11/02/2013

Zéro pour l'éternité - Volume 1

zéro pour l'éternité,hyakuta,sumoto,delcourt,akata,guerre,histoire,kamikaze,japonzéro pour l'éternité,hyakuta,sumoto,delcourt,akata,guerre,histoire,kamikaze,japonScénario : Naoki Hyakuta

Dessin : Sumoto Souichi

Editeur : Delcourt - Akata

Sortie en janvier 2013

200 pages

Genre : Action, Histoire, guerre

 Inspiré du roman de Naoki Hyakuta

 

Résumé (éditeur)

Kentaro est un étudiant lymphatique peu motivé par le travail et la vie active. A la demande de Keiko, sa sœur, jeune écrivain freelance, il va se plonger dans son passé familial. Kyuzo Miyabe, son grand-père, était en effet un aviateur japonais, mort en tant que kamikaze quelques jours avant la fin de la seconde guerre mondiale. Etait-il le héros que tout le monde prétend ? Ou plutôt un terroriste ? Un lâche ? En recueillant les témoignages de ses anciens camarades de guerre, Kentarô va découvrir un homme complexe, aux multiples facettes, bien loin de l’image qu’il s’en faisait.

zéro pour l'éternité,hyakuta,sumoto,delcourt,akata,guerre,histoire,kamikaze,japon

Kentaro et Keiko découvrent sur le tard l’existence de ce grand père mort pendant la guerre. Ils ne l’ont jamais connu, alors pour eux c’est le "grand père fantôme". En enquêtant sur ce personnage, ils ne savent pas trop où ils mettent les pieds bien qu’ils aient quelques idées sur les kamikazes. Qu'ils soient héros pour les uns, ou terroristes pour les autres, ils ont toujours été des soldats ambigus et controversés. A mille lieues des clichés hollywoodiens sur la guerre du Pacifique, mais aussi des poncifs sur le patriotisme exacerbé de l’armée japonaise de cette époque, le témoignage que leur livre le vétéran qu’ils interrogent va se révéler douloureux pour les descendants de Miyabe.

Le personnage de Kentaro se révèle au fil des pages. C’est plutôt contraint et forcé qu’il participe au projet de sa sœur, et il découvre petit à petit que la grande Histoire est faite de petites histoires qui font la vie des hommes. Il prend alors pleinement conscience de ce qu’a coûté la guerre et n’a pas d’autres choix que d’en savoir plus sur ses origines.

zéro pour l'éternité,hyakuta,sumoto,delcourt,akata,guerre,histoire,kamikaze,japon

Depuis les attentats du 11 septembre 2001 sur le World Trade Center, le terme de kamikaze est quasiment devenu synonyme de terroriste. L’amalgame qui a pu être fait à l’époque par les médias a choqué nombre de familles japonaises. Ce manga ne cherche pas à redorer le blason de l'armée japonaise de l'époque, mais tente plutôt de faire un travail de mémoire pour ces soldats qui n’étaient pas tous candidats à la mort.

Rompant  avec l’imagerie simpliste de la plupart des films de guerre qui ne proposent en général qu’une seule vision des faits, ce manga montre aussi le fossé d’incompréhensions qui sépare la génération des vétérans de la génération du 21ème siècle.

Le style réaliste proposé par Souichi Sumoto rend la lecture très facile pour qui aurait peu l’habitude du manga. Les flashbacks racontant la période de la guerre dynamisent le récit sans jamais trop s’éterniser permettant ainsi de toujours garder un pied dans le 21ème siècle et de suivre pas à pas les changements d’attitudes de Kentaro et Keiko. Par ailleurs, dans ces passages évoquant la guerre, Sumoto nous propose un graphisme beaucoup plus intense et détaillé que dans les périodes contemporaines.

A la fin de l'ouvrage les amateurs d'Histoire se réjouiront des 5 pages d'explications historiques sur les fameux avions Zéros et sur les kamikazes.

Ce premier volume lance parfaitement bien cette série prévue en 5 tomes.


Ma note : 8/10

Loubrun

zéro pour l'éternité,hyakuta,sumoto,delcourt,akata,guerre,histoire,kamikaze,japon

 

04/02/2013

Inlandsis T2 - Frère de coeur, soeur de sang

inlandsis,frère de coeur soeur de sang,betbeder,frichet,soleil,aventure,conte,légende,pôle nord,écologieinlandsis,frère de coeur soeur de sang,betbeder,frichet,soleil,aventure,conte,légende,pôle nord,écologieScénario : Stéphane Betbeder

Dessin et couleurs  : Paul Frichet

Date de sortie : janvier 2013

Editeur : Soleil Productions

46 pages

genre : aventure fantastique, conte

 

Si vous avez raté le tome 1 de ce triptyque, je vais tenter de vous en faire un petit résumé.

Stéphane Betbeder y pose les bases d’un conte et d’une « mythologie du Pôle Nord » en montrant l’origine de la création de l’Inlandsis. Tout démarre avec l’expédition en 1909 de Robert Peary qui tente de conquérir le pôle Nord. L'ethnologue Mauss fait parti de l’expédition et veut recueillir le témoignage d’une vieille femme Inuit mourante qu’il avait vu deux ans auparavant. Elle lui raconte alors la légende de l’Inlandsis, dernière terre inexplorée créée par des dieux bannis pour se protéger autant des hommes que des enfants de leurs sœurs. Ces dernières également bannies par les leurs, ont été rejetées par les hommes. Si les hommes foulent cette terre, l’ancien monde des dieux disparaîtra pour laisser place à l’orgueil et à la soif de pouvoir des hommes sur la nature.

Dans le tome 2, Peary pense avoir découvert le pôle Nord. En fait, un des dieux déchu a usé de magie pour faire mentir les instruments de mesure afin d’éloigner l’expédition d’Inlandsis. La vieille Inuit réchappée des sorts jetés par les dieux, continue quant à elle son récit sur les enfants d’Inlandsis. Traqués par les hommes et les dieux, ils sont élevés et protégés par une meute de loups pour l’une et par un groupe d’ours pour l’autre.


inlandsis,frère de coeur soeur de sang,betbeder,frichet,soleil,aventure,conte,légende,pôle nord,écologie

On sait aujourd’hui que Peary n’aurait qu’approché le pôle sans jamais l’atteindre et l’astuce employée par l’auteur pour étayer ce fait historique est assez amusante. Avec l’opposition des hommes et des dieux, du nouveau monde à l’ancien, le schéma de la mythologie est somme toute assez classique. Sauf qu’ici l’auteur imbrique habilement deux époques montrant le déclin de l’ancien monde. D’une part au XXème siècle avec l’expédition de Peary dont seule la gloire de l’exploit semble lui importer, et d’autre part à l’époque des vikings qui seraient les premiers hommes à avoir foulé les glaces du nord.


Malgré l’imbrication de plusieurs récits et époques, la lecture reste très fluide et très limpide et l’on est vite pris par ce conte où se côtoient le pragmatisme et la magie. Comme dans tout bon conte qui se respecte, la violence est présente et est traitée ici sans concession tant d'un point de vue graphique que scénaristique. Le ton est cependant un peu allégé grâce à la touche d’humour que l’auteur s’est permis de glisser dans certains dialogues ainsi que dans le caractère du personnage du dieu déchu chargé d’empêcher la progression des hommes. Ronchon, râleur et renfrogné, ce personnage ne paye vraiment pas de mine et s’éloigne des stéréotypes propres aux contes où les dieux ont en général plus de prestance et de charisme. C’est ce qui donne un brin d’originalité à cette histoire assez classique.

Paul Frichet sert cette histoire magnifiquement avec un graphisme fin et subtil, accompagné d’une palette de couleurs assez variée et inhabituelle dans le traitement des espaces glacés. Des tons les plus clairs aux plus sombres, toutes les couleurs y passent évitant ainsi la monotonie des tonalités blanc bleutées inhérentes à ce genre de décors. Cela renforce par ailleurs le côté légendaire du récit.

 

Au-delà du conte où se côtoient merveilleux, magie, animaux doués de paroles, Inlandsis dénonce de façon plutôt originale le thème assez conventionnel de la confrontation entre la soif de pouvoir et de conquête par certains hommes, et le respect de la nature et des traditions par d’autres.

Allez hop !  Une bonne doudoune, et tous à Inlandsis ! Je laisse le soin à chacun de choisir son camp …

 

inlandsis,frère de coeur soeur de sang,betbeder,frichet,soleil,aventure,conte,légende,pôle nord,écologie

 

Ma note : 8/10

Loubrun


28/01/2013

Pinkerton Tome 1 - Dossier Jesse James 1875

pinkerton,jesse james,guérin,damour,glénat,grafica,westernpinkerton,jesse james,guérin,damour,glénat,grafica,westernScénario : Rémi Guérin

dessin : Damour

couleurs : Paolo Francescutto

Editeur : Glénat

Collection : Grafica

48 pages

genre : western

 

Résumé (éditeur)

Le flic le plus dangereux du Far West…
The Wild Bunch, les Dalton, les Molly Maguires ou encore Butch Cassidy, tous ces noms sont réputés pour être ceux des plus grands hors-la-loi de l’Ouest américain. Mais le monde connaît moins le nom de celui qui les a pourchassés pendant des années... Un homme qui n’a jamais lésiné sur les moyens pour arriver à ses fins, n’hésitant pas à verser le sang et semer les cadavres pour servir la justice. Allan Pinkerton, père de la police moderne, est encore aujourd’hui un paradoxe à lui tout seul, aussi dangereux que les criminels qu’il poursuivait et sans plus de pitié qu’eux. Ce premier volume évoque la traque de Jesse James, où l’on verra que la réalité fut moins enjouée que la chanson qui porte son nom...

 

pinkerton,jesse james,guérin,damour,glénat,grafica,western

La famille James dîne tranquillement dans sa ferme lorsqu’un groupe d’hommes de l’agence Pinkerton donne l’assaut pour arrêter le célèbre Jesse. L’assaut tourne au  massacre et les méthodes employées n’ont rien à envier à celles des criminels que l’agence poursuit. Tout ça pour rien : Jesse James est aux abonnés absents et les victimes sont innocentes. Les autorités et la population locales sont furax :  les frères James jouissent d’une certaine popularité car ils jouent les Robin des bois en distribuant une partie de leur butin aux habitants.

 

Pinkerton et Jesse James. Voilà deux noms emblématiques du Western. Ici, nous avons affaire à un western biographique qui raconte la fin de Jesse James. Malgré quelques libertés prises par l’auteur - notamment sur la manipulation de l’agence Pinkerton menant à la mort de Jesse James, les quelques évènements relatés sont véridiques et bien documentés mais souvent un peu trop vite survolés. Des personnalités aussi fortes auraient mérité un traitement plus approfondi. On apprend finalement peu de choses de Jesse James et de Pinkerton et c’est avec un sentiment de frustration que j’ai refermé cet album, d’autant que la fin se déroule à la vitesse de l’éclair. Une vingtaine de pages en plus ou même un second tome n’auraient pas été du luxe.

 

Le dessin incisif de Damour, bien qu'un poil trop encré à mon goût donne malgré tout un souffle épique à cette histoire. Les codes du genre sont respectés, et l’action est au rendez-vous.

 

Ma note : 6.5/10

pinkerton,jesse james,guérin,damour,glénat,grafica,western

Loubrun

21/01/2013

WW 2.2 Tome 3 - Secret Service

ww 2.2,gabella,cara,dargaud,uchronie,guerre,espionnageww 2.2,gabella,cara,dargaud,uchronie,guerre,espionnageScénario : Mathieu Gabella

Dessin et couleurs : Vincent Cara

Editeur : Dargaud

56 pages

Date de sortie : 18 janvier 2013

Genre : Aventure, Histoire, Uchronie, Espionnage

 

 

Résumé (éditeur)

Churchill s'inquiète de la tournure que prend la guerre. La victoire semble possible à une condition : l'engagement des Américains dans le conflit. Mais ces derniers constitueraient alors une menace pour l'empire britannique, Roosevelt étant un anticolonialiste convaincu. Une solution s'impose : faire assassiner Roosevelt par des agents communistes. Mais comment s'y prendre ? Churchill confie cette mission à un vieil ami...

ww 2.2,gabella,cara,dargaud,uchronie,guerre,espionnage

Comme dans toute bonne histoire d’espionnage, il y a toujours un moment ou on est complètement perdu tellement les ficelles et revirement de situations sont nombreuses . Et puis tout d’un coup les pièces du puzzle se mettent en place et tout s’éclaire.

C’est exactement ce qui se passe avec ce troisième volet de WW 2.2. L’exposition des plans prévus par Churchill est rapide claire et limpide. Mais quand on en voit l’amorce de la réalisation, on est complètement dérouté car rien ne se passe comme prévu. Entre agents doubles, taupes, manipulations, infiltrations, l’auteur se plait à nous perdre dans les méandres des combines tordues des services d’espionnage. Mais on arrive toujours malgré tout à s’accrocher à  au moins un fil de l’histoire qui nous tienne en haleine. Le suspense tient la route jusqu’aux dernières pages. C’est certes le principe de base de toute bonne histoire d’espionnage, mais ici c’est rudement bien mené.

Cette série concept qui réécrit l’Histoire de la seconde guerre mondiale en se basant sur quelques faits réels avait plutôt bien démarrée et a perdu un peu de souffle dans le second tome. Ce troisième opus quant à lui, relève le niveau et est pour l’instant le meilleur des trois tomes sortis aussi bien côté scénario que dessin.

Espérons que la suite soit au moins du même niveau, sans quoi la série pourrait vite tomber aux oubliettes.

 

Ma note : 7/10ww 2.2,gabella,cara,dargaud,uchronie,guerre,espionnage

Loubrun