04/11/2012

Mermaid Project : Episode 1

Mermaid Project1.jpgMermaid Project1p.jpgAuteurs : Léo-Jamar-Simon.
Editeur : Dargaud.
Sortie : 09/2012.

Promotion.
Le 1er épisode de Mermaid Project, nous entraîne sur les pas de l'inspecteur Romane Pennac. Celle-ci se voit confier des enquêtes sans intérêt jusqu'au jour où un couple vient la voir pour lui parler du décès de leur fille dont le corps a, en outre, disparu. La jeune fille travaillait à New York pour la société Algapower, une entreprise spécialisée dans la production de méthane (un substitut au pétrole, devenu rare) qui procède à des manipulations génétiques sur des algues afin d'en tirer de l'énergie. Romane, dont le frère travaille pour Algapower, réussit à convaincre son chef d'aller enquêter à New York. Sur place, elle découvre que les activités de la société ne se limitent pas à la production énergétique et que leurs expériences vont bien plus loin que l'imaginable...

Mermaid-project_1.jpg



Ethnique.
Cette nouvelle série est assurément une des bonnes surprises de cette fin d’année. On retrouve déjà le trait très expressif de Fred Simon qu’on avait connu précédemment  avec sa série  «le  poisson clown ». Il nous gratifie ici  d’un futur proche très crédible grâce à un trait détaillé et surtout magnifiquement vivant. Et puis, il y a aussi son héroïne, Romane Pennac, pétillante à souhait mais aussi assez décomplexée dans ses idées. Bref, un personnage que vous adopterez sans soucis pour vous immerger dans son enquête policière. En plus, le mystère entourant cette recherche est astucieusement distillé et vous remarquerez que pour un premier tome, l’histoire avance déjà très correctement. Une belle densité qui fait plaisir à voir et à lire et qui prouve le sérieux des auteurs pour vous apporter un album bien ficelé au final.
On retrouve aussi la touche « Léo » pour ses domaines de prédilection que sont l’écologie et les rapports « raciaux ». A noter aussi, la couverture intelligente qui montre une scène racontée dans ce 1e tome .Voilà, une série qui commence bien et qui nous apporte un vrai vent de fraicheur accompagné d’un bon dépaysement. Que demander de plus ?

Scénario : 8/10.
Dessin : 8/10
surprises.smileysmiley.com.8.2.gif Global.



Public cible :Ado-adulte fan d’anticipation réaliste.
On en parle sur le forum.

Samba.

mermaid.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.


30/10/2012

Shi Xiu reine des pirates T2 : Alliances.

Shi Xiu2.jpgshi xiu 2.jpgAuteurs : Meylaender et Wu Qing Song.
Editeur : Les éditions Fei.
Sortie : 05/2012
Mer de Chine.
Shi Xiu a été pleinement acceptée par l’équipage de son mari et, ce soir, tout le monde boit en son honneur. Enfin presque. En effet, Xiang n’a pas digéré de s’être fait battre par la jeune femme et il compte bien se venger de cette humiliation. Il confie cela à un coéquipier qui est en fait à la solde de Guo Bo Dai : tous deux comptent utiliser la rancœur de Xiang pour se débarrasser de SHi Xiu.

Restructuration.
Et le prix Nobel de l’économie 2012 est attribué à …Shi Xiu .Bon d’accord, on a occulté quelques actes de pirateries  mais sinon le comité a trouvé remarquable les travaux de madame Shi Xiu pour unir les différents pavillons pirates .On voit tout de suite une très grande volonté de réduire les coûts d’échelle par une meilleure organisation. Le comité a aussi été impressionné par le système de renseignement mis en place par madame Shi Xiu .La prochaine étape sera de calmer son mari avec ses abordages et ses pillages récurrents. Madame Shi Xiu sera très avisé de  lui conseiller d’investir en action « à la pomme » et en évitant celles de banques belges. Plus sérieusement comme il est féru de combats navals, il devrait songer à créer des jeux style touché coulé par exemple. Il pourrait penser à monsieur Qing Song pour illustrer la couverture de ce jeu, on m’a soufflé à l’oreille que le gaillard se débrouillait vachement bien. Sinon, madame Shi Xiu, n’allez pas croire que je profite de votre présence très agréable, mais puis je vous offrir un verre ?
Scénario : 5/10.
Dessin : 8/10
surprises.smileysmiley.com.6.3.gifGlobal.



Samba.
On en parle sur le forum.

wu_shixiu1_hf.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.


27/10/2012

Les survivants-Anomalies quantiques épisode 2

Survivants2.jpgSurvivants2p.jpgAuteur : Leo.
Editeur : Dargaud
Sortie : 10/2012

Planète poubelle.
Après sa rencontre amicale avec les extraterrestres, le groupe perdu sur la planète GJ1347 progresse dans une épaisse forêt. Les rescapés s’en remettent de plus en plus à Manon qui semble plus forte que ses compagnons d’infortune. Mais de nouveaux événements aussi dramatiques qu’inexplicables vont mettre en péril leur survie sur cette planète inconnue et décidément bien surprenante.

Impitoyable.
Pour moi, lire un album des mondes d’Aldebaran, c’est comme un dessert, ça se savoure.
Dans ce tome 2 des survivants, on retrouve notre jolie colonie de vacances en plein safari.
Heureusement pour eux que la belle Manon a des gênes de Clint Eastwood pour le combat rapproché, ça peut aider dans certaines situations conflictuelles avec d’autres races humanoïdes. On y retrouve aussi une petite pique classique pour Leo sur les religions, ça ne peut pas faire de mal et aussi une petite séance de naturisme, ça ne peut pas faire de mal non plus, surtout que c’est du bien ferme (sic). Et puis arrive le phénomène qui captive, qui intrigue ( je vous laisse le découvrir), un coup imparable qui donne vraiment du tonus à cette série. Bref, un très bon album qui rejoint mes attentes. Maintenant, il va falloir s’armer de patience pour connaitre la suite ... Quel supplice quand même la BD !

Scénario : 9/10.
Dessin : 8/10
8.5/10 Global.
Public cible : Fan de SF  humaniste.
Samba.
On en parle sur le forum.

ex-libris_survivants.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

 

24/10/2012

L’ épouvantail .

épouvantail.jpgépouvantail 1.jpgAuteurs: Stromboni et Cotte
Editeur: Casterman( Rivages/noir)
Sortie :10/2012

Klynham,
Nouvelle-Zélande, début des années trente. Une petite ville tranquille et sans histoires – jusqu’à ce qu’une jeune fille de la communauté, Daphné Moran, soit retrouvée violée et égorgée. L’énigme est entière, l’enquête piétine. C’est à peu près à la même époque que débarque Hubert Salter, grand escogriffe vaguement magicien, hâbleur et inquiétant, que le jeune Neddy, quatorze ans, l’un des narrateurs de cette histoire, a tôt fait de surnommer l’Épouvantail.
Salter se lie avec le croque-mort alcoolique et libidineux de Klynham, et n’a évidemment aucun mal à prendre l’ascendant moral sur cette communauté fruste et crédule. Bientôt, les événements dramatiques se multiplient – morts suspectes, disparitions, incendies –, qui vont bouleverser encore plus profondément la vie de la petite ville…

Ploucland.
épouvantail 2.JPGVoilà bien une BD qui ne vous laissera pas indifférent. Il y a tout d’abord ce jaune d’œuf omniprésent. On a l’impression d’être dans un cauchemar permanent surtout qu’on n’arrête pas de nous parler d’œuf au début de ce polar option étude sociale. Il y a aussi cette crasse qui envahit toutes les pages .Je me suis d’ailleurs lavé les mains après ma lecture. On est un peu dans la célèbre émission « Strip tease » avec les mêmes barakies ou alcolos de service mais dans les années 30 en Nouvelle-Zélande. Dany Boon en aurait fait certainement « Bienvenue chez les ploucs ! ». Tiens, en parlant de film, ce roman de Ronald Hugh Morrieson (quelqu’un l’a lu ?) a déjà été adapté au cinéma avec « The Scarecrow »(quelqu’un l’a vu ?).
Pour en revenir à la BD, j’ai vraiment eu un sentiment étrange avec le dessin. Par moment on sent bien que Jules Stromboni a travaillé à l’animation surtout dans les situations burlesques où la touche de Tex Avery est toute proche. Par contre, c’est parfois très cruel et morbide. Le contraste est saisissant comme la fin qui arrive avec une précipitation assez incroyable. J’ai même cru qu’il devait y avoir une suite mais non, l’histoire est bel et bien bouclée. Un autre aspect  assez déconcertant, c’est que la partie Salter est très peu développée. Il apparait de temps en temps, il fait son petit numéro de magie ou d’illusionniste et puis il disparait. Bref, il y a des blancs (d’œuf) à combler pour le lecteur. Le tout est quand même assez étonnant à lire, c’est assurément  une BD sortant des sentiers battus  qui devrait attirer un public curieux amateur d’expérience nouvelle.
Pour finir, un petit  dicton local « les lumières vont brûler toute la nuit ». Je vous laisse réfléchir là dessus. A la prochaine chronique les amis.
Scénario : 6/10
Dessin:6/10
surprises.smileysmiley.com.6.3.gifGlobal



Public cible :les amateurs de hors piste.
Samba.

épouvanatil 2.JPG


Inscrivez-vous à la newsletter.