21/03/2011

Special Branch T1: l'agonie du Léviathan.

Special Branch1.jpgSpecial Branch1p.jpgAuteurs :Hamo et Seiter
Editeur :Glénat
Sortie :02/2011

La momie
Dans un village près de Liverpool, un paquebot échoué est en démantèlement. On y découvre un cadavre qui date d'il y a 20 ans et sur lequel se trouve la photo d'un haut gradé de la Navy. Parallèlement, un rôdeur assassine un à un les veilleurs qui l'ont surpris sur le bateau. Tout cela dépasse la police locale… Mais c'est une enquête pour la Special Branch !

Expertise.
Décidément, je suis qu’un faible lecteur. On me sert un bâtiment  naval  qui plus est le Great Eastern et je craque à tous les coups. Pour dire vrai, c’est le nom de Seiter (HMS) qui m’a poussé également à l’achat. Bien vite, vous vous rendrez compte que le milieu maritime n’est qu’une amorce à une enquête policière assez classique se déroulant à l’époque victorienne. Vous noterez aussi une réelle minutie dans cette enquête qui vous fera penser inévitablement à une des ces séries US comme les experts qui déferlent sur nos écrans TV. L’intrigue  principale est très correct tout comme le dessin d’Hamo (noir homme). Un trait plutôt rond croquant assez bien cette époque si caractéristique et envoutante en BD. Mais bon, ce n’est pas non plus l’extase béate.
Je dois dire que le tome 2 sera sans moi car il manque une lame de fond à cette BD .Les personnages m’ont paru très légers et sans consistance. Entre les modalités, les attitudes théâtrales et le ton niais de l’inspecteur  Pilaster, cette BD m’a fait penser à un film avec de beaux décors mais dont le jeu d’acteur était exécrable  ou alors il s’agit du grand guignol qui joue dans la momie.
6-17af.gif

 

 

On en parle sur le forum.

Special Branch1v.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

 

18/03/2011

La route Jessica T3: Le désir et la violence.

Jessica Blandy - La route Jessica3.jpgroutejessica-t2.JPGAuteurs: Renaud et Dufaux.
Editeur: Dupuis
Sortie : 03/2011

Razza de près.
Traquée jusque dans la communauté au sein de laquelle elle a trouvé refuge avec Rafaele, Jessica Blandy réalise que fuir en permanence n'est plus possible. Si elle ne veut pas tout perdre, il va lui falloir se résoudre à affronter, une nouvelle fois, le diabolique Razza.

Une piqûre.
Tout ça pour ça ….voilà bien ma réflexion en arrivant au bout de cette route Jessica. Un chemin qui ressemble d’ailleurs plus  à un cul de sac  vu son hermétisme à m’enthousiasmer. J’ai l’impression d’avoir lu une coquille vide tellement la Blandy semble avoir été sucée jusqu’à la moelle. Excuser ma trivialité  mais  c’est vraiment ça .J’ai connu Jean Dufaux nettement plus inspiré car je suis arrivé à la fin de cet album sans passion ce qui est vraiment une injure quand on parle normalement de cette  belle blonde. Ajoutez-y des métaphores alambiquées au phrasé tarabiscoté à la sauce Belzébuth et la coupe est pleine. Je me suis un peu vu comme Don Quichotte, à poursuivre une inaccessible étoile et à combattre des moulins à vent ésotérique. Les deux points positifs, le dessin de Renaud fidèle à ses dernières réalisations et le mot « fin ».
Tout ça ne va pas me réconcilier avec cette pratique éditoriale qu’est le spin off.
6-17af.gif

 

 

On en parle sur le forum.

jessica.JPG

 

15/03/2011

Double masque T5: Les coqs

Double masque5.jpgDouble masque5p.jpgAuteurs :Jamar et Dufaux.
Editeur : Dargaud.
Sortie : 03/2011
Dans la ruche.
Alors que l'ancien consul Bonaparte poursuit son inexorable ascension vers le trône d'empereur, les complots à son encontre se multiplient. Fouché, l'Écureuil et la Torpille veillent au grain, mais il est des affrontements que l'on doit mener seul, à l'instar de celui qui oppose l'Abeille à la Fourmi. Les tentatives d'assassinat de ce dernier ont échoué ; voici venu le temps des pourparlers. Car, après tout, aucun des deux ne connaît l'origine de ces masques qui les lient, comme l'ombre et la lumière.

Les fous volants.
Je fais peut être une faute mais j’ai toujours comparé cette série Double masque avec Giacomo C (une autre série de Jean Dufaux avec Griffo). On y retrouve aussi  le bon esprit, les bons mots assaisonnés d’une petite dose de comédie de boulevard mais il n’y a rien à faire, on n’arrive pas à trouver la même jouissance que dans les aventures de Casanova. Double masque se la joue trop sérieux en mettant l’accent quasiment uniquement sur les intrigues pour le pouvoir. Les petits détails sont trop anecdotiques pour nous faire sourire. En parlant du scénario, on a l’impression de tourner en rond depuis 2 albums. La course à l’échalote de diabolo et Sathanase, on commence à connaitre.
C’est assez dommage car l’album graphiquement est une réelle satisfaction. Martin Jamar a eu la bonne idée de changer sa colorisation (des tons plus doux tout en pastel).D’un coup, les détails et la précision du trait du dessinateur ressortent avec plus d’éclat pour au final nous donner des planches de toutes beautés.
Sinon j’ai une idée pour le titre du prochain album : le pigeon comme Zéphyrin apportant des nouvelles au Général pour engueuler Satanas.
7-17b0.gif

 

 

On en parle sur le forum.

0.jpg

14/03/2011

Algernon Woodcock T6: le dernier Matagot

Algernon Woodcock6.jpgAlgernon Woodcock6p.jpgAuteurs : Gallié et Sorel.
Editeur : Delcourt.
Sortie : 03/2011

Le cœur d’Arran
Sitôt rentré à Édimbourg, Algernon démissionne de la faculté pour s'installer à la campagne. Il se consacre dès lors à l'éducation de Bénédict. Mais comment élever le fils d'une reine des fées ? Certes, Algernon est le mieux placé pour accomplir cette tâche, mais lui-même ne pouvait prévoir ce qui allait suivre à compter de ce jour où tout bascula, plus vite et plus irrémédiablement que jamais.

Le Bel…...album.
Avant de me plonger dans ce nouvel opus des aventures féériques du petit médecin, j’ai eu la bonne idée de relire Alisandre le Bel qui avait été (et est toujours) une magnifique claque du point vue graphique. Pas de panique sinon car on a droit  à un topo en début de récit pour remettre vos souvenirs  à leur place  mais je vous conseille vivement la relecture de ce tome4 surtout après 4 ans entre les 2 tomes pour bien situer tout ce beau monde. L’univers concocté par les auteurs est toujours aussi féérique (parfois cauchemardesque) et flamboyant. J’adore l’idée de coloriser les phylactères qui apporte une touche assez unique. Bref, l’ambiance est remarquable, c’est indéniablement une invitation à un voyage onirique des plus envoutants. Je me suis d’ailleurs dit que le prix pour une BD d’une telle beauté est assez dérisoire tellement c’est aboutit comme graphisme avec ce trait caractéristique élancé et tranchant de monsieur Sorel,  SVP continuez à nous régaler.
Je suis également curieux de connaitre le dénouement  .C’est pas tous les jours qu’un simple mortel prend le chemin des dieux. Alors n’hésitez pas trop longtemps à  me suivre sur ce sentier fantastique.
8-17b1.gif

 

 

On en parle sur le forum.

Algernon Woodcock6p2.jpg