28/10/2013

Memphis 1- Le monde truqué.

Memphis1.jpgMemphis1h.jpgAuteurs : Marchal-Rodolphe.

Editeur :Glénat.

Sortie : 09/2013

 

Curiosité.

Louis Rockwell est maquettiste pour le quotidien de la ville de Memphis, Tennessee. Alors qu'il retrouve par hasard son ex-fiancée, celle-ci ne le reconnaît pas. Il découvre qu'elle vit en fait dans une vaste résidence où les habitants mènent une existence végétative. Roosevelt, un collègue de Louis très adepte de la théorie du complot, a lui aussi remarqué d'étranges phénomènes en ville. Les deux hommes se rendent progressivement compte que la ville semble être coupée du monde depuis les années 60.

 

Expérience.

Les auteurs de Frontière et du Village nous reviennent avec un bon thriller fantastique : Memphis. Je vous rassure, on ne chasse pas l’Elvis Presley et encore moins l’Eddy Mitchell mais on y rencontre bien d’étranges phénomènes. L’histoire m’a fait penser au film « Dark City » vu l’énorme manipulation qui semble se jouer dans cette ville au bord du Mississippi. L’atmosphère est prenante voir inquiétante. Il faut reconnaître que pour poser ce genre de mystère, Rodolphe est fortiche. Dommage que ses explications ne soient pas toujours du même acabit .Le dessin de Marchal semble s’affranchir de plus en plus du style « Léo » et devient nettement plus personnel. A noter aussi, une belle fluidité de lecture. 

Un début de diptyque que les amoureux d’étrangeté savoureront avec plaisir.

Vivement la suite comme dirait Léo dans la préface…c’est qu’il a raison en plus.

 

 a08-3e78906.gifDessin.

 a08-3e78906.gifScénario

a08-3e78906.gifGlobal.

Samba.

On en parle dans le Tennessee

Memphis1j.jpg

Dgege : Vous devriez essayer ... c'est de la bonne !Clin d'œil

(... l'herbe, bien sur !Embarrassé)


Inscrivez-vous au journal du blues.

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (1) | Tags : memphis, marchal, rodolphe, fantastique, 810, 092013, glénat |  Facebook | |

25/10/2013

Les guerres silencieuses

guerres.jpgguerres s.jpgDe Jaime Martin

Chez Dupuis (Aire libre)

Sorti en 09/2013.

En panne d'inspiration, 

un jeune auteur de BD espagnol décide de raconter le service militaire de son père, à l'époque des conflits territoriaux entre l'Espagne franquiste et le Maroc. Entre récit historique et chronique familiale, Jaime Martin nous plonge au coeur des relations entre générations dans l'Espagne d'aujourd'hui.

L’appel du drapeau.

Lors d’un repas quand nos pères racontent leurs souvenirs de jeunesse, on tombe vite sur le service militaire pour ceux qui ont eu « la chance » de le faire. Dans ma famille, on rigole beaucoup quand mon oncle nous narre qu’il aurait dû être fusillé après avoir perdu son arme lors de son passage chez l’ennemi (des hollandais) pour boire dans un café.

guerres si.jpgBref, cette période a marqué plus d’un homme .Dans cet album, Jaime Martin nous parle du service espagnol un peu particulier que son père a dû effectuer et qui se déroule sur un champ de bataille oublié de tous, le Sahara occidental. Et on est loin d’une armée conquérante, on est plutôt dans la débrouille de chez débrouille tellement l’armée espagnole semble disposer de peu de moyen. Et vu la chaleur, les maladies, les brimades, ses deux années seront plus jalonnées d’ « horreur »  qu’autre chose.

La structure narrative de l’auteur espagnole rend se récit très attractif et vivant, on dévore carrément les pages de ce gros pavé de 150 pages. On y trouve une belle saveur émotionnelle aussi .On y aborde surtout la vie de tous les jours dans ce camps improbable .Ne vous attendez pas à une histoire guerrière, on est plus dans l’anecdotique, dans les rapports humains. A coté de cette partie « service », on a aussi le questionnement des relations père-fils et le regard de l’auteur sur son travail de dessinateur. 

Le dessin est de bonne facture, un trait assez original et personnel. J’ai quand même eu du mal  à une ou deux reprises  pour bien comprendre certaines scènes. 

Au final, cette BD ne va pas chambouler vos habitudes de lecture mais elle mérite qu’on y jette un œil attentif. 

 

a07-3e78901.gifDessin 

a07-3e78901.gifScénario

a07-3e78901.gif Global.

Samba.

1.jpg

 

Inscrivez-vous au service éditorial.

24/10/2013

Africa dreams T3 : Ce bon monsieur Stanley.

Africa Dreams3.jpgAfrica Dreams3h.jpgDe Maryse et JF Charles ,Bihel.

Chez Casterman.

Sorti le 10/2013.

1903. 

Afin de recueillir les souvenirs et le témoignage de celui qui fut l'un des héros de la colonisation de l'Afrique, et notamment du Congo pour le compte du roi Léopold, un jeune reporter belge rend visite à Henry Morton Stanley dans son domaine du Surrey, où l'explorateur vieillissant, malade et presque infirme s'est retiré du monde. En veine de confidences, Stanley se remémore pour son visiteur la célèbre expédition de secours à Emin Pacha. Ses souvenirs sont enchanteurs, éblouis. Mais à mesure que le flash back se précise, la violence barbare du comportement de Stanley à l'égard des Africains se révèle dans toute son horreur sanglante. L'expédition Emin Pacha est restée célèbre parce qu'elle fut la dernière grande expédition privée du XIXe siècle au coeur de l'Afrique, mais aussi pour avoir été la plus meurtrière pour les populations qui avaient le malheur de se trouver sur son chemin... 

 

Les chaines du Congo.

Cette série a comme grand mérite de dépoussiérer notre manière de voir le début du colonialisme belge au Congo. On devine que les époux Charles ont dû effectuer un grand travail de recherche pour coller au plus proche de la vérité .Ce qui m’a le plus frappé, c’est qu’à cette époque, l’humain ne valait pas tripette et encore moins si vous étiez un noir, là vous étiez carrément une sous race simplement bon comme esclave. On se dit qu’heureusement les mentalités ont évolué. Mais en êtes-vous si sûr ? Actuellement, sous le prétexte « économique », on continue à faire passer le profit avant l’humain non ? On a simplement remplacé les « nègres » par des enfants indiens ou asiatiques pour fabriquer nos précieux objets de consommation.

Je m’éloigne du sujet mais c’est pour vous montrer combien cette BD est intéressante et interpellante.  On constate tout comme aujourd’hui qu’il est facile de manipuler les consciences par de la fausse information ou des dessous de table. 

L’air de rien, Africa Dreams est un beau miroir sur nous même .Et visiblement, l’œuf n’est toujours pas assez pourri car j’ai vu récemment  un reportage sur Léopold II où encore aujourd’hui on occulte facilement son rôle dans ses abominations. Il n’y a vraiment  pas de quoi en être fier !

Coté dessin, Bihel nous offre toujours un beau voyage  en terres congolaises. Son style éthéré en aquarelle fait vraiment merveille.

Une série à lire assurément simplement pour réveiller notre passé et  pour éveiller notre pauvre conscience.

Un grand merci aux auteurs !

 

a08-3e78906.gifdessin.

a08-3e78906.gif Scénario

a08-3e78906.gifGlobal.

 

Samba.

On en parle sur le forum.

Africa Dreams3n.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter

22/10/2013

Eve sur la balançoire : Conte cruel de Manhattan.

eve.jpgeve 1.jpgde Nathalie Ferlut.

chez Casterman.

09/2013

 

Pin up.

Evelyn « Eve » Nesbit (1884-1967) est la première pin-up du XXe siècle, la première muse d’une société de consommation qui fabrique l’image d’une vedette pour la brûler ensuite. Adolescente, Eve est magnifique. Chaperonnée par une mère abusive qui exploite outrageusement ses charmes naturels, elle arrive à 16 ans à New York, une mégapole alors en pleine explosion économique. Très vite, sa beauté rayonnante est captée par les peintres, les photographes et les publicitaires de la Belle Époque. Mais l’ascension de la « vraie Eve américaine » – « the true American Eve », comme on l’avait qualifiée – est aussi fulgurante que le sera sa chute, sordide.

evelyn_nesbit_5.jpg

 

Déesse éphémère.

Babelio : Le graphisme est époustouflant et empreint d'une grande grâce. C'est cruel, c'est émouvant, , c'est intense, et cette histoire blesse. Mais il faut la lire.

 

Planète BD : Le choix du sujet ne déchainera sans doute pas les foules… mais intéressez-vous tout de même au talent cette auteure, décidément à suivre de près.

 

Sur le forum de BDgest : Sinon, c'est très beau, parfois poétique. Graphisme impressionnisme, palette flamboyante, un régal pour les yeux. Une plongée dans le New York d'il y a 100 ans. ça fait me fait un peu penser à Gatsby le Magnifique

 

Télémoustique : sans aucun doute une des plus belles BD de 2013.

 

Vous le constatez, la critique pour cet ouvrage est élogieuse .Le problème, c’est qu’il faut toujours une brebis galeuse et ce sera moi pour cette fois. Je dois dire que j’ai eu un mal fou à m’intéresser à cette tragédie qui a abouti au premier procès du siècle. Il faut avouer que l’héroïne, Evelyn Nesbit (premier idéal féminin de la belle époque) est des plus déconcertantes. Une fois naïve, manquant de caractère, soumise, parfois rebelle et frivole. Ce manque d’empathie vient surement de l’auteure de cet album se voulant neutre dans l’évocation de cette déesse éphémère. J’ai néanmoins mieux apprécié la 2e partie où se joue le drame.

Voilà, vous l’aurez compris, je ne suis que modérément enthousiaste sur cet album qui comporte quelques longueurs par moment .A réserver aux amateurs du dessin à l’aquarelle et aimant les tranches de vies pathétiques.

a06-3e788fc.gifDessin 

a05-3e788c9.gifScénario 

 a06-3e788fc.gifGlobal.

Samba.

evef.JPG