03/10/2016

L'aviatrice T2 Aventures orientales.

l'aviatrice t2.jpgl'aviatrice.jpgDessin : François Walthery & Bruno Di Sano 
Scénario : Etienne Borgers
Éditions Paquet Collection cockpit
Sortie : 24 août 2016.
48 pages genre : Aventure, aviation.



Le résumé
Attaquée par un troupe de cavaliers Kazakh, Nora et Théo sont faits prisonniers et emmenés loin de leur avion. L'intervention de l'aviation Russe va leur permettre de s'échapper. Une réparation de fortune, et le Simoun est prêt à reprendre les airs.

« Mort aux russkis ! »


Mon avis

Avec Nora l'exploratrice, tu vas apprendre l’histoire et la géo. Avec Nora, ton guide touristique, le monde asiatique des années 30 n'aura plus de secret pour toi. Tu sauras tout sur les coutumes russes au Kazakhstan, sur le militarisme japonais de l'époque ,sur l’Indochine, sur le temple d'Angkor.... Le problème, à vouloir trop en faire, on a l'impression de lire de petites scénettes sans véritable liant ni tension en attendant la grande baston ou la blague de comptoir du style « et bien avec vous, elle restent encore russes vos montagnes » ou « nippon ni mauvais ». Cette histoire a-elle été réalisée dans un café à Herstal ? Sinon, ne soyons pas dupe, c'est essentiellement Di Sano qui s'est occupé du dessin, Walthery signe pour aider un ami. On est loin du sérieux des autres tomes de la collection cockpit, une BD plus « old school » en somme. Sinon, un truc qui m'a frappé, Nora a pris une fameuse garde de robe dans son avion avec elle pour son périple. Le pauvre Caudron-Simoun qui a du transporter tout ça !

Verso_287258.jpg


a04-3e788e4.gifScénario 

a06-3e788fc.gifDessin

a05-3e788c9.gifGlobal

Samba.

25/09/2016

Chroniques courtes (110) : Game Over T14 ; Miss Harley T1 ;

game over t14.jpggame over.jpgGame Over T14 : Fatal Attraction.
Auteurs : Midam,Adam et Benz.
Editeur : Glénat.
Sortie : 14 septembre.
Genre : Humour.

 

 

Best-seller dès le premier tome, Game Over, la série spin-off de Kid Paddle s'est aujourd'hui vendue à plus d'un million d'exemplaires ! Midam vous propose une nouvelle fournée de gags muets parfois marrants, parfois prévisibles, parfois très « coyote et bip bip »... En tout cas, la princesse est toujours aussi « blonde » et nos deux amoureux finissent systématiquement écrasés, acidifiés, gelés, digérés, "nitroglycérinés ", éviscérés....
Un album pour passer un agréable moment de détente mais pas le meilleur de la série.

a05-3e788c9.gif

Samba.

__________________________________________

 

game over,midam,adam,benz,glénat,humour,092016,510game over,midam,adam,benz,glénat,humour,092016,510Miss Harley - tome 1

Scénario : Mickaël Roux
Dessin : Philippe Gürel et Arnaud Poitevin
Éditeur : Bamboo
sortie : 31 août 2016
genre : moto, humour

 

 

Miss Harley est une bien mignonne petite nana qui préfère parler bécanes que chiffons (Ou alors avec de la graisse dessus). Elle aime les gros cubes et particulièrement les mythiques Harley Davidson. Son rêve : être libre comme l'air et n'avoir besoin de personne .... vous connaissez la suite. Elle ne renoncera pas à son rêve et n'aura pas peur de tenir la dragée haute à tous ces bikers un brin machos qui la considère plus pour ses courbes que pour sa passion des deux roues.
Voilà une énième série consacrée à la moto qui apporte un regard nouveau sur le genre. Ok, tous les gags ne sont pas super drôles mais la touche féminine est plutôt sympa et apporte un vent de fraicheur dans un univers souvent très (trop) masculin. On ajoute à ça un dessin tout en rondeur et une colorisation douce et nous passons un moment bien sympathique en compagnie de Miss Harley. A suivre...

a06-3e788fc.gif

 


Loubrun

 game over,midam,adam,benz,glénat,humour,092016,510

__________________________________________

23/09/2016

Dead Tube Tome 2

dead tube t2.jpgdead tube t2 planches.jpgScénario : Mikoto Yamaguchi
Dessin : Touta Kitakawa.
Editeur : Tonkam-Delcourt 
Sortie : 14 septembre 2016.
224 pages.
Genre : Seinen.


Résumé
Mai et Tomohiro sont embarqués dans un jeu où le retour en arrière ne fait pas partie des règles et qui va les mener sur le chemin du vice et de la perversité.

« C’est totalement farfelu comme situation ».

dead tube t.jpg

 

Mon avis.

En début de ce manga, on peut y lire un petit mot du scénariste : «  ma plus grande joie serait que tous les lecteurs arrivent à saisir et à aimer, l’étrangeté et la pureté de ce manga ».

Pour l’étrangeté, je veux bien mais il faudra qu’il m’explique où il y a de la pureté dans des meurtres ou dans des viols ? Car l’histoire est toujours aussi tordue et perverse et réservée aux adultes. Tous les vices sont permis et rien ne semble arrêter les auteurs dans la démesure morbide. D’ailleurs, j’approuve quand le scénariste avoue avoir écrit ce manga provocant pour créer des traumatismes chez le lecteur. Vous voilà prévenu bande de psychopathes !
Sinon, le scénario n’est pas des plus crédibles où alors la vérité est ailleurs. Car s’il suffit d’écrire un règlement pour qu’il devienne force de loi, j’aimerais bien mais c’est rarement ainsi.
Et puis les personnages n’ont toujours pas pris de l’ampleur psychologique, leurs réactions sont toujours aussi basiques. Il n’empêche que ce tome 2 se révèle être un bon « page turner », on attend le rebondissement habituel pour écraser toutes nos certitudes sur les motivations des protagonistes.

Assurément un manga sans limite !

dead tube.jpg

 


a04-3e788e4.gif Scénario

 a06-3e788fc.gifDessin

a05-3e788c9.gif Global.

SAMBA.


Inscrivez-vous à la newsletter .

21/09/2016

Forçats T1. Dans l'enfer du bagne

forcats.jpgforcats t1.jpgScénario : Perna, Pat
Dessin : Bedouel, Fabien
Couleurs : Fantini, Florence
Editeur : Les Arènes
Dépôt légal : 09/2016 (Parution le 07/09/2016)
Pages : 64
Genre : histoire vraie.

 

Guyane française, 1923
La forêt vierge, les serpents venimeux, la chaleur étouffante… et le bagne.
L’existence des forçats ne tient qu’à un fil : l’espoir fou de s’évader de cette île du malheur.
Au milieu des ténèbres, deux hommes :
l’anarchiste Eugène Dieudonné, incarcéré depuis 10 ans pour un crime qu’il n’a pas commis, et le grand reporter Albert Londres, venu « porter la plume dans la plaie » de ce monde inhumain.
Leur amitié va changer l’histoire de ce bagne."

«  Voilà un verdict aussi tranchant qu’une lame de guillotine ».

forcats t1e.PNG

 

Mon avis.
Forçats est typiquement le genre d'album quand il vous arrive dans les mains qui attire immédiatement votre attention. Déjà rien que les noms des auteurs doivent activer l’alerte « attention BD à ne pas rater ». Un peu dans la même veine que Kersten médecin d’Himmler, ils nous ont dégoté un autre destin d’exception, celui d’un anarchiste pris dans la tourmente du bagne guyanais. Cayenne, cette plaie béante, purulente et malodorante qui octroyait à ces bagnards une espérance de vie de 5 ans. L’univers est fatalement très sombre, tellement démoniaque que pour l‘illustrer, Fabien Bedouel, le roi de la mise en page et du cadrage, a sorti le marqueur noir. Les ombrages sont nombreux et la chape de plomb qui en résulte est résolument pesante et oppressante. A l’inverse d’autres sites, je ne suis pas emballé par la colorisation, trop uniforme pour moi et n’aidant pas à la lecture notamment pour les flash-back. Il y a néanmoins des bons passages comme celui du banquet des requins, un régal pour les yeux.
Ce tome est avant tout un témoignage, un reportage sur cet enfer vert et carcéral.
A la fin de ce diptyque, il vous sera quasiment impossible de ne pas aller à la pêche aux informations sur Eugène Dieudonné pour connaitre sa destinée. Ça tombe bien car vous trouverez pour clôturer ce tome 1, un cahier de 6 pages explicatives sur le bagne et son histoire.

les forcats.PNG

 

On termine en chanson.


Je me souviens encore de ma première femme
Elle s’appelait Nina, une vraie putain dans l’âme !
La Reine des morues de la plaine Saint-Denis,
Elle faisait le tapin près la rue d’Rivoli !

Refrain :
Mort aux vaches ! Mort aux condés !
Viv’ les enfants d’Cayenne ! A bas ceux d’la sur’té !

Ell’ aguichait l’client quand mon destin d’bagnard
Vint frapper à sa porte sous forme d’un richard…
Il lui cracha dessus, rempli de son dédain,
Lui mit la main au cul et la traita d’putain

Moi qui était son mec et pas une peau de vache,
Moi qui dans ma jeunesse pris des principes d’apache,
‘sortis mon 6.35, et d’une balle en plein cœur
Je l’étendis raide mort et fus serré sur l’heure !…


Aussitôt arrêté, ‘fus mené à Cayenne.
C’est là que j’ai purgé le forfait de ma peine…
Jeunesses d’aujourd’hui, ne faites plus les cons,
Car d’une simpl’ conn’rie, on vous fout en prison !…

Si je viens à mourir, je veux que l’on m’enterre
Dans un tout p’tit cim’tière près d’la rue Saint-Martin,
Quatr’ cents putains à poil viendront crier très haut :
« C’est le roi des julots que l’on coll’ au tombeau ! »

a06-3e788fc.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 

a07-3e78901.gifGlobal.

Samba.