17/09/2017

Les chroniques courtes #143 Dead Tube T5

Dead Tube Tome 5
dead tube 5.jpgdead tube v5.jpgScénario : Mikoto Yamaguchi
Dessin : Touta Kitakawa.
Editeur : Tonkam-Delcourt 
Sortie : juin 2017.
224 pages.
Genre : Seinen.

 


Résumé
Dans ce chapitre de l’île déserte (un grand classique pour un manga), les participants peuvent gagner grâce à Dead Tube, un million de yens par seconde de vidéo tournée du sérial Killer Crazy Lascar. C’est en somme des Neymar de la vidéo morbide.

dead tube,yamaguchi,kitakawa,tonkam,manga seinen,horreur,érotique



« Par contre, tes magnifiques tétons font honneur à ce regard de petite salope que tu as !».

dead tube,yamaguchi,kitakawa,tonkam,manga seinen,horreur,érotique

 

Mon avis.
C’est des malades ! Et je ne parle pas des « visiteurs » mais bien des auteurs. Accrochez-vous car les viols, les assassinats bien gores, les tortures et autres joyeusetés de psychopathe sont toujours bien présents au menu de ce tome 5. Et tout ça avec le sourire SVP.
Mais pourquoi je poursuis encore cette série à la perversité assumée ? Bin, ça reste un très bon page turner et on se demande jusqu’où iront nos psychopathes préférés.
Pour un public averti vous l’auriez compris.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a06-3e788fc.gif




Inscrivez-vous à la newsletter .

12/09/2017

Montana 1948

montana 1948.jpgmontana 1948 e.jpgAuteur : Nicolas Pitz.
Editeur : Sarbacane.
124 pages
Sortie : mars 2017.
Genre : drame.

 

 

 

Le résumé.
De l'été de mes douze ans, je garde les images les plus saisissantes et les plus tenaces de toute mon enfance, que le temps passant n'a pu chasser ni même estomper. Ainsi s'ouvre le récit du jeune David Hayden. Cet été 1948, une jeune femme sioux porte de lourdes accusations à l'encontre de l'oncle du garçon, charismatique héros de guerre et médecin respecté. Le père de David, shérif d'une petite ville du Montana, doit alors affronter son frère aîné. Impuissant, David assistera au déchirement des deux frères et découvrira la difficulté d'avoir à choisir entre la loyauté à sa famille et la justice.

« Tu as transformé ma buanderie en prison ? »

Mon avis.
Alors le Montana, état des USA d’un million d’habitants, ce qui fait de lui un des états les moins peuplés de la nation de Trump. La capitale du Montana ? On ne sait jamais que vous participeriez à un jeu pour devenir millionnaire, ça pourrait servir : Helena. Et comme vous vous en doutiez, le nom est d’origine espagnol et il signifie simplement montagne.
Un état donc rural avec de grandes plaines herbeuses et du relief à ses extrémités. Un état idéal pour trouver des bleds au milieu de nulle part avec une population bien ancrée dans ses traditions (souvent religieuses et rétrogrades).
Voilà donc planté le décor de cette adaptation du roman de Larry Watson paru en 1993.montana 1948,pitz,sarbacane,032017,drame Vous l’aurez compris, on est en Amérique profonde avec des habitants portant l’arme comme une montre et se prélassant dans la dévotion religieuse pour mener leur vie.
Le rythme de ce roman noir est plutôt lent. On suit les vicissitudes d’une bonne famille blanche via les yeux d’un gamin, David Hayden. L’ambiance est assurément là, les pleines pages font leur effet, par contre l’expressivité des personnages est moins marquante surtout avec leurs grands yeux presque hypnotiques. On y parle d’un cas de conscience quasi cornélien, choisir entre sa famille ou son devoir. La trame joue aussi beaucoup sur les silences pour bien marquer la tension croissante qui s’installe. Au final, une lecture très correcte mais je dois bien avouer que question empathie, c’est du régime au pain sec. Intrigant, assurément, passionnant, nettement moins.

Montana-1948-planche-1.jpg

Samba

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : montana 1948, pitz, sarbacane, 032017, drame |  Facebook | |

A coucher dehors T2

à coucher dehors.jpga coucher dehors t2.jpgDessin : AnLor
Scénario : Aurélien Ducoudray.
Éditeur : Grand angle.
Sortie : 30 aout 2017.
48 pages.
Genre : chronique sociale.

 

 

Le résumé.
Nicolas a disparu ! Amédée essaie tant bien que mal de le trouver au milieu des visiteurs du Parc de l’Espace. À la maison, Prie-Dieu a accroché sur le toit de la baraque les signes des trois religions monothéistes, provoquant un afflux des adeptes de tout poil. Ce qui n’est pas du goût d’Amédée, surtout que la priorité serait plutôt de retrouver l’apprenti cosmonaute ! Car huissiers et gendarmes attendent, montre au poignet. Si Nicolas n’est pas là rapidement, Amédée ne sera plus son tuteur et ce sera l’expulsion pour les trois clochards !

« Ah bon pourquoi ? On n’a pas le droit d’être cosmonaute, chez vous ? Pourtant, j’ai vu deux Charlemagne et un Pépin le Bref »

anlor,ducoudray,a coucher dehors,grand angle,comédie,082017

 

Mon avis.
Suite et fin de cette comédie joyeuse dont le sujet aborde la déficience ou plutôt la différence mentale avec comme anti-héros des SDF. On remarque tout de suite le soin qu’a apporté Aurélien Ducoudray aux textes. On serait tenté de les rapprocher au cinéma de Lautner ou Audiard mais de l’aveu même du scénariste, c’est vers le cinéma italien avec le film d’Ettore Scola « Affreux, sales et méchants (1976) » qu’on peut trouver un véritable lien. Le langage est souvent très fleuri mais on y aborde aussi des sujets plus profonds comme la condition sociale et le handicap.
On aurait pu croire qu’Anne Laure Bizot était demandeuse de cet univers par rapport aux 21192829_10213846067485834_4402167724061427208_n.jpgambiances plus sombres de ses derniers albums (Amère Russie). Mais non, il s’agissait presque d’un défi pour elle de dessiner cet environnement urbain plus cloisonné en y ajoutant cette dose de poésie si caractéristique à son trait. Elle a donc dû jouer avec des couleurs chaudes pour créer des cocons au milieu de cette jungle urbaine. En tout cas, son graphisme reste un plaisir pour les yeux avec comme qualité première une belle expressivité et une vivacité dans les attitudes très marquée.
Personnellement, je ne serais pas surpris de voir « à coucher dehors » repris au cinéma ou au théâtre vu le caractère très  vaudevillesque de cette œuvre.
De la sensibilité, de l’humour, des situations loufoques, des dialogues à tomber par terre, voilà donc la recette réussie de cette BD.
On retrouvera prochainement une nouvelle histoire de ce duo d’auteurs dont l’osmose n’est plus à démontrer.

Verso_310061.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif


Samba.
anlor, ducoudray,a coucher dehors,grand angle,comédie,08/2017,

 

 

 

 

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

08/09/2017

Une génération française T3/6 Ayez confiance !

une génération française.jpgScénario : Thierry Gloris
Dessin : Ana-Luiza Koehler.
Éditeur : Soleil (Quadrants)
48 pages
Date de sortie : 23 aout 2017.
Genre : récit de guerre 



Le résumé éditeur.

Fin juin 1940. Zoé Favre (la petite sœur de Martin) prend conscience du cataclysme en apercevant les longues colonnes de prisonniers français marchant vers la captivité. Spontanément, elle improvise un ravitaillement en eau potable pour les marcheurs exténués. Elle n'a alors pas conscience qu'elle est en train de prendre une lourde décision, une de celles qui font basculer votre vie.


« Ce sont eux qui ont perdu la guerre. Alors, leur orgueil et leur condescendance, ils se les gardent ! Garez-vous près de l’école. »

Mon avis.
le-henanff-une-generation-francaise-tome-3-3g6h.jpgPour rappel, pour conserver une uniformité entre les titres, c’est Fabrice le Henanff qui s’occupe des couvertures. Et pour ce 3e tome, il faut bien l’avouer, la différence est frappante avec contenu à l’intérieur. Pas que le dessin d’Ana-Luiza Koehler soit mauvais mais je dois dire que son trait est osé pour un récit de guerre. On a souvent l’impression d’être dans une joyeuse colonie de vacances au lieu d’être en 1940 sous occupation allemande. Là, franchement, je n’ai pas senti la tension inhérente aux faits de la résistance. Dommage.
Comme dit justement dans cet album, on va mettre ça sous l’insouciance de la jeunesse. Il faut savoir qu’en effet, il n’était pas nombreux en 1940 à se soulever contre l’envahisseur même les cocos s’abstenaient. Comme je l’ai déjà dit dans mes précédentes chroniques, c’est un bel instantané à l’instar d’un village français sur la vie des français sous le joug des doryphores. On aborde plus spécifiquement dans ce tome 3 d’une génération française, comment le maréchal Pétain a pris le pouvoir suite à la raclée de mai 1940. Un vieillard de 84 ans sauveur de la France, maréchal nous voilà, un joli Franco en puissance oui ! Mais bon, pour beaucoup de français la douleur se vivait en silence.
Un album très correct qui sur le fond est « on en peut plus juste » mais qui manque néanmoins d’émotion malgré des personnages fort sympathiques, trop peut-être ?

uneGenerationFrancaiseT3-2.jpg

 

Sambataille.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif




Inscrivez-vous à la newsletter.