15/06/2009

Echo, Incident.

Echo1_30052009_152008Echo1Auteur : Terry Moore.
Editeur : Delcourt.


La pluie.


Julie Martin prend des photos dans le désert californien lorsqu'une explosion dans le ciel la recouvre d'une pellicule de métal en fusion. Incapable de s'en débarrasser, elle doit s'habituer à vivre avec cette seconde peau aux capacités particulières. Depuis, Julie est poursuivie par d'inquiétants individus. Et la seule personne capable de l'aider s'avère être une femme plus dangereuse encore !

Echo et les boniments.


Voilà bien une BD que je me réjouissais de lire pour me sortir du marasme de mes dernières lectures.


Rien de tel qu’un comics pour changer mes habitudes. J’y ai vite retrouvé la recette habituelle de ce style : une expérience militaire (fatalement nucléaire) qui tourne mal, un simple quidam qui se voit attribuer des super- pouvoirs, un double maléfique qui puisse rivaliser avec notre « saveur du monde » .Le plus de cette série, c’est que Terry Moore s’arrête aux états d’âmes des protagonistes en gardant un bon rythme à l’ensemble. En plus, l’héroïne est pétillante à souhait, un brin paumée, complètement dépassée par ce qu’il lui arrive mais c’est ce qui fait son charme .En parlant de plaisir, il faut dire qu’elle est croquée d’une admirable façon. Le dessin tout en noir et blanc de Moore est vraiment une réussite. Donc au final, j’ai bien aimé ce tome « genèse » mariant complot, fantastique et les relations humaines. A suivre assurément.


surprises.smileysmiley.com.8

On en parle sur le forum.
Le blog de l’auteur americain ICI.

sip_gallerysm-339x500

05/06/2009

Croisade, le maître des machines.

Croisade3_28052009_004641Albcroisade3_28052009_004641Auteurs :Dufaux et Xavier.
Editeur : Le Lombard.

La quête.
Dans les profondeurs, Gauthier de Flandres s’apprête à affronter le Âa, terrifiante créature de l’ombre… et chair de sa chair ! À Hiérus Halem, le maître des machines tente de résister au feu qui le consume, la lumière de Syria si pure qu’elle a même résisté à l’épreuve du miroir des Âmes. Chacun poursuit sa quête de son côté du miroir. Mais, l’ombre et la lumière s’attirent, invariablement… Batailles homériques, duels de géants, alliances inattendues: l’intrigue de «Croisade» change de rythme.

Mon reflet.
Ceux qui espéraient voir revenir cette croisade sur des chemins plus traditionnels vont certainement faire la tête car j’ai l’impression que les auteurs se sont lâchés complètement .Ils se sont fait plaisir en somme. Une bonne petite orgie cadavérique, que ne renierait pas le seigneur des anneaux ou Buffy par exemple, débute  ce tome 3.Franchement, j’en rigolerais s’il n’y avait pas le dessin de Philippe Xavier, un trait tout en rage, en sueur, en frisson … allez Gauthier crève les tous !!!
Ensuite, on se dit qu’il est si agréable d’être un martyr rien que pour recevoir la visite de la lumineuse Elysande. Et puis rentre en scène le maître des machines, un Djinn (pas LA djinn) et tout s’emballe .Le jeu des apparences entraîne tout ce beau monde  vers LA double page  finale. Encore un grand moment en perspective concocté par PX pour les futurs lecteurs. Les dés sont lancés pour la fin du cycle. Le bien ? Le mal ? Faites vos jeux mais attention aux reflets du miroir….
surprises.smileysmiley.com.8

On en parle sur le forum.

Xav2

29/05/2009

Majipoor,le château de Lord Valentin .

Majipoor1_26042009_173603Albmajipoor1_26042009_173603Auteur :Jouvray et Ratte.
Editeur : Soleil.


Adaptation.(de Robert Silverberg).
Sur Majipoor, le jeune Valentin se réveille au milieu de nulle part, sans but et sans souvenirs... Recueilli par une troupe de jongleurs, il démarre une nouvelle vie de bohème, heureuse et insouciante. Mais rapidement, des rêves éprouvants viennent le hanter. Des souvenirs qu’il croyait perdus refont surface. Son ancienne vie aurait un lien étroit avec les grandes puissances de Majipoor et plus encore avec le symbole du pouvoir suprême, son homonyme le Coronal Lord Valentin lui-même. Valentin ne veut pas quitter sa nouvelle vie ni perdre ses nouveaux compagnons. Mais il ne pourra longtemps refuser son destin. On s’est introduit dans son esprit et lui a volé sa vie, il n’aura d’autre choix que de reconquérir ce qui lui appartient.
Mon adoption.
Oulala , Samba a besoin d’une pause car j’ai de plus en plus de mal à écrire ces avis. Mon médecin, un certain Capitol, m’a prescrit une semaine de diète (chouette diront certains, si si je les ai entendu). On se fera une semaine de jolies  « Pin up » à la place.
Alors pour cette adaptation des romans de Silverberg en BD, j’ai plutôt été agréablement surpris .Il faut dire que le coup de l’amnésique, ça marche à tous les coups. Mais ce monde d’héroïc fantasy est aussi très riche et imaginatif. C’est de la bonne HF car le dépaysement est total. Le dessin de Ratte est également très sympa à suivre .J’avoue avoir un faible pour la p’tite brune qui est vraiment trop mignonne. En tout cas, je suis partant sans problème pour la suite. Maintenant, c’est l’avis d’un lecteur n’ayant pas lu les bouquins, les « romanciers » auront peut être un autre avis plus critique.

surprises.smileysmiley.com.7

majipoor1_pla

27/05/2009

L'île sans sourire.

85603_c85603_plaAuteur : Enrique Fernandez.
Editeur : Drugstore (Glénat).


La maladie contagieuse.

Yulkukany, l'île aux baleiniers. Un morceau de terre battu par les embruns, majoritairement occupé par une nature sauvage et grandiose, et ponctué de masures éparses habitées par des autochtones taciturnes et méfiants. Car nombreux sont les marins que la mer n’a pas rendus à leurs foyers… Milander Dean, géologue, débarque à Yulkukany en mission de recherche. Mais Dean cherche aussi et surtout un havre de tranquillité pour passer le temps. Seul. Un temps devenu abominablement long depuis la perte d'être chers. Un temps dont il n'a finalement plus que faire… Elianor, native de l’île, est au contraire la joie de vie incarnée. Une petite fille rêveuse, sensible, adorable comme tout, à l’imagination vive et sans limites, à la bonne humeur contagieuse. Si ce n'est que pour Dean la bonne humeur est justement une maladie. Et qu'il n'a pas l'intention de se laisser contaminer…

La positive attitude.
Quand j’ai demandé à mon nouveau libraire un avis sur cette île sans sourire, il m’a répondu « c’est mignon ».Effectivement, le début de l’album l’est assurément avec les frasques de la jeune Eli envers le taciturne Milander dean. Ensuite, cette BD devient plus mystérieuse, plus ténébreuse …  mais j’en dis pas plus, je vous laisse la surprise. Un point d’étonnement supplémentaire provient du dessin très original du dessinateur espagnol. Difficile à décrire mais on touche au sublime par exemple avec la scène des oiseaux de l’orage. Au final, vous avez une BD très rafraichissante sortant des sentiers battus qui enchantera les grands enfants que nous sommes. Qui n’a jamais cru à ses rêves ?
surprises.smileysmiley.com.8

On en parle sur le forum.

Ile_sans_sourire_tome1