26/05/2011

U-boot T1:Docteur Mendel.

U-boot1.jpgU-boot1p.jpgAuteur : Jean-Yves Delitte
Editeur : 12 bis
Sortie : 04/2011

Mai 1951.
Dans les contrées encore sauvages de l'Amazonie, une expédition de cartographes découvre la carcasse rongée par le temps d'un 0-boot, sous-marin allemand de la Seconde Guerre mondiale. Qu'est-il advenu de ses passagers, décédés brutalement en mars 1945, perdus au beau milieu de l'océan Atlantique ? Venise, juin 2059. Plus d'un siècle plus tard, un étudiant et son professeur sont retrouvés tous deux assassinés.
Puis, en septembre, une mystérieuse explosion a lieu au sommet d'un building, on déplore à nouveau un mort. Quel lien peut-il y avoir entre ces faits ? Un groupe d'hommes a décidé de se battre, au péril de leur vie, pour résoudre cette énigme. D'autres, pourtant, sont tout aussi déterminés à l'enfouir. Le pire reste à venir... Le dénouement ne peut être que sanglant...

La grosse descente en…..
Encore un Delitte me diriez-vous ! Eh oui mais ici fini le voilier, voilà de l’acier allemand commandé pour la kriegsmarine. Un bon U-boot qui est à la base d’un récit fantastique s’étalant sur 3 époques : 1945 bien naturellement pour la partie active du sous-marin ,1951 pour la partie échouée du submersible et enfin, la plus surprenante 2059 à Venise. Et c’est là qu’est certainement la bonne surprise de cette histoire. Car le mystère reliant ces 3 époques est toujours bien vivace après la fermeture des écoutilles de ce tome 1.Franchement, j’ai bien aimé ce début de diptyque. C’est un peu bienvenu en enfer (une sorte d’Event Horizon) avec un univers bien glauque .On ne rigole pas, c’est sûr mais le frisson est bien parsemé parmi des situations plus anecdotiques ou après un petit dialogue didactique. Au final, l’envie de savoir est prenante et j’attends la suite avec impatience. Comme c’est du Delitte, on ne devrait pas attendre trop longtemps à mon avis .Pour le dessin, je ne vais pas me répéter indéfiniment, il a ses qualités habituelles comme ses « défauts » récurrents.
8-17b1.gif




On en parle sur le forum.

U-boot1v.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

25/05/2011

L'exode selon Yona T1:Descendance.

Voyage des pères (Le)4c.jpgVoyage des pères (Le)4.jpgAuteur : David Ratte
Editeur : Paquet
Sortie : 02/2011

En Egypte.
À peine remis de son séjour à Jérusalem où il a enfin retrouvé ses fils devenus apôtres du Christ, Jonas doit reprendre la route pour se rendre au chevet de sa vieille tante mourante. Mais juste avant de passer l’arme à gauche, la tantine lui fait une révélation: Les ancêtres de Jonas n’étaient pas tous juifs.
L’un d’entre eux, un certain Yona, était égyptien et vivait au bord du Nil 1500 ans plus tôt. Homme riche et arrogant Yona coulait des jours heureux et oisifs à la cour de Pharaon... jusqu’à ce qu’un certain Moïse ne vienne tout chambouler. Après “Le Voyage des Pères”, David Ratte remet le couvert en se penchant sur les épisodes bibliques des 10 plaies d’Égypte et de l’exode...

Mes ancêtres et moi .
Au début de ce nouveau cycle, on retrouve notre ronchon de service, Jonas au prise avec un ancêtre gênant ….  Un certain égyptien Yona  et le tour est joué pour nous retrouver au temps de Moïse. Vous l’aurez compris, on joue sur les mêmes cordes que le cycle prime c à d un humour décalé dans un contexte religieux bien connu de tous. Un exercice pas si évident car on pourrait vite froisser quelques susceptibilités. Il n’en est rien et le ton général est bon enfant. Cette relecture testamentaire est toujours très agréable à lire grâce à une très bonne mise en case du bon David. J’ai simplement regretté le manque de petites touches de folies qu’on retrouvait facilement dans les deux premiers tomes. L’épisode de l’éléphant aspirateur de cerveau est un peu trop isolé si je peux me permettre. Par contre, c’est truffé de bonnes idées comme le verlan, les allusions au climat, à des séries TV…. Et puis je trouve qu’il y a une tendresse assez désarmante dans cet album…  Snif  quoi, je suis aussi un grand sensible moi. Allez amour gloire et beauté à tous.
7-17b0.gif




On en parle sur le forum.

Voyage des pères (Le)4v.jpg


Inscrivez vous à la newsletter .

24/05/2011

La douceur de l'enfer Tome 1.

Douceur de l'enfer (La)1.jpgDouceur de l'enfer (La)1p.jpgAuteur : Grenson
Editeur : le lombard ( Signé)
Sortie :04/2011

La ligne de démarcation.

En quittant San Francisco pour la Corée, Billy Summer pensait simplement exécuter le dernier voeu de sa grand-mère. Celle-ci n'a en effet jamais pu se rendre à la cérémonie d'adieu donnée en l'honneur de son mari tombé au front de Corée, 60 ans plus tôt. De plus, Billy n'est pas mécontent de prendre quelques jours pour réfléchir à sa relation avec Emily et aux rapports ambigus qu'entretient la vie avec le destin. Ce dernier peut se montrer facétieux et emmener très loin celui qui sait le suivre...


A gratter.
Si vous attendez la suite de Niklos Koda, il faudra encore attendre car Olivier Grenson a décidé de se consacrer à la réalisation d’un diptyque  né lors d’un voyage en Corée .Il s’agit aussi d’un première pour  le dessinateur carolo .Il s’occupe en effet du scénario à 100 %.La symbolique avec les premières pages est  d’ailleurs assez frappante , l’envol vers une  nouvelle aventure « éditoriale » .Un beau bloc de 83 pages dont le titre est « on ne peut plus juste » . La douceur pour son dessin : très élégant presque mélancolique .L’enfer pour son sujet : la guerre, la mort, les blessures sentimentales. J’en ressentis en lisant ces tranches de vie, une sorte de torpeur. Comme si j’avais une vitre qui me protégeait de la réalité du récit. Une sorte de bulle renforcée par l’onirisme de certaines scènes qui nous poussent comme le vent à traverser l’histoire jusqu’au cliffhanger final. Bref, un récit plutôt lent mais aussi très particulier .Cette spécificité me laisse d’ailleurs assez pantois pour exprimer une note. Par nature, elle est déjà subjective mais pour cette douceur infernale elle le serait encore plus.
Allez car il le faut bien.
7-17b0.gif




On en parle sur le forum.

planche_000.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

20/05/2011

Belem T4: La dernière traversée.

Belem (Delitte)4.jpgBelem (Delitte)4p.jpgAuteur : Delitte.
Editeur : Glénat (chasse marée).
Sortie : 04/2011

A toute vapeur.
Notre fier trois-mâts vient de fêter ses dix-sept années d’existence. Il appareille pour Aruba au Venezuela où une cargaison de phosphate l’attend. C’est la 32e et dernière campagne marchande du fleuron français. À la veille de la Der des ders, les grandes sociétés maritimes, à défaut de se convertir à la vapeur, doivent mettre la clé sous le paillasson. Le Belem se voit contraint de mettre un terme à ses activités commerciales dans la fleur de l’âge, au seuil de sa majorité…

Dernière escale.
Avec ce tome 4, nous arrivons à la fin des voyages commerciaux de Belem. Un album résolument nostalgique qui fait la part belle à ce magnifique voilier. Mais comme il ne se passe pas grand-chose pour cette ultime traversée, Delitte nous narre aussi la mésaventure de son ex-capitaine quelques années plus tard  pendant la grande guerre. Heureusement car sinon ce tome serait assez creux. J’ai trouvé que le débat sur les vapeurs par rapport aux voiliers se répétait inlassablement. Pas fâché donc d’arriver à bon port car une certaine monotonie commençait à s’installer. Sinon, comme d’habitude, le matelot Delitte travaille à toute vapeur pour nous livrer un dessin somptueux, le seul regret vient des visages qui se ressemblent un peu trop et aussi  trop récurrents. 
Cette série se termine pour moi sur une note mineure  mais elle nous a fait découvrir un bateau d’exception et là le but est entièrement rempli.
5-17ae.gif




On en parle sur le forum.

belem2.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.