30/06/2007

Archipel,Le dormeur des profondeurs.

archipel03397_photo5Le résumé.
Avec l’aide d’Harry, Howard a enfin retrouvé Sally et l’a arrachée des griffes de l’infâme Costello. Ce dernier n’a pas l’intention de se laisser doubler de la sorte et lance ses sbires à leur poursuite. La chasse est ouverte. Le trio, jugé coupable des tragédies de Barttlebooth et de Diverdune, est également traqué par toutes les unités de l’Archipel. De plus, dans leur fuite, ils font une étrange rencontre…

Mon avis.
-Espèce de xylopoutre ! Pourquoi m’as-tu réveillé ? J’étais en train de rêver de belles sirènes. D’un monde où le temps n’a pas d’emprise, où les lieux sont incertains, où la vie n’est qu’une illusion. Ce monde se nomme Archipel, une ile onirique qui est le lieu d’une partie de cache cache entre monte en flèche, moque- bouche, morgaine,  morvophage, pique- kopek et de nos 2 carabins aussi. Oh il est possible que j’aie tout inventé sous l’effet d’une dose trop grande de cherchoub mais que mes rêves sont si doux en présence de ma belle Sally.
Une BD très singulière que nous propose Eric Corbeyran .Dans l’esprit, je trouve qu’on est pas si loin d’une autre de ces séries « le fond du monde » .Une BD complètement décalée, vous aurez un mal fou à y mettre un repère de lieu ou de temps. Par contre certains retournements de situations m’ont paru trop faciles mais bon tout est possible dans un délire psychédélique.
Le dessin de Barbay, au début, je lui trouvais un certains attrait, c’était très atypique comme trait et collait bien au récit. Mais au contraire de la belle pochette, les passages sur la genèse de ce monde sont plus que primitifs et ne m’ont pas trop enchantés.
Cette BD restera un mirage pour beaucoup d’entre nous je pense.
surprises.smileysmiley.com.6

Le lien sur la pochette, la bio de Yohan Barbay.

397_photo4

28/06/2007

Tucker,Les derniers jours de Zapata.

tucker0161240Le résumé.
Le "Zapata flying circus", minuscule cirque aéronautique (deux pilotes dont un voltigeur, un mécanicien, une équilibriste et deux avions), parcourt la forêt amazonienne de village en village et se donne en spectacle pour le plus grand bonheur des indiens, des ouvriers forestiers, des braconniers et des chercheurs d'or. Mais les affaires marchent mal, et la relation amoureuse de Jimmy, le voltigeur un peu mythomane, avec Mary, la belle équilibriste, commence à tourner au vinaigre. C'est alors que Jimmy rencontre, dans un village perdu, un petit homme aux allures d'agent comptable, qui lui propose une forte somme d'argent pour un petit voyage dont la destination reste secrète.

Mon avis.
Tac tac badaboum, j’me présente, Jean Paul Belmondo , Bebel pour les intimes. Alors, oui, je suis un professionnel, que dis-je, un as des as de la voltige. On me prend souvent pour un guignolo, un pierrot le fou, un marginal, peut être mais je suis surtout un pro de la voltige aérienne, le magnifique, l’héritier  des plus grands pilotes. Malheureusement, je ne suis pas un homme à cent mille dollars au soleil, ce n’est pas toujours la mer à boire, je suis même à bout de souffle question argent. Avec mon groupe du Zapata flying circus, on ressemble de plus en plus à des misérables. Et puis, il y a Mary, il lui faut des distractions, une belle vie et je risque de la perdre car une femme est une femme, elle aime ce qui brille. Alors je suis prêt à tenter l’aventure, quitte à provoquer la scoumoune, la chasse au trésor est lancée en espérant que cela ne devienne pas une chasse à l’homme. Mais comme il est très désiré, je suis prêt à faire un Holdup sur cet Eldorado. 
surprises.smileysmiley.com.6

Le lien sur la pochette, le blog du dessinateur argentin, Walther Taborda.

2bis

26/06/2007

Algernon Woodcock,Alisandre Le Bel.

algernonwoodcock05Planche_bd_7576_algernon_woodcock_tome_5Le résumé.
Le moment est venu… Le moment de dévoiler ce qui s’est réellement passé sur l’île d’Arran. Tous ces êtres qu’Algernon n’a jamais pu voir, mais dont il parlait dans son délire à Oban, existent vraiment… Il est bien des êtres qui vivent en lisière de cet univers dont personne n’a conscience. Qui sont-ils ? Quels liens ont-ils avec le monde réel d’Algernon ? C’est leur histoire qui vous est ici révélée…

Mon Avis.
Fascinant, voilà bien l’adjectif que convient le mieux à ce tome 5. J’ai été vraiment happé par l’ambiance créée par ces 2 compères que sont Gallié et Sorel. Le dessin et les couleurs de Sorel sont vraiment un enchantement pour la vue. Un trait assez atypique mais d’une force redoutable. D’ailleurs, je vous conseille de vous laisser emporter par la magie de ce tome en prenant votre temps pendant la lecture, laissez vous baigner par cet univers bien particulier rempli de Korrigans, de fées, de gobelins, des tisseurs, de sèmes la mort et autres créatures imaginaires. Une mention toute particulière au personnage de Deirdre qui crève littéralement les pages, les gros plans sur ces yeux sont de toutes beautés .J’ai vraiment pensé que Sorel s’en est donné à cœur joie pour réaliser ce tome et notamment les scènes de combats. Le seul petit reproche que j’ai trouvé, c’est la fin très énigmatique .Mais je suppose qu’on aura des réponses avec l’intégralité des tomes qui seront au nombre de neuf.
Bref, une lecture plus qu’agréable, magique qui a un grand mérite, celui de m’avoir surpris.
surprises.smileysmiley.com.9

Le lien sur la pochette, le site très complet de Guillaume Sorel.

396_photo2

20/06/2007

Le territoire,Palingénésie.

territoire05405_photo1Le résumé.
Jo et Wendy sont sur le point de rencontrer Kim, détentrice de nombreuses réponses sur l’énigmatique “Territoire” et le terrible événement qu’il semble annoncer. Le lieu du rendez-vous est pour le moins surprenant et envoûtant… Quant à Nigel, accompagné de Kate, il se fait surprendre par le professeur Sander. Ce dernier leur réserve un traitement de… faveur !

Mon avis.
On ne peut pas dire que pour Nigel, les choses s’arrachent. C’est pire d’album en album pour notre homme en quête de vérité sur la « mort » de Kirstie, son grand amour. Dans ce tome 5, on y apprend pas mal sur ce fameux « territoire » et quelques révélations font mouches comme page 42 digne du film, le «  6 ème sens ». Un album nettement plus accrocheur vers sa fin car l’action y est nettement plus présente. La première partie est destinée à donner des réponses à cette énigme paranormale assez angoissante.
Pour le dessin ,Espé a quand même un gros problème, la proportion. Mais bon, si on est arrivé au tome 5, c’est qu’on ne s’en formalise plus trop. Il faut dire que les œuvres d’Ugarte disséminées tout au long de cette série donnent un plus indéniables à l’ambiance mystérieuse de cette BD.
Une BD pour les amateurs d’aventures paranormales avec des héros souvent très attachants.
surprises.smileysmiley.com.7

Le lien sur la pochette, le site de JP Ugarte. Allez voir, la section œuvre est très intéressante.

405_photo3