22/11/2006

Belem,Le Temps des Naufrageurs

59039
belem

Le Belem, ce nom évoque pour tous les amoureux de la grande bleue  un appel  aux alizés à bord de ce magnifique voilier. Ce bateau a actuellement 110 ans et sert de navire école. Jean Yves Delitte (Nouveaux Tsars, Coulisses du pouvoir, les brigades du tigre, Neptune) nous invite à monter à son bord pour son premier voyage en 1896, destination Montevideo. Hissez les voiles et larguez les amarres pour vivre avec précision et un beau réalisme la vie de l’équipage du Belem. Vous l’aurez compris, cette BD est très bien documentée et retranscrit assez bien l’ambiance qui régnait à bord d’un voilier. En plus le dessin de Delitte est une petite merveille avec un trait net, clair et précis. Les couleurs sont également assez agréables à la vue .Donc on a tout pour satisfaire et assouvir la soif d’aventure du lecteur. Un petit moins, c’est l’intrigue assez lente par moment mais le scénariste et dessinateur doit rester dans un cadre réaliste et ne peut pas inventer n’importe quoi pour contenter le lecteur. Sinon, c’est assez marrant de voir toujours les mêmes têtes revenir dans les BD de Delitte, on reconnaîtrait une œuvre de Delitte les yeux fermés. Rien de bien méchant en définitive. En résumé, un bel hommage pour la marine à voile qu’on a là mais on est loin d’être emporté par une lame de fond.

surprises.smileysmiley.com.7

 

Sur la pochette, la fondation Belem, c’est l’occasion de lui faire une petite visite virtuelle.

Pour le lien vidéo, le Belem et un compil de gamelles aquatiques.

Bonne fin de journée à tous.

11/11/2006

Le Scorpion,Au nom du Père

scorpion07LN

Tout d’abords  Vive notre Juju qui est officiellement  number one , bravo à notre grande championne.

Alors notre ami le Scorpion est de retour à Rome pour le tournoi WTA pour contrer l’infâme pape Trébaldi qui sème la terreur avec ses revers dévastateurs sur toute la papauté.

Le Scorpion accompagné par son coach Aristote, sa kiné Méjaï vont tout faire pour reverser le pouvoir de Trabaldi Mauresmo.

C’est un album plein d’aventures tennistiques  et de rebondissements (normal pour une petite balle jaune) que nous offre Desberg .Pas le temps de reprendre son souffle avec cette scorpionne de Justine. Dans cette série  WTA, c’est souvent un défilé de haute couture ou de divas qu’on a droit , heureusement la hargne et la rage de vaincre du Scorpion remettent ces poupées russes en place .Et puis on ne chôme pas , on est là pour la gloire et la fortune. J’ai vraiment aimé les couleurs de cet épisode qui ouvre un nouveau cycle de règne de la championne belge. Un excellent match  du duo Desberg /Marini qui vise le grand chlem avec cet album lifté.

surprises.smileysmiley.com.8

 

(Voilà ce qui arrive quand on regarde un match de tennis et qu’on lit une bd en même temps).

Sur la pochette, le site du Scorpion.

Pour le lien vidéo, un petit « Still loving You » des Scorpions, ça vous dis ?

08/11/2006

Niklos Koda , le jeu des maitres.

280362186xcm12803622254cm1

Je suis gâté actuellement, 3 albums de Jean Dufaux, que demander de plus.  Mais un intégrale du cycle Barrio Jésus .Pour ceux qui ne connaissent pas la série, c’est l’occasion de franchir la frontière Koda. Alors dans ce tome 8 (déjà) du beau Niklos Koda, on le retrouve à Barcelone où de vieux souvenirs parfois bien réels vont lui mener la vie dure. Mais attention aux apparences car Niklos c’est d’abord un masque, un masque qui peut revêtir plusieurs teintes. Egalement dans « le jeu des maîtres », la belle Mlle Aïcha Ferouz, toujours très classe malgré des boucles d’oreille assez ridicules, continue à combattre son vieux démon, la cigarette. Je reste volontairement évasif pour ne pas vous gâcher les surprises de cet album.

Les habitués du style Jean Dufaux n’auront aucun mal avec ce tome remplis d’irrationnel et de fantastique.  Voici quelques phrases caractéristiques que j’ai relevées : La chambre des replis, l’oubli se rappelle à votre souvenir, l’aliéniste du paranormal (top), et un terme que je connaissais pas, un démiurge (Dans la mythologie égyptienne, le démiurge est une entité créatrice issue du Noun  . Il vient à la vie en prenant conscience de son existence. Par le verbe et la pensée, il crée toutes choses. Selon les théologies, il est Ptah,Ré, thot ou Amon à Hermipolis .) Tout un programme !

C’est un dessin de haute voltige que nous propose Grenson comme à son habitude (dans le top 5 de mes dessinateurs préférés). Je le soupçonne d’aimer les femmes car pour les croquer aussi habillement, il ne peut qu’être amoureux du beau sexe. Comme pour Ana mirallès, les regards sont très bien reproduits. On retrouve aussi tout au long de l’album, de petits messages subliminaux comme un camion d’Alpha, Kaf K  etc.

Pour faire le chicaneur, le retour de certains personnages « morts » me laisse un peu circonspect. On attendra le prochain tome pour se prononcer sur la qualité de l’histoire.

Bonne lecture à tous.

surprises.smileysmiley.com.8

 

 

Sur la pochette, un interview de Jean Dufaux pour BoDoï (ça se passe en bas).

Pour le lien vidéo, un tour de magie, une femme coupée en deux.ICI

Encore un petit truc, lorsque vous mettez le traducteur en route sur Jean Du Faux on obtient Jean of the forgery. And now ladies and gentlemen’s, a comics of Jean of the Forgery.

 

07/11/2006

Djinn,La Perle Noire

agenda1046FILE-660cf5b3d742fbb5e67daa0ae27af8cc

Si vous êtes fans, j’espère que vous avez acheté le porte folio avec les 6 aquarelles. Il y a aussi l’intégrale du premier cycle qui est sorti. Un joli cadeau à faire pour les fêtes de fin d’année.

Dans ce tome 6, on retrouve avec un grand plaisir Kim Nelson. Comme dans le premier cycle, elle suit les traces de sa grand mère Jade  sur le sol africain après un périple en Indes (ce sera le thème du prochain cycle).Son but est de retrouver la perle noire  de la déesse des Orushi pour soigner une princesse indienne.

Une série très envoûtante malgré que le mystère est toujours très épais autour du destin de Jade et de la famille Nelson .C’est à nous d’être patient car comme à son habitude Jean Dufaux tisse sa toile pour capturer le lecteur. Ce qui donne souvent une relecture de tomes précédents très instructive car on comprend mieux les détails qui nous avaient échappés à la première lecture. Les dialogues sont toujours très savoureux (page 32) et puis il y a l’Afrique, l’Afrique qui jaillit à chaque page comme une lionne, forte, impressionnante, pure et sensuelle aussi. Et puis, il y a le dessin d’Ana Miralès. Pour moi, c’est tout simplement sublime. La force qui jaillit à travers un simple regard en dit long sur le talent de la dessinatrice espagnole.

Un récit passionnant mais la boite de Pandore garde pour l’instant ses secrets .Une fin tragique est à envisager mais seuls les auteurs le savent.

Ah au fait avez-vous remarqué que les tatouages de Jade sont les mêmes que les motifs de la robe de Kim sur les 2 dernières pochettes ?

surprises.smileysmiley.com.9

 

Sur la pochette, la bio d’Ana Mirallès.

Pour le lien vidéo, une «  perle » noire.

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : bd, dufaux, miralles, dargaud, perle noire, afrique, djinn |  Facebook | |