18/01/2014

U29

u29.jpgu-29.jpgAuteurs : Rotomago et Calvez.

Editeur : Akiléos.

Sortie 02/2014.

D’après le Temple de Howard Phillips Lovecraft.

 

1917.
Un sous marin allemand torpille un cargo anglais. Les canots de sauvetage ne sont pas épargnés. Au coucher du soleil, quand l’U-boot refait surface, les marins découvrent, sur le pont, le cadavre d'un jeune homme, accroché au garde-fou. Dans la poche du noyé ils trouvent un objet curieux : une miniature d'ivoire représentant un visage couronné de lauriers. L'étrange figurine devient la propriété exclusive du second. Les autres marins, superstitieux, voudraient qu'il s'en débarrasse..._

Huis clos.

Il s’agit ici en fait d’une réédition  d’un album paru initialement en juin 2005.Cet U29 vous fera inévitablement penser à  la BD « sanctuaire » de Bec et Dorison ou à des films comme « Abyss » ou « USS Alabama ». C’est là qu’on voit que Lovecraft en a inspiré plus d’un.

Si vous aimez ce style d’univers oppressant, cet U29 va vous emmener dans une immersion froide et inquiétante. On est aussi happé par l’envie de savoir, de connaitre le mystère de cette descente aux enfers. Pour illustrer cet espace clos qu’est le sous-marin, Calvez joue la carte des grandes casses  (ce qui rend étonnamment spacieux ce u-boot) mais il arrive aussi à bien rendre l’oppression du récit par une froideur presque post mortel avec ses couleurs et ses attitudes « bien » figées.

Voilà tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu’à la fin ….ouverte qui abandonne le lecteur au seuil du mystère et dieu sait comme je déteste au plus haut point ces fins ouvertes.

Ça doit être mon coté prussien qui se réveille.

a06-3e788fc.gifScénario 

a06-3e788fc.gifDessin 

a06-3e788fc.gif Global.

 

Samba.

u-boat4444.jpg

 

Inscrivez-vous à l’immersion.

17/01/2014

Les Cobaye T1

cobayec.jpgcobaye.JPGAuteurs : Tonino Benacquista et Nicolas Barral.

Editeur : Dargaud.

Sortie : 01/2014.

 

 

 

Laboratoire.

Les Cobayes, ce sont deux hommes et une femme qui, pour le moment, attendent dans une antichambre aseptisée. Ils se sont portés volontaires pour tester un antidépresseur révolutionnaire mis au point par un laboratoire pharmaceutique, mais le médicament aura des répercussions pour le moins inattendues sur leurs vies..._

 Anxiolytique ?

-Voilà, encore fourré dans une BD, tu ferais mieux de prendre ta pilule bleue et venir me rejoindre au lit, Samba.

-Une minute ma Christinou , c’est que ce cochon d’Inde est assez copieux en pages.

-Tiens, je croyais que c’était au Japon et pas en Inde « Kobé ».

-« COBAYE » ma chérie, l’animal de compagnie des laborantins.

 -Ah et ça raconte quoi au juste cette BD ?

-Et bien, c’est la nouvelle BD de Benacquista et Barral ( Dieu n’a pas réponse à tout ) qui nous fait entrer dans un premier temps dans le parcours de 3 volontaires pour tester une nouvelle molécule antidépressive . Le problème, cette molécule va changer leur personnalité en inhibant « leurs défauts » .Bref, ils vont passer du statut de looser magnifique à celui de winner en quelques pilules.

- Demain, je cours à la pharmacie te prendre cette fameuse pilule mais avec le dosage maximum car tu en as des défauts …

-Ah ah ah (cynique), mais la suite sera nettement moins rose mais ça, je te laisse le découvrir. Je pense que tu devrais aimer vu que tu as apprécié Alter Ego, c’est un peu dans le même esprit  avec aussi une dose de ligue des justiciers. Une agréable BD moderne en somme.

-Et pour le dessin ?

-Baker street  tu te souviens, et bien c’est lui Nicolas Barral .

-Dis, plus besoin de prendre ta pilule bleue, passe moi plutôt cette BD.

-Mais euhhhhhhhhh

 

a07-3e78901.gif Dessin

a06-3e788fc.gif Scénario

a06-3e788fc.gif Global.

Samba.

cobayex.JPG

 

Inscrivez-vous à la note médicale.

 

15/01/2014

Mauvais Genre

mauvais genre.jpgmauvais genre 1.jpgAuteure : Chloé Cruchaudet

Éditeur : Delcourt (Mirages) 

Sortie : 09/2013

D’ après la garçonne et l’assassin de Fabrice Virgil et Daniele Voldman.

 

Paul et Louise s'aiment, Paul et Louise se marient, mais la Première Guerre mondiale éclate et les sépare. Paul, qui veut à tout prix échapper à l'enfer des tranchées, devient déserteur et retrouve Louise à Paris. Il est sain et sauf, mais condamné à rester caché. Pour mettre fin à sa clandestinité, Paul imagine alors une solution : changer d'identité, se travestir. Désormais il sera... Suzanne

 

Transmutation.

Parfois, il y a quelques albums qui font l’impasse sur SambaBD .Ce « mauvais genre » en fait résolument partie. Déjà, si Delcourt ne nous snobait pas pour un accord de partenariat, on aurait évité cet oubli (Guy, si tu nous lis, on est preneur !). J’ai commencé à me dire que j’avais raté un bon titre en voyant cet album pointé son nez lors de différentes sélections de fin d’année. Je l’ai donc commandé via le service de la Fnac puisque je n’ai jamais trouvé ce titre sur les étalages, je sais que j’habite une région reculée de Belgique mais quand même. Le colis se perd dans les méandres postaux, je dois donc le recommander une 2e fois mais directement cette fois-ci via ma librairie (le fil d’Ariane pour ne pas la nommer).Vous avouerez que je suis tenace, je la veux cette BD saint milliard !

mauvais genre 2.jpgJe peux enfin commencer ma lecture et voir si toutes les louanges pour cet album étaient justifiées. L’histoire déjà est déconcertante, imaginez  un déserteur de la grande guerre obligé de se travestir pour éviter le peloton d’exécution, c’est déjà pas banal. Ce changement de sexe (enfin presque) et de pilosité  va aussi se muer en changement de personnalité. Il va finir par être dévoré par ce rôle, une schizophrénie va même s’installer petit à petit. Mais peut-on réellement blâmer notre Suzanne de préférer la lumière à la vie triste de Paul ? 

En tout cas, c’est une belle immersion sans fioriture au sein d’un couple peu ordinaire  allant du vaudeville à la tragédie.

On sent aussi une fibre très féminine dans le traitement graphique. Déjà, pas de cases définies mais une sorte de halo autour du trait vif au lavis de la dessinatrice d’Ida. Ajoutez y une quasi absence de couleur et vous obtenez un rendu proche de vieilles photos dignes de la belle époque. Bref, je trouve que ça colle très bien à l’univers proposé.

Au final, une BD qui se lit avec envie et intérêt, je ne le recommanderai néanmoins pas à Frigide Barjot.

a07-3e78901.gifDessin 

a09-3e78912.gifScénario 

a08-3e78906.gifGlobal.

SAMBA

Capture.JPG

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

10/01/2014

The black Beetle T1 Sans issue.

the black beetle.JPGblack b.JPGAuteur: Francesco Francavilla

Editeur: Urban comics

Sortie : 01/2014.

 

 


1941.

 Les postes radios américains crépitent au son du jazz et de l’annonce des récentes victoires militaires d’Hitler. Alors que la nation toute entière profite de ses derniers instants d’insouciance, les gangsters de Colt City bâtissent leur empire sur le racket de night-clubs, le trafic d’armes, la prostitution et la drogue, Ã  peine inquiétés par une police corrompue. Mais au-delà  de ces trafics, un mal plus sournois rôde ! On murmure qu’une faction d’espions nazis serait sur la piste de puissants artefacts. Depuis les hauteurs de la ville, un protecteur veille. Son nom : Black Beetle.

 

Intermezzo.

Bienvenue dans le divertissement populaire américain, bienvenue à Colt City ,la cité du justicier au costume aux grosses lunettes orange qui le fait ressembler à une sorte de coléoptère humain. Les fans de super héros dans un univers assez sombre ne seront pas déçus par cette coccinelle de nuit. L’action est omniprésente, l’histoire avance à grand pas, on fonce dans le tas et dans le gras des truands à tout berzingue. Le point fort est assurément le cadrage très cinématographique de Francavilla. Les pages se lisent d’une façon très dynamique grâce notamment à une composition souvent originale mais très efficace. On sent que l’auteur s’est bien nourri de lectures comics car on y retrouve tous les codes usuels du genre. Ce que j’ai aussi apprécié, c’est l’atmosphère très vintage qui ressort de cet album. Un sentiment aussi amplifié par l’arrivée des couvertures de chapitres qui renforcent encore un peu plus le côté dramatique qui va surgir avec les prochaines pages.

Il y a aussi une sorte de mélodie qui rejaillit des pages comme si on assistait à une grande symphonie orchestrée.

Voilà, ceux qui veulent de l’action seront servis, ceux qui cherchent des questionnements métaphysiques le seront nettement moins.

 

a08-3e78906.gif Dessin.

a05-3e788c9.gifScénario

a06-3e788fc.gif Global.

 

Samba.

 

black b 1.JPG


Inscrivez-vous à la newsletter.