13/04/2009

Veillée Funèbre.

82675_cveilleefunebre_plaAuteurs :Muller et Lereculey.
Editeur : Delcourt.


Le conte.
Kiev, la ville aux cent clochers d'or. Thomas, étudiant philosophe, appelé par un riche seigneur à se rendre au chevet de sa fille mourante, est emmené de forces par des cosaques. Hélas il arrive trop tard, mais a toutefois le temps de reconnaître en la défunte une sorcière ! Trois nuits durant, Thomas a l'obligation de veiller cette beauté éteinte... Qui ne demande qu'à se réveiller.

Mon incantation.
Je l’avais examiné mais finalement je n’avais pas daigné prendre ce one shot qui se révèle être une adaptation du Vij de Nicolas Gogol de …1835(et oui ça date). Mais quand j’ai vu la présence des auteurs au festival « Trolls et légendes », je me suis dit que l’occasion faisait bien le larron.
Et franchement, je m’attendais à pire. Un début un peu espiègle pour terminer en apothéose, voilà votre parcours « lecture » pour ce conte ukrainien. Le truc dans ce genre d’exorcise, c’est de créer une ambiance et je trouve que les auteurs (unis aussi dans la vie) s’en sortent admirablement bien. Le dessin de Lereculey quitte le service d’Arthur pour se fondre avec les cosaques et les clochers orthodoxes .C’est assurément très dépaysant. J’ai aussi apprécié qu’on nous abrège le blabla religieux en l’écrivant en cyrillique. On pourrait reprocher un manque de profondeur dans l’étude des personnages mais on ne sait pas tout faire en 46 pages top éditées. On a quand même droit pour la 1 er édition à un joli carnet de croquis.
Maintenant à vous de voir si j’ai été envouté par une sorcière des plus redoutables.
surprises.smileysmiley.com.7
On en parle sur le forum. ICI.

lereculey

06/04/2009

Lautremer , L'héritage.

Lautremer2_17012009_121125lautremer02p_82960Auteurs :Heurteau et Leclercq.
Editeur : Casterman.


La traversée.
Années 30. Lancée sur les traces de l’homme qu’elle pense être son père, et de ses nombreux secrets, la jeune Marcia Hartwood fait finalement sa connaissance : rien moins qu’Aleister Crowley, le mage ombrageux qui vit retiré parmi les fantômes et les dragons auxquels il a réussi à donner la vie. Marcia ne sait pas encore que Crowley, sous la pression de la société secrète dont elle a contribué à contrecarrer les plans, a conçu pour elle un projet fatal : la tuer, pour pouvoir ensuite la faire revivre éternellement sous la forme d’un ectoplasme, ainsi qu’il l’a déjà fait avec sa défunte mère, autrefois clouée à la proue de son navire, la Dulcibella. C’est le bout de la route pour la jeune fille, et la victoire des forces maléfiques dissimulées dans l’ombre; à moins que son soupirant, le jeune Erskine Childers…

Le naufrage.
Il faut toujours se méfier des journées portes ouvertes en milieu aquatique. On finit par ne plus rien comprendre tellement il y a des trous à boucher. Au final, je suis bien incapable de vous résumer la trame de cette histoire bien mystérieuse. Certainement que je n’ai pas pu déchiffrer la réalité cachée ou virtuelle derrière ces pages fantastiques. Et puis la trame est tellement improbable qu’il faut avoir pris 3 doses d’opium pour y croire .J’ai lu une critique qui parlait de poésie à l’ambiance unique, là j’en rigole encore.  Les auteurs s’aventurent aussi  à faire des incursions historiques, une bonne idée à la base mais elles sont d’une platitude déconcertantes. Sinon, la découpage est très dynamique. Par contre j’ai trouvé le dessin moins fignolé que pour le tome 1. 
Bref, un achat bien amer qui  m’a apporté qu’une confusion sans émotion
surprises.smileysmiley.com.4
On en parle sur le forum ICI.

lautremer02

01/04/2009

Jolies Ténèbres.

joliestenebresjoliestenebres01p_84725Auteurs :Kerascoët et Vehlmann.
Editeur :Dupuis.


Beuaark !
Dans les champs, au printemps, une fillette gît, inerte. Est-elle morte ? Qui l'a tuée ? On n'en saura pas plus.
De ci, de là, une minuscule communauté surgit, comme échappée de contes de fées : Aurore, mais aussi l'Orgueilleuse, la Régressive, l'Aventurière, le Prince m'as-tu vu...
Les saisons passent et Aurore, la presque princesse, s'agite toujours pour son petit monde, qu'elle voudrait merveilleux, pour accorder cette improbable assemblée à la nature et aux bêtes qui les entourent. Jusqu'à ce jour d'hiver, où elle devra faire face à un choix amer...

jolies tenebresBeuaark aussi !
Mais où on est là ? C’est horrible cette histoire. Au secours, c’est ignoble, laissez moi sortir !
Oufti punaise, je ne vous dis pas le malaise que j’ai ressenti pendant ma lecture. Franchement, c’est « âme sensible s’abstenir ».Cette BD sera un choc pour beaucoup, votre ténacité sera mise à rude épreuve tellement les trucs immondes se succèdent. Le pire, c’est que cette crémation de sentiments est cachée sous un dessin plutôt enchanteur et l’insouciance des p’tits hommes. Au fil de la lecture, on enterre la conscience ou la compassion, on y voit une tuméfaction de l’horreur, de la découpe machiavélique, je me suis réjoui au final d’être humain figurez vous. Cruel certes mais inoubliable comme BD. Ca nous change des scénarios lisses et cousus de fil blanc. L’originalité de ce récit fait aussi sa force, on n’en décroche pas facilement, une bonne digestion est de rigueur.
Une BD que vous adorerez ou détesterez mais elle ne vous laissera pas indifférent, ça je peux vous le certifier.
PS : Encore une œuvre majeure pour les Kerascoët.
surprises.smileysmiley.com.9

On en parle sur le forum avec plein de bonus.ICI.

jolie5

31/03/2009

L'épervier , La mission.

EpervierLPellerin7AlbepervierLPellerin7_26032009_234848Auteur : Pellerin.
Editeur : Soleil (Quadrants)


La mission.
1742. Un espion parvient, au prix de sa vie, à transmettre au Roi de France une macabre missive dont l’importance déclenche une chasse à l’homme de part et d’autre de l’Atlantique, véritable course contre le temps et les éléments. Le valeureux corsaire Yann de Kermeur pourrait y jouer un rôle capital... si jamais il parvient à déjouer les terribles périls que lui réserve ses ennemis.
Sa technique de chasse.
L’épervier est un chasseur acrobatique et acharné qui repère ses proies à la vue et les attaque par surprise  en débouchant comme un éclair derrière un mur, une haie ou un arbre.
Son épée et sa longue queue (c’est le manuel qui le dit, mais ça demande confirmation) lui permettent les plus folles poursuites même en sous-bois.
Le taux de réussite des attaques atteints les 10 % (pour l’espèce De kermeur elle peut monter jusqu’à 90% mais avec une faiblesse manifeste quand il doit chasser la mousquette femelle).Les tués sont plumés et  dépecés dans un endroit discret.
L’épervier est essentiellement ornithophage (c.à.d. qu’il ne s’entend qu’avec le faucon Pellerin).Cet oiseau rapace est aussi très méticuleux et documenté lorsqu’il reçoit une mission royale.
Dans la prochaine description de l’émouchet, on parlera d’une espèce rare, l’épervier marin.
Amis de la nature à bientôt.
surprises.smileysmiley.com.7

L'EPERVIER