28/06/2013

Wendy T1: Nyassland .

Wendy1.jpgWendy1h.jpgAuteurs: Duval-Quet-Beau 

Editeur: Delcourt (série B) 

Sortie:03/2013 

 

License to kill. 

 

Au secours une série B! 

Bon, je prends mon courage à deux mains et j'ouvre l’objet. 

J'entends vite résonner  le générique du  célèbre  007. On a vraiment droit à la fameuse scène d'introduction du célèbre espion britannique : fusillade, course poursuite, cascade étourdissante et pour terminer une magnifique échappée belle en hydravion. 

Maintenant que je reprends mes esprits, ce début d’album me fait aussi penser à Silas Corey . 1:On est en 1915 et 2: on est dans les arcanes « secret défense ». Ah oui, tout cela se joue au féminin, je vous présente l’exceptionnelle  Wendy. 

nyassaland1-e1369831285795.jpg

Hey Wendy ? Hé Wendy !  

C’est un certain Wagner qui m'a dit qu'tu t'appelais Wendy. 

Ça fait un moment que j'te cours après Wendy 

Hé tu viens en moto ou alors en avion ? 

 

Après avoir fait un peu connaissance avec cette femme en avance sur son temps et vachement fortiche, on part en safari direction l’ex-Malawi tuer le léopard et aussi le salopard. 

 

Allez, Wendy, quoi ! 

Oh dis moi oui. 

Le safari se gâte 

Wendy s'en soucie 

Wendy attrape sa carabine 

Wendy se décarcasse 

Wendy se tâte 

Wendy se méfie 

Wendy se défonce 

Il rentre chez lui 

Wendy a toujours su éviter les balles 

Chou Wendy 

Dis moi oui 

Wendy. 

 

Le dessin a comme point fort son coté très vivant. C'est aussi une belle immersion de lieu et de temps. Simplement, un petit reproche  pour les caractères typographiques un peu trop grands. 

En résumé, un album purement détente dont le but principal est de nous faire passer un agréable moment plein de rebondissements et d'espiègleries. 

a07-3e78901.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario 

a06-3e788fc.gifGlobal. 

Samba 

215352_469950346414380_1104078305_n.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (1) | Tags : wendy, duval, quet, 032013, 610, delcourt, série b, aventures |  Facebook | |

26/06/2013

La geste des chevaliers dragons T16 : La déesse.

Geste des Chevaliers Dragons (La)16.jpgalbum-page-large-19643.jpgAuteurs : Ange et Cossu.

Editeur : Soleil.

Sortie :06/2013.

 

La graine est semée.

Alors qu’elles vont être massacrées par un Dragon, deux Chevaliers sont sauvées par l’intervention de villageois, qui, en les aidant, obéissent à d’anciennes prophéties. Une immense statue est alors découverte : celle de « La Déesse », une divinité féminine matriarcale et puissante. Dans un monde où les prêtres d’Hâman font loi, la tentation est grande, pour l’Ordre des Chevaliers Dragon, de soutenir la Déesse et d’imposer une nouveau pouvoir...

la-geste-des-chevaliers-dragons,-tome-16---la-deess.jpg

 

Propagande religieuse.

Et oui, déjà le tome 16 pour cette série débutée en 1998.Que de dragons abattus par l’épée d’une vierge effarouchée. Mais que fait la SPA Saint Milliard ? Comme toujours avec cette geste, cet album peut se lire indépendamment des autres. Celui-ci débute par un combat homérique entre 4 guerrières et un énorme dragon. Je vous laisse deviner qui en sortira « vainqueuse ». Il n’empêche qu’’il faudra m’expliquer comme les villageois ne sont pas affectés par le « veil ». La suite est un jeu de pouvoir entre 2 courants religieux. Cette situation n’est pas sans faire écho à quelques tensions actuelles dans notre bon vieux monde réel. Qui sait si un jour notre société sera délivrée de ce « veil » là.

L’histoire est agréable à lire. On ressent bien la tension resurgir des pages. Il reste qu’il s’agit d’un one-shot donc il est difficile de bien approfondir les différents cheminements des protagonistes.

Coté dessin, depuis quelques tomes , on est gâté. Le trait « Cossu » de fil blanc du dessinateur ardennais est une des plus belles réussites depuis le début de cette saga. C’est assurément « beau » à voir, vivant, bien colorisé et moderne. Une petite mention pour les tatouages faciaux qui rendent encore plus belles nos jolies guerrières.

En résumé, un bon album que les fans de la série apprécieront.

NB ; Si Anne et Gérard Guero pouvaient nous produire une carte de ce monde et une ligne temporelle pour situer tous les albums, je suis toujours preneur.

a08-3e78906.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario 

a07-3e78901.gif  Global.

Samba.


la-geste-des-chevaliers-dragons,-tome-16-.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

24/06/2013

Miss octobre T2 : la morte du mois.

Miss Octobre2.jpgMiss Octobre2d.jpgAuteurs : Desberg et Queireix

Editeur : Le Lombard (troisième vague).

Sortie : 06/2013.

 

La page centrale.

Rendue sourde suite à un viol, Viktor recherche activement son agresseur, quitte à dérober les fonds nécessaires à cette enquête. En parallèle, des meurtres se produisent : Miss Janvier, Miss Février - autant de cadavres et de clichés laissés par l'assassin. Viktor se rend compte qu'elle a failli figurer dans cette macabre série. L'inspecteur Clegg va l'aider à démasquer le mystérieux photographe.

 

Sunset boulevard.

Miss Octobre2fd.jpgSi vous vous souvenez, ma principale critique envers le tome 1, c’était la ressemblance des 2 inspecteurs de police Clegg et Samson. Comme j’étais averti, j’ai tout de suite essayé de les différencier en débutant ce tome 2. En fait, c’est assez facile, Clegg est plus âgé et se reconnait grâce à ses rides et l’autre est donc plus lisse de visage. Qui sait  si cette ressemblance n’est pas voulue d’ailleurs par les auteurs pour le bien de l’intrigue ?


On retrouve toujours dans ce tome 2 cette atmosphère si particulièire du polar américain des années 60. Je dois dire que cet univers est admirablement bien rendu et que  j’ai aussi bien aimé le coté noir du récit. Le slogan détourné de Sea, sex et kills colle à merveille  à cette série. Franchement, c’est du bon Desberg qui ici prend son temps pour fouiller  dans la face cachée de ses personnages.


J’attends avec impatience le dénouement de ce triptyque car comme tout bon lecteur, on veut savoir qui est le (ou la) meurtrier(e).


Coté dessin, on ne va pas nier qu’on aime  voir les jolies femmes se trémousser et jouer de leur corps, enfin c’est parfois à leur risque et péril. L’immersion de lieu et d’époque est réussie, je signalerai simplement des attitudes un peu figées lors des scènes d’action.  La colorisation clinquante  est elle typiquement troisième vague.


En résumé, un bon polar bien noir qui n’attend qu’une belle apothéose.


a07-3e78901.gifDessin

a07-3e78901.gifScénario 

a07-3e78901.gifGlobal.

Samba.

 

miss-octobre-353-l325-h456-c.jpg


Inscrivez-vous au bulletin de la police locale.

22/06/2013

Blackstone Tome 1 & 2

BlackStone1.jpgBlackStone2.jpgBlackStone2g.jpgAuteurs :Corbeyran et Chabbert.

Editeur :Glénat

 

Paris, en 1860.

 Nelson Staightback et Jenny Sullivan mettent fin à leur minable association avec Jean-Jacques Bonneteau pour tenter leur chance à Londres. Mais le maigre succès qu'ils parviennent à obtenir prend fin lorsque l'enfant qu'ils font monter sur scène pour faire mine de le faire disparaître se volatilise réellement... Avant de fuir la foule en colère, Nelson a tout juste le temps de repérer, dans la boîte où se trouvait le gamin, une pierre noire...

 

Abracadabra.

BlackStone-4.JPGChat échaudé craint l’eau froide .Voilà qui résume bien ma position envers les scénarios de Corbeyran. Ses débuts d’histoire sont souvent très prenants mais le problème, c’est la conclusion et son cheminement pour en sortir. En plus, je trouve qu’il dilue souvent ses scénarios par des faits ou explications inutiles. Il devrait prendre exemple sur les comics qui vont droit au but. Hormis donc mes aprioris (honteux ?)  , cette série Blackstone est agréable à lire, c’est sympathique pour ceux qui aiment les magiciens et l’atmosphère « victorienne ». Comme pas mal de réponses nous sont encore dissimulées (encore une spécialité corbeyranne), on a parfois du mal à comprendre certaines attitudes mais je suppose que tout ça nous sera dévoilé dans le futur. Le problème, je n’ai plus confiance en ce postulat. Vous allez me dire que j’expédie ma justice sans merci comme à l’époque de cette histoire car pour le moment cette histoire tient la route.

Sinon, le dessin d’Eric Chabbert est toujours un modèle d’esthétisme .Il arrive même à mettre du glamour dans d’infâme prison anglaise. Il utilise certainement une pierre noire magique pour être si enchanteur. 

Allez, qui vivra verra donc pour savoir si j’avais tort ou raison.

a08-3e78906.gifDessin 

a05-3e788c9.gifScénario 

a06-3e788fc.gif Global.

Samba. 

blackstone.JPG

 

On s’inscrit aux tours de passe-passe.