08/11/2011

Solanin.

Solanin1.jpgSolanin2.jpgAuteur: Inio Asano.
Editeur: Kana
Sortie:11/2007

Travailler c’est trop….
Meiko qui exècre son boulot de secrétaire d'une grande entreprise, vit depuis un an avec Taneda, illustrateur occasionnel pour un magazine, et guitariste amateur. Très cynique, la jeune femme n'envisage pas l'avenir de manière positive et entrevoit même la possibilité de "sortir du circuit" en donnant sa démission. Ses amis, Jirô et Katô, ressentent également un malaise quand ils songent à leur avenir.

Vivre à Tokyo.
Je suis devant mon écran et je me demande comment je vais pouvoir vous retranscrire mon ressenti sur ce manga social. J’ai dans la tête plein de qualificatifs, de sentiments  qui se bousculent dans tous les sens. Au début, j’ai eu l’impression de lire une dissertation sur le mal vivre d’un groupe de jeunes marginaux. On s’interroge sur le sens de la vie, c’est quoi la liberté, le bonheur ? Je me dis à ce moment que ces doutes et ces inspirations devraient bien plaire à un lectorat de 15 à 25 ans mais qui seraient bien futiles  pour les anciens. J’aurais facilement parlé d’appréciation générationnelle à cet instant. Je continue la lecture qui prend de plus en plus le courant d’un bon spleen. Je m’entends dire que ça foutrait bien le cafard à tout le monde cette lecture. En plus, je déconnecte parfois complètement quand on aborde les japonaiseries. Mais il y a aussi ces moments de grâce et d’émotion  qui vous touchent au plus profond de votre être . Et un dessin qui réalise cette prouesse est fatalement un très bon cru . La force d’un regard, d’un silence ou d’une attitude est magistralement bien rendue. C’est indéniablement un diptyque qui m’a marqué par sa sensibilité (parfois très féminine d’ailleurs) , sa simplicité et sa mélancolie (qui peut être communicative ). Bref, une lecture marquante mais aussi perturbante qui devrait plaire aux personnes sensibles .
Mais où mon ami André est il allé pécher ce truc là ?
Graphisme :8/10
Scénario :7/10
8-17b1.gifGlobal


On en parle sur le forum.

Solanin2p.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

 

 

 

07/11/2011

Le sang du dragon T5 Ce bon vieux Louis.

Sang du dragon (Le)5.jpgSang du dragon (Le)5p.jpgAuteurs : Istin,Michel,Créty et Cordurié.
Editeur : Soleil celtic
Sortie : 09/2011
Elixir.
Le comte de Cagliostro presse Dame Selenn de l’aider à rattraper les pirates. Hannibal et ses compagnons ont pris la route du phare de Cordouan, phare qui est la seule entrée dans l’Autre monde, celui où ils trouveront le sang du dragon. Durant le voyage Dame Elween, la jeune elfe, dévoile au capitaine sa volonté de le tuer.
Hardi moussaillon !
La pochette fait semblant de rien, elle se tourne avec élégance  pour  arriver à la présentation de l’album et là, surprise, par une obscure magie noire, on a changé de dessinateur. Exit Michel  et bonjour Stéphane Créty . J’avoue n’avoir quasiment pas vu de différence entre les deux traits, à part Dame Elween qui change un peu, on est dans le même moule.  Pas si étonnant que ça en définitive car Créty s’occupe aussi de la série sœur «  Hannibal Mériadec ».
Sinon pas grand-chose à dire de plus par rapport aux tomes précédents, c’est une agréable série mixant l’aventure flibustière avec des légendes bretonnes.
Je suis néanmoins content d’arriver bientôt avec le dernier tome 6 à la fin de l’aventure car  la quête primaire s’est un peu diluée depuis le début. J’ai aussi l’impression d’avoir lu un album de transition, c’est un peu le calme avant la tempête car je me dis que l’ultime bataille risque d’être épique.
Courage capitaine.
Graphisme : 8.5/10
Scénario : 6.5/10
7-17b0.gif7/10 : Global



on en parle sur le forum.

Sang du dragon (Le)5v.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

04/11/2011

Le grand mort T3 Blanche.

Grand Mort (Le)3.jpgGrand Mort (Le)3p.jpgAuteurs : Djian,Loisel et Mallié .
Editeur : Vents d’ouest.
Sortie : 10/2011

Retour à la maison.
Désormais en compagnie de Gaëlle, Erwan continue de s'interroger sur l'inquiétant et mystérieux sillage que laisse Pauline. Où peut-elle être dans ce Paris dévasté par la misère, la pollution et les attentats ? Le hasard d'un reportage télévisé va la faire réapparaître, mais à peine retrouvent-ils sa trace qu'elle disparaît de nouveau.
Et j’ai crié Pauline pour qu’elle revienne.
Je sais que le mois d’octobre est synonyme de chasse mais je ne suis pas mécontent qu’Erwan ait enfin retrouvé Pauline, ça faisait quand même 1 album et demi qu’il lui courrait après. Et tout ça pour revenir au point de départ. Trop fort notre Erwan, il aurait pu profiter de Marie Jeanne à la place.  Le prochain tome, on part à la chasse à la Gaëlle …non je blague. Sinon, on prend son temps, on boit un café, on parcourt la ville et la Champagne, bref on Loisel. Mais en 2e lecture, on observe aussi, on constate que ce monde en déclin est très proche du notre, il y a une sorte d’angoisse qui monte sournoisement. Ce petit frisson est d’ailleurs renforcé par la présence  mystérieuse de Blanche.
Le dessin de Mallié n’est pas sans rappeler celui de .…Loisel himself , donc on est bien dans le moule . Les fans apprécieront sans soucis, les autres seront sensibles ou non à la tendresse et à l’enchantement que génèrent cette histoire.
Scénario :7/10
Graphisme :7.5/10
7-17b0.gif Global.



grand mort.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

03/11/2011

Barracuda T2 : Cicatrices.

Barracuda (Jérémy)2.jpgBarracuda (Jérémy)2p.jpgAuteurs : Dufaux, Jérémy.
Editeur : Dargaud.
Sortie : 10/2011

Le pavillon noir.
Dans ce 2e tome, le terrifiant Morkam revient sur l'île pour tenter de se venger de Flynn, le frère de celle qu'il voulut jadis épouser à Londres, et qui l'en empêcha. Emilio/Emilia, qui dissimule toujours sa véritable identité sexuelle, assistera à la scène... Raffy, enfin remis de ses blessures, ne rêve que de se venger de Maria. Mais le fils du pirate Blackdog et la belle aristocrate qui vient d'épouser Ferrango, le richissime marchand d'esclaves, tombent amoureux l'un de l'autre.

Rampez mécréant
On peut dire que le service marketing de Dargaud s’est déchainé sur ce coup là : TL (grand format en noir et blanc), tirage classique (pour le 28/10) et le TT (le truc super cher numéroté) sont au menu des sorties du tome deux de Barracuda. En plus, le triptyque s’est transformé en tomes multiples. C’est un peu la rançon de la gloire. Il est normal que les auteurs en profitent mais c’est dommage aussi de monopoliser ainsi le pauvre porte feuille du  lecteur. Comme souvent, c’est à vous de faire des choix mais je me dis que le marché d’occasion a encore de beaux jours devant lui.
Bon, j’ai pu me procurer le TL et ainsi voir le dessin de Jérémy en cinémascope . C’est toujours aussi bluffant et un plaisir à regarder, du grand art pour ce jeune dessinateur.
L’histoire commence un peu comme le film Elisabeth où on perçoit la GRANDE dévotion du monarque espagnol. Ensuite, on passe le reste de l’histoire sur l’île des pirates en se remémorant quelques souvenirs douloureux. C’est indéniablement une BD d’aventure qui vous fera penser aux films d’Hollywood. Pour ma part, j’oserais le mélange de Djinn et de Giacomo C pour définir cette série. Ah les femmes (ou presque) sont vraiment la plus grande faiblesse de l’homme.
Un très bon album en définitive car les personnages sont marquants … avec parfois des gueules pas possibles.
Graphisme 9/10
Scénario 8/10
9-17b2.gif Global.



On en parle sur le forum.

barracuda.png


Inscrivez-vous à la newsletter.

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (3) | Tags : barracuda, jeremy, dufaux, 910, 102011, pirates, aventure, dargaud |  Facebook | |