10/06/2011

Le pygargue T1: le tueur de femmes.

Pygargue (Le)1.jpgPygargue (Le)12.jpgAuteurs : Cornette et Constant.
Editeur : Soleil (Quadrants).
Sortie : 02/2011

Surgi face au vent, le justicier.
Au XIXe siècle, en Nouvelle Angleterre. Nathaniel Phips parcourt la campagne avec son chevalet. Il tient une sorte de petite galerie d’art, en ville, où il vend ses aquarelles et ses huiles. C’est un jeune homme d’une trentaine d’années d’allure sportive. Aimé de tous, c’est ce qu’on appelle un «gentil». Il s’interpose un jour entre un voleur qui s’en prend à une femme en voyage avec sa fille. Le bandit n’a aucun scrupule à les abattre, sous les yeux de la fillette terrorisée…
À la nuit tombée, un inconnu apparaît parfois à New Fordwich, afinde lutter contre le crime et l’injustice. Vêtu d’une cape, d’un grand chapeau et dissimulé sous un masque au nez aquilin, ce justicier ressemble, selon certains témoins, à l’aigle des mers qui niche dans la région : le pygargue…

Mais ça fait mal, aieuuuuuuu !
Une bien drôle d’histoire que ce pygargue .C’est  d’abords étonnant par son ton .On devrait plutôt avoir un p’tit frisson avec tous ces meurtres sanglants mais c’est tout le contraire, on sourit surtout quand notre héros ressuscite pour la Xème fois. En plus, le rythme est assez effréné, on ne s’ennuie donc pas  dans cette comédie  macabre d’opérette mais le récit manque aussi singulièrement de profondeur surtout pour la motivation des personnages.  Une BD sans chichi qui joue la carte du burlesque un peu à son insu  et dont le dénouement semble très logique vu les indices parsemés tout le long de l’album. A noter aussi, les cours d’ornithologie qui égaieront votre lecture. Ce justicier de pacotille est croqué  par un dessin semi réaliste à la « poisson pilote ». Si vous êtes un gros lecteur, vous devriez apprécier ce nouveau titre pour son coté atypique, elle vous changera de la routine habituelle par sa décomposante fraicheur.
6-17af.gif




extrait_pygargue_t1.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

03/06/2011

L'oeil des dobermans T1: Pour la gloire du diable.

Oeil des dobermans (L')1.jpgOeil des dobermans (L')1p.jpgAuteurs : Cothias, Ordas et Zanat
Editeur : Grand angle.
Sortie : 05/2011

Si j’avais su….
Pour Hitler, le pouvoir suprême n’était pas l’héritage du Christ, mais celui d’une race supérieure, les Aryens. Il était convaincu que rassembler les preuves historiques de leur existence lui permettrait de régner sur l’univers entier. C’est la mission confiée au professeur d’ethno archéologie à la faculté des sciences de Vienne : Arno Ixks.
De Vienne à Katmandou en passant par Bagdad, Ixks sera accompagné par un ange noir, une magnifique Tibétaine, une tueuse nommée Palden. Il se rendra, avec l’autorisation de Gandhi, au bord d’un lac d’altitude, dans l’Himalaya, où s’ouvrirait l’un des rares accès à l’Agartha.
C’est là qu’Arno va décider qu’il faut peut-être donner à Hitler les preuves qu’il cherche. Mais le Führer sera-t-il satisfait des preuves en question ? Peut-être, ou peut-être pas…

Engagez vous qu’ils disaient ….
Cette BD est une adaptation d’un roman des mêmes scénaristes prévue en 3 tomes. On perçoit d’ailleurs assez bien cette  juxtaposition par le style très littéraire et narratif  dans ce tome 1 de  l’œil des dobermans. D’ailleurs, le texte en impose et rend parfaitement bien toute l’horreur de l’idéologie nazie. J’ai même ressenti une sensation de dégout quand les auteurs abordent les méthodes d’entrainement des futurs SS. Mais comment ont-ils pu aller si loin dans l’abomination ? Vous l’aurez compris, on ne rigole pas vraiment dans cette BD .Pour un peu contrebalancer ce réalisme, le héros principal a une petit pouvoir qui donne la dose  nécessaire d’originalité et permet ainsi au récit de se  démarquer de l’évocation historique de base .Pour le dessin, pas grand-chose à dire, un trait agréable et efficace.
8-17b1.gif




On en parle sur le forum.

oeil.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

01/06/2011

Reconquêtes T1: le horde des vivants.

Reconquêtes1.jpgReconquêtes1p.jpgAuteurs : Miville-Deschênes et Runberg.
Editeur : Le Lombard.
Sortie :05/2011

 A la guerre.
L'homme n'a-t-il appris à marcher que pour aller se battre ? On serait tenté de le croire à la lecture de ce récit écrit par S. Runberg et dessiné par Miville-Deschênes. Leur série s'ouvre en effet sur la conquête d'Urar par les Hittites, première étape d'une guerre sanglante. Urar appartenant aux souverains Marak, Kymris et Simissée, quiconque provoque leur colère voit se déchaîner la horde des vivants formée de la redoutable alliance entre leurs trois peuples scythes, guerriers nomades, ne vivant que pour avancer... et tuer !

A corps perdu.
Mmmm des poumons affriolants, voilà qui ne m’étonne pas du tout venant  du dessinateur de millénaire. Je ne vais pas jouer au faux cul, c’est plaisant à regarder tout comme les scènes de combat ou de rituel .On n’oubliera pas de si vite la scène divinatoire via une bonne éviscération.  Visuellement cet album en jette donc, néanmoins je mettrais un petit bémol pour les couleurs notamment pour les flashbacks. Sinon, pour le scénario, j’avoue avoir eu du mal avec tous ces noms de peuplades ou de royaumes au début d’album. Ensuite, on n’a pas vraiment le temps d’approfondir les personnages tellement ça guerroie de tous cotés. On repassera donc pour avoir un semblant d’empathie pour un des protagonistes. Nichons, bestialité et sang, voilà le programme de reconquêtes…. Les hommes savent pourquoi.
7-17b0.gif




On en parle sur le forum.

Reconquêtes1r.jpg


Inscrivez –vous à la newsletter.

31/05/2011

Les chroniques de légion: Livre 1.

Chroniques de Légion (Les)1.jpgChroniques de Légion (Les)1p.jpgAuteurs : Nury , Lauffray,Alberti, Xiaoyu et Tirso
Editeur : Glénat.
Sortie : 05/2011

Incarnations.
Quelque part sur l'Atlantique, mars 1531 : Doña Gabriella de la Fuente accoste en Amérique latine pour y épouser Hernan Cortés.Moscou, janvier 1812. Armand Malachie recrute des mercenaires parmi l'armée napoléonienne en déroute pour l'aider à récupérer un trésor.Whitechapel, octobre 1885. Victor Douglas Thorpe est convoqué par un avocat pour se voir proposer un curieux héritage...Trois époques, trois visages du Mal, trois incarnations de Vlad Dracula Tepes. Dans leurs veines coule le même sang et pour cette raison, ils vont tous trois être engagés dans le duel fratricide qui dure depuis des siècles entre Vlad et Radu.

L’empaleur.
Je m’étais pourtant juré de ne plus succomber à ce type de série concept (une spécialité chez Glénat). Mais bon comme j’avais aimé la série mère « Je suis légion » et que c’est écrit par le scénariste du moment, Fabien Nury, ces arguments ont  balayé facilement mes réticences. On débute par la partie dessinée par Mathieu Lauffray qui nous narre la fin de Vlad Tepes , le vrai , l’unique . L’atmosphère est magistrale….on en frisonne de plaisir. On navigue bien vite ensuite sur un galion dessiné par Mario Alberti avec un personnage prometteur : Gabriella .Un petit tour dans la Bérézina et dans le Londres victorien et l’album clos déjà ses portes. Pas vraiment le temps de s’immerger dans un de ces embryons d’incarnation ni d’avoir de l’empathie pour un personnage. Bref, ceux qui crient au génie sur le net pour cette série écrivent du grand n’importe quoi. Comment voulez vous juger sur si peu ? Personnellement, je reporte mon avis quand j’aurai lu la suite. Les aprioris sont plutôt bons et j’ai confiance dans les auteurs pour une histoire valable mais pour le moment  c’est wait and see.
On en parle sur le forum.

Planche_bd_15717_CHRONIQUES DE LEGION (LES).jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.