégale. Si Rebecca Guay est très à l’aise pour mettre en  scène les univers fantasy, elle l’est beaucoup moins pour ce qui concerne les époques contemporaines. Utilisant des techniques différentes d’une histoire à l’autre, on passe de planches magnifiques a d’autres que l'on ne regrettera pas d'oublier …

 

Sans être renversant, Flight of angels est un album surprenant et reposant.

 

Ma note : 6/10

Loubrun

 

flight of angels,mitchell,hawes,black,willingham,kwitney,guay,urban comics,vertigo deluxe,anges,fables,contes,fantasy

 

Sur le site de Rebecca Guay, vous aurez un aperçu de son talent d'illustratrice et de peintre : http://www.rebeccaguay.com/index.html

07/10/2013

WW 2.2 tome 6 - Chien Jaune

ww 2.2,chien jaune,hubert,le roux, froissard,dargaud,guerre,uchronie,racisme,chine,japon,ww 2.2,chien jaune,hubert,le roux, froissard,dargaud,guerre,uchronie,racisme,chine,japon,Scénario : Hubert

Dessin : Etienne Le Roux

Couleurs : Vincent Froissard

Editeur : Dargaud

Date de sortie : Août 2013

62 pages

genre : guerre, uchronie

 

 

Résumé (éditeur)

Chien Jaune, épisode 6 de WW2.2, se déroule à Pékin, pendant la guerre, en 1943. Matthew Hayward, traducteur américain et seul survivant occidental du soulèvement de la ville contre l'occupant japonais, est victime des actes barbares que sous-tendent les discours nationalistes et racistes. En s'insurgeant contre le châtiment que le général japonais a prononcé à l'encontre de la ville rebelle, Matthew passe du statut d'allié à celui d'ennemi ou, littéralement, à celui de « chien occidental ». Un terrible voyage en barbarie ; la guerre au quotidien.

 

ww 2.2,chien jaune,hubert,le roux,froissard,dargaud,guerre,uchronie,racisme,chine,japon

 

L’uchronie se poursuit de plus belle dans ce tome 6. Les américains sont alliés aux japonais pour faire face aux armées communistes Chinoises et Russes. Le jeune idéaliste lieutenant Hayward va découvrir que certaines alliances se font parfois contre nature. A travers la guerre, il verra tout autre chose de la culture nipponne que ce qu’il en connaît dans les livres. Les négociations difficiles et ennuyeuses du début de son séjour à Pékin tourneront vite à l’enfer lors du soulèvement de la ville contre l’occupant. Animé par des préoccupations humanistes et admiratif de la culture asiatique, il ne peut laisser ses alliés commettre autant d’exactions, de massacres et de destructions. Sa loyauté envers ses valeurs lui coûteront le prix le plus fort. Il sera traité comme un chien, littéralement. Et c’est justement un petit chien de boucherie, qu’il aura sauvé de la maltraitance, qui lui permettra de survivre.

 

Ce scénario est vraiment étonnant. Le début de l’histoire est d’un ennui mortel. On est dans une espèce de nonchalance où l’on voit les américains se balader dans Pékin et mener tranquillement leurs négociations. Les dialogues sont pesants et pénibles à suivre. Et puis tout d’un coup, la ville de Pékin se soulève, l’histoire s’anime et tout bascule dans l’horreur absolue. On a le sentiment d’avoir carrément changé d’histoire. La guerre devient tout a fait secondaire et le focus est mis sur les rapports entre le lieutenant américain et le général japonais.

 

ww 2.2,chien jaune,hubert,le roux,froissard,dargaud,guerre,uchronie,racisme,chine,japon


La lecture procure alors un sentiment de malaise tant la barbarie est décrite et dessinée avec précision et réalisme. Les scènes sont dures et choquantes, mais elles font partie du scénario et ne sont pas là gratuitement. Elles montrent la cruauté à l’état brut qui sert d’unique moteur à certains hommes capables de rendre la guerre encore plus dégueulasse qu’elle ne l’est déjà.

 

Le dessin est comme le scénario. Il prend de l’ampleur et s’impose au fil des pages. On prend une vraie claque devant les scènes de violence. Elles sont faites pour choquer, et c’est réussi.

 

Ce volume est sans doute le plus violent et le plus traumatisant de la série, et sa lecture ne laisse pas indemne.

 

Ma note : 7,5/10

Loubrun

 

ww 2.2,chien jaune,hubert,le roux,froissard,dargaud,guerre,uchronie,racisme,chine,japon


02/10/2013

Chapeau melon et bottes de cuir

chapeau melon et bottes de cuir,grant morrison,ian gibson,soleil,soleil us comics,adaptation,série télé,policier,the avengerschapeau melon et bottes de cuir,grant morrison,ian gibson,soleil,soleil us comics,adaptation,série télé,policier,the avengersscénario : Grant Morrison ; Anne Caulfield

dessin : Ian Gibson

Editeur : Soleil

collection : Soleil US comics

date de sortie : août 2013

144  pages

genre : adaptation, policier

 

John Steed doit faire appel à son ancienne partenaire Emma Peel pour élucider une sombre affaire où la jeune Tara King à disparue lors d’une enquête. Cette histoire entraînera le plus célèbre des gentlemen du petit écran dans les méandres d’un cercle de jeux pour le moins pittoresque et inquiétant.

Dans une seconde histoire, nous assistons à la disparition des habitants d’un petit village alors que des Mayas apparaissent mystérieusement dans la campagne. Le mari d’Emma Peel viendra en soutient pour résoudre cette curieuse énigme.

chapeau melon et bottes de cuir,grant morrison,ian gibson,soleil,soleil us comics,adaptation,série télé,policier,the avengers


 

Les éditions Soleil ont eu la bonne idée de rééditer - ou plutôt d’éditer en français - cette adaptation de la célèbre série télévisée britannique, initialement parue en trois fascicules entre 1991 et 1992 sous le nom de Steed and Mrs Peel.

Si l’adaptation de série télé semble aujourd’hui plus répondre à un vœux marketing qu’artistique, Chapeau Melon et bottes de cuir fait exception. Elle fut adaptée il y a déjà plus de 20 ans par Grant Morrison (X-Men, Batman, Superman …) et Ian Gibson, auteurs déjà reconnus à l’époque.

Tout en créant une histoire originale (les deux histoires présentées sont inédites) l’esprit de la série télé est parfaitement rendu et on y retrouve toute la fantaisie, l’extravagance et le lot de mystères qui en ont fait le succès. Dans la première histoire intitulée « le jeu d’or », j’ai complètement retrouvé les atmosphères surréalistes le tout agrémenté de l’humour so british et du flegme légendaire de John Steed. L'action est bien présente, et Emma Peel ne manque pas de mettre en avant ses talents de bagarreuse hors pair.


chapeau melon et bottes de cuir,grant morrison,ian gibson,soleil,soleil us comics,adaptation,série télé,policier,the avengers


Le dessin de Ian Gibson, frisant la caricature, déborde d’énergie et de vitalité. Si le personnage de John Steed est le portrait craché de Patrick McNee, il est moins évident de reconnaître l’actrice Diana Rigg qui interpréta le rôle d’Emma Peel.

Voilà un album qui rend un bel hommage à l'un des chefs d’œuvre de la télévision et qui devrait ravir les nostalgiques et fans de la série. En revanche, les plus jeunes seront peut être rebutés par le noir et blanc qui donne parfois un sentiment de dessin confus ou fouillis.

 

Ma note : 6,5/10

Loubrun