02/09/2016

Les lames d’Âpretagne. T1 : Tonnerre de Brest.

les lames d'apretagne.jpgles lames d'apretagne planche.jpgDessin: Noë Monin (story bord Christopher Lannes)
Scénario : Luc Venries et Yoann Corric.
Editeur: Casterman
Sortie : août 2016.
64 pages.
Genre :Héroic-fantasy.

Le résumé.

"Rien de mieux que de bonnes beignes pour forger une amitié!"
Et même si Van, l'imbuvable héritier du roi, n'est pas vraiment d'accord, il n'en doit pas moins obéir à son père en faisant équipe avec Faust, un esclave revanchard. Car ce n'est qu'à cette condition qu'il acquerra la maturité nécessaire pour monter à son tour sur le trône d'Âpretagne.

« C’est pas au vieux singe qu’on apprend à faire la limace ! ».

Mon avis.

Ce nouveau triptyque d’Heroic fantasy me fait penser paradoxalement à un conte. Et les contes sont souvent très cruels sous des faux airs de récits enfantins .L’horrible est donc de mise pour ce titre avec pas mal de tueries, de traîtrises et d’autres amusement du genre. Mais le tout est contrebalancé et adouci par des propos souvent moqueurs ou désinvoltes voire grivois( même poétique !). Le dessin atténue aussi pas mal la violence. Un trait où on peut entrevoir des influences comme Munuera ou Mourier, il y a pire comme référence non ? On sent clairement une dynamique proche du dessin animé dans son traitement qui se veut nerveux et pétaradant. Seul petit bémol pour émousser l’orgueil des auteurs ;-), les scènes d’action sont parfois trop surchargées pour bien tout suivre.
En tout cas le duo formé par Van et Faust fonctionne bien et c’est avec plaisir qu’on tourne les pages. A conseiller pour un jeune lectorat masculin , à partir de 10 ans bordel de merde!

 Visitez Sepiablog pour plus d'info. 

apretagne.jpg


a07-3e78901.gif Dessin

a06-3e788fc.gifScénario

a06-3e788fc.gifGlobal.

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

31/08/2016

Androïdes T02 : Heureux qui comme Ulysse.

androidesT2.jpgandroides t2 planches.jpgDessin:Geyser.
Scénario : Peru.
Éditeur : Soleil.
Sortie:24 août 2016.
52 pages.
Genre: science-fiction.

Le résumé.
Au XXVe siècle, l’ISS OXYGEN est le premier vaisseau d’exploration spatiale à quitter la Terre avec des enfants à son bord. Alternant les phases d’hibernation, plusieurs familles se relaient aux commandes du navire. Pour s’occuper des plus petits durant les périodes d’éveil, l’équipage compte sur AC7+, un androïde de compagnie réputé pour son stock illimité d’histoires.

« Un petit pas pour l’androïde, un grand pas pour l'humanité »

Mon avis.

Avant de jouer avec les algorithmes , rappelons vite le principe de cette série concept .
4 histoires complètes par 4 duos d'auteurs différents autour d'un même thème : l'androïde.
Les sorties sont prévues tous les 3 mois .
On retrouve pour ce 2e opus ,Olivier Peru ( Zombies) au scénario et le vendéen Geyser au dessin ( Omnopolis,42,agents intergalactiques) .
Mon œil artificiel a tout de suite remarqué la maquette soignée au design métallique et moderne .Elle correspond parfaitement au thème de cette série .
Le contenu est à l'unisson, c'est agréable à regarder. On notera la très bonne colorisation de Sébastien Lamirand. On sent parfois quelques petites fautes de proportion ( la tête des enfants notamment) mais comme les décors sont bien fournis, c'est assez anecdotiques et vient certainement de son style semi-réaliste. Ou alors ce sont des nanorégulateurs qui ont disjoncté.
Le scénario fait inévitablement penser à la planète des singes ... on a de nouveau régressé les mecs !
Pas besoin d'intelligence artificielle pour suivre la trame, c'est clair et efficace quoiqu'un peu bavard par moment. Mais tais-toi donc Samba !
Ah oui, le sympathique androïde AC7+ vous fera peut être penser à Data de Star Trek avec ses interrogations sur son identité et son rôle mais en restant dans une logique certaine.

Une bonne histoire au final captivante à lire et qui se clôture d'une façon très honnête, ce qui n'est pas toujours évident pour un univers si dense en un seul album.

androides-T2-2.jpg

 

a07-3e78901.gif Dessin

a07-3e78901.gifScénario

a07-3e78901.gif Global

Samba.


Inscrivez-vous à la newsletter.

 

22/08/2016

Niklos Koda T14 : Le spiborg .

niklos-koda-tome-14-spiborg.jpgniklos-koda-t14-le-spiborg-le-lombard-extrait.jpgDessin : Olivier Grenson.
Scénario : Jean Dufaux.
Editeur: Le Lombard.
Sortie : 20 mai 2016.
56 pages.
Genre : Fantastique.

 

 

Pour sauver sa fille, Niklos Koda plonge de plus en en plus profondément dans les arcanes de la magie noire. La puissance dont il a besoin est à ce prix... Celui de son âme.

 

« Désolée, mais je ne suis pas de passage...même si le passage reste très tentant. »

 

Mon avis.
Eh bien, il vaut mieux les éviter les Koda car leurs chemins sont jalonnés de morts. J’aurais cru qu’un personnage allait un peu perdurer et paf, un « walking dead » dans la vue et on n’en parle plus.
On se demande même s’il y a encore un fil conducteur dans cette histoire abracadabrantesque. Niklos semble poursuivre une chimère et sa fille arrive toujours en retard pour retrouver son paternel. Mais qui peut se targuer de sonder clairement l’occulte ? Sinon, ce tome 14 va vous faire penser à l’univers de la série Djinn. Déjà, on visite l’Inde et ses lieux magiques. Séléni (qui a bien grandi) joue de sa séduction pour envouter son petit monde mais attention qui s’y frotte s’y pique, un peu comme pour une Djinn. Et puis il y a l’envoutante, la délicieuse, la sculpturale Aïcha. .Ok, j’admets qu’elle fait de la figuration dans cet album, limite « pot de fleur » mais punaise qu’elle est magnifique. Rien que pour la scène du lit, ce tome en vaut largement la peine. Olivier Grenson est un magicien quand il s’agit de dessiner les corps, c’est délicieusement voluptueux.
J’ai l’impression d’ailleurs que l’histoire n’est plus qu’un prétexte pour mettre en valeur le talent du dessinateur belge.
Aïcha, Aïcha t’en vas pas !

9782803636969.jpg


05-3e731b2.gifDessin

a06-3e788fc.gifScénario 

a07-3e78901.gifGlobal.

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

La déconfiture tome ½.

la déconfiture.PNGla déconfiture t1.PNGScénario : Pascal Rabaté.
Dessin : Pascal Rabaté.
Editeur : Futuropolis.
95 pages.
Sortie : 25 aout 2016.
Genre : guerre.


Le résumé.

Juin 1940. La débâcle de l’armée française et l’exode pour des millions de civils. Les repères quotidiens ont éclaté. C’est le grand chaos. À travers le destin d’un simple bidasse, Pascal Rabaté raconte cet été de désordres et de bouleversements extraordinaires.

 

« Neuf mois de guerre et je n’aurai pas tiré un seul coup de feu ».

 

la déconfiture e.PNG

 

Mon avis.
Un peu à l’instar d’un Tardi (Stalag IIb) ou d’un Olivier Speltens (l’armée de l’ombre), Pascal Rabaté base son récit sur le destin d’un simple soldat en pleine débandade de 1940. Les journées ensoleillées tranchent avec l’apprêté de la déroute française. L’auteur arrive à bien rendre l’impuissance de l’armée française face aux « boches ». On y voit aussi tout son retard « d’une guerre » avec la scène où une mule tire la voiture d’un colonel « bleu blanc rouge ». La dégelée est inévitable pour nos 2 soldats à la recherche de leur unité. Un certain fatalisme s’installe, la débrouille est de mise, on assiste aussi à des situations assez absurdes ou pathétiques et même à une scène « cochonne » (un clin d’œil à crève saucisse ?).
Son trait en bichromie (noir et blanc) se veut simple mais efficace .Ne vous attendez pas à la rigueur d’un Romain Hugault pour les véhicules militaires mais plutôt à une atmosphère pesante se focalisant sur les hommes. J’ai trouvé cette façon de faire assez réussie car l’auteur cible le principal, l’absurdité de la situation.
Un début de diptyque que les amateurs du genre vont apprécier, en tout cas, je suis partant pour connaitre la suite de cette bérézina.

le deco.PNG

 

a07-3e78901.gifScénario.

a06-3e788fc.gifDessin.

a07-3e78901.gifGlobal.

Colonel Samba.