27/03/2013

La chenue.

chenue.jpgchenue 1.jpgAuteurs : Convard-Djian-Corbet et Heurteau.
Editeur : Vents d’ouest.
Sortie : 02/2013.

La corneille.


Qui pourrait se douter en la voyant que la Chenue n’a pas perdu la tête, mais que malgré son vieil âge, un désir puissant de vengeance l’anime ? Son arrière-petite-fille, Caroline, voudrait profiter des plaisirs de son âge dans les bras de Christophe... Comment pourraient-ils savoir que leur insouciance paraît indécente à leurs familles, quand le secret est la vertu la mieux partagée ?



C’est l’histoire d’un secret.


chenue25.JPG-Christine, j’ai une BD qui pourrait t’intéresser .Elle parle d’une vieille vengeance entre deux familles et de deux amoureux.


-Roméo et Juliette ?


-Mais non, la chenue .


-Elle redémarre quand je t’attrape par les hanches ….


-Pas vraiment, on est en milieu rurale  et on a donc droit à  des surnoms à coucher par terre pour décrire certaines sommités locales .Tu verras, le rythme est plutôt lent, les auteurs prennent le temps de faire monter la pression petit à petit, à décrire les différents protagonistes de cette vilaine rancœur  pour enfin dévoiler le fameux « secret ».


-Je parie que c’est le colonel Moutarde avec un chandelier.


-Christine, toujours le mot pour rire. Par contre, dans ce récit, à part nos deux amoureux, on ne rigole vraiment pas. Heureusement que Caroline est là avec sa légèreté  pour détendre l’atmosphère. Je dois même t’avouer que j’ai dû réfléchir après avoir fermé ce bouquin pour bien tout comprendre.


-Mon pauvre chéri, ça ne doit pas t’arriver souvent de réfléchir.


-Ha ha ha, tu verras qu’en le lisant, tu devras te concentrer vu le nombre de personnages, on s’y perd un peu au début.


-Allez, donne-moi ça … le dessin à l’air sympa, un peu laborieux non ? Les couleurs sont douces et agréables. Mais tu as vu le prix 28,25€ !


-Oui et alors ?


-Tu aurais pu m’acheter des fringues au lieu de ce truc qui va encore prendre la poussière dans une de tes bibliothèques qui prennent une place folle !


-Euh mais Christine !


Dessin : 7/10
Scénario :6/10


6.5/10 Global.


Samba

chenue2.jpg


Inscrivez vous aux lettres de dénonciation.


25/03/2013

Pacifique

pacifique.jpgpacifique 1.jpgAuteurs :Trystram et Baudy
Editeur :Casterman
Sortie : 01/2013


Seconde Guerre mondiale, quelque part dans le Pacifique…

Udo Grötendick, un soldat novice – un « bleu » – rejoint en tant que radio sa nouvelle affectation à bord d’un U-Boot, l’un de ces sous-marins allemands qui font la réputation de la Kriegsmarine. Le capitaine du bâtiment, Kaleunt, est considéré comme un héros, pour le nombre impressionnant de missions victorieuses à son palmarès de combat. Dans le paquetage du nouveau venu, un livre apparemment subversif, dont l’équipage, qui ne demande qu’à bizuter le bleu, se débarrasse séance tenante. Pourtant, au fil des jours à bord, le livre va s’ingénier à réapparaître dans les endroits les plus inattendus, comme s’il était doué d’une vie propre…

En immersion profonde.

Figurez-vous que Christine est revenue (voir chronique d’OPK). La trêve a été de courte durée car elle m’a vite envoyé des torpilles avec ses beaux yeux bruns because je lisais de nouveau une BD. Je lui explique qu’à priori, il y a tout dans cet album pour me plaire. Je ne sais pas pourquoi à ce moment là elle croise ses bras en dessous de sa poitrine ?


J’adore en effet cet univers fascinant des u-boot. Et puis, il y a l’objet  en format à l’italienne qui m’attire, on a envie de l’avoir dans ses mains, de lui tourner les pages délicatement. De l’autre coté de la couverture, Christine devient de plus en plus écarlate. Ne voyant pas l’explosion qui arrive, je retourne à ma belle italienne. On visite le submersible, on prend place, on se fat bizuter, on attaque l’ennemi.


Le dessin moderne à 4 mains est vivant, dynamique et très plaisant à suivre. Et puis un livre subversif arrive à bord, on le jette, un autre apparait  jusqu’à la déferlante qui aura raison de l’équipage. J’entends un cri de rage, comme une sirène d’alarme, c’est  Christine que vient de partir en claquant la porte encore une fois.


D’autres sirènes m’appellent comme les matelots vers une ile idyllique, j’ai envie de savoir ce qui se cache derrière ce mythe et puis……plus rien, un cahier graphique. Eh mais non, je n’ai pas envoyé bouler Christine pour des prunes quand même ! J’aurais franchement aimé avoir un peu plus d’explication sur cette métaphore. Bon, des métaphores, il va falloir en donner à Christine pour qu’elle revienne maintenant.


Scénario : 5/10
Dessin : 8/10


6.5/10 Global.


Samba.

Pacifique_Ip003p090_FR_016H.jpg


Inscrivez-vous à l’immersion.

 

21/03/2013

OPK Tome 2 - Hard Core

OPK2.jpgOPK2d.jpgAuteurs: Bedouel et Matz.
Editeur :12bis
Sortie :03/2013.

La mafia virtuelle.

Mark Marsten et son équipe de l'OPK avance dans leur enquête. Vladimir et Lian se concentrent sur ce mystérieux groupe qui punit les tricheurs du jeu en ligne ROA. Ce groupuscule semble assouvir sa soif de vengeance en faisant assassiner les "mauvais joueurs" aux quatre coins du monde.


De son côté, Mark mène l'assaut sur un sweatshop de Bucarest, dans l'espoir de soutirer des informations à son propriétaire. Les meurtres continuent et l'enquête s'emballe. Mark suit une piste à Rome, en espérant que cela le rapprochera de Ilka... Mauvais calcul. Rien ne se passe comme prévu, et les apparences sont trompeuses.

De bonnes paroles.

Christine, ça te dirait un WK dans la capitale italienne ?


Avant de commencer ma chronique, je voulais vérifier une affirmation de l’inspecteur Marsten , (appelez moi Mark SVP ) qui prétendait que les femmes ne disent jamais non à un W-E à Rome .


Le charme des italiens ou l’attrait du nouveau pontife ? Allez savoir.


opky.JPGBon je m’égare, mais si Christine connaissait la violence qui règne dans cette ville comme à la page 12 bis, elle serait certainement refroidie par le voyage, par contre elle serait  sous le charme de Bedouel à coup sûr. Woaw, ça c’est du dessin percutant, on entend les rafales traverser les pages. La mise en page est incroyablement bien pensée, bien amenée, rien n’est laissé au hasard, on s’y croirait. J’ai rarement vu une telle maitrise dans les scènes d’action en BD. Au premier abord, son dessin ne semble pas très séduisant mais ce serait une grave erreur de se laisser avoir par ce sentiment. Bedouel sera vite intronisé dans la cours des grands, j’en suis quasiment certain.


Christine, tu pourrais au moins me répondre au lieu de jouer sur FB pour des images virtuelles ! C’est une conne non ? Passer son temps et s’énerver pour  du vent. Le pire, c’est que certains payent pour avancer plus vite dans ces jeux. C’est aussi la base de l’intrigue de cette BD mais les sommes y sont nettement plus rondelettes. Là, j’ai quand même un peu du mal à y croire mais bon, ce n’est pas une couleuvre de plus qui va m’empêcher d’apprécier le caractère bougon mais oh combien sympathique de l‘inspecteur Marsten (appelez moi Mark svp). Voilà que Christine vient de claquer la porte, elle n’a pas dû apprécier la «conne» !


j’irais plutôt à Berlin moi, il parait qu’une certaine Ilka, une femme d’exception selon l’inspecteur Marsten ( appelez moi Mark saint milliard !) y habite.

Dessin :8/10
Scénario :7/10


7.5/10 Global.


Samba

opk1.JPG


On en parle sur le forum.
Inscrivez-vous à Interpol.

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (4) | Tags : opk, hard core, bedouel, matz, polar, 12bis, 032013, 7.510 |  Facebook | |

19/03/2013

Les voleurs de Carthage T1 : le serment du Tophet.

Voleurs de Carthage (Les)1.jpgVoleurs de Carthage (Les)1d.jpgAuteurs : Appollo et Tanquerelle
Editeur : Dargaud.
Sortie : 03/2013

Les derniers jours de Carthage.


Le temps d'Hannibal est décidément révolu. Horodamus le Gaulois et Berkan le Numide tentent de tirer leur épingle du jeu ; ils arrachent – par hasard, il faut le dire – une captive à ses ravisseurs. Mais celle-ci, issue de la plus grande guilde des voleurs, la famille d'Utique, n'a pas l'intention de se laisser mener à la baguette. Elle propose une mission aux deux idiots : s'associer à elle pour accomplir le casse du siècle !

Il était une fois dans l’oued.


Bon, je ne vais pas me faire  que des amis sur ce coup là mais ce titre est à éviter. Pourtant le pitch aurait pu allécher. Deux petits comiques antiques voulant faire le casse du siècle avec la complicité d’une belle vestale, on aurait pu se marrer. Or ça ne l’est franchement pas où alors vous aimez l’humour raz des pâquerettes d’Eric et Ramzy. En plus, j’ai eu l’impression que le scénario ne savait pas sur quel pied danser, la belle déconnade ou alors un cambriolage bien ficelé à la Ocean’s -1300 ans avant JC avec option guerre punique, le truc où les romains feront un big massacre avec les carthaginois. Le cambriolage est plutôt banal, Delcourt aurait même pu l’intégrer dans sa série concept, c’est tout dire. Les dialogues sont surtout portés sur la gaudriole avec un parlé très actuel. D’un autre coté, on a les romains qui arrivent pour tout bruler, là c’est nettement moins drôle et d’ailleurs dans Carthage, personne ne rigole même pas nos deux loustics. Cette partie « historique » aurait pu captiver ma lecture, mais là aussi, c’est traité avec trop de légèreté pour y accorder le moindre crédit. Bref, on a un massacre avant le vrai .J’avoue que je suis un rien perfide car ma lecture a été agréable, pas de rigolade ni de tension démesurée mais un petit divertissement sympa au final.


Pour le dessin, c’est du Sfar amélioré.. Allez, terminons sur une bonne note, la colorisation en ocre et brun donnant une touche  très chaude à l’ensemble.


Scénario : 5/10
Dessin : 5/10
surprises.smileysmiley.com.5.gif Global (pas taper !)



Samba.

carthage.JPG


Inscrivez-vous à la newsletter.