10/07/2013

Clichés de Bosnie

clichés de Bosnie,Ducoudray,Ravard,futuropolis,témoignage,reportage,documentaire,humanitaireclichés de Bosnie,Ducoudray,Ravard,futuropolis,témoignage,reportage,documentaire,humanitaireScénario : Aurélien Ducoudray

Dessin : François Ravard

Editeur : Futuropolis

date de sortie : juin 2013

232 pages

genre : documentaire

 

 

 Des clichés contre les clichés

 

CLICHÉ : n.m. 1- image négative d'une photographie - Par Ext. Photo. 2- fig. et péj. Idée ou expression toute faite trop souvent utilisée => poncif, banalité, stéréotype

 

En 2004, Aurélien Ducoudray est photographe de presse dans un petit quotidien de province. Lorsqu’il apprend dans son propre journal qu’un convoi humanitaire va se rendre prochainement en Bosnie, il veut en faire partie pour rompre la monotonie de son quotidien et pour avoir une autre vision de la situation en ex-Yougoslavie que celle donnée par les médias. Malgré le désintérêt que porte son patron à cette affaire, il obtient l’autorisation de partir à condition qu'il prenne des congés.

Il rejoint donc l’association qui s’apprête à envoyer un seul et unique camion en Bosnie. On est loin des grandes missions humanitaires diligentées par les ONG. Ici, nous avons à faire à Arlette, ancienne prof de collège qui a mené pendant 6 ans de suite un projet pédagogique avec ses élèves pour venir en aide aux Bosniaques. Elle poursuit son oeuvre entourée de bénévoles ayant chacun une spécialité utile pour la mission.

clichés de Bosnie,Ducoudray,Ravard,futuropolis,témoignage,reportage,documentaire,humanitaire

L’amateurisme de cette joyeuse bande donne le ton de la mission et de l’ouvrage : enjouée et cocasse. La naïveté de Ducoudray qui finalement, comme l’immense majorité des riches Européens, ne connaît rien du conflit qui a fait rage en ex Yougoslavie, est touchante. Mais attention, l’affaire est sérieuse. Arlette est de ces femmes de caractère à qui rien n’est impossible et qui ne renonce jamais. C’est avec fermeté qu’elle mène sa barque dans le seul et unique but d’apporter tendresse et réconfort autant affectif que matériel.

Le rythme enlevé et le ton léger nous font littéralement avaler les 210 pages de ce livre. Aurélien Ducoudray et François Ravard nous font passer en un clin d’œil du rire aux larmes, de la blague de potache au drame humain. Ce témoignage est une tranche de vie(s) sans fioritures et sans tricheries nous présentant avec humilité les conséquences dramatiques d’un conflit difficile à comprendre qui pourtant s’est déroulé à nos portes. Mais ce qui compte le plus pour Arlette, n’est pas tant de comprendre que d’aider.

clichés de Bosnie,Ducoudray,Ravard,futuropolis,témoignage,reportage,documentaire,humanitaire

Si l’essentiel de l’ouvrage se concentre sur le séjour humanitaire en Bosnie, l’auteur nous glisse quelques résumés historiques sur le conflit permettant de mieux comprendre ce qu’ont enduré les populations.

Le dessin en noir et blanc, sans cases délimitées relève de prime abord davantage du crayonné et du carnet de voyage. Qu’on ne s’y trompe pas ! Le trait est expressif et très vivant. L’absence de contour aux cases donne une vivacité et une énergie au récit qui colle parfaitement au dynamisme de l’équipe humanitaire. Comme pour marquer la rigueur et la dureté de l'Histoire, seuls les faits historiques sont encadrés.

Ce témoignage est beau et sincère. Il montre qu’avec trois fois rien et une bonne dose de volonté et d’abnégation, il est possible de réaliser de grandes œuvres. Mais il montre également que la paix peut aussi tuer à petit feu ...

 

Ma note : 8.5/10

Loubrun

clichés de Bosnie,Ducoudray,Ravard,futuropolis,témoignage,reportage,documentaire,humanitaire

 

le blog de François Ravard : http://francoisravard.canalblog.com/

le blog de Aurélien Ducoudray : http://boulamatari.blogspot.fr/

30/06/2013

Les petites chroniques (19)

Sortilèges - Livre II


sortileges,dufaux,munuera,dargaud,062013,610,les gardiens du sang,falque,convard,glenat,032013,810,esoterisme,polar,thriller,les pirates de barataria,052013,bourgne,bonnet,louisiane,egypte,harem,sultansortileges,dufaux,munuera,dargaud,062013,610,les gardiens du sang,falque,convard,glenat,032013,810,esoterisme,polar,thriller,les pirates de barataria,052013,bourgne,bonnet,louisiane,egypte,harem,sultanScénario : Dufaux, Jean
Dessin : Munuera, José-Luis
Couleurs : Sédyas
 Dépôt légal : 06/2013
Editeur : Dargaud
ISBN : 978-2-505-01671-7
Planches : 54



Maldoror, le démon de haut rang et Blanche, la princesse courageuse, protectrice de son peuple. Tous deux ont été rejetés, bannis de leur royaume par leur propre famille. Mais leur union n’est pas que stratégique…


J’ai du subir un sortilège car impossible de me souvenir de quoi que ce soit du tome 1. Un mauvais signe quand même qui prouve que l’histoire ne m’avait pas marqué. En lisant les 2 tomes, mon intérêt est  monté en puissance. Ce qui est déroutant, c’est que Jean Dufaux hésite entre la farce et la tragédie. Dire que le scénariste belge n’excelle pas dans l’humour est faux, lisez Monsieur Noir ou Giacomo C vous verrez. Il a aussi voulu profiter du dessin très cartoonesque de Munuera pour aller dans ce sens là à mon avis. Il aime bien aussi jouer avec le thème du bien et du mal au cœur de leur opposé. Mais bon, pour le moment, le sortilège a du mal à prendre. Il manque une patte de grenouille dans les ingrédients peut être ?


Note : 6/10


Samba.

 

 ****************************************

 

LES GARDIENS DU SANG – Tome 5 : Acta est fabula

 


sortileges,dufaux,munuera,dargaud,062013,610,les gardiens du sang,falque,convard,glenat,032013,810,esoterisme,polar,thriller,les pirates de barataria,052013,bourgne,bonnet,louisiane,egypte,harem,sultansortileges,dufaux,munuera,dargaud,062013,610,les gardiens du sang,falque,convard,glenat,032013,810,esoterisme,polar,thriller,les pirates de barataria,052013,bourgne,bonnet,louisiane,egypte,harem,sultanScénario : Convard, Didier
Dessin : Falque, Denis
Couleurs : Lecot, Yannick
Dépôt légal : 03/2013
Editeur : Glénat
Collection : La Loge Noire
ISBN : 978-2-7234-8162-5
Planches :56
Prix conseillé : 13,90 €

Polar, Thriller, Esotérisme.


Mon avis : Cette série « spin off » de la série « Le Triangle Secret » répond à l’attente des amateurs. Ce 5e et dernier tome dévoile à la dernière planche le dénouement de l’histoire qui a tenu en haleine les lecteurs. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela se termine sur un coup de théâtre qui nous vaudra certainement des nouveaux développements. Le dessin de Falque ne m’a jamais enthousiasmé mais le scénario est extraordinaire avec beaucoup de dialogues. Mais la lecture est captivante pour les amateurs du genre. La prochaine saison est annoncée et s’appellera « Lacryma Christi », la larme du Christ. Tout un programme ! Excellent.

Moyenne : 8,0/10


Capitol

 

 ****************************************


Les pirates de Barataria T6 - Siwa



sortileges,dufaux,munuera,dargaud,062013,610,les gardiens du sang,falque,convard,glenat,032013,810,esoterisme,polar,thriller,les pirates de barataria,052013,bourgne,bonnet,louisiane,egypte,harem,sultansortileges,dufaux,munuera,dargaud,062013,610,les gardiens du sang,falque,convard,glenat,032013,810,esoterisme,polar,thriller,les pirates de barataria,052013,bourgne,bonnet,louisiane,egypte,harem,sultanScénario : Bourgne, Marc
Dessin : Bonnet, Franck
Couleurs : Pradelle, Bruno
Dépôt légal : 05/2013  
Editeur : Glénat
Collection : Grafica
ISBN : 978-2-7234-9163-1
Planches :46



Deuxième volet du second cycle qui se déroule en Egypte. La pauvre Artémis Delambre va en voir de toutes les couleurs dans cet épisode ! Prisonnière de l’anglais Fitzpatrick et de la Prussienne Inga Schott, elle va passer entre les mains du Sultan local et intégrer son harem. Mais la belle a du tempérament et rien ni personne ne l’empêchera d’accomplir sa mission…


Voilà une vraie série d’aventures : des intrigues, des rebondissements, des trahisons, des retournements de situations, des contrées lointaines, des personnages exotiques, un peu d’érotisme … bref tous les bons ingrédients pour passer un excellent moment de lecture sans se prendre la tête. Cerise sur le gâteau, le dessin de Franck Bonnet se bonifie d’album en album. Un scénario efficace et bien écrit, magnifiquement mis en scène. On aurait tort de se priver.

Ma note : 8/10


Loubrun

27/06/2013

La différence

la différence,Mako,daeninckx,casterman,polar,western,rivages noirs,510,062013la différence,Mako,daeninckx,casterman,polar,western,rivages noirs,510,062013Scénario : Daeninckx

dessin : Mako

adapté du roman de Charles Willeford

Editeur : Casterman

Collection : Rivages/Casterman/noir

date de sortie :avril 2013

104 pages

genre : western

 

Résumé (éditeur)

XIXe siècle, quelque part dans le sud des Etats-Unis, non loin de la frontière mexicaine. Johnny Shaw, dix-neuf ans, est un très jeune homme blond tout juste sorti de l’adolescence, et il est en fuite. Le clan des Reardon est sur ses talons afin de venger la mort du plus jeune des fils Reardon, Onyx, que Johnny affirme avoir descendu « à la régulière ». Difficile pourtant de discerner le vrai du faux, dans cette histoire sans témoin que vient encore obscurcir un conflit foncier jamais réglé entre feu le père de Johnny et les Reardon. Traqué, seul contre tous, le jeune homme reçoit l’aide inattendue de Dover, un ancien tueur à gages devenu maréchal-ferrant, qui lui enseigne les subtilités du maniement des armes et l’art de la survie à tout prix. Mais comment être sûr que Johnny, impétueux, violent et immature, ne va pas se laisser griser par le nouveau pouvoir dont il se sent investi ?

 

la différence,mako,daeninckx,casterman,polar,western,rivages noirs,510,062013

Adaptation d’un roman de Charles Willeford  par Didier Daeninckx dans la belle collection Rivages / Casterman / Noir, la Différence est un mélange de western et de polar. D’après le pitch de l’éditeur.

Autant le dire tout de suite, ma curiosité avivée par ce curieux mélange des genres n’a pas été rassasiée.

 

Le côté western de ce récit est des plus banal : un conflit à propos d’un terrain, une vendetta, un règlement de comptes, un vieux truand rangé qui transmet son savoir, un gamin qui a tout perdu, qui apprend vite et qui tourne mal, bref, toutes les recettes et ficelles du genre sont là. Le problème ce sont les personnages. Ils manquent totalement de profondeur et aucun d’eux ne donne envie de le suivre. Leur psychologie  n’est pas développée et on tourne les pages comme celles d’un album photos, juste en regardant les images.

Images qui par ailleurs n’ont rien de transcendant. Beaucoup de gros plans et quasiment pas de grands espaces, comme si les auteurs avaient voulu faire l’économie des décors. A moins que cette histoire ne corresponde pas au format de cette collection.

 

Pour le côté polar…. hé bien, j’ai beau chercher, excepté le côté noir et violent du jeune Johnny, je n’en vois pas l’ombre d’un cheveu … .

 

Je ne connaît pas le roman de Charles Willeford, mais j’ai le sentiment que cette adaptation ne fait que survoler l’œuvre originale en se contentant de juxtaposer des scènes pour répondre au pitch du récit. Or, l’intérêt des polars réside davantage dans la description de la psychologie des personnages que dans la simple exposition des faits.

Amateurs de polars, passez votre tour sur cet album. Amateurs de westerns, vous y trouverez peut-être votre compte si vous aimez les histoires brutales et sans surprise.

Ce qui est sûr, c’est que la collection Rivages/Casterman/Noir nous a habitué à mieux.

la différence,mako,daeninckx,casterman,polar,western,rivages noirs,510,062013

 

Ma note : 5/10

Loubrun


25/06/2013

Les Cosaques d'Hitler - T1 - Macha

les cosaques d'hitler,macha,neuray,lemaire,casterman,guerre 39-45,cosaques,stalineles cosaques d'hitler,macha,neuray,lemaire,casterman,guerre 39-45,cosaques,stalineScénario : Valérie Lemaire

Dessin : Olivier Neuray

Couleurs : Ruby

Editeur : Casterman

Date de sortie : mai 2013

48 pages

genre : Historique

 

En Mai 1945, alors que la Seconde guerre mondiale touche à sa fin, deux jeunes officiers de l’armée britannique sont affectés dans un camp de prisonniers de la Wehrmacht, situé à Lienz en Autriche. Leur surprise est de taille quand ils constatent que le camp est ouvert, que geôliers et prisonniers fraternisent et que les prisonniers ne sont pas Allemands mais Russes et plus précisément Cosaques. L’incompréhension est totale et leur vision manichéenne du conflit est mise à mal. Considérant en premier lieu ces prisonniers comme des traîtres à leur pays et aux alliés, ils découvriront au fil du temps et avec l’aide de la belle Macha, les raisons de l’engagement de ces Cosaques aux côtés des troupes Hitlériennes.

les cosaques d'hitler,macha,neuray,lemaire,casterman,guerre 39-45,cosaques,staline


Valérie Lemaire et Olivier Neuray nous présentent un pan méconnu de la Seconde guerre mondiale : le ralliement de troupes cosaques à l’Allemagne nazie pour combattre Staline et leur abandon par les alliés à la fin de la guerre.

Historiquement Les Cosaques furent l’armée d’élite du Tsar. Lors de la victoire des troupes de l’armée rouge en 1917, grand nombre d’entre eux ont fuit la répression Bolchévique et s’exilèrent en Europe et notamment en France. On les appelait les Russes blancs. Chassés de Russie ou contraint à l’exil, ils vouaient une haine farouche au communisme et plus particulièrement à Staline.

Au lendemain de la guerre, Staline promit l’amnistie et le pardon à tous les Russes exilés. Nombre d’entre eux répondirent à son appel, sans se douter du piège mortel qui leur était tendu. Staline ne leur pardonnera rien et en enverra une grande partie pourrir dans les goulags de Sibérie.

Les prisonniers du camp de Lienz sont pris entre deux feux. Les motivations qui les ont poussés à combattre aux côtés d’Hitler n'empêcheront pas les alliés de les sacrifier sur l’autel de la géopolitique.

Ils savent le sort qui les attends s’ils tombent entre les mains des Soviétiques. Aussi, leur libération se transforme-t-elle en un véritable drame.

les cosaques d'hitler,macha,neuray,lemaire,casterman,guerre 39-45,cosaques,staline


Sur un scénario simple et didactique, le récit se déroule de manière très fluide et Valérie Lemaire réussit à intégrer parfaitement la petite histoire dans la grande.

Toutefois on peut regretter que l’émotion ressentie ne soit pas à la hauteur du drame vécu par les Cosaques et les soldats britanniques. Bien qu’expressif, le trait style ligne clair d’Olivier Neuray est sans doute trop lisse et trop figé pour donner une dimension un peu plus épique a cette tragédie.

Il n’empêche, Les Cosaques d’Hitler, en soulevant le voile sur un pan méconnu de l’Histoire, a le mérite de révéler la complexité de ce conflit et de contribuer au travail de mémoire de ses  innombrables victimes.

 

Ma note : 7/10

Loubrun