01/03/2007

Tatanka Mutation.

Tatanka3_14022007353_photo4

L’épidémie éclate au grand jour. La presse diffuse sur toutes les chaînes les images d’un mystérieux parasite. Dans le secret des laboratoires, scientifiques et militaires unissent leurs compétences pour tenter de circonscrire la menace. Au même moment, les activistes écologistes de Tatanka trouvent auprès de Jake, militant de la cause animale, un allié de poids…

 

Comme d’habitude, un album 5 étoiles pour cette série Tatanka. Le scénario réalisé par Callède est très intelligent et vraiment bien ficelé. Il arrive aussi à nous faire réfléchir sur plusieurs thèmes comme la vivisection, l’homosexualité, et ici dans ce tome, sur l’euthanasie. En plus, du point vu des sentiments, ça sonne juste. Et puis comment ne pas parler de la dernière page, une page digne du premier Alien, une page qui vous retournera l’estomac, un vrai cauchemar. Magnifique.

Rien à redire sur le dessin  réaliste de Séjourné et les couleurs de Verney, c’est du tout bon.

Une série que je conseille vivement, à lire d’urgence. (Bon peut être pas à offrir à une personne qui est à l’hôpital).

surprises.smileysmiley.com.8

 

Pour le lien sur la pochette, la bio de Joël Callède.

Pour le lien vidéo, Alien légèrement revu et corrigé.

 

353_photo5

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : tatanka, mutation, sejourne, verney, delcourt, callede |  Facebook | |

27/02/2007

Weëna,Bataille

Weena5_23022007weena_bd5_pl1

Weëna et Opéra, toujours traquées par Morckoor, projettent de rejoindre Nym-Bruyn. De son côté, Gwylm connaît les désillusions de la vie de guerrier. Pour avoir refusé le massacre d’innocents, il est laissé pour mort par ses propres hommes. Murieal apprend la triste nouvelle et part à la recherche de sa dépouille. En chemin, elle reconnaît Morckoor. La confrontation est brutale et les souvenirs remontent…

 

J’adore les résumés des éditeurs, on se demande si l’auteur de celui ci a lu la BD car ce n’est pas en allant chercher la dépouille de Gwylym (avec un Y SVP) que Miureal (et pas Murieal SVP) retrouve Moorckoor (enfin un nom juste) .Enfin bref.

Donc dans ce tome 5 de Weëna, Corbeyran continue à nous conter une histoire d’héroïc fantasy très atypique pour lui. Et le résultat est plutôt bon voir excellent. Les personnages sont très attachants et l’univers est très riche. Le petit reproche que je pourrais trouver, c’est que c’est souvent un peu trop gentil. Heureusement que Morkoor et surtout Haggral font preuve de caractère sinon on serait proche d’un conte de fée.

Mais le plus de cette BD, c’est le resplendissant dessin d’ Alice Picard. Un dessin où on ne lésine pas sur les détails. Les villes, les tenues vestimentaires sont d’une rare complexité. Et quand Alice joue au Léo (Aldébaran) en dessinant des dauphins ailés, on reste pantois. C’est vraiment magnifique à voir. Un grand bravo aussi à Elsa Brants pour les sublimes couleurs.

Voilà, un très honnête divertissement que cette bataille de Weëna.

surprises.smileysmiley.com.8

 

Le lien sur la pochette, le bocal Studio.

Oula , mais il y a beaucoup mieux ICI

Pour le lien vidéo, la bande annonce des lettres Iwo Jima. Un film que j’irais voir certainement. Du Clint, c’est souvent du très bon.

 

weena_bd5_c1

 

23/02/2007

Makabi,Juke-Box

Makabi4_06022007MAK-04-F-02

Lloyd Singer, alias Makabi, a franchi le pas. Pressé par son ami Simon La Bianca, il a accepté de rejoindre le centre de formation de Quantico. Il était simple chef comptable du bureau de Richmond ; il deviendra à terme un véritable agent de terrain du F.B.I. Mais sur place, ses professeurs et ses collègues ne manquent de mettre en doute ses compétences. Lloyd lui-même se pose bien des questions. Simon est le seul à croire en lui. Dès son arrivée, il lui confie une mission délicate : faire parler la seule victime laissée en vie par un serial killer peu ordinaire. Celui-ci a pour spécialité de défigurer méticuleusement de très belles jeunes femmes et de les laisser pour mortes. La rescapée s'appelle Patsy Lee Pumpkin. Honteuse de sa soudaine laideur, elle refuse de se laisser approcher. Elle est pourtant la seule qui pourrait permettre de remonter la trace du tueur. Makabi parviendra-t-il à renouer le contact ?

 

Pour tout vous dire, c’est la première fois que je lis un « Makabi ». J’ai trouvé la pochette interpellante et assez mystérieuse aussi. Par contre quand j’ai vu le stickers « une série comme je les aime. Jean Van Hamme », j’ai failli reposer cette BD et puis j’ai vu que c’est Luc Brunschwig qui scénarise cette BD. Ah mais ça change tout.  

Et je peux vous dire que j’ai été épaté par ce thriller psychologique. Quel choc, quelle claque que ce « makabi ».C’est  un récit très émouvant agrémenté de nombreux flash-backs qui déroutent un peu au début mais qui au final sont très intelligemment  distillés. J’ai trouvé le héros très attachants, un héros qui nous change des wonderboys à qui rien ne peut arriver. Non , ,notre Lloyd est une personne comme vous est moi, de nombreuses faiblesses , un caractère froid en apparence mais avec un volonté d’avancer coûte que coûte dans ce monde cruel.

A la fin de la lecture, il m’a fallu 5 min pour revenir sur terre tellement que le récit m’avait captivé .Bravo monsieur Brunschwig.

Sans être super fabuleux, le dessin réaliste d’Olivier Neuray est très correct. C’est du bel ouvrage.

Voilà, certainement un grand coup de cœur que ce tome 4 de « Makabi ». Je ne peux que me féliciter d’avoir trouvé les tomes 1 et 2 sur Ebay à un bon prix en EO. Vivement qu’ils arrivent.

surprises.smileysmiley.com.10

 

Pour le lien sur la pochette, un avant goût de l’album chez Auracan.

Pour le lien vidéo, la police est en poursuite.

 

MAK-F-01

 

22/02/2007

London Calling,la promesse d'Erasme.

LondonCallingColl3202

On retrouve Thibault et Alex, nos deux Français, à Londres à la recherche d’une piaule pour dormir. Pour leur malheur, les amis d’Eramus de Thibault  ne sont plus trop disposés à les recevoir. Et les galères ne font que commencer .Leurs rêves vont vite se heurter à la triste réalité des années Thatcher.

Avec London Calling, la nostalgie de nos années d’insouciance nous revient vite en tête. Vous vous souvenez de votre  premier concert sans papa et maman ? Moi, c’était au VK à Molenbeek .Un concert mémorable de Curve. Woaw la chanteuse, trop belle. Et puis avant le concert, on nous avait proposé du « Toch ». Euh non  qu’on avait répondu à la va vite, pas trop notre truc l’artificiel. Et franchement pas besoin de stupéfiant pour planer, avant que Curve ne vienne sur scène, on a eu droit à un morceau d’Orbital de 45 min. Méga.

Bon je m’égare, revenons en à London Calling .Donc, un scénario de Runberg (Orbital) plutôt intimiste mais plutôt sympa à lire. C’est un peu le clash entre les espoirs d’un monde peace and love et la réalité âpre et souvent injuste.

Le dessin est assez dépouillé, voir simple mais agréable. Un dessin que je qualifierais d’un peu Phicil. (Oula en forme le Samba).

En résumé, une BD qui vous changera les idées en vous replongeant dans vos souvenirs de jeunesse.

surprises.smileysmiley.com.7

 

Pour le lien sur la pochette, le blog du dessinateur, Phicil.

Pour le lien vidéo,un petit London Calling des clash  ou un petit Curve.

 

PS :J’ai rajouté un nouveau lien dans les trucs à voir(en bas à droite) , un film sur la Bugatti Veyron, ça déménage. Incroyable 407 km/h en vitesse de pointe !!!!!!!!!

 

londoncallingpl