23/09/2011

Haunt 2. Mirage

Haunt2.jpgHaunt2p.jpgDate de parution : 24/08/2011 | ISBN : 978-2-7560-2561-2
Scénario : Robert KIRKMAN Todd McFarlane
Dessin : Greg CAPULLO
Couleurs : Fco PLASCENCIA
Série : Haunt
Collection : CONTREBANDE


Bénédiction.


Après la mort du directeur de l'Agence, l'entraînement de Daniel Kilgore passe à la vitesse supérieure. Supervisé en seconde main par le fantôme de son frère, l'ancien prêtre découvre avec une certaine excitation l'étendue de ses nouveaux pouvoirs, mais également ses limites physiques. Des limites qui le mettront à la merci du dénommé Hurgens et de son assassin personnel, Cobra.

Le nouveau justicier.


Bon, j’ai deux minutes pour vous faire la chronique du tome 2 de Haunt , après je serai épuisé …je sais, je suis une petite nature.


Un très bon point , j’ai pris du plaisir à relire le tome 1 pour me fondre ( hé hé) dans le corps de cette suite .Ce qui est sûr , c’est qu’on est dans du comics pur  jus…gros balourds, de l’action à gogo , de la violence parfois bien gore et des héroïnes hyper sexy mais attention à ne pas faire dépasser un bout de sein….hé, on est aux USA …c’est bien plus dangereux un mamelon qu’une arme , non mais !


Comme ça, ce Haunt pourrait paraitre un brin caricaturale mais non, on tourne les pages avec envie .Il faut dire qu’il y a une sorte d’attraction semblable à une série TV….on veut connaitre la suite car on aime les personnages même les méchants c’est vous dire. On y retrouve aussi pas mal d’humour heureusement car sinon ça dézingue grave. Il fait rarement dans le détail notre « hanté ».


Bref, un excellent moment de détente ce comics au dessin énergique .Je dois dire que j’ai pas toujours capté certains détails des scènes de pétarade mais bon j’ai compris qu’au final …les autres sont morts et charcutés……bien fait pour leurs sales gueules.
Vivement la suite moi je dis avant de tomber par terre, épuisé …….

Scénario : 9/10
Dessin :8/10
9-17b2.gifGlobal


On en parle sur le forum.

haunt_06.jpg


Inscrivez vous à la newsletter.

22/09/2011

Le temps du rêve t1 : Gallipoli.

Temps du rêve (Le)1.jpgTemps du rêve (Le)1p.jpgAuteurs : Antoni-Ormière-Blancher.
Editeur : Delcourt.
Sortie : 07/2011.

Au front.
1915, Gallipoli (Turquie). Un bataillon de jeunes engagés australiens se trouve confronté à la barbarie de la guerre. Parmi eux, un soldat aborigène qui, pour fuir la réalité, se réfugie dans le temps du rêve, un mythe inculqué par ses ancêtres. Dans l'enfer des Dardanelles, il fait la connaissance d'un officier idéaliste qui a une autre vision : accepter la violence pour devenir une bête de guerre.

Comment se faire tuer, mode d’emploi.

J’ai toujours eu un petit faible pour les BD traitants de la  guerre .Pour ce tome 1 du temps du rêve, on aborde une bataille un peu méconnue de la grande guerre, celle des Dardanelles. Je dois dire que je connais assez bien cet épisode désastreux en Turquie (Ex royaume Ottoman), ce qui m’a permis d’entrer en terrain conquis.
Le grand point positif de cette BD vient assurément qu’elle arrive admirablement bien à nous faire ressentir l’absurdité d’une telle boucherie. On ne peut qu’être horrifié devant un tel carnage pour quelques mètres de gagner sur l’ennemi. Bref, un beau merdier assez bien retranscrit par Ormière. Un travail très honnête malgré quelques attitudes statiques et des visages un peu changeant. Par contre, j’ai eu l’occasion de voir sur le blog de la coloriste, les vraies couleurs avant impression …là je ne les félicite vraiment pas  d’avoir gommé quasiment tout  l’éclat des couleurs originales. Quel désastre !
Sinon, cet épisode de l’armée australienne avec ses 8000 aborigènes se lit malheureusement beaucoup trop vite .Je me demande si on aurait pas pu couper un peu plus les visions «mystiques » pour y mettre un peu plus de situations de tous les jours ou des considérations stratégiques à la place .Car voilà, cette BD est intéressante mais elle n’est guère passionnante et c’est bien dommage.
 Dessin :6/10
Scénario :6/10
6-17af.gifGlobal



On en parle sur le forum.

Temps du rêve (Le)1pt.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

19/09/2011

Lady Elza T1 : Excentric Club.

Lady Elza1.jpgLady Elza1p.jpgAuteurs : Dufaux et Wurm.
Editeur :Glénat.
Sortie :08/2011
Sur les toits.
Lady Elza, une jolie Anglaise aussi sophistiquée que délurée, papillonne dans les bras d'un gentleman anglais lorsqu'une autre maîtresse, jalouse, l'oblige à se faire oublier quelque temps... Afin de la divertir, son cousin Lord Palfy lui propose d'intégrer une société ésotérique et so chic : l'Excentric Club.

2e chance.
Punaise, 14,50 euro pour une BD, ça devient vachement chère quand même.
Bon, passons ces considérations matérielles pour  décortiquer cette seconde chance.  Car Lady Elza utilise les mêmes ingrédients que la série défunte « les Rochesters » .Vous retrouverez d’ailleurs quelques têtes connues  dans cet univers très british. Le ton ici se veut néanmoins un peu plus léger (aussi du point vu vestimentaire)  et on joue clairement sur le burlesque  et l’excentricité pour allécher le lecteur fantôme qui avait snobé la prime série. Mais voilà, hormis quelques passages bien savoureux, j’ai trouvé l’histoire guère emballante. Il y a bien des dialogues  croustillants mais la quête globale avec ce pseudo spectre à retrouver  est vraiment absurde.
Attention, ce n’est pas un  mauvais  album mais je m’attendais à mieux d’un grand maître du scénario comme Jean Dufaux.
Pour le dessin, c’est de la très bonne ligne claire qui arrivera certainement à réveiller en vous un brin de nostalgie.
Dessin : 8/10
Scenario :5/10
Global :

6-17af.gif





On en parle sur le forum.

Lady Elza1v.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

12/09/2011

Alter Ego PARK

alter ego park.jpgalter ego.jpgAuteurs : Renders,Lapière,Reynes,Benéteau.
Editeur : Dupuis.
Sortie : 08/2011

Sauvegardons notre patrimoine.
Aux quatre coins du monde, six individus sont confrontés à une découverte scientifique d'une portée phénoménale. Sans le savoir, ils détiennent dorénavant notre liberté entre leurs mains.

Allons au parc.
Park est assurément l’album le plus léger jusqu’à présent d’Alter Ego.  Aussi bien point du vue de la densité du récit que pour la parkimonie des tenues vestimentaires. C’est un peu un entracte dans l’intrigue principale qui nous invite à suivre le parkours d’un « alter ».  Si vous avez bien suivi les autres albums, vous trouverez  assez vite le secret de cette prison dorée. On découvre aussi les deux prochains « héros » dont on parkourra bientôt les aventures. Le grand parkhemin est donc toujours de mise et nous réserve certainement encore de belles surprises .Et aucune crainte de rester longtemps sur le parking puisque la suite est annoncée pour octobre.
Le dessin est tel un parkuet : lisse, solide et de bon gout.
Sinon, vous allez certainement trembler en ouvrant  cet album car Parkison .
7-17b0.gif





On en parle sur le forum.

alter ego 1.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.