08/12/2012

La geste des chevaliers Dragons T15 : l’ennemi.

Geste des Chevaliers Dragons (La)15.jpgGeste des Chevaliers Dragons (La)15d.jpgAuteurs : Ange/ Boutin-Gagné
Editeur : Soleil.
Sortie : 11/2012

Dragon es-tu là ?
Alors qu’elle allait abattre le Dragon, le Chevalier Saraï est enlevée et jetée au harem. Alors, pour elle, la Bête n’est plus l’Ennemi. L’Ennemi est son geôlier, et tous ses talents tactiques, elle les mettra au service de sa libération... À Messara, la Matriarche se bat pour la faire libérer. Mais pour elle, l’Ennemi est plus politique, et bien plus intime. L’adversaire - le Dragon - peut prendre bien des formes...

Chez Djinn
La geste des chevaliers Dragons, c’est un peu comme un Kinder surprise, on se demande toujours sur quoi on va tomber. Du très bon comme pour les tomes 13-9 et 7 ou une calamité comme pour les tomes 10 et 8 ?
Il n’empêche que cette série a trouvé son public grâce à un univers cohérent et fouillé. Un petit rappel pour les nouveaux lecteurs, tous les albums peuvent se lire indépendamment les uns des autres mais il existe aussi de petites passerelles entre ces tomes. D’ailleurs, si vous cherchez un travail de fin d’étude, pourquoi ne pas faire une thèse sur la GDCD ? Je serai tout de suite preneur pour une carte de ce monde accompagnée d’une ligne historique plaçant tous les albums mais aussi les interactions entre les différentes combattantes. Il y a pas mal de travail l’air de rien pour réaliser cet exercice.
Pour ce tome 15, nous sommes plongés dans le monde envoûtant des harems. Si vous connaissez la particularité des chevaliers Dragons, ce n’est pas spécialement un endroit qu’elles apprécient. Saraï va donc devoir jouer à Steve Mc Queen pour effectuer  une grande évasion. Va y avoir du sport comme on dit pour le sultan.
Le dessin est confié pour cette fois au canadien Patrick Boutin-Gagné. Un trait dynamique  fort proche de l‘animation qui donne un bon rythme à ce titre .C’est une sorte de mélange des « naufragés d’Ythaq » avec « Courtney Crumrin ». Oui, je sais, je suis allé la chercher loin cette comparaison. A noter aussi la colorisation flamboyante et  réussie de  Stéphane Paitreau.
Au final, on a  droit à une lecture très fluide  et agréable sans anicroche particulière ... enfin c’est une façon de parler car ça dérouille pas mal dans ce tome.
Voilà, pas besoin d’en dire plus car si vous êtes arrivés au tome 15, c’est que vous appréciez cette série populaire.
Longue vie aux dragons !!!
Scénario : 7/10.
Dessin : 7/10
surprises.smileysmiley.com.7.3.gifGlobal.



Public cible : fan d’HF en jupon.
Samba.

Geste des Chevaliers Dragons (La)15dd.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.


02/12/2012

Batchalo

batchalo.jpgbatchalo 2.jpgAuteurs : Le Galli et Bétend
Editeur : Delcourt.
Sortie : 08/2012

Les gens du voyage.
1939, Europe de l'Est. Suite à l'enlèvement d'un groupe d'enfants, un clan tzigane, accompagné de Josef, un policier dont le fils est aussi porté disparu, organise une battue. Sur leurs traces, ils voyagent à travers la Bohême, jusqu'à être internés, puis déportés ….

batchalo-1.jpg


Epuration ethnique.
Au début  de cet album, on pense avoir à faire à une enquête policière suite à la disparition d’une dizaine d’enfants. On accuse fatalement les étrangers, les tsiganes qui sont de passage. On sent même poindre une histoire d’amour entre le policier et une rebouteuse rom.  Le problème, c’est la date et le lieu ….février 1939 en Bohème. Le terrible rouleau compresseur de la guerre va faire son œuvre. Bien que les textes mettent souvent l’accent sur les coutumes tsiganes, les images sont hélas fort tragiques puisque qu’on est au cœur des camps de la mort et de la solution finale. Mais, c’est aussi cette romance  comme je l’ai dit plus haut entre deux personnes que tout oppose .Vous découvrirez leur lutte pour survivre mais  aussi leur détermination pour sauver les enfants. Comme si ça ne suffisait pas, ils seront aussi confrontés à une autre abomination nazi avec les« expériences » du docteur Mengele .
Franchement même si on connait ces horreurs, on en reste sans voix, comment l’homme a il pu en arriver là ? C’est évident vu les dérives actuelles, que cette BD par son devoir de mémoire est toujours très utile à mettre dans le plus de mains possible.
Toute discrimination est à bannir de nos sociétés, n’est ce pas monsieur Dassault ?
En plus, et je tire un grand coup de chapeau à Arnaud Bétend, c’est admirablement bien dessiné. Un trait d’une très grande finesse, détaillé et minutieux avec des couleurs sépia du plus bel effet. Le plus incroyable, c’est que c’est sa première BD. On ne peut qu’être admiratif devant une si grande dextérité.
Le seul reproche que j’aurais à faire sur cette BD, c’est  que les textes ne sont pas toujours au niveau du dessin. Comme si on voulait garder du recul par rapport à l’image.
Je sais que tout cela n’est pas très amusant à lire mais ça ne peut pas faire de mal de réfléchir ou d’apprendre en lisant cet album assez remarquable.


Scénario : 7/10.
Dessin : 10/10
8.5/10 Global.
Public cible : tous !
Samba.

batchalo2.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.


 

 

29/11/2012

Elya T1 : naissance

Elya, les brumes d'Asceltis1.jpgElya, les brumes d'Asceltis1e.jpgAuteurs : Jarry et Maconi.
Editeur : Soleil.
Sortie : 09/2011

Trahison !
L’arbre de vie n’a plus enfanté de Sylve depuis plusieurs générations. Mais alors que le peuple Scent des Arden perd son roi, un espoir renaît: l’essence du vieux monarque pourrait à nouveau féconder l’arbre de vie.
Alors que la cérémonie d’Eveil bat son plein, que l’arbre de vie frémit sous l’énergie vitale du roi Scent, un conflit éclate entre ses deux fils pour la succession. Erwal le banni, assassine son frère et ses proches. La Sylve vient au monde en plein combat, le druide qui devait l’initier est tué sous ses yeux...
Terrifiée, elle s’enfuit, traquée par les chasseurs d’Erwal. Le nouveau roi des Arden a trahi les anciens usages: Il ne peut la laisser vivre...

Vengeance.
Elya est déjà la 2e succursales après les exilés  des Brumes d’Asceltis . Franchement, on fait des spin- offs avec trois fois rien maintenant .Déjà que je suis très critique sur les XIII Mystery, les mondes de Thorgal mais alors ici, je n’ai pas peur de dire que ce genre de série « pollue »fameusement  la production actuelle. Vous me direz qu’on a le choix mais attention, vous la payez aussi cette surproduction car il faut bien les « produire »  tous ces albums.
En plus ici, vous devez attendre les 2/3 de l’album pour voir l’héroïne des « brumes » surgir d’un arbre. Avant cela, on vous a fait patienter avec une bonne dose de vengeance et trahison. Mais au final, un intermède pas très utile pour la suite du programme. La bonne idée vient vers la fin avec l’apparition du  ténébreux Fushu qui fait penser au Rige de la quête de sieur Loisel. Le pire, c’est qu’à la fermeture de ce tome 1, on a presque envie de continuer l’aventure alors qu’on en a déjà lu des centaines de ce genre d’histoire.
Le dessin de Maconi est de bonne facture .J’ai seulement un peu tiqué sur les transitions temporelles qui ne sont pas spécialement bien  balisées, il faut souvent  une ou deux cases pour s’en rendre compte.
Sinon, pas besoin de revenir dans 3 jours pour la cérémonie de l’éveil pour savoir que cette série ne m’a pas spécialement emballée.


Scénario : 5/10.
Dessin : 6/10
5.5/10 Global.
Public cible : celtic addict.

elya.jpg


Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.


25/11/2012

L’armée de l’ombre T1 :L’hiver russe.

Armée de l'ombre (L')1.jpgArmée de l'ombre (L')1u.jpgAuteur : Olivier Speltens.
Editeur : Paquet.
Sortie : 10/2012

La victoire est proche
Fin 1942, Ernst Kessler ayant terminé sa formation de soldat au sein de la Wehrmacht est envoyé sur le front russe. La réalité de cette guerre qu'il ne percevait qu'à travers les journaux se révèle brutalement toute autre. Ernst Kessler doit affronter non pas un ennemi, celui auquel il s'attendait, mais deux ! En effet, l'hiver Russe s'avère un adversaire aussi redoutable que les Russes eux-mêmes.
Ce premier tome retrace le périple de Kessler traversant la Russie d'Ukraine jusqu'à Stalingrad. Lui et ses nombreux camarades devront lutter tant contre l'ennemi, contre les partisans attaquant les colonnes de ravitaillement Allemande et contre un climat hostile et complice de la victoire Russe.
Ces multiples facettes d'un même combat ôteront la jeunesse et les illusions du jeune soldat Kessler lui révélant impitoyablement les pires horreurs que peut générer la nature humaine.

La victoire n‘est pas pour tout de suite.
Ce qui frappe en premier en ouvrant cet album, c’est les similitudes graphiques avec  le dessin de Romain Hugault pour le Grand duc surtout au niveau de la colorisation.Il faut dire que l'histoire se passe au même endroit à la même époque sur le front russe en plein hiver. J’ai trouvé que les deux  différences  les plus marquantes venaient  surtout du rendu des « yeux » et du mouvement un peu plus figé. Mais bon, rien de rédhibitoire, c’est du bel ouvrage que nous livre là Olivier Speltens.
Le scénario a aussi ce brin de convergence avec une BD de maitre Hugault, on suit comme dans le grand duc, un soldat allemand .Mais ici, pas d’as de Luftwaffe  mais un jeune soldat de l’infanterie tout juste sortie de sa formation. Et on peut dire qu’il va vite déchanter face à l’âpreté de sa condition de soldat perdu dans un terrible hiver russe. L’idéal servit par tonne par la propagande est vite remplacé par le froid, la peur et l’omniprésence de la mort. Cet album met surtout l’accent sur la vie « normale » d’un soldat de la Wehrmacht, sur ses longues marches vers nulle part sauf la mort, sur ses taches journalières, sur ce qui lui reste, ses camarades. Une série qui joue donc la carte de l’authenticité et qui est bien loin des films patriotiques  mais plus dans la tendance actuelle : une belle connerie la guerre !
J’attends donc la suite de cette série prévue en 4 tomes avec intérêt pour connaitre le destin du simple soldat Kessler .

Scénario : 8/10.
Dessin : 8/10
surprises.smileysmiley.com.8.2.gifGlobal.



Public cible : les « historiens » de la 2e guerre mondiale.
Samba.
On en parle sur le forum.

l'armée des ombres.JPG


Inscrivez-vous à la newsletter.