03/09/2010

Le scorpionT9:Le masque de la vérité.

Scorpion (Le)9.jpgScorpion (Le).jpgAuteurs : Marini et Desberg.
Editeur : Dargaud

Duelliste.
Le poison du scorpion commencerait-il à faire effet ? Depuis qu'il a dérobé la solde promise aux moines guerriers de Trebaldi, ce dernier est de plus en plus isolé. Paradoxalement, il n'a peut-être jamais été aussi proche de son véritable but : devenir le maître absolu de sa propre famille. Car l'archéologie et le cardinal sont les deux faces d'une même médaille : tous les deux cherchent à cautériser les plaies d'un passé douloureux, rempli d'énigmes et d'intrigues. Un passé dont le "diable" tire les ficelles, pour mieux ramener son fils au bercail ! 
Coquille vide.
Le lecteur occasionnel trouvera dans ce 9e album du Scorpion certainement son bonheur.  Il y dénichera de l’aventure, du divertissement et des jolies femmes dessinées par un Marini au sommet de son art.
Par contre le Bédéphile averti  commencera à se lasser du train train  qui s’est instauré depuis 2 ou 3 albums.   Le cahier des charges est bien rempli notamment avec quelques belles révélations sur la jeunesse du «bretteur » mais c’est quasiment sans passion qu’on arrive à la fin de l’album. Passons sur la manipulation « rochnanesque » des plus prévisibles mais on a vraiment l’impression que Desberg fait trainer l’histoire pour arriver à ses 12 tomes .Il est vrai que le Scorpion est devenu une belle usine à sous .Il suffit de voir les éditions spéciales  et la publicité à la TV pour s’en persuader. A quand une adaptation TV (ratée comme souvent) pour la saga de l’été pour France 2 ?
Une série que j’achète essentiellement pour le  magnifique dessin et les couleurs de Marini.  Je ne peux pas en dire autant pour le scénario.

7-17b0.gif

 

 

 

On en parle sur le forum.µ

scorpion.jpg

18/08/2010

Carnet d'illustrateur: Moreno.

carnet d'auteur.jpgAuteur: Moreno
Editeur: Snorgleux.

Après Alice Picard,Olivier Grenson et Isabelle Dethan, c’est Moreno qui est à l’honneur dans ce carnet d’auteur. Vous y trouverez les illustrations de couvertures de romans tendance héroïc fantasy , pardon de dark fantasy  ou de monde steampunk .Les références de ces « Pocket » se trouvent en fin de carnet .On a droit aussi à une explication sommaire sur le choix de ces pochettes. Et le régulateur dans tout ça  me direz-vous ? Et bien, pas une seule trace de cette BD dans ce carnet et  là franchement c’est un peu fort du café pour un ouvrage traitant du  9è art. Mettre 10 euro pour contempler un univers qui est étranger au régulateur, il faut le vouloir. D'ailleurs cette brochure ne s'appelle pas carnet d'auteur mais carnet d'illustrateur . Une petite nuance qui pue l'arnaque car on le présente bien dans la même collection Typiquement le truc pour collectionneur qui ira bien vite au fond d’une bibliothèque pour ne plus y bouger.

4-17ad.gif

 

 

moreno.jpg

16/08/2010

Weëna T7:Destination.

Weëna7.jpgweena7_pla.jpgAuteurs : Corbeyran- Picard-Brants.
Editeur :Delcourt.


A la source.
A son réveil, le prince Morckoor se découvre pieds et poings liés. Weëna, elle, reconnaît avec tendresse le visage de Gwylym. Mais leurs retrouvailles prennent une autre tournure lorsque ce dernier annonce qu'il compte livrer son prisonnier aux autorités.

Sortez les griffes.
J’ai commencé la lecture de ce tome 7 de Weena avec une grosse appréhension vu les avis assez négatifs que j’avais lus sur le forum de BDgest. Je vais peut être vous surprendre mais au final mon impression est plutôt bonne.   Mais il est vrai qu’Alice Picard nous avait habitué à de la haute voltige dans les tomes précédents  alors les quelques petites imperfections toute relatives, on peut allégrement les comprendre vu le changement de technique de la dessinatrice. Par contre, ce qui choque le plus, ce sont les couleurs  d’Elsa Brandt qui sont devenues assez mates et ternes .Là, aussi la coloriste a étrenné un nouveau logiciel ce qui explique certainement ce changement. Au lieu de destination comme titre,  on aurait pu mettre évolution pour le dessin.
Pour le scénario, c’est agréable à lire mais j’ai le sentiment de lire un peu la même histoire en boucle (départs - séparation s– retrouvailles).On est quand même loin de l’atmosphère sombre et envoutante des premiers albums. Tout est devenu trop gentil  avec notamment  Opéra, archétype de la gentillesse fleur bleu, on va finir par sortir les mouchoirs. Vu ce qu’elle a subi, elle devrait être nettement plus amère. Sœur sourire lui irait très bien comme surnom. Par contre Gwylym prend un peu d’envergure dans ce tome, ça fait plaisir de le voir un peu moins naïf. Je peux comprendre la démarche plus douce que les auteurs veulent imprimer à cette fin de cycle prévue avec le tome 8 mais parfois il faut se montrer impitoyable pour être crédible. J’entends par là qu’il serait judicieux d’alléger le nombre de personnages  pour se focaliser plus sur les Weena, Morckkor et Gwylym .
Le prochain tome sera  en tout cas très révélateur sur ma poursuite ou non de cette série.
7-17b0.gif

 

 

 

On en parle sur le forum.

 

weena2.jpg

 

12/08/2010

Gil StAndré T9:L'héritage sanglant.

gilstandre.jpggilsaintandre9_pla.jpgAuteur : Jean –Charles Kraehn.
Editeur :Glénat.


Le retour aux affaires.
Gil Saint-André n'a pas été épargné par les évènements dramatiques depuis l’enlèvement de sa femme, qu’il n’avait pas réussi à sauver. Alors qu'il aspire maintenant à la tranquillité et prend des vacances familiales avec son associé, l'aventure le rattrape à nouveau. Un Yacht de grand luxe, appartenant à un magnat français de l'industrie, explose violemment au moment où Gil et ses amis croisent sa route. Seule survivra une jeune femme, la fille du milliardaire, qui prenait son bain au moment de l'explosion. Persuadée de la culpabilité de l'héritière dans l'attentat, la police demande à Gil de collaborer avec elle pour la confondre. Notre héros se retrouve ainsi propulsé malgré lui dans le monde trouble des multinationales et de la haute finance…

PDG.
L’air de rien, il aura fallu 4 ans pour revoir le bon samaritain de retour dans les librairies. Pour fêter le retour de JC Kraehn au dessin comme pour les 2 premiers opus de cette série, Glénat a changé sa présentation et a modifié toutes les couvertures  .A vous de voir s’il s’agit réellement d’un plus pour cette nouvelle monture. Donc voilà  le sauveur des causes perdues affublé d’un smoking pour jouer au Largo Winch dans le monde de la haute finance .On se retrouve vite dans des manipulations économiques mondiales très lointaines des scénarios plus « humains » des 2 premiers cycles. Heureusement que pour faire passer la pilule, l’auteur a soigné ces personnages. Je pense plus particulièrement à Didier dont le franc parlé est savoureux à suivre .On a aussi l’énigmatique Diane De Rochard-Haumont dont le jeu de séduction avec Gil pigmente bien cet album. Au final, l’histoire est très plaisante à lire  car agréablement construite et visiblement les apparences sont trompeuses et préservent l’intérêt pour la suite. Pour le dessin, j’avais une petite préférence pour celui de Vallée mais comme Patricia Jambers reste aux couleurs, la transition s’est effectuée sans problème.
L’héritage est donc préservé et reste entre de bonnes mains.
8-17b1.gif

 

 

 

On en parle sur le forum.

Gil St André2.jpg