14/09/2009

Le voyage des pères,Alphée.

VoyagesDesPeres_02voyagedesperes02pAuteur : David Ratte.
Editeur : Paquet.


Jésus revient !
L’incroyable histoire des pères des apôtres, inquiets de voir leurs fils intégrer une nouvelle secte…Le premier road movie biblique de l’histoire de l’humanité !

Ma prière.
Notre Père qui est en voyage,
que ton humour soit sanctifié,
que ton collecteur d’impôt vienne,
que ta verve soit dessinée avec malice comme aux caricatures.
Donne-nous aujourd'hui notre tome de ce jour.
Pardonne-nous le scepticisme de Jonas,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous pas encore acheté ce petit bijou.
Et ne nous soumets pas à la grande attente,
mais croques nous la suite.

Pfou !
surprises.smileysmiley.com.8

On en parle avec l’auteur sur le forum.

VoyagesDesPeres_02_VER

11/09/2009

L'ile des morts.

88476_c88476_plaAuteurs : Sorel et Mosdi
Editeur : Vents d’ouest.

L’agonie.
L'île des morts. Un tableau peint par Arnold Böcklin en 1880. Une vision de passage halluciné vers l'au-delà. Un simple délire d'artiste ! Mais peut-être pas seulement. Car autour de l'œuvre semble se cristalliser mille meurtres et convoitises. Mille secrets interdits autour du retour programmé de Dieux oubliés. Happé malgré lui dans un plan dont il fait partie depuis plusieurs siècles avant sa naissance, un jeune peintre inconnu va se trouver au centre d'une symphonie de sang et de mystère dont il est sans le savoir le chef d'orchestre. Un dessin d'une beauté pétrifiante. Un scénario menaçant et vénéneux sur lequel plane l'ombre du grand Howard Philip Lovecraft.

Ma souffrance.

Une intégrale à 15 euro signée  Mosdi et Sorel, je l’ai acheté sans trop y regarder tant ces deux noms inspirent la confiance. Mal m’en a pris car cette lecture n’a été que souffrance. Je n’ai jamais su rentrer dans cette histoire tortueuse  tellement la confusion est présente à chaque page. Même le dessin de Sorel dont je suis normalement un inconditionnel ne m’a pas spécialement convaincu.
Pour abréger ce cauchemar lovecrafien, j’ai carrément jeté l’encre en vue du 5 ème chapitre.
Plus pénible que ça tu meurs.
surprises.smileysmiley.com.2

iledesmorts

30/08/2009

Miss pas touche,Jusqu'à ce que la mort nous sépare.

misspastouche04_91861misspastouche04p_91861Auteurs :Hubert et Kerascoët
Editeur :Dargaud(Poisson pilote).


Mon prince.
Blanche revient au Pompadour après avoir été droguée. Sa situation devient de plus en plus compliquée d’autant qu’elle n’a aucune nouvelle du bel Antoine. Déterminée, elle part à sa recherche…

Ma trépanation.

Depuis ses débuts bordéliques, Miss pas Touche a su fouetter l’imaginaire de ses lecteurs. Et c’est toujours avec délectation qu’on attend la nouvelle séance de martinet prodigué par notre maitresse adorée. Mais attention, sous ses aspects légers et parfois rocambolesques, les apparences sont trompeuses. En effet, tout comme dans les « jolies ténèbres « (autre incroyable album des Karascoët) , on en sort avec l’estomac dans les talons car les auteurs n’ont rien épargné aux flagellés lecteurs. Les bleus à l’âme sont nombreux dans cet album. Et c’est ce que j’apprécie, on nage à contre courant du happy end, de la bonne séance quitte à écorner l’image d’icône de la miss à l’étrivière. Il ne vaut pas oublier qu’on est en 1930 et que  les mentalités sur les invertis ont fameusement évolué depuis lors. J’ai surtout apprécié  le chemin qu’ont pris les auteurs, ils auraient pu faire du policier, du vaudeville mais non, ils nous proposent plutôt un cliché sur une époque avec ses mœurs et ses habitudes, une chronique sociale très riche d’une époque tumultueuse et troublée.
Bref, un album peut être moins jouissif mais percutant à souhait, normal pour une femme à la cravache.
surprises.smileysmiley.com.8

On en parle sur le forum avec un petit dossier sur l’univers des lupanars de cette époque.


misspastouche04

17/08/2009

Animal'z.

Animalzanimalz01pAuteur : Enki Bilal
Editeur : Casterman.


Le coup de sang.

Dans ce monde dont on ne sait trop s’il est l’émanation d’une histoire parallèle ou simplement le récit de notre futur, le dérèglement climatique s’est brutalement généralisé. La catastrophe porte un nom : le Coup de Sang. Sur la planète dévastée, martyrisée, l’eau potable est soudain devenue un trésor, et la survie individuelle l’obsession de chacun. Désormais, les transports sont rares et dangereux, les communications aléatoires. Seuls quelques Eldorados très isolés, refuges protégés par leur situation géographique particulière, ont réussi à préserver un semblant d’ordre social. On ne peut les rejoindre que par la mer, immense; l’unique milieu naturel, peut-être, qui conserve quelque chance de perdurer en ces temps d’incertitude absolue…

Mon coup de folie.
Figurez vous que c’est mon premier Bilal. Et oui, je n’ai jamais été attiré primo pas son trait au fuseau et deusio par ses scénarios qui me paraissaient des plus spaces.
On ne peut pas dire que j’ai été surpris de me retrouver dans un monde post-apocalyptique dès le début des 100 pages de cet album. Le prologue est assez perturbant car il faut faire connaissance avec les différents protagonistes et surtout mettre son anti brouillard pour combattre le smog gris-bleu du dessin. Ensuite, la lecture est même agréable et on arrive assez vite au terme du voyage. Par contre, je suis loin d’avoir tout compris de la subtilité du récit, c’est un peu comme un film de Lynch où on a besoin d’un décodeur pour comprendre ce que l’auteur a voulu nous dire. En faisant des recherches sur le net, plusieurs symboliques du scénario  ont trouvé un sens .C’est d’ailleurs très dommage de ne pas avoir une postface expliquant aux lecteurs tous les turpitudes des animal’z.
Je termine donc cette chronique avec un sentiment étrange, d’un coté un monde froid et pas facile d’accès et de l’autre une BD onirique qui marque les esprits.
surprises.smileysmiley.com.7
on en parle sur le forum.

animal'zjpg

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : casterman, anticipation, bilal, 7 10, animal z |  Facebook | |