13/12/2016

Jacky Ickx T1 Rainmaster.

jacky ickx.jpgjacky ickx t1.PNGDessin : Jean-Marc Krings
Scénariste : Dugomier.
Éditeur : Glénat ( collection plein gaz)
Sortie : 30 novembre 2016
48 pages.
Genre : automobile.

 

La vie passionnée de Monsieur Le Mans !
Fils d’un grand journaliste sportif et frère du plus jeune pilote d’avion au monde, Jacky Ickx montre très vite qu’il a lui-aussi de l’essence dans le sang. À seize ans à peine, il participe à ses premiers championnats. En trial d’abord, puis en tourisme, en courses d’endurance et en monoplace, Jacky cultive un éclectisme et une polyvalence qui le rendront invincible sur tout type de circuit.
« Tu as vu comment ce gamin se joue des changements d'adhérence? »

Mon avis.

En voilà une BD sympathique ! Déjà le dessin de JM Krings, très en rondeur et dans la mouvance ligne claire,se prête vraiment bien pour raconter la carrière du champion belge. Il y a de la vie et des vitamines dans son trait . Je trouve que ce style (très loin du style hyperréaliste Graton) colle parfaitement à l'esprit de cette BD. Franchement, on y sent une belle osmose entre le récit et le dessin. La lecture est agréable, on découvre quelques petites anecdotes et surtout le palmarès incroyable de Jacky Ickx. J'aurais même mis encore plus l'accent sur sa vie privée pour le rendre un peu moins mécanique.
C'est tout une époque qui nous est contée où les pilotes frôlaient la mort à chaque course à bord de bolides mythiques sur des circuits d'anthologie. On ouvre ici en grand les portes à une bonne dose de nostalgie et celles des héros .
Un bon titre pour les amateurs du genre .

ji.PNG

 

a07-3e78901.gifdessin

a07-3e78901.gifscénario

a07-3e78901.gif global.

Samba.

12/12/2016

24 heures du Mans 1999 : le choc des titans.

24 heures du mans.jpg24 h du mans 1999.PNGDessin : Robert Paquet et Bad.
Scénario : LF Bollée.
Editeur : Glénat ( collection plein gaz)
Sortie : 30 novembre 2016.
48 page.
Genre : Automobile.

 

 

Revivez en BD les grands moments de la plus célèbre des courses d’endurance !
Le 12 juin 1999, dans la portion d’Indianapolis du circuit des 24 Heures du Mans, la Mercedes CLR n°5 lancée à plus de 300 km/h perd l’appui et commence à décoller, tel un avion, puis tourne trois fois en l’air avant de s’écraser sur les arbres en bord de piste. C’est l’un des accidents les plus célèbres et les plus spectaculaires de la course automobile moderne. 


« C'est une marque Panoz ? »


Mon avis.
Habitant à proximité du circuit de Spa-Francorchamps, le sport automobile m'a vite attiré. Mais paradoxalement, je n'ai jamais été tenté par la lecture de BD automobiles comme Michel Vaillant etc. Cette BD sur les 24H du mans 1999 est l'occasion pour moi de découvrir cet univers si particulier des fans de mécanique en image. Deux choses m'attirent dans cet album, les mythiques 24 H du mans (la course d'endurance par excellence) et JB Bollée, un commentateur sportif de Motors TV que j’apprécie. Mais il est aussi un scénariste BD depuis de nombreuses années ( deadline, XIII mystery, apocalypse mania ...) .
Il aborde cette édition de 1999 comme un passage de flambeau entre un jeune journaliste et son mentor. Étant sur place pour couvrir l'événement,LFB a dû y mettre assez bien de choses personnelles . Le problème, impossible de changer un iota aux faits qui se sont déroulés. On est donc en terrain connu , c'est un peu comme si on regardait le résumé d'une course qu'on a déjà regardé.Une fois le résultat connu, l’intérêt est nettement moindre . C'est donc spectaculaire mais sans surprise. En plus, c'est inévitable avec ce support mais tout ça reste bien figé même quand la Mercedes prend de la hauteur. Le sport automobile, c'est avant tout le bruit , la vitesse ....bref,tout ce qu'une BD n'apporte pas. Il en reste donc pour les amoureux du style « Graton », d’ailleurs on remarque vite que Robert Paquet a travaillé pour son écurie.
Un avis donc très mitigé surtout que j'ai enchaîné avec le tome 1 de « Jacky Ickx » qui m'a nettement plus emballé.

24h.PNG


a04-3e788e4.gifScénario

a06-3e788fc.gif Dessin 

 a05-3e788c9.gifglobal.

Samba.

06/12/2016

Les reportages de Lefranc- La guerre du Pacifique

la guerre du pacifique.jpglefranc raconte.jpgTexte : Isabelle Bournier.
Dessin : Olivier Weinberg, Yves Plateau
Editeur : Casterman.
Sortie :30 novembre 2016.
56 pages.
Genre : documentaire.


Tora ! Tora ! Tora ! Après le mur de l’Atlantique, le débarquement, la bataille des Ardennes et la chute du Reich, les reportages de Lefranc s’attaquent à la guerre du pacifique.
Pour ceux qui ne connaissent pas le concept, il s’agit d’une sorte de documentaire illustré à la façon « Jacques Martin ».
Après une préface de Didier Reynders (ministre belge des affaires étrangères), on débute l’album certainement avec la partie la plus intéressante, le Japon des années 30 avec son impérialisme qui va amener le Japon à déclarer la guerre aux puissances occidentales. Vous en apprendrez plus sur des personnages clés comme le général Tojo, l’empereur Hiro Hito , Papy Boyington (le vrai !),l’amiral Nimitz ou encore MacArthur .Ensuite , on suit de façon chronologique le déroulement de cette guerre un peu comme la série les grandes batailles de Daniel Costelle ( une référence !) . Je pense d’ailleurs que les textes sont pas mal inspirés de cette série. Il reste aux américains à envoyer Enola Gay pour terminer cette folie et à compter les millions de morts, surtout du côté chinois (17.5 millions de morts civils et militaires).
Un album assez didactique pour intéresser les passionnés de cette période mais sans être trop pointu pour donner une bonne base pour les jeunes recrues.


a06-3e788fc.gif Global.

Samba.

 

05/12/2016

Friends Games volume 1.

friends-gemes-1-soleil.jpgfriengs games.jpgAuteurs : Mikoto Yamaguchi et Yuki Sato.
Editeur : Soleil Manga.
192 pages.
Sortie : 23 novembre 2016.
Genre : collection seinen.

 

 

Le résumé.
Shiho Sawaragi se fait voler l’argent du voyage de classe dont elle était responsable et pourtant elle n’est pas blonde. Le coupable est donc forcément l’un de ses camarades de classe…c’est vite dit ça !
Quelques jours plus tard, cinq élèves, dont la dévalisée, sont enlevés et forcés de participer au jeu de l’amitié (je connaissais le verre mais pas le jeu) afin de rembourser la dette de l’un d’entre eux…j’espère qu’il y a un Lannister parmi eux.
«  Si un ami vous demande de l’argent, combien lui prêteriez-vous ? »

Mon avis.
C’est une situation hyper connue que nous propose ce Friends Games. Des étudiants enfermés on ne sait où par on ne sait qui, sont obligés de jouer à un jeu malsain pour s’en sortir. On reconnait la patte du scénariste de Dead Tube qui aime torturer psychologiquement ses personnages. Pour le moment, rien de bien pervers mais on espère que le scabreux va faire son apparition dans les prochains tomes (6 au total). Par contre les jeux d’argent sont d’une complexité à rien n’y comprendre tellement les règles sont biscornues. C’est le résultat qui compte mais on est assez content d’avoir de temps en temps un petit résumé pour clarifier l’affaire.
Il n’empêche que ce manga se révèle être un bon « page turner » et  quand on arrive au bout de ce tome 1, on n’a qu’une envie, connaitre la suite.
Le dessin est de facture classique et joue avec les effets habituels. Les personnages sont bien typés et impossible de les confondre. Une mention spéciale au professeur Manabu qui est une belle trouvaille.
Voilà, sous une monture classique, Friends Games retient l’attention. A confirmer avec les prochains tomes.

friends-game-2-soleil.jpg



a05-3e788c9.gif  Scénario

a07-3e78901.gif Dessin

a06-3e788fc.gif Global.

Samba