27/07/2011

Zombies T1 : la divine comédie.

Zombies (Soleil)1.jpgZombies (Soleil)1p.jpgAuteurs : Peru et Cholet.
Editeur : Soleil
Sortie : 06/2010

I will survive.

Dans un futur proche, la quasi-totalité de la population mondiale s’est transformée en zombies. Les rares personnes ayant survécu à la fin du monde civilisé essaient à présent d’échapper aux morts-vivants qui les traquent. Parmi ces individus, Sam Coleman tente de retrouver sa fille Stacy, piégée dans ce qu’il reste de Seattle aux États-Unis. 


Les lobotomisés du bocal.
J’avais envie d’une lecture divertissante  alors je me suis jeté sur des Zombies. Bin oui j’aime bien quand c’est percutant, violent, croquant, sanglant, mordant, pétrifiant, affolant, hallucinant, dévorant et terrifiant. En plus, j’ai profité d’une dédicace rougeoyante de Cholet pour découvrir cette série chez Soleil. Tout d’abords, je rassure tout le monde comme le tome 1 s’est bien vendu, la suite est assurée .Il y aura même un tome 0 prélude à cette histoire.
Sinon qui dit « Zombies »(Z) dit inévitablement Walking dead(WD) , alors comparons mes amis ces 2 séries de morts vivants..
Où il n’y pas photo, c’est sur le nombre d’albums, un bon 13 à 1 pour WD. Donc pour la consistance, laissons au moins à Z le temps de se développer avec les tomes suivants. L’histoire de Z est très bien amenée, l’introduction fait mouche et caresse tout amateur du genre dans le bon sens du poil. Le héros principal est atypique et donne vite le ton …. Le mec, il n’est pas là pour amuser la galerie, c’est sans fioriture avec lui. L’aspect psychologique est un peu moins poussé que dans WD mais c’est quand même bien pensé  avec un narratif de qualité .Le plus vient pour Z certainement du dessin et de la couleur …. une très belle réussite, l’atmosphère post apocalyptique est admirablement bien rendue. Un album bien plaisant à lire avec un  petit sentiment de prévisible, de déjà vu, dans cet univers spécifique, fatalement WD est passé par là un peu avant.
8-17b1.gif




On en parle sur le forum.

zombies.jpg


Inscrivez vous à la newsletter.

20/07/2011

Phoenix T2.

Phoenix2.jpgPhoenix2p.jpgAuteurs : Peynet et Gaudin.
Editeur : Soleil.
Sortie : 06/2011
Les ailes brulées.
L'expérience a détruit leurs vies. 30 ans après, le cauchemar recommence ! Phoenix est un thriller fantastique qui mène aux portes du paranormal. Les premiers indices sont semés, les personnages présentés, reste à déméler le vrai du faux, le rêve de la réalité.

Peynet aime  jouer avec le feul.
Cet album ne fait que confirmer tout le bien que je pense du dessin de Fréderic Peynet. Un trait fin, élégant accompagné de décors soignés avec une belle palette  de physionomies différentes pour les personnages. Son dessin a aussi comme grande qualité d’être très vivant et expressif. Vu son très grand talent, c’est un artiste à suivre de très près. Et je ne suis point pontifiant à son égard !
De son coté, le scénario reste encore bien mystérieux mais on se dit que le titre avec l’apparition des « grands brulés » doit bien avoir un lien avec le fameux mythe du Phoenix.  Visiblement la renaissance prend plutôt la forme d’un passage dans une autre dimension. Enfin, qui lira saura comme on dit dans ces cas là. Une série bien sympathique à suivre éditée chez Soleil qui nous avait pas habitué à autant de qualité dans un seul album.
8-17b1.gif




On en parle sur le forum.

phienix t2.JPG


Inscrivez-vous à la newsletter.


Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (6) | Tags : phoenix, peynet, gaudin, soleil, fantastique, 810, 062011 |  Facebook | |

19/07/2011

Ciel en ruine T2:Alarmstart..

Ciel en ruine2.jpgCiel en ruine2p.jpgAuteurs : Pinard et Dauger.
Editeur : Paquet.
Sortie : 10/2008

Les dernières salves.

La silhouette étincelante d'une Forteresse volante s'encadre dans le collimateur du chasseur à réaction Me 262. C'est la première mission de guerre pour Nikolaus Wedekind qui vient d'intégrer la fameuse escadrille JG 7. Main crispée sur le manche, il dégringole au milieu des traçantes à plus de 800 km/h vers sa cible. Trois secondes pour déclencher ses armes de bord avant que la mort ne le désigne. Mais un destin malin a décidé de lui accorder un sursis. Rémission... ou malediction?

Prescription.

Mode d’emploi : prenez la BD et ouvrez la. Commencez la lecture par la page 3 de haut en bas et de gauche à droite. Continuez ainsi jusqu’à la page 48. N’oubliez pas de refermer l’album après utilisation.

Effet actif : cette série est destinée aux passionnés d’aviation aimant les détails pointilleux comme par exemple une action de vol , un armement ou pour un appareil volant spécifique.

Effets indésirables : Rébarbatif pour le lecteur lambda pas trop intéressé par le mode d’emploi d’une machine à lessiver. Hallucinogène avec son chien philosophe parlant.

Base moléculaire : Dessin à la ligne claire efficace pour les scènes de combat aérien. Par contre les personnages sont assez froids d’apparence.

Posologie : 4 tomes à ce jour.

Documentation : Très poussée et venant des archives secrètes de la Luftwaffe.
6-17af.gif


dsc_6511.jpg


30/06/2011

Lady S T7:Une seconde d'éternité.

Lady S.7.jpgLady S.7.1.jpgAuteurs : Aymond et Van Hamme.
Editeur : Dupuis.
Sortie : 04/2011

La nouvelle recrue.

Piégée par la police française, Lady S accepte la mission que lui impose l'énigmatique Colonel en échange de sa liberté, quitte à risquer sa vie et celle d'Anton. En se faisant passer pour Liouba Dobrovna, une tueuse de la mafia russe chargée de porter une mallette de diamants à l'un des parrains de la mafia corse, Lady S met le doigt dans un engrenage dont elle ne sortira pas indemne.

Comme une tondeuse.
Alors comment juger cette seconde d’éternité ? Je dirais qu’il dépendra de votre appétit pour le 9e art. Si vous êtes un gros lecteur, vous trouverez que les ficelles que Jean Van Hamme utilisent sont vraiment très grosses .Les heureux «  hasards » scénaristiques sont vraiment nombreux et les rebondissements font presque sourire tellement ils sont peu crédibles. Cet album ressemble à une sorte de règlement de compte à OK Corral version cote d’Azur. Malgré la grosse dose d’action, je n’ai pu m’empêcher de bailler à plusieurs reprises .C’est tellement labélisé « Van Hamme » qu’on remarque à peine que cette histoire rase les pâquerettes. Je comprends de mieux en mieux pourquoi son passage (Largo Winch, XIII) à la télé passe si difficilement, c’est affligeant de clichés et surtout presque tout est prévisible.
Par contre si vous cherchez le divertissement pur sans prise de tête avec un beau dessin, cet album devrait vous plaire. Lady S en pleure moi aussi.
6-17af.gif




On en parle sur le forum.

Verso_49732.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.