27/11/2006

Enchaînés, le menteur

enchaines04couv

Joël Callède est un scénariste que je connais depuis les Comptines d’halloween, ensuite il y a eu dans la nuit, l’excellent Tatanka et enfin les enchaînés. Le truc de ce scénariste, c’est de mettre des personnages très ordinaires dans des situations proche du chaos, de montrer les faiblesses humaines dans un univers souvent très noir. Et toutes ces séries sont des réussites que j'achete sans hésiter car je sais d’avance qu’on aura droit à de la qualité. Pour le quatrième tome des enchaînés « le menteur », il faut avouer que je suis un peu déçu. Oh, l’histoire est de bonne facture mais quand on est habitué à rouler en BMW, difficile de passer en Nissan (private joke). J’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs notamment avec les états d’âmes de Marla et surtout ce qui n’est pas passé, c’est l’identité du commanditaire des lettres .Bon à part ça, j’ai bien aimé l’enquête menée par les policiers et notamment le personnage d’Archie. Pour le dessin et la couleur, pas grand-chose à dire, ils sont en adéquations avec le ton de l’album. Donc un bon album  à lire pour les amateurs de policier et de bon polar noir.

surprises.smileysmiley.com.7

 

 

 

Pour le lien sur la pochette, le blog du dessinateur belge Gihef.

Et pour le lien vidéo, super menteur.

Comme on parle de Marilyn Manson dans ce tome et que Gihef aime visiblement la musique qui arrache style Korn, on va vite faire une petite recherche pour les ajouter dans le coin MP3.Attention aux oreilles.

 

26/11/2006

La Loi des 12 Tables, Volume sixième

LoiDes12TablesLa6_14112006elDFaliD5

Et bien, nous y voilà au bout de l’aventure concoctée par Eric Corbeyran pour anéantir le dessinateur Defali en lui infligeant 6 albums en 11 mois. Comme le pari est tenu, je suppose que le  prolifique scénariste devra un petit gage au courageux dessinateur. En tout cas, il a le droit à d’énormes vacances bien méritées. Pour en venir à l’histoire, ce tome 6 est excellent. C’est un album très cadencé, d’une belle fluidité, on est vraiment happé par l’intrigue, il y a du souffle, de la sueur dans ce tome, c’est tout simplement captivant. Même le grand guignol des enfers est passé assez facilement .Pour résumer un peu cet album six, une seule phrase : « nos vraies ennemis sont souvent en nous même ».Asphodèle n’aura jamais aussi bien porté son nom « fleur de l’enfer ».Sinon je suis content pour elle que vers la fin de l’album, elle  retrouve une tenue vestimentaire plus adéquate que ces deux bouts de tissu rudimentaires des 2 derniers albums. Elle est plus classe ainsi habillée. J’ai vraiment bien aimé la fin qui laisse présager d’une….suite, eh oui et ce sera avec plaisir. Une bonne note donc car il faut encourager ce genre de projet surtout s’il s’achève sur une réussite comme le sont aussi les cadres noires.

surprises.smileysmiley.com.8

 

 

Puisque c’est recommandé par 13 ème rue , le lien sur la pochette est pour eux.

Pour le lien vidéo, je vous propose de voir ce que l’on peut faire avec une table remplie de Coca light et des Mentos.

PS : Merci pour avoir explosé le record de visites hier , il est vrai aussi qu’une fois le mot « sexe » utilisé , les choses sont plus simples.

22/11/2006

Belem,Le Temps des Naufrageurs

59039
belem

Le Belem, ce nom évoque pour tous les amoureux de la grande bleue  un appel  aux alizés à bord de ce magnifique voilier. Ce bateau a actuellement 110 ans et sert de navire école. Jean Yves Delitte (Nouveaux Tsars, Coulisses du pouvoir, les brigades du tigre, Neptune) nous invite à monter à son bord pour son premier voyage en 1896, destination Montevideo. Hissez les voiles et larguez les amarres pour vivre avec précision et un beau réalisme la vie de l’équipage du Belem. Vous l’aurez compris, cette BD est très bien documentée et retranscrit assez bien l’ambiance qui régnait à bord d’un voilier. En plus le dessin de Delitte est une petite merveille avec un trait net, clair et précis. Les couleurs sont également assez agréables à la vue .Donc on a tout pour satisfaire et assouvir la soif d’aventure du lecteur. Un petit moins, c’est l’intrigue assez lente par moment mais le scénariste et dessinateur doit rester dans un cadre réaliste et ne peut pas inventer n’importe quoi pour contenter le lecteur. Sinon, c’est assez marrant de voir toujours les mêmes têtes revenir dans les BD de Delitte, on reconnaîtrait une œuvre de Delitte les yeux fermés. Rien de bien méchant en définitive. En résumé, un bel hommage pour la marine à voile qu’on a là mais on est loin d’être emporté par une lame de fond.

surprises.smileysmiley.com.7

 

Sur la pochette, la fondation Belem, c’est l’occasion de lui faire une petite visite virtuelle.

Pour le lien vidéo, le Belem et un compil de gamelles aquatiques.

Bonne fin de journée à tous.

11/11/2006

Le Scorpion,Au nom du Père

scorpion07LN

Tout d’abords  Vive notre Juju qui est officiellement  number one , bravo à notre grande championne.

Alors notre ami le Scorpion est de retour à Rome pour le tournoi WTA pour contrer l’infâme pape Trébaldi qui sème la terreur avec ses revers dévastateurs sur toute la papauté.

Le Scorpion accompagné par son coach Aristote, sa kiné Méjaï vont tout faire pour reverser le pouvoir de Trabaldi Mauresmo.

C’est un album plein d’aventures tennistiques  et de rebondissements (normal pour une petite balle jaune) que nous offre Desberg .Pas le temps de reprendre son souffle avec cette scorpionne de Justine. Dans cette série  WTA, c’est souvent un défilé de haute couture ou de divas qu’on a droit , heureusement la hargne et la rage de vaincre du Scorpion remettent ces poupées russes en place .Et puis on ne chôme pas , on est là pour la gloire et la fortune. J’ai vraiment aimé les couleurs de cet épisode qui ouvre un nouveau cycle de règne de la championne belge. Un excellent match  du duo Desberg /Marini qui vise le grand chlem avec cet album lifté.

surprises.smileysmiley.com.8

 

(Voilà ce qui arrive quand on regarde un match de tennis et qu’on lit une bd en même temps).

Sur la pochette, le site du Scorpion.

Pour le lien vidéo, un petit « Still loving You » des Scorpions, ça vous dis ?