11/08/2009

Cross Fire ,Godfinger.

CrossFire4crossfire4_plaLes auteurs : Sala et Chan.
Editeur : Soleil


Demain ne meurt jamais Angelo.
ANGELO EST DE RETOUR ! ET PAS POUR LE PLAISIR DE TOUS...
“Si c’est par le doigt de Dieu que je chasse les démons, alors le Royaume de Dieu est arrivé pour vous ”  Luc, XI, 20 700 ans de secrets.
Un évangile écrit par Judas. Une relique convoitée depuis les croisades.
Des inquisiteurs prêts à tout pour s’en emparer. Un monde qui pourrait basculer dans le fanatisme... Qu’est ce qui pourrait arriver de pire ? Le pire ? Ça serait qu’Angelo, le tueur sicilien, soit de retour et qu’il ne soit pas content !... Angelo revient ! Il est revenu d’entre les morts !! Il va multiplier les pains et provoquer un déluge de plomb ! Plus implacable, plus cruel... Priez pour nous, pauvres lecteurs !
Esotériquement vôtre.
Que Dieu me pardonne mais la pochette est réellement d’enfer. Malheureusement, le contenu l’est nettement moins. Dieu m’est témoin mais la partie énigme ésotérique m’a profondément ennuyée. Ok, je n’adhère vraiment pas à ce genre d’enquête mais c’est, avouez le, de l’ultra réchauffé .Ce n’est pas Dieu possible mais laissez un peu tranquille les templiers, le graal et notre ami Judas SVP. Dieu seul le sait pourquoi  on assiste à un déluge à la Noé de BD traitants de ces sujets. Sinon, Dieu soit loué, la troupe de guignols entourant cette aventure  est vraiment trop fun. On peut même dire que la scène où Angelo rencontre St Pierre est inspirée des Dieux. Un grand moment  très bien dessiné par Chan dont le style mélange avec virtuosité le style franco-belge et le manga. Et puis bordel de Dieu  que Gina et Sofia sont belles à damner tous les saints du paradis. Bref, une BD qui est savoureuse quand on lui coupe le son.

surprises.smileysmiley.com.6

18_crossfire_1_variant_

04/08/2009

La memoire dans les poches, 2 ème partie.

memoireanslespochest2Auteurs : Le Roux et Brunschwig.
Editeur :Futuropolis.

Souvenirs.
Voilà plus de trois ans maintenant que Sidoine Letignal a disparu, emportant avec lui l’enfant abandonné par Malika, la jeune sans papier.
Malika, que la police française a expulsée, a dû repartir en Algérie.
Pourquoi Sidoine a-t-il agit ainsi ?
Pourquoi a t-il abandonné sa femme et son fils ?
Où est-il donc allé avec le nourrisson?
Autant de questions restées sans réponse durant toutes ces années.
De son côté, Laurent est retourné vivre chez sa mère, Rosalie. Celle-ci a sombré dans la dépression. Le jeune homme timide est devenu un jeune romancier en vue. Son dernier polar est salué par la critique. Il a même droit à sa première émission littéraire à la télévision. C’est pour lui une occasion inespérée de lancer un appel à d’éventuels témoins, afin de découvrir ce qu’est devenu son père.
Débute alors un voyage qui va conduire Laurent sur les traces du disparu et qui va lever le voile sur bien des mensonges et des oublis faits au sein de sa famille.

Mes notes.
Cet album a été élu meilleure BD du mois  de juin sur ce blog, ça devait suffire à vous convaincre non ? Vous vous attendez que Samba  aie à contre courant comme d’habitude? Et bien, c’est raté, j’ai comme souvent avec les albums de Brunschwig apprécié la justesse des émotions qui jaillissent de cette BD.C’est terriblement humain, touchant par moment, sans oublier la touche social  qui amplifie encore les propos. Dans le premier tome, on suivait Sidoine, on sortait des clichés des cités à problèmes avec une touche d’espoir. Pour le tome 2, on est maintenant dans les pas de Laurent, notre anti héros, plus mature et pragmatique. Pour le dernier tome, on suivra peut être la quête de Rosalie ? On verra, mais ce qui est sûr c’est qu’on retrouvera  les flashbacks qui sont la marque de fabrique de Brunschwig.
J’ai aussi apprécié la grande fluidité du récit aussi bien du point vue de la narration que pour la mise en page. De ce coté, Le Roux nous livre un dessin en harmonie avec l’histoire, tout en nuance et en subtilité. J’ai aussi apprécié de voir des personnages réels avec de vrais gueules. Et oui, le monde n’est pas peuplé que de bimbos blondes à fortes poitrines mes amis !
J’ai néanmoins noté une inflation incroyable en trois ans, le tome un 15.9 Euro pour 88 pages et ce tome deux, 16 Euro pour 71 pages. Par les temps actuels, ce n’est pas un détail.
surprises.smileysmiley.com.9
On en parle sur le forum.

memoireanslespoches02v

02/08/2009

Les insurgés d'Edaleth, Cantiques T1.

insurgesdedaleth01INSURGES D'EDALETH (LES)Auteurs :Tackian,Miquel et Brion.
Editeur : Soleil (Mondes futurs).


Le futur.
Au cœur de la galaxie d’Irth, une nouvelle croisade vise à écraser définitivement toute rébellion. Seuls les Insurgés d’Edaleth s’élèvent encore contre la tyrannie.
Pour survivre, un seul moyen : choisir son camp.
Pour durer, un seul mot d’ordre : le trahir.

Mon anticipation (enfin ici je retarde vachement).
« Les insurgés d’Edaleth » sont tout d’abord un bon récit de science fiction ressemblant un peu à un mélange de Dune(le film) et du 7 ème élément (une comparaison assez hardie je le confesse).J’ai trouvé l’univers très bien représenté et imaginatif à souhait. Je ne suis pas un grand fan du style « photoshop » et du dessin informatisé mais je trouve que ça colle parfaitement avec le thème de cette série. J’ai aussi apprécié les scènes d’action qui se révèlent très fluides et dynamiques En plus, c’est parfois très très agréable à l’œil (hello  to you!).
Le scénario n’est pas révolutionnaire mais il arrive à attirer l’amateur de SF dans un combat dont il voudra en connaître la fin. C’est une sorte croisade futuriste dont on pourrait facilement faire un rapprochement  avec des  événements et des personnages actuels.
Bref, encore une BD à rajouter à ma liste d’achats de 2 ème main si je veux connaître le dénouement de cette saga planétaire.
surprises.smileysmiley.com.7

edaleth

28/07/2009

Ontophage, Pierres de brume.

Ontophage120090714170741_t1Auteur :Piskic.
Editeur : Emmanuel Proust
.
L’enquête.
Un cadavre de pierre vient d'être découvert au Cimetière du Père-Lachaise ! Le quotidien Le Petit Journal dépêche sur place Tristan, pour faire un article à sensations. L'occasion idéale de faire ses preuves : il résoudra l'enquête avant la police ! Attention : que manigance Émile Auguste d'Onfroy, personnage aussi inquiétant qu'énigmatique, qui le suit pas à pas ?

Le scarabée.
En cherchant bien, j’ai peut être découvert le sens de ce titre énigmatique d’ « Ontophage ». Il s’agirait de quelqu’un qui se nourrit d’excrément , j'èspère que l'auteur ne parle pas au sens propre. Vous l’aurez donc compris, on ne fait pas dans le joyeux . On peut même dire qu’on fait dans le glauque. Cette atmosphère très sombre mise en valeur par une colorisation proche du « sépia » va comme un gant à ce  Paris de 1866 avec ces petites ruelles étroites . Par contre, utilisez les moyens modernes style spot ou allogène pour y voir plus  clair, ça aide. J’ai néanmoins noté  le très bon travail pour la découpe, c’est varié et très dynamique.
Pour le moment, il est difficile de coter cette série prévue en 4 tomes  car on est loin d’avoir toutes les cartes en main pour pouvoir  juger cette enquête très « Holmesque » convenablement.
En tout cas, il y a un potentiel, le graphisme est original et détaillé  et le coté fantastique du récit attire le chaland indéniablement. Je mettrais un peu de réserve pour les amateurs du « beau » qui auront certainement du mal avec cette BD.
surprises.smileysmiley.com.7

ontophage