22/02/2007

London Calling,la promesse d'Erasme.

LondonCallingColl3202

On retrouve Thibault et Alex, nos deux Français, à Londres à la recherche d’une piaule pour dormir. Pour leur malheur, les amis d’Eramus de Thibault  ne sont plus trop disposés à les recevoir. Et les galères ne font que commencer .Leurs rêves vont vite se heurter à la triste réalité des années Thatcher.

Avec London Calling, la nostalgie de nos années d’insouciance nous revient vite en tête. Vous vous souvenez de votre  premier concert sans papa et maman ? Moi, c’était au VK à Molenbeek .Un concert mémorable de Curve. Woaw la chanteuse, trop belle. Et puis avant le concert, on nous avait proposé du « Toch ». Euh non  qu’on avait répondu à la va vite, pas trop notre truc l’artificiel. Et franchement pas besoin de stupéfiant pour planer, avant que Curve ne vienne sur scène, on a eu droit à un morceau d’Orbital de 45 min. Méga.

Bon je m’égare, revenons en à London Calling .Donc, un scénario de Runberg (Orbital) plutôt intimiste mais plutôt sympa à lire. C’est un peu le clash entre les espoirs d’un monde peace and love et la réalité âpre et souvent injuste.

Le dessin est assez dépouillé, voir simple mais agréable. Un dessin que je qualifierais d’un peu Phicil. (Oula en forme le Samba).

En résumé, une BD qui vous changera les idées en vous replongeant dans vos souvenirs de jeunesse.

surprises.smileysmiley.com.7

 

Pour le lien sur la pochette, le blog du dessinateur, Phicil.

Pour le lien vidéo,un petit London Calling des clash  ou un petit Curve.

 

PS :J’ai rajouté un nouveau lien dans les trucs à voir(en bas à droite) , un film sur la Bugatti Veyron, ça déménage. Incroyable 407 km/h en vitesse de pointe !!!!!!!!!

 

londoncallingpl

 

20/02/2007

Corpus Hermeticum"opération Gremikha"

corpushermeticum01corpushermeticum_pl

Gremikha est une base navale russe laissée à l’abandon, uniquement accessible par la mer. Il n’existe aucune route ou ligne de chemin de fer qui relie cette base aux axes de communication. Avril 2001. Le sous-marin nucléaire K-160 disparaît mystérieusement dans les eaux de la mer de Barents, à trois cent cinquante kilomètres au nord du cercle Arctique. Mais trois ans après sa disparition, le sous-marin ressurgit miraculeusement au coeur de la baie de Gremikha… Quelques jours plus tard, l’armée russe perd tout contact avec la base navale. Un seul recours : envoyer un commando Spetnaz sur les lieux. Le cauchemar commence !

Comme j’ai bien aimé « le syndrome de Caïn », « corpus Hermeticum » étant du même scénariste, Nicolas Tackian, je me suis dit «  allez pourquoi pas ». Et il faut dire que Nicolas Tackian a du talent pour agencer une histoire,un sens de la narration assez remarquable et le tout mélangé de scènes d’actions terrifiantes. Pendant la lecture malheureusement un peu trop courte, je pensais être dans un film d’épouvante mystique. Bonjour l’ambiance. Quel suspense. Je suis bien d’accord que l’histoire n’a rien d’original car le « sanctuaire » de Christopher Bec est passé bien avant mais ce Corpus Hermeticum est trop jubilatoire pour les fans de fantastiques pour passer à coté. Cette série est prévue en trois tomes et je suis très curieux de savoir si les prochains tomes seront à la hauteur de cet excellent premier tome.

Le dessin de Brion est assez surprenant au début, on dirait parfois qu’il manque l’encrage .Je ne suis pas un partisan des couleurs « numériques » mais l’ensemble est réussi. Les décors de neige  par exemple sont vraiment bien rendus. Pour les personnages, on a un peu la belle et la bête .La belle Katerina ne vous laissera pas indifférent et le pope Serguei ressemble à Jamel avec une longue barbe  à la Raspoutine.

Une très bonne lecture qu’il faudra confirmer.

surprises.smileysmiley.com.8

 

Le lien sur la pochette, une séance de dédicace avec Brion ?

Pour le lien vidéo,le Koursk est hanté par le capitaine Flamme

 

Corpus4

 

.

15/02/2007

Empire ,Lady Shelley

EmpireDelcourt2_02022007347_photo3

La flotte française a été envoyée par le fond. Au-delà des pertes, des faits restent inexpliqués. Les marins anglais auraient été commandés par un autre général fantôme en tout point identique à celui que pistent Saint-Elme et son acolyte Nodier. Sous l’identité d’espions anglais, les deux héros se rendent au Q.G. des forces ennemies pour enquêter sur un énigmatique jeu de cartes perforées…

 

Un scénario très dense, bien documenté, de l’aventure à gogo, de l’uchronie, voilà le cocktail  plutôt alléchant que nous propose Pecau avec « Empire ». J’ai bien aimé le début de l’album avec la scène de la bataille navale, par contre la fin m’est restée en travers de la gorge avec la nouvelle quête de la cité (du bonheur) d’Agartha. En plus il parait qu’il existe un jumeau négatif à cette ville, la maléfique Shamballah. Personnellement je trouve que le scénario est suffisamment dense et réaliste(les découvertes ont simplement un peu d’avance) pour nous éviter une énième lutte du bien contre le mal. Mais bon, c’est le choix du scénariste mais je ne le suivrais pas dans ce coté obscur de l’histoire.

Je n’ai pas trop accroché au dessin  du croate Igor Kordey qui est parfois très irrégulier. Les décors et les paysages et les différentes machines sont très bien retranscrites mais c’est avec les têtes des personnages que j’ai du mal. Et ce qui ne passe pas mais vraiment pas, c’est les couleurs. Après le noire anthracite du tome un, on a droit à du brun ou du gris du plus laid effet. Beurk. Seul les habillements sont réussis.

Une belle déception pour moi malgré les bonnes idées de départ.

surprises.smileysmiley.com.5

 

Pour le lien sur la pochette, la bio de Pecau chez Delcourt.

Pour le lien vidéo, l’empire galactique attaque la terre, mais Goldorak veuille. Corno fulgure, astéro hache, mégavolt,retro laser, que de souvenirs.

347_po3

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : empire, lady, pecau, kordey, delcourt, shelley, serieb |  Facebook | |

13/02/2007

Terra Incognita "retours".

TerraIncognita3_18112006Pplanche1TERRA3

Sal et Erwan se réveillent dans l'immense station orbitale TERRA. Un homme apparaît. Il dit être responsable du programme qui envoya le premier groupe de survivants à Venise. Ce groupe était également constitué de descendants des civilisations fondatrices de l'humanité ; Manko et Illiapa en étant la composante amérindienne. Ceux-ci, persuadés que la civilisation blanche était seule responsable de la fin du monde, décidèrent de massacrer leurs compagnons afin d'édifier une "civilisation rouge". Une civilisation où les adultes n'auraient pas leur place.

Dans ce tome 3 qui met fin au premier cycle, les révélations sont nombreuses. Du coup, le mystère qui captait l’attention des 2 premiers tomes s’envole. Mais ce tome nous plonge dans de la vraie SF et comme j’apprécie le genre, j’étais plutôt intéressé de savoir où le scénariste Perrotin voulait nous emmener. Et dans le principe, on n’est pas loin de la machine à explorer du temps de H.G.Wells. D’ailleurs, le fait que le commandant s’appelle St Wells ne doit pas être un hasard.  L’action est très présente dans ce tome comme dans les autres tomes d’ailleurs, ce qui rend la lecture assez captivante .J’ai trouvé  quelques retournements de situations un peu trop faciles néanmoins. Et puis, on a tendance à se perdre un peu facilement dans les différents protagonistes. Heureusement que « cheveux rouges » est là avec son caractère bien trempé et aussi son humour pour faire prendre la sauce de «  Terra Incognita ».

Pour le dessin de Chami, c’est plutôt très bon sauf les visages, ils ont une fâcheuse tendance à tous se ressembler. Pas évident avec la kyrielle de personnages de s’y retrouver facilement.

Une honnête série qui a le mérite de nous proposer un scénario (enfin) original mais dont les personnages manquent parfois de relief. (Le caractère pas les formes).

 

surprises.smileysmiley.com.6

 

Pour le lien sur la pochette, l’éditeur « Theloma ».

Pour le lien vidéo, une animation Terra incognita.

Pplanche1T3