22/04/2016

Misty Mission T1: Sur la terre comme au ciel.

misty mission.jpgmisty mission t01.jpgAuteur : Michel Koeniguer.
Editeur: Paquet.
Sortie: janvier 2016.
Genre: Aviation, guerre.




Le résumé.
Nick Beaulieu se marie juste avant de partir pour son affectation au sein de L’Air Force comme Pilote sur la base de Phu Cat. Lors de ce mariage, alors qu’il raccompagne sa petite amie, Josh est arrêté par le shériff pour conduite en état d’ivresse. Pour échapper au pénitencier que veut lui infliger le juge, Josh prétend vouloir s’engager pour le Vietnam

« Et il y a les vietnamiens qui nous sourient poliment mais nous détestent sincèrement. »

Mon avis.

Les éditions Paquet étaient presque portées disparues chez SambaBD et puis après un voyage au bout de l’enfer, voilà qu’un gros colis remplis de BD nous arrive parachuté d’on ne sait où.
Un good morning Vietnam m’attend avec ce titre du bon Michel Koeniguer, le dessinateur de Bombroad certainement né un 4 juillet.
Un récit entre ciel et terre qui rend bien le merdier qu’était le Vietnam pour cette génération sacrifiée. On commence par une bonne entame où on présente les 2 frères de guerre que tout oppose. Pas d’outrages pour la suite, l’immersion est réussie et on admire les soldats partir à l’assaut de hamburger hill. Fatalement, ça fait penser à Apocalypse now ou Platoon car on joue ici la carte de l’authenticité, oubliez Rambo donc.
Au final, une très bonne impression que ce premier tome, on attend la suite pour renfiler avec plaisir notre full metal jacket .

a09-3e78912.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario 


a07-3e78901.gifGlobal 

Verso_270265.jpg


Samba
Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : misty mission, koeniguer, paquet, aviation, 710, 012016 |  Facebook | |

19/04/2016

Kiss him, not me ! T02

kiss-him-not-me-02.jpgkisshim1-020.jpgAuteure : Junko
Editeur : Tonkam.
160 pages.
Genre :Shojo.

 

 

Le résumé.
Kae est à la fois une Otaku et une Fujoshi (fan de Boy’s love). Très enrobée et presque inexistante, un jour, elle est choquée par la mort de son héros de dessin animé préféré. Déprimée, elle s’enferme dans sa chambre plusieurs jours durant. Après une perte de poids assez violente, elle revient au lycée et découvre qu’elle a un physique de rêve.


« Ce guide renferme tout ce qu’il faut savoir sur le comiket ».


Mon avis.
Si vous êtes fans de la culture Manga, « Kiss him not me » est une occasion à ne pas rater. C’est complètement déjanté comme truc, schizophrénique même avec en top, la visite d’un festival manga (comiket) avec toutes ces folies. Bon, si vous avez passé votre crise d’adolescence, vous trouverez ça un peu « excessif » voire complètement barge. Un peu comme dans la tête de Kae qui ne sait plus trop comment gérer la situation.
Tout est débridé dans ce manga, même le dessin qui part aussi dans un certain délire.
Bref, un ovni complet, pour le ton, pour le sujet, pour l’esprit, pour tout.
Bob l’éponge sort de ce manga !

a05-3e788c9.gif Scénario

a06-3e788fc.gifDessin

a05-3e788c9.gifGlobal.

Sambette.

kisshim1-03.jpg

Inscrivez-vous à la prochaine japon expo.

 

13/04/2016

Teach me love - Tome 1

teach-me-love-1-soleil.jpgteach-me-love-1-ext-2.jpgAuteure : Ai Hibiki.
Editeur : Soleil Manga.
192 pages.

Sortie : 13 avril 2016.
Genre : Shojo.

 



Le résumé.
Rei est une lycéenne plutôt coincée, renfermée et distante avec les garçons. Elle évite comme la peste Mahiro, le beau gosse de la classe qui enchaîne les conquêtes d’un soir. Suite au remariage de leurs parents, ils deviennent demi-frère et demi-soeur pour leur plus grand malheur. La vie à la maison devient compliquée car Rei ne cesse de reprocher sa frivolité au jeune homme. Mais cette dernière va s’avérer bien plus ouverte qu’elle ne le laisse penser…


«  C’est mon 4e jour avec ce concentré de perversion ».


Mon avis.

Oulala, Sambette est tout émoustillée  avec ce shojo érotique. Rassurez-vous, ça reste assez soft, on n’est pas sur youporn, loin de là , un peu de poitrine dénudée, des tenues sexy, un galbe de fesse mais on s’arrête là.  Mais attention, les apparences sont trompeuses, pour une fois la perversion est féminine. Oui, notre héroïne joue un double jeu, 1ère de classe mais une certaine dépravation dans ses pensées.
Les préliminaires sont plutôt agréables par contre les indécisions et interrogations de ce drôle de couple  deviennent un peu redondantes à partir du chapitre 6.
Je suppose que le désir et la volupté seront au programme dans les prochains tomes (6 au Japon), il faut un temps pour tout mais on espère que ce sera croustillant.
Le dessin de Hibiki, vierge, de groupe sanguin O… (toujours étonnant la manière dont ces auteures se présentent) est dans la ligne droite du genre. Un focus essentiellement sur les personnages avec pas mal de zooms sur les visages dans un décor souvent minimaliste. Comme il s’agit d’une œuvre un peu plus olé olé, on n’oublie pas les corps et comme le climat est tropical, les vêtements sont souvent superficiels .

En tout cas, ce genre de lecture un peu plus assumée pourra titiller gentiment les grandes filles. Pour l’orgasme, on verra avec la suite.

teach-me-love-2-soleil.jpg

 

a07-3e78901.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario 

a06-3e788fc.gif Global.

Sambette.
Inscrivez-vous sur you porn… mais non sur SambaBD  pour la newsletter.

12/04/2016

Le chant des stryges - Tome 17 - Réalités

le chant des tryges.jpgle chant des tryges t17.jpgDessinateur : Richard Guérineau.
Scénariste : Corbeyran.
Editeur : Delcourt (collection machination).
56 pages.
Sortie : 23 mars 2016

Genre : Science-fiction.

 

 

Le résumé.
Alors que Debrah met en place son plan pour soumettre les Stryges, Nivek tente de ramener le bébé parmi ses semblables. Une course-poursuite est engagée entre deux conceptions sur l'avenir des relations entre les deux communautés... L'ensemble des enjeux des récits de l'univers des Stryges, principaux ou dérivés, sont sur le point de trouver leurs réponses... Et elles vont en surprendre plus d'un.


« J
espère quil y a des toilettes en bas ! ».



Mon avis.
Dans cet avant-dernier épisode de la série principale consacrée aux Stryges, les auteurs amorcent une résolution qui promet d'être détonante. On se demande dailleurs ce qu'ils vont inventer pour conclure cette histoire vu la fin proposée dans ce tome 17. Il nempêche quil était temps que tout cela se termine car on sent clairement quon tire sur lélastique depuis un petit temps. On essaye même dy insérer de lhumour, vous imaginez de lhumour dans le chant des stryges, cest un peu comme si Cyril Hanouna présentait le JT. On croit rêver, par contre le cauchemar des séances de torture de Sinner, je commence à saturer. Je suis une âme sensible moi ! Je préfère les femmes en  un seul morceau et pas en pièces détachées. Il nempêche certaines scènes valent toujours le détour.

Sinon on sent  que Guérnieau s’est fait plaisir en illustrant cette presque conclusion. On remarquera aussi une colorisation plus lumineuse et un trait aussi plus lisse. A noter aussi, l’apparition assez brève d’Asphodèle, tout se relie visiblement pour Corbeyran dans sa grande toile d’araignée.


Allez, plus qu’un, ce sera difficile de contenter tout le monde, c’est une évidence  mais on arrive au bout, parole de Sinner !

icono07.jpg


a07-3e78901.gif Dessin

a06-3e788fc.gif scénario

a06-3e788fc.gifGlobal.

Samba.

Inscrivez-vous à la newsletter .