08/11/2010

Elle T1: le tesson d'amenartas

Elle (Soleil)1.jpgElle (Soleil).jpgAuteurs :Aja( Alburquerque),Cordurié et Chouraqui.
Editeur : Soleil (Collection 1800).

V comme ….
Université de Cambridge. 1880. Horace Holly, singulier vient d’hériter d’un tesson de poterie couvert d’inscriptions antiques. Dans une aventure menée à tambour battant, il suit alors les traces d’un prêtre d’Isis, Kallitratès, tué il y a presque 2 000 ans. Sa quête le mène en Afrique et plus précisément dans l’actuelle Tanzanie où, dans un royaume secret, règne une mystérieuse reine d’une beauté exceptionnelle. Par-delà les marais, en dehors du temps, dans l’ombre d’un volcan, Ayesha depuis toujours attend...

Elle la poubelle
Helle, elle était vraiment belle
Helle, c'était mon hirondelle
Helle, c'était mon arc-en-ciel!
Helle, helle, helle...
Helle, elle était si belle
Qu'elle était mon soleil
Helle, me roulait des pelles, des pelles oh oui des pelles!
(chanson des gauff’)

Oui une pelle pour enterrer vite cette BD au plus profond de ma bibliothèque, section erreur. Déjà  que le début de cette BD m’a fait penser aux poupées russes, les matriochkas avec ces 3 tiroirs pour enfin arriver  à ce qui nous intéresse, le début de la quête. Une fois arrivé là, c’est le bon moment, le mystère est pas mal distillé, on commence à sentir un petit enjeu et puis bardaf, une fois dans la jungle, les auteurs (aussi bien le dessin que le scénario) joue le burlesque avec des attitudes théâtrale voir guignolesque pour les différents protagonistes de cette  pseudo vengeance. Si au moins c’était drôle, ce n’est même pas le cas. On frôle le grand n’importe quoi voir le ridicule. Bref, encore un 1800 de bas étage, cette collection commence à en foisonner.
4-17ad.gif

 

 

On en parle sur le forum.

Elle (Soleil)1.1.jpg


Inscrivez vous à la newsletter.

04/11/2010

Missi Dominici T2:Mort.

Missi Dominici2.jpgMissi Dominici.jpgAuteurs : Gloris et Dellac
Editeur : Vents d’ouest.

Danse avec les loups.
Dans un Moyen Âge déchiré par la violence, il existe un enfant aux pouvoirs extraordinaires : Jelami, l’Infant zodiacal. Il est considéré par son peuple, les Lives, comme l’égal d’un Dieu, et provoque l’intérêt de deux factions aux intérêts divergents. L’une est composée de créatures maléfiques, dont les noms résonnent tel le tonnerre : Guerre, Famine, Pestilence, Antéchristus… Sur le chemin de la même quête, ils s’opposeront à un duo de Missi Dominici : Wolfräm et De Guivre.
Des surhommes exceptionnels qui devront affronter les forces de la nature avant d’être capturés par les Lives. Ils se trouvent alors à quelques pas de l’Infant zodiacal. Pourront-ils le convaincre de rejoindre le camp du bien ?
Le thème astral.
Dans Missi Dominici, on trouve des squelettes épée à la phalange (digne des aventures de Jack Sparrow) , de bons sacrifices humains( digne des aztèques) , des super-héros  aux pouvoirs étonnants ( digne des comics Marvel) et cerise sur le gâteau, les chevaliers de l’apocalypse ( digne de la bible). Bref, à l’énumération de ce joli malstrom, on pourrait aisément sourire. Mais non, la mayonnaise prend et on passe finalement un bon moment de lecture. On sent indéniablement un souffle épique qui rejaillit des pages notamment grâce aux personnages de Wolfräm et de Guivre qui sont assez percutants.
Coté dessin, le trait de Dellac m’a fait penser à celui d’Alice (Troisième Testament)  donc du tout bon mais souffre encore de variabilité pour les visages (surtout De Guivre). J’ai aussi un peu désabusé quand je compare les planches présentés sur le forum de BDgest et celles que j’ai dans mon album. L’impression a gommé une partie de la clarté et des couleurs des planches originelles. Ce n’est peut être pas général mais il y a de quoi être déçu par cette régression éditoriale.
Voilà, une histoire allumée pour des lecteurs illuminés  aimant le coté obscure de l’ésotérisme.
6-17af.gif

 

 

On en parle sur le forum.

missi_dominici_p.jpg


Inscrivez vous à la newsletter.

03/11/2010

Cellule Poison T4:Dans les serres de l'aigle.

Cellule Poison4.jpgCellule Poison.jpgAuteur : Laurent Astier
Editeur : Dargaud.

L’étau.
La poussière d'ange est aussi pure que les neiges éternelles au sommet des montagnes du nord de l'Albanie.
Mais, du haut de son nid d'aigle qu'il croit imprenable, Zani rêve déjà de sa future proie. L'étau se resserre...

Echec et presque mat.
Après avoir avancé ses points par des flashbacks astucieux, Laurent Astier attaque les grosses tours de la mafia albanaise par une opération cheval de Troie .Malheureusement pour Claire, cette approche des positions blanches est un joli fiasco .Le fou adverse veillait à honorer sa reine de cœur. Tout reste donc à faire sur cet échiquier fatalement bichromique . On saura donc avec l’ultime tome 5 qui va gagner cette partie d’échec des plus originales surtout dans son approche graphique.
Avant ça, je pars faire un puzzle pour me préparer à l’apothéose.
8-17b1.gif

 

 

On en parle sur le forum

 

laurent astier.jpg


Inscrivez vous à la newsletter.

 

01/11/2010

Barracuda T1:Esclaves.

Barracuda (Petiqueux)1.jpgBarracuda (Petiqueux).jpgAuteur : Dufaux et Jérémy.
Editeur : Dargaud.

La chasse au trésor.
À bord du Barracuda, les hommes de Blackdog affûtent lames et grappins en vue d’un abordage juteux ! La routine pour Raffy, le fils de Blackdog, qui a déjà fait couler beaucoup de sang pour son jeune âge. Pour Emilio et Maria, jeunes nobles espagnols, le choc est plus brutal. Vendus comme esclaves à Puerto Blanco, ils se font en outre dérober la carte qui mène au diamant du Kashar, le plus gros du monde, connu pour n’avoir jamais entraîné que mort et désolation dans son sillage ! Il en faut plus pour décourager les pirates du Barracuda, qui savent que butin rime souvent avec destin... « Pas de pitié ! Pour personne... jamais !
A l’abordage.
Avant de commencer cette lecture, j’avais un bon pressentiment pour cette immersion dans le monde des pirates en ayant vu les travaux préparatoires de Jérémy sur son blog. Déjà, le garçon a des fameuses références puisqu’il a travaillé avec Monsieur Murena (Philippe Delaby) .En plus Dufaux au scénario, c’est toujours un gâche de qualité. Tous les feux étaient donc au vert.
On commence par un joli carnet de croquis qui fait place à une préface de Jean Dufaux qui explique son attrait depuis sa prime jeunesse pour les films de piraterie.
« Barre à bâbord, chargez les canons….. Feu !!!! »
La scène d’ouverture donne le ton, on est parti pour de l’aventure avec un grand A .Le dessin de Jérémy est tout simplement sublime .On y retrouve bien entendu la touche de son mentor Delaby mais aussi un peu de Marini .Avouez que ces 2 références en disent déjà long sur le talent du moussaillon. Pour une première œuvre, j’ai été surpris par la force des regards et aussi par la mise en page très percutante, en osmose totale avec le scénario. Bref, l’immersion est totale et on a déjà envie d’en savoir plus sur les destins de Maria, Raffy et Emilio. Rrrrrr que ça va être dur d’attendre.
Je place bien vite ce Barracuda plein de panache dans mes coups de cœur.
10-17aa.gif

 

 

On en parle avec Jérémy sur le forum.

 

barracuda1_pla.jpg



Inscrivez vous à la newsletter.

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (4) | Tags : barracuda, jérémy, dargaud, dufaux, aventures, pirates, 1010 |  Facebook | |