24/02/2011

Adamson T3: Über alles.

Adamson3.jpgAdamson3p.jpgAuteurs : Veys et Puerta
Editeur : Delcourt.
Sortie : 02/2011

Le voyage ne fait que commencer.
« À bord du Stornoway, Adamson et son équipe reprennent leur expédition dans l’autre monde. Mais alors qu’ils se croyaient seuls, ils aperçoivent un puissant cuirassé allemand se diriger droit sur eux, prêt à les bombarder. Ils ne seraient apparemment pas les seuls à avoir accès à ce passage… La Première Guerre mondiale semble bien sur le point d’éclater, ici comme dans le monde réel. »

A toute vapeur.
Rarement, je n’avais attendu une suite avec autant de trépignassion. Alors, une fois en main, direction lecture immédiate car cette série « Adamson » est un réel bonheur. Je peux même parler de jubilation  car les aventures de ce groupe d’anglais perdu sur un autre monde sont vraiment prenantes.
Pour ce tome 3, ça commence très fort, un cuirasser fonce sur nous. Une magnifique sensation de puissance jaillit de la première page, c’est lourd, massif, froid,  menaçant .Je savoure le dessin de  Carlos Puerta. Je me rappelle avoir été un peu septique quand j’ai vu son style original sur le tome 1. Là, franchement, je ne peux qu’applaudir car  le dessinateur espagnol arrive avec son trait et surtout ses couleurs à donner une ambiance unique  à cette épopée. On se croirait dans un bon vieux film de guerre. La bataille commence, on est au large de Coronel ou aux Falklands en 1914. Ensuite, Veys s’attaque au plan ourdi par nos amis ……chuuut  je ne vais pas en dire plus .Et puis, nous avons les 10 dernières pages …époustouflantes ….je sens qu’on va encore bien s’amuser ….enfin le lecteur car pour nos explorateurs, le danger semble omniprésent.
Bref, je vous conseille chaudement cette série  fantastique si vous aimez la grande aventure. Seuls les écossais ne devraient pas apprécier.
9-17b2.gif

 

 

On en parle sur le forum.

adamson.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

21/02/2011

Walking dead T11: Les chasseurs

walking dead 11.jpgwalking dead.jpgAuteurs : Kirkman et Adlard.
Editeur : Delcourt
sortie : 04/2010


Qui va à la chasse perd sa…..


Rick et ses compagnons, rejoints par le trio de l'ex-sergent Abraham, tentent de rallier Washington, le lieu où tout aurait commencé. Sur la route, le groupe se sent épié, et ce n'est pas la rencontre fortuite d'un révérend qui les rassure. Dans l'église où ils se sont réfugiés, la paranoïa s'installe... Cernés de toutes parts, les survivants devront sacrifier une partie de leur humanité pour survivre. 


Punaise !


On croyait avoir tout lu dans cette série mais voilà que les auteurs arrivent encore à remettre une couche dans l’ignominie. J’en suis resté sans voix tellement on va loin dans l’inhumanité. Le point de rupture est franchi allégrement pour de nombreux personnages. Les fusibles pètent les uns après les autres et rarement une série était allée aussi loin dans la déchéance de toute moralité. Bref, si vous aimez les histoires « coup de poing », Walking Dead DOIT figurer dans votre bibliothèque.


9-17b2.gif

 

 

On en parle sur le forum.

wd.PNG


Inscrivez-vous à la newsletter.

16/02/2011

De chair et d'écume T1: A la poursuite de la flûte de mer.

De chair et d'écume1.jpgchair et d'ecume.JPGAuteur : Wanderer
Editeur : Dargaud.
Sortie : 02/2011

Steamboat.
Chine, 1910. Francisco DeGraaf assiste son père, Cristobald, dans la recherche d'un trésor légendaire. La clé de l'énigme résiderait dans une petite flûte blanche, que Cristobal DeGraaf étudie avec acharnement. Cette quête sans fin exaspère la mère de Francisco, qui se sent négligée. Francisco espère pourtant que la découverte du trésor réconciliera ses parents, déchirés par une méfiance réciproque. Un soir qu'il fuit une scène domestique, se réfugiant au bistrot, Francisco est abordé par un certain Carmino qui le fait boire et parler de la quête de son père avant de l'abandonner ivre mort. À son réveil, Francisco se précipite chez lui : trop tard ! La maison et le laboratoire sont assiégés...

Plouf
Quand j’ai vu la pochette, j’étais plutôt partant .Quand j’ai feuilleté ce chair et d’écume, je l’étais déjà moins. Pas trop attiré par le dessin élastique de Wanderer .Mais comme je lui trouve une similitude avec celui de Mottura (Carême) j’ai tenté le challenge.
On commence par une légende de l’empire du milieu. Les dialogues sont parfois grivois, poétiques à d’autre. C’est indéniablement une BD imaginative voir carrément allumée. Pas de round d’observation pour ce premier tome, c’est dense  et l’auteur joue la carte du steampunk. Mais voilà, c’est beaucoup trop torturé et spécial pour moi (et pourtant il faut il aller !). En plus,je n’ai  aussi pas ressenti  d’empathie particulière pour l’héros principal. Bref, la suite sera sans moi.
5-17ae.gif

 

 

On en parle sur le forum.
Cette BD est à gagner ICI.

chair-et-ecume-tome-1-ba1.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

09/02/2011

Sherman T1&2 La promesse :New York et L'ascension : Wall Street.

Sherman1.jpgSherman2.jpgAuteurs : Griffo et Desberg
Editeur : Le Lombard
Sortie ; 01/2011

Yes , we can.
Etats-Unis, début des années 50.
Figure mythique du self-made-man, Jay Sherman est un homme comblé : parti de rien, il a consacré sa vie et sa fortune à la réussite des ses enfants, Robert et Jeannie. Alors candidat à la présidence des Etats-Unis, son fils est assassiné sous ses yeux.
Cet assassinat n'est que le premier acte des nombreuses représailles qui visent Jay Sherman. Que lui reproche-t-on ? Qui veut attenter à sa vie ? Il semblerait que son passé cache certaines zones d'ombre sur lesquelles l'agent du FBI Eva Cruz va devoir faire la lumière...

Sherman2p1.jpg



Perhaps.(l'avis de Samba)
Au départ, j’étais des plus septiques envers ces 2 tomes. Un, l’époque des années 60 ne m’attire vraiment pas. Deux, je suis toujours méfiant quand je vois un gros tapage médiatique pour nous inciter à acheter la BD du siècle. Bref, malgré que j’adore Griffo , j’ai laissé ces 2 Bd dans leur étale .Mais mon bon ami André lui s’est dévoué corps et âme pour me le passer . Un vrai mercenaire mon bon ami André !
Mais bien vite, j’ai trouvé l’histoire assez prenante. J’ai bien aimé l’ambiance douce amère qu’amène le personnage principal. Il semble au dessus de la mêlée avec un certain détachement .Une force tranquille en somme avec un passé assez tumultueux et loin d’être lisse. Les flashbacks sont nombreux. Ce procédé commence d’ailleurs à être trop utilisé dans de nombreuse s BD je trouve. Il casse un peu l’intérêt de l’histoire. Ici, ils sont très habillement distillés  et grâce aux couleurs de grand Griffo, on arrive bien à les décoder. Pour le reste, le scénario est agréable à lire .Attention toutefois à la belle redite du début du tome 2, c’est vraiment inutile. Pour le dessin de Griffo, il a su admirablement se fondre dans l’univers des années 60. C’est du très bel ouvrage. Pour moi, c’est toujours un délice de voir son dessin.
Bref, une BD qui joue la carte de la saga familiale avec efficacité. Pour la passion, on repassera. Une BD qui vise le grand public et qui le trouvera certainement.
 7-17b0.gif

 

 

SAMBA

Sherman1p1.jpg


Le sitcom ( l'avis de Tigrevolant)

Jay Sherman, parti de rien et arrivé au sommet avec la probable élection de son fils à la présidence des Etats Unis d'Amérique, subit la vengeance d'inconnus bien décidés à le faire chuter de son piédestal. Le voile se lève sur son passé au fur et a mesure de la lecture et de l'évolution de l'enquête.
Ecrit à la première personne, le "héros" recherche au plus profond de son ténébreux passé une erreur, un faux pas lui permettant de comprendre la vengeance dont il est la proie.

Le scénario, plus que rabattu dans le monde du divertissement, est plutôt surprenant de la part de Desberg. Pour ne pas se prendre les pieds dans le tapis le scénariste va devoir déployer tout son art (et dieu sait si Desberg à du talent !) pour nous tenir en haleine.
Eh bien le moins que l'on puisse dire c'est que c'est raté. Le schéma directeur est ultra classique: narration du présent à la première personne entrecoupé de flashback, candeur du personnage, gentil flic ami protecteur du héros. On est à peine surpris par les faits d'armes de mister Sherman. Tout est cousu de câble blanc jusqu'au cliché de l'homme de la rue épousant la riche héritière.
On nage en plein Sitcom !

Que dire des dessins ? Griffo essaye de rattraper cette mise en scène pitoyable. Son trait est classique, simple mais semble peu appliqué. J'ai eu du mal à reconnaitre le dessinateur de Vlad ou de SOS Bonheur. Mais c'est fluide et agréable dans des couleurs fauves reflétant bien l'ambiance générale : pesante.

A la fin de la lecture j'ai quand même relu en écarquillant les yeux et en n'y croyant pas, les noms de ce tandem d'auteurs prestigieux !

Cette série en 6 tomes verra sans doute des rebondissements et nous donnera envie de lire la suite. Mais j'ai des doutes !
Je n'ai pas pris  plaisir à la lecture. Cela ne donne aucune envie de la relire. Pour ma part j'arrête la !
Même Le lombard a fait dans le minimaliste. D'habitude au revers du quatrième de couverture il y a une page de garde (avec parfois des dessins prolongeant le plaisir de la BD: ici que nenni, la page 47 a son verso directement collé sur le revers du cartonnage.Je n’avais encore jamais vu cela !
Je donne 5-17ae.gif5/10 pour le travail mais  j'ai beaucoup hésité à donner la moyenne....

 

 

TIGREVOLANT

On en parle sur le forum.

Sherman1v1.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.