14/06/2017

L’adoption T2 : La Garua.

Couv_305285.jpgPlancheA_305285.jpgDessin : Arno Monin
Scénario : Zidrou.
Éditeur : Grand angle.
Sortie : 31 mai 2017.
72 pages.
Genre : chronique sociale.

 

 

Le résumé.
Qinaya est repartie. Après l’arrestation de ses parents adoptifs pour enlèvement, elle a regagné son Perou natal. Après un an et demi de recherches, Gabriel, son « grand-père » de France, se rend à Lima pour la retrouver. Mais le vieux bourru va aller de désillusion en désenchantement.

« Ruminer, ça aide à mieux digérer »

Revenons à l’essentiel !

On s’attendait à un dénouement en happy end et fatalement émouvant de la part du scénariste de Lydie, la boule à Zéro, Protecto etc. Eh bien, il nous prend à rebrousse-poil pour nous amener où on ne s'y attend pas, vers une sorte de chemin de traverse avec une histoire plus introspective que le primo album. Bref, un 2e tome très différent du premier tome plus tourné vers la tendresse et l’amour. La vie est décidément bien tortueuse pour notre « vieux bourru » mais il faut l’avouer, la fin imaginée par les auteurs s’avère être nettement plus réaliste que le happy end classique hollywoodien.
On finit cet album avec une drôle d’impression, avec une sorte de mélancolie mais aussi une réflexion sur la relation qu’on a avec nos proches.
Question dessin, on ne peut que saluer le talent d’Arno Monin. Un trait léger, poétique et très lumineux illumine les pages de cet album. Assurément une réussite pour le jeune auteur de l’envolée sauvage et de l’enfant maudit.
Sinon, une petite remarque sur le décalage horaire, de Lima vers Paris, on avance les heures et pas le contraire.

Verso_305285.jpg



Samba Lima Charlie.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (2) | Tags : l'adoption, monin, zidrou, grand angle, 052017 |  Facebook | |

07/06/2017

Highway to love.

highway to love.jpghighway to love 1.jpgDessin: Zoé Thouron.
Scénario: Jean Chauvelot.
Éditeur : Casterman.
Sortie : 31 mai 2017.
128 pages.
Genre : road movie.

 

 

Le résumé.

Zède et Ji vont au concert des Freakytiger (qui ?). Elle est fan, lui s’en fout. Ensuite, c’est l’effet fricadelle et tout part en couille.

 

« Putain de chierie de vache de merde ».

 

Mon avis.

Là, il s’agit clairement d’une lecture kamikaze. On pense fatalement au titre d’ACDC « Highway to hell » et effectivement cet album est très rock’n’roll.
J’essaye de faire abstraction du dessin laborieux et nerveux de la lorraine et recluse Zoé Thouron (c’est ainsi qu’on la présente dans le dossier de presse) et je commence ma lecture. Le début est assez accrocheur, on part voir un concert dans un pays étranger…je pense qu’il s’agit de la Gelbique car on y mange de la Fricadelle et qu’on n’a jamais entendu le terme de Picon. Une jatte, une drache, une pinte, un demi, une bonne bière, oui mais jamais un Picon.
C’est la partie marrante de l’album car ensuite … comment dire…ça part en cacahuète. Les auteurs partent dans une sorte de délire suédois assez hystérique où la crédibilité en prend un sérieux coup. Bref, l’histoire s’essouffle pour se terminer dans un délire sans grand intérêt.
#albumàsetaperlescouillesauplafond mais bon on s’en souviendra.
Sinon, c’est quoi ce terme Fligueubück qu’on retrouve quasiment à chaque page ??????

thouron,chevelot,caterman,highway to love,roman graphique,road movie,052017

Sambatatraque.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a02-3e788b1.gif

 

a02-3e788b1.gif

 

a02-3e788b1.gif



Une génération française T2/6 Populations trahies !

une génération française t2.jpgune génération française 2.jpgScénario : Thierry Gloris
Dessin : Manuel Garcia.
Éditeur : Soleil (Quadrants)
48 pages
Date de sortie : 17 mai 2017.
Genre : récit de guerre 


Le résumé éditeur.

Tanguy Brettin d’Arçonet est fils d’un héros de la grande guerre, issu d’une longue lignée d’officiers français. Anti-démocrate, antirépublicain et germanophobe, il est un monarchiste convaincu. Fidèle à sa devise familiale, « mieux mort que vaincu », le jeune homme ne recule devant rien pour sauver sa conception de la mère patrie. A Sedan, la gabegie du haut commandement Français le pousse au sacrifice ultime…

« Alors, que pouvons-nous faire ?
Rien, il nous reste que l’escarmouche et la débrouille ».

Mon avis.

La bonne impression du tome 1 se confirme avec ce 2e focus individuel sur cette sombre période de 1940-1945. Ce sera un peu à l’instar de la série TV « un village français », une bonne représentation des différents courants d’opinion qui ont traversé (pas les allemands) la France.
On suit ici un militaire pur et dur mais néanmoins pas dupe sur les responsabilités de l’état-major sur la débandade à venir. J’ai vraiment apprécié les dialogues souvent très imagés mais surtout très pertinents de notre dur à cuire.
« Le courage, c’est bien. Mais l’efficacité, c’est mieux »
« Autant attendre le renfort de Jeanne d’Arc »
« Je suis en règle devant Dieu »
« Nous avons baissé nos frocs »
« L’armée a failli »
Pour accompagner cette désastreuse bataille de France, on a appelé un milicien espagnol, le sergent Garcia ! Habitué aux comics, il nous envoie quelques belles salves d’action bien sentie. Tel un Zorro des temps modernes, il nous gratifie d’un cadrage très cinématographique avec néanmoins un trait original jouant particulièrement sur les ombres. A noter aussi une colorisation osée mais réussie jouant essentiellement sur les bruns, rouges et gris.
Voilà, encore une bonne BD sur le sujet. Le seul hic, c’est que ce n’est pas la première du genre. Récemment, on a pu lire « Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIb » ou « champs d’honneur-Dunkerque », « Airborne 44 » etc ... ce n’est pas les titres qui manquent.
Mais bon, cette collection de 6 tomes aura certainement le grand mérite de bien résumer la vie en France de 1940 à 1945 en abordant tous les grands faits historiques mais aussi le choix de vie de 3 destins différents.

une génération française,gloris,garcia,soleil,quadrants,guerre,052017


Sambataille.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

Inscrivez-vous à la newsletter.
une génération française,gloris,garcia,soleil,quadrants,guerre,052017

31/05/2017

Les fantômes de Neptune T2 : Rorqual.

les fantomes de neptune.jpgles fantomes de neptune t2.jpgAuteure : Valp.
Éditeur : Delcourt (neopolis).
56 pages.
Sortie : 17 mai 2017
Genre : steampunk.

 

 

 

Le résumé.
Le destin de la jeune Meena est de plus en plus chaotique et semble tracé pour nuire au Kaiser d’une prusse steampunk épris de conquête terrestre mais aussi spatiale. En route pour Neptune.

« Un chantier exoarchéologique sur Neptune ? Alexeï, vous perdez la raison ? »

Mon avis.

Il arrive parfois que les éditeurs nous envoient des albums non demandés (bande de bachi-bouzouks). Normalement, je fais appel à toute mon équipe (et je m’y engage comme Robert Mailleux) pour trouver un chroniqueur à ce titre. Là, rien, silence radio, personne ne veut s’attaquer à ce tome 2(espèce de zouaves interplanétaires !).
Bon Samba va donc s’y coller, heureusement qu’il y a un gros résumé au début de ce tome.
Mille millions de mille sabords quelle histoire débridée, elle a de l’imagination la Valentine Pasche ! Des voyages spatiaux dans une sorte de vaisseau à la Jules Verne, des robots hyper évolués à tendance psychopathe, des entités extra-terrestres venant de Mathusalem (une sorte d’ectoplasme à roulette) et j’en passe et des meilleurs sont au menu de cet album steampunk.
Une sorte de mélange entre Hauteville House et le château des étoiles pour ceux qui suivent les sorties BD. Là, je ne parle pas aux papous des Carpates.
On va dire que c’est rafraîchissant et original mais il faut s’accrocher au bastingage. Un bulldozer à réaction peut sortie à tout moment d’une page.
L’univers créé par la suissesse surprend dans le bon sens et on sent un grand dynamisme dans la construction des pages. Son trait reste néanmoins assez typé jeunesse avec un brin de Disney pour l’expressivité des personnages.
Ce qui m’a frappé (pas l’ectoplasme), c’est que les seconds rôles comme la Lorelei Hoffmann ou le robot Montagne volent littéralement la vedette à la pseudo héroïne (une astronaute d’eau douce).
Le seul reproche que j’ai à dire car je ne veux pas passer pour un bougre de faux-jeton à la sauce tartare, c’est la psychologie parfois trop basique des personnages. On a les gentils d’un côté et les méchants de l’autre. J’aurais aimé un peu plus de subtilité.
Allez, si vous aimez ce genre d’univers, cette série grand public ne demande qu’à remplir votre bibliothèque.
Bon tchouck-tchouck-nougat à tous.

les fantomes de neptune t2f.jpg


Sambachi-bouzouk.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

  a07-3e78901.gif  

a06-3e788fc.gif