09/09/2011

Voyage en Satanie : Tome ½.

Voyage en Satanie1.jpgVoyage en Satanie1p.jpgAuteurs : Vehlmann et Kerascoet.
Editeur : Dargaud.
Sortie : 08/2011

Tout le monde descend.
Charlotte, alias Charlie, une jolie petite rousse, organise une expédition afin de retrouver son frère, un jeune scientifique, qui a disparu sous terre depuis plusieurs mois. Celui-ci affirmait pouvoir prouver l'existence de l'Enfer en s'appuyant sur la théorie de l'évolution de Darwin. Il était en effet persuadé que les hommes de Néandertal auraient pu se réfugier sous terre, développant certaines adaptations aux conditions locales : excroissance osseuse sur la tête en guise de protection, jambes et corps velus pour se réchauffer, pieds en forme de sabots afin de se déplacer sur la rocaille... Un portrait-robot des créatures sataniques ! Le savant donnait même un nom à ce continent enfoui sous nos pieds : la Satanie. Le groupe conduit par Charlie s'enfonce sous terre et découvre au fur et à mesure de sa progression que les entrailles de notre planète abritent bel et bien une autre forme de vie pour le moins inattendue... Et si c'était ça, l'Enfer ?

Un peu de théologie.
Le trio de Jolies ténèbres nous revient avec un voyage en Satanie et connaissant leur originalité, on s’attend   à un programme des plus alléchants. L’histoire commence par  une initiation à la spéléologie. On se croyait presque dans une joyeuse colonie de vacances cherchant l’aventure. Mais bien vite, on se retrouve dans un roman de Jules Verne qui n’est que le début d’une lente descente en enfer. L’ensemble est vraiment très improbable : des amateurs faisant de la spéléologie de haut niveau, des fresques rupestres, une cité digne de la planète interdite, des théories très osées mais aller savoir pourquoi, certainement à cause de  l’intelligence des dialogues, on a envie d’y croire et on finit par se laisser descendre au plus profond des entrailles de la terre. Il faut dire aussi que les trois principaux personnages sont très bien campés et on assiste à de belles joutes verbales entre eux. J’attendrai néanmoins le tome 2 pour me faire une idée pour précise sur la consistance du scénario. Pour le moment, on est un peu dans l’expectative.
Coté dessin, c’est du Kérascoet tout craché : expressif, vivant avec cette touche semi réaliste assez unique (Normalement un style que je repousse avec un bon Vadé retro satanas mais avec ce duo à quatre mains, ça passe comme une lettre à la poste).Par contre, la couverture, on ne pas dire qu’elle attire l’œil spontanément. Décidément, ils ne feront jamais les choses comme les autres et c’est tant mieux.
7-17b0.gif




On en parle sur le forum.

voyage_satanie_4.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

05/09/2011

Le mal Tome 1 à 3.

Mal (Le)1.jpgMal (Le)1p.jpgAuteurs : Houot et Py (3.14).
Editeur :Glénat
Sortie :06/2006

Construction
C'est de nos jours dans la région de Valence, au village de Saint-Antoine, que débute notre récit. Une jeune mère de famille, mariée à un expert à la Commission Européenne rarement chez lui, un maçon retapant une vieille ruine située au bas du gros mur de l'église, un vieux retraité et un jeune garçon curieux sont les protagonistes du drame qui se prépare. La peur s'installe au village lorsqu'un retraité apporte deux pieds et deux mains calcinés à la gendarmerie. Un rituel pratiqué au Moyen Âge par ceux qui échappaient au mal des ardents. Le Mal venu du fond des âges aurait-il décidé de réapparaître à Saint-Antoine ?

Permis d’urbanisme.
Pour construire une BD solide, il faut tout d’abord de bonnes fondations. Celles-ci se basent sur le trait fin de Houot .Personnellement, j’apprécie son graphisme assez unique avec des décors bien détaillés accompagnés de belles « gueules » .En général, j’aime les dessins qui sont caractéristiques et propre à un auteur comme Sorel, Tillier, Grenson ou Dubois par exemple. Celui de Houot l’est assurément, il est facilement reconnaissable.
Pour les murs, il nous faut du bon ciment pour consolider l’intrigue. Là aussi, c’est réussi car j’ai été vite captivé par le mystère qui entoure ce « mal ». Un titre qui peut sembler un peu grandiloquent voir solennel quand même.
Pour les pièces, les auteurs ont en prévues 3 .La première a surtout permis la mise en place des personnages et de l’intrigue .La seconde, on a découvert  les manipulations et les légendes qui serpentent dans les esprits des protagonistes dans une ambiance angoissante. Le troisième nous révèle le sort de tout ce beau monde.
Il reste encore à faire les finitions de cet édifice …et là, c’est une affaire de gout mais le mélange polar avec option « légendes locales »  est assez particulier .J’ai eu l’impression de me retrouver dans un rêve ou dans un monde intemporel car certaines attitudes ou actions m’ont paru très étranges voir assez incongrues .Et puis quand je me suis réveillé, j’ai eu difficile à interpréter mon sentiment vis-à-vis de cet OVNI.
Le mal est entré ….à vous de voir s’il faut l’enfermer ou le laisser passer son chemin.
7-17b0.gif




Inscrivez vous à la newsletter.

Mal (Le)2.jpg



Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (5) | Tags : le mal, py, houot, glénat, 062006, 710, fantastique |  Facebook | |

31/08/2011

Les brumes d’Asceltis. T1 La citadelle Oslanne et T2 le dieu lépreux.

Brumes d'Asceltis (Les)2.jpgBrumes d'Asceltis (Les)1p.jpgAuteurs : Jarry-Istin –Brants.
Editeur : Soleil.
Sortie : 06/2003.

Le Mal s’éveille d’un long sommeil…
8000 ans se sont écoulés depuis que le Dieu Corgone a été vaincu, pourtant son âme hante à nouveau Asceltis, le Pays aux Mille Peuples.
Les héros de jadis sont morts et la magie n’est plus qu’une source tarie…
Néanmoins, un dernier espoir subsiste. Elya, la Sylve, fille d’un druide Scent et d’une Naïade, porte en elle un lourd secret, un secret capable de terrasser un dieu.
Un Oslan hors-la-loi, un templier Kâgne et un jeune Naadir se joindront à elle.
Mais tous ignorent jusqu’où les conduira leur quête…

Silence, on tourne.
Alors, j’aimerais bien un grand costaud brute de décoffrage …oui, le templier Kägne …et  il me faudrait aussi une sorte de nain un peu ronchon mais sympathique …Le Oslan fera l’affaire ….et puis il me faut un simple quidam mais plutôt beau gosse …parfait le Naadir … et enfin, pour le rôle de l’elfe légèrement vêtue et bien foutue…. La Sylve Elya adjugée.
Voilà pour le casting, vous me rajouterez encore un peu de glamour avec une héroïne topless et le talent d’Istin pour mettre tout ça sur pellicule et les amateurs d’héroïc-fantasy font en baffer de plaisir. On met aussi le paquet sur l’action pour couvrir notre scénario des plus classiques et normalement le spectateur ne devrait pas s’ennuyer  .Il n’y aura que Hugues Dayez(Célèbre critique cinéma belge) qui trouvera que ça manque d’intensité dramatique mais on s’en fout non ?
7-17b0.gif




Brumes d'Asceltis (Les)2v.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

30/08/2011

Le manoir des murmures T2 Demian

Manoir des murmures (Le)2.jpgManoir des murmures (Le)2p.jpgAuteurs : Munoz et Tirso
Editeur : Les humanoïdes associés.
Sortie : 11/2008

La guerre n’est pas finie.
1949, en Europe centrale, un inquiétant manoir qui se présente comme un orphelinat accueille des enfants touchés par un virus qui les transforme en monstres...
On dit que les murs ont des oreilles : ici, ils parlent et révèlent à la petite Sarah, 10 ans, touchée par le virus, d'effroyables secrets. Sarah va devoir lutter contre ses ennemis à l'extérieur, mais aussi contre elle-même, contre ce monstre tapi en elle et qui guette ses moments de faiblesse pour prendre le contrôle.

Dilemme.
Dans le cadre de mes lectures d’été, je vous propose une bonne petite histoire de vampire. C’est surtout au niveau visuel que cette BD est une réussite. Les amateurs du genre devraient se fondre sans difficulté dans cet univers sombre et  si particulier des suceurs de sang avec option loups garous et autres monstres imaginaires. En plus, la mise en page est dynamique et les personnages sont bien développés. Dans ce tome 2, on a droit à quelques beaux rebondissements et les clans se forment pour une bataille finale qui s’annonce. Franchement, ça se lit facilement et Sarah est un fil rouge qu’on aime à suivre. L’histoire est néanmoins assez confessionnelle avec une lutte fratricide entre 2 clans « monstrueux ». Vous l’aurez compris, cette BD est donc réservée aux mordus d’histoires fantastiques qui en saliveront de plaisir.
7-17b0.gif




Manoir des murmures (Le)2pv.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.